Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Hendaye, le mur, le 6 novembre


    Messages recommandés

    Bonjour,

     

     

     

    Apres avoir plongé sur le Frioul la semaine dernière, :) j’abordais avec un peu d’appréhension :confus: mon retour dans l’eau fortement iodée (et tonique 8( ) de l’Atlantique.

     

    Etant donné qu’au Pays Basque les monts sont toujours verts (qui a dit que j’avais écris qu’il pleut souvent :non: ?), vendredi après midi et samedi après midi n’ont pas échappé à la règle :( . Au point qu’une balade en amoureux aux abords de la Nivelle (la rivière qui traverse St Jean de Luz) et une autre à Biarritz sur la plage devant le Casino montraient des coulées d’alluvion et une eau entre chocolat et caramel. :decu:

     

    Ben, justement, chocolat, je ne voulais pas l’être. :eek:

    Mais quand on aime, on ne compte pas : samedi soir, je vérifie une dernière fois mon matériel (le bloc est bien gonflé, merci Patrick (le Chef)) et je commence à charger la voiture pour le lendemain.

     

    Hier matin, dimanche, je tombe du lit à 08h00. :surpris: Je déjeune et je me mets en route pour être au club vers 08h40-08h45.

    Il fait frisquet dehors :nerveux: . Je sais, ce n’est pas la Sibérie mais il doit faire un petit 10°. Normalement le club prend ses quartiers d’hiver après cette plongée.

    Sur place, je vois l’heure qui avance et personne n’est encore là, enfin, aucune tête connue et les locaux sont toujours fermés…. Serait ce annulé ? Le syndrome de manque commence sont effet ; les écailles tombent des bras et une angoisse sourde me prend ; ou vais je plonger ? aujourd’hui, ce sera trop tard… :help::malade:

     

    Meuh non, Cathy, du bureau-monitrice-DP-préposée au gonflage- arrive (j’ai failli écrire « gonfleuse » mais des esprits chagrins auraient pu la cataloguer « chiante », mais non !!!).

    Papou (Papa LIZARAZOU), le « chauffeur du bateau » arrive aussi. Je vois Fernando, un N2 espagnol et un couple que je ne connais pas (encore), Olivier et Ekaterina qui rentrent au club aussi. Ouf, nous allons plonger. :bravo:

     

    Je grée mon bloc avec toutes ces petites choses qui font l’habitude : la plaque, la clé de 13 pour visser (je ne sais pas, je suis « réticent » aux papillons), d’abord le détendeur Poséidon à gauche, bien placer l’émetteur de la gestion d’air, puis l’Apeks et son tuyau long, à droite…

    Bien, chargement du bazar sur le chariot, je rajoute le baudrier pour le lest et le phare A.N.. :malade:

     

    Maintenant, au bonhomme ; séance « transfiguration » dans les vestiaires avec chaussettes Weezle, souris de la même marque puis aspersion des manchons et collerette avec du talc.

     

    Petite séance de poussette du chariot vers le bateau dont le « chauffeur » vérifie les niveaux (tant mieux parce que s’il faut pousser un bateau de 7 tonnes, à 5 plongeurs, ça va être dur). C’est bon : il ne manque rien, nous allons pouvoir partir. :love:

     

    Petite conférence : hier après midi, avec la pluie, comme la visi était dégueu, Cathy propose la cote espagnole. La montagne, le Jaizkibel, nous protége pas mal et la houle remonte au nord, cela devrait être propre. J’oublie de vous dire que la météo marine annonce une mer 3 forcissant à 4 avec des creux de 2.5 à 3 m. Hummm.

    En route, changement de spot : la mer est trop agitée :malade: : vu les niveaux, nous allons essayer un tombant entre 20 et 40 au large du Cap Huiguier et de l’ile Amuitz (vers 43°29'910 N et 001°47'275 W en WGS84). Nous tournons un peu sur zone et larguons la balise sur un spot prometteur. Ce sera sous l’eau que nous pourrons juger de la clarté. :confused: Les palanquées sont vite faites : Olivier et Ekaterina ensemble, Cathy, Fernando et moi dans l’autre palanquée. Nous allons essayer de trouver 40 ou par là. :diver:

     

    Je m’équipe ; c’est comme un long rituel : d’abord le baudrier (c’est mieux avant, parce qu’après, il ne rentre pas :fou: ), puis les palmes (d’abord la gauche et ensuite la droite quoique, des fois, c’est le contraire), puis ouverture du bloc et appairage du Vytec et de son émetteur (à chaque fois, quelle saleté : z’auraient pas pu faire comme Uwamachin, sur ce coup là, ils n’ont pas été bon chez Suuntoc), je libère tous les flexibles qui étaient regroupés, j’ouvre la ventrale, je positionne la sous-cutale je place le bloc en hauteur et hop, une séance de contorsion pour enfiler (harnais DIR, pas facile). J’attache la sous-cutale, la ventrale, je passe mon dét. de gauche autour du cou, j’attache le phare sur un moustif qui passe par là et je suis prêt, enfin presque. :top:

     

    Papou positionne le bateau à proximité de la balise et un coup de klaxon …Cathy bascule, je suis et Fernando ferme la marche.

     

    1° impression : elle est mouillée. Non, elle est bonne : 19-20° dans l’eau : ça me change des 13° d’il y a 2 semaines et la visi a l’air sympa.

     

    Rassemblement en surface : rappel des consignes. OK ? OK !!! :texte:

    Nous descendons le long du bout’ pour trouver la zone qui va bien.

    Arrivé vers 10 m de fond, je distingue les gros blocs, des canyons. Ce sera donc là notre terrain de jeu, ce matin.

    Regroupement au fond ; toune monde va bien ? Alors, c’est parti.

    Un peu d’air dans la combi, un peu dans la wing, un peu j’ai dit, pas trop. C’est bonnard avec le baudrier : les plombs sont juste au niveau du centre de gravité, ils pèsent sur les épaules et pas sur les reins et la position à plat se tient très facilement.

     

    Cathy, la locale de l’étape passe devant, suivie comme son « hombre » par Fernando, autre local (de ce coté ci de la Bidassoa, la rivière qui fait la frontière avec l’Espagne) et je ferme la marche. J’en profite pour regarder dans les trous avec Fernando qui essaye une lampe à 3 leds (avis perso : dans les trous, bien quoique la lumière est entre blanche et bleue. Le long des tombants, pas assez puissant, cela n’apporte pas réellement un éclairage).

    Nous tournons, nous virons, nous visitons, dessus, dessous les cailloux, entre les blocs.

    J’avoue : ce n’est pas la Bretagne avec son kelp : les rochers sont relativement pelés (à cause de la houle) et les poissons se font rares. J’ai croisé quelques tacauds, un peu d’anchois (pas encore en filets), des gorgones blanches grandes comme la main et des éponges encroutantes. Pas vu meme un piquant d'oursin. :non:

    Nous ne trouvons pas le tombant au sens strict mais une succession de blocs qui forment des marches qui nous emmènent de 18 à 33 m.

    Sur la seconde partie de la plongée, alors que nous remontions de 28 à 17 m, j’ai fait 2 excès de vitesse : nous nous trouvions dans un couloir, le long d’une plaque et la houle venue du large (elle a bon dos, la houle) m’a accéléré à des vitesses ……….pff fédérales (au moins 15 m/mn). Le temps de purger un peu et surtout de passer de l’autre coté de la crête de roche pour être à l’abri (et de couler un peu puisque trop purgé), les choses sont redevenues normales. :top:

    Au bout de 26 minutes de plongée, je fais le signe de mi-p, suivi deux minutes plus tard par Cathy.

    Nous avons fait un cercle durant notre explo et c’est lorsque Cathy consulte ses ordis (son Favor qui n’a plus de pile et ma Stinger prêtée pour renforcer son ordi en cas de panne) que je vois le plomb de la balise et le bout’.

    Dans un premier temps, Cathy pense faire le tour du roc devant nous pour rester 2 ou 3 minutes de plus sous l’eau mais un coup d’œil au mano de Fernando (qui ne nous avait pas annoncé sa mi-p) et elle décide de nous faire remonter. :mad:

    Habituée à son ordi, elle m’interroge quand la Stinger finit ses paliers puis passe en palier de principe. Elle ne comprenait pas (évidemment sous l’eau, pas facile d’expliquer) mais elle a été vite rassurée par mon profil (je préférais torcher le palier de sécu alors que le palier tout court avait été effacé durant la remontée).

    Le taxi étant en train de récupérer l’autre palanquée un peu plus loin, nous avons papoté en surface. J’en ai profité pour rassurer Cathy sur la qualité de la déco (Meuh non, la Stinger, c’est pas de la daube et ses paliers sont les mêmes que ceux du Vytec, sur ce coup là).

    Une fois remontés à bord et déséquipés, Ekaterina et Olivier nous ont offert le thé :biere: . Nous avons pu, durant le trajet retour, discuter entre nous sur la photo sous-marine (hein Olivier), de la bio, (c’est vrai, ce n’est pas Bretagne) et des clubs du coin.

    De retour à quai, les manips inverses de déchargement, retour au local, dés équipement du matos, gonflage du bloc et transfiguration avec des habits plus conventionnels ont pu se faire.

    Au moment de régler ma plonge, Cathy m’a annoncé que selon ma météo une plonge était possible le week-end du 11 novembre.

    Ah !!!! cela me cause

     

    Alors, peut être au week-end prochain ? :love:

     

    Bonnes bulles :top:

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Nous avons pu, durant le trajet retour, discuter entre nous sur la photo sous-marine (hein Olivier)

    :decu: Oui, mais il n'y a pas l'air d'avoir beaucoup de faune et de flore par chez eux :(

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    :decu: Oui, mais il n'y a pas l'air d'avoir beaucoup de faune et de flore par chez eux :(

     

     

    salut Olive,

     

     

    Comme je l'ecrivais un peu plus haut, c'est un pays avec de nombreux spots de surfs.

    Il y a donc une puissante houle du large et des hauts fonds.

    Ces courants genent la pousse de kelp. Meme les étoiles de mer sont musclées ici pour se cramponner aux rochers :hehe:

     

    Bonnes bulles ?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    D'ailleurs tu n'aurais pas quelques photos des lieux où tu plonges, Christophe ? Je suis curieux des fonds qu'on peut trouver dans ce coin de l'Atlantique. :photo:

     

     

    salut Keole,

     

     

    Non, je n'ai pas de photos sous la main.

    J'essaie chaque fois que je le peux d'illustrer mais là, j'ai pas.

     

    Je vais chercher encore.

     

    Bonnes bulles

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Pour la faune, surtout ne pas manquer la migration des poissons-lunes qui se déroulent en juillet (faudrait que je vérifie mon logbook)...4 ou 5 minimum à chaque plongée.

     

    Sinon, c'est la faune typique de l'atlantique....pas très colorée mais très bon à bouffer (anchois, sardines, quelques homards sur St Jean, dorades, bars, poulpes....). Il est cependant exact que je trouve que la faune s'amenuise d'années en années. Cet été, j'ai fait plusieurs plongées où seules les étoiles de mers et les nudibranches de toutes sortes étaient au rendez vous.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Alors, tu as testé l'étanche ? :top:

     

     

    Pas encore

    Faut que je trouve un jour de dispo pour aller tester ;) .

    Je suis en train de me renseigner pour une DR 905 mais j'attend justement d'avoir testé une étanche pour me prononcer vraiment.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Salut Christophe,

     

    Bravo pour ton CR, cela nous fait un peu plus apprécier la méditérrannée :froglol:

     

     

    salut Marou,

     

     

     

    C'est bien ce que je me dis chaque fois :mad:

     

    Je vais reserver pour vendredi, pour profiter de la "belle" saison.

     

    Bonnes bulles

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • 1 month later...
    • 2 weeks later...

    Bonsoir,lebobato, :)

     

     

    Ouais, et tes photos elles ont été prises quand :confused: ? En eté ou en hiver :eek: ?

     

     

    Je viens de rentrer au pays. :decu:

     

    La Nivelle est couleur caramel. :(

    La rade de St Jean pareil :(

     

    J'habite le long de l'Untxin qui est marron aussi. :(

     

     

    Tu veux me dire que ce sont les copains d'Urpean qui m'emmenent que sur des coins pourris ?lol :fou:

     

    Mais je ne desepere pas : je vais continuer à plonger, enfin quand j'y verrai quelque chose. :hehe:

     

     

    Zorionak :top:

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    salut christophe

     

    photos prises en toutes saison, mais les copains d'URPEAN sont comme tout le monde, quand l'eau est marron ils restent à la maison au coin du feu où ils vont boire des coups dans les bars; c'est ca le pays basque; un jour un paradis pour la plongée (mais si mais si) et pour plein d'autres choses et le lendemain il vaut mieux pas mettre un orteil dehors.

     

    Mais bon quand l'eau est chocolat dans la nivelle^ou dans la baie de St Jean, elle peut être trés claire le long de la cote espagnole.

     

    amitiés

     

    Alain

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant
    ×
    ×
    • Créer...