Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

assistance binome


ataraxie

Recommended Posts

la formation de l'école française de plongée met l'accent sur la sécurité pour soi ainsi que pour son binome.

A ce titre, notamment le Niveau III impose de savoir remonter son binome. C'est un geste qui fait l'objet de nombreuses répétitions à différentes profondeurs de plus en plus importantes, lors de la formation.

C'est une des épreuves redoutées de l'examen final, surtout lorsque s'y ajoute le stress particulier à tout passage d'examen!

Mais, avez vous jamais "pour de bon" remonté votre binome? ce moment particulier comment l'avez vous vécu? la situation était-elle un peu, moyennement, beaucoup, très (trop) tendue?

merci de raconter - sans fard et simplement - votre expérience qui ne pourra qu'aider ceux à qui cela n'est jamais arrivé.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 54
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Quand j'ai passé mon N2 la semaine dernière, le moniteur disait que en dix ou quinze ans il avait fait 8 réels sauvetages.

 

Ce à quoi il faut penser, c'est qu'une fois le niveau en poche, on ne refait plus jamais de remontées assistée en exercice. J'espère qu'au bout de quelques années tous savent encore le faire...?

 

Quant à moi, je ferais des remises à niveau de temps en temps... (enfin j'espère pouvoir me plier à cette discipline!)

Link to comment
Share on other sites

Ca m'est arrivé 2 fois de remonter un plongeur narcosé, qui a toute sa connaissance, qui n'est pas aggressif et qui ne se débat absolument pas.

La première fois c'était mon épouse : on avait fait une plongée dans une passe, mais sur descendante, donc nous sortions, il était prévu de faire un profil inversé, c'est à dire de passer de 25-30 m à 40 en sortie de passe pour vois s'il y avait du gros.

Y'avait pas de gros...par contre, Sabine a eu un comportement anormal, après les 5 mn d'attente convenue, le guide fait signe "on remonte" et elle a purgé sa stab...

 

Je suis descendu vers elle, je lui ai fait signe à nouveau "on remonte" :top: !

Là elle m'a lancé un regard furibard 8( qui m'a carrement fait rigoler :hehe: , j'ai choppé sa stab et j'ai gonflé, puis j'ai levé les yeux :rolleyes: pour voir où étaient les autres : oulah, ils sont tout petits là haut ! ( bon, OK...j'arrête avec les smileys...)

La remontée s'est bien passée, mais en arrivant en surface j'ai constaté qu'on était descendu à 57 m quand même, sans que je m'en aperçoive.

 

Ce qui signifie que j'étais incapable de gèrer Sabine en intégrant les données de mon ordi. Ce qui signifie que moi aussi j'étais narcosé et vu qu'on avait 600m sous les palmes et que les autres s'étaient barés...

Link to comment
Share on other sites

assistance binome

 

Mais, avez vous jamais "pour de bon" remonté votre binome? ce moment particulier comment l'avez vous vécu? la situation était-elle un peu, moyennement, beaucoup, très (trop) tendue?

merci de raconter - sans fard et simplement - votre expérience qui ne pourra qu'aider ceux à qui cela n'est jamais arrivé.

 

Est-ce qu'un élève qu'on emmêne en explo est pris en compte comme binome ? Je pense que oui.

 

Et dans ce cas, c'est un exercice que j'ai pratiqué "en réel" deux fois cette année.

 

Une fois pour cause de stress perceptible chez le binôme.

 

La seconde suite à pépin lié... à un exercice de remontée assistée que le dit binome avait raté sur un autre plongeur.

 

Dans le premier cas ca c'est très bien passé. Gonflage de la stab de l'assisté, signe "on remonte" avec un complément de signe signifiant "tranquilement". Ca s'est très bien passé.

 

Dans le second, gonflage du gilet de l'assisté avec une remontée un poil trop rapide (correct au début, puis bip-bip de l'ordi). Un coup de purge un peu trop marqué, et hop... on redémarre à la palme avant de terminer avec l'aide du seul gilet.

 

Dans le 2ème cas c'était stress chez le binôme à cause de la douleur (un vilain baro de l'oreille) et pas vraiment cool de mon côté .

 

J'espère bien que ces 2 cas (qui ont été les premiers) auront été les derniers.

 

Chose importante : quand on fait une assitance, sur une personne consciente, ne pas oublier de faire signe que la remontée se fera doucement (en fait à vitesse normale, et pas comme une fusée). Et bien faire sentir sa présence et que l'on maîtise la situation. (sinon il y risque que l'assisté ait l'impression -fausse- qu'on ne monte pas et, pire, qu'on veut l'empêcher de remonter. Et là, c'est le bordel...)

Link to comment
Share on other sites

...

Ce à quoi il faut penser, c'est qu'une fois le niveau en poche, on ne refait plus jamais de remontées assistée en exercice.

...

 

Parles pour toi, tout week end plongée commence pour mon binôme et moi par une séquence vdm, lre et remontée assistée à 40...

C'est une plongée du bord, donc on ne fait caguer personne, c'est vrai... ;)

Link to comment
Share on other sites

Et bien tu fais probablement partie d'une minorité redsea ;)

On pourrait se demander s'il ne serait pas judicieux de prévoir du recyclage comme dans tous les cursus secourisme terrestre, y compris pour les monos

Mais on est HS, on va énervé ataraxie qui voulait du concrêt ;)

Link to comment
Share on other sites

la formation de l'école française de plongée met l'accent sur la sécurité pour soi ainsi que pour son binome.

A ce titre, notamment le Niveau III impose de savoir remonter son binome. C'est un geste qui fait l'objet de nombreuses répétitions à différentes profondeurs de plus en plus importantes, lors de la formation.

C'est une des épreuves redoutées de l'examen final, surtout lorsque s'y ajoute le stress particulier à tout passage d'examen!

Mais, avez vous jamais "pour de bon" remonté votre binome? ce moment particulier comment l'avez vous vécu? la situation était-elle un peu, moyennement, beaucoup, très (trop) tendue?

merci de raconter - sans fard et simplement - votre expérience qui ne pourra qu'aider ceux à qui cela n'est jamais arrivé.

 

 

salut,

 

 

quand j'habitais sur Grenoble, je plongeais une à deux fois par semaine au lac.

Au début de ces plongées, nous faisions systématiquement une remontée, assistance, sauvetage ou remontée controlée.

 

En reel, j'ai remonté 4 ou 5 fois des binomes sur des plongées profondes (zone des 60 à l'air en lac), le plus "raide" fut une narcose mémorable de ma binomette de l'epoque, sur 63.

Remontée en position de sauvetage (detendeur assuré en bouche, face à elle) à 15 m/mn jusque vers 20 m. Elle hurlait alors qu'elle etait dans un etat second.

Vers 20 m alors qu'elle ne hurlait plus, je lui ai demandé sir c'etait OK. A la 3° demande, elle m'a repondu OK.

Je l'ai relachée et elle a coulé sur 5 m, le temps de la recuperer.

 

Je ne l'ai relachée ensuite qu'au palier de 3 m quand tout allait bien.

Elle a fait un bad trip. :confus:

Link to comment
Share on other sites

Vous avez remonté votre binôme... Bravo !

 

Et bien moi je l'ai eu ce "bad trip", et mon binôme m'a remonté.

 

J'avais déjà mon NII en poche depuis un long moment. Nous descendions dans le "bleu" (enfin, en carrière, c'est plutôt le noir). Et puis tout s'est mis à tourner, à tourner, de plus en plus vite... Je savais juste où se situaient le haut et le bas. Point final...

Avec mon phare, j'ai attiré l'attention et il m'a pris en charge (NIV en formation à cette époque ; un bon exo !).

Remontée de quelques mètres. Rien à faire ! Rien de rien. Toujours conscient mais toujours ce toune-broche infernal !

On a du remonter de 30 mètres et crever la surface avant que je ne recouvre finalement mes esprits...

A coup sûr, il m'a sauvé la vie !!!

Lorenzzo, si tu m'entends...

 

Curieusement, tous mes problèmes (mais celui là est le plus sérieux) je les ai eu en eau douce et froide (plongée à 4° hivernale, dans le Nord).

Rien en mer à ce jour... Croisons les doigts

 

Cette formation est indispensable... J'ai encore du pain sur la planche si je veux être vraiment opérationnel le moment venu...

Link to comment
Share on other sites

A ce titre, notamment le Niveau III impose de savoir remonter son binome.

C'est une des épreuves redoutées de l'examen final, surtout lorsque s'y ajoute le stress particulier à tout passage d'examen!

Heu, pas d'examen final pour les N III... du moins pas sur la forme d'un examen ponctuel réussi/pas réussi du style N IV et plus...

 

A part ça , plusieurs fois dû passer à l'action (5 ou 6) et si ça c'est toujours bien passer au final, jamais vraiment dans les règles de l'art pour des raisons diverses et variées. La vraie vie quoi... :hehe:

Link to comment
Share on other sites

et si ça c'est toujours bien passer au final, jamais vraiment dans les règles de l'art pour des raisons diverses et variées. La vraie vie quoi... :hehe:

 

Première fois cet été, nous avions prévu de faire une profonde à -50m pour aller voir une grotte où en principe on y trouve des langoustes...

J'avais parlé de cette plongée 2 jours avant sur le bateau et un des plongeurs me demande de l'amener avec moi sur cette grotte.

 

Il était prévu de se situer au dessus de la grotte et de faire une descente "rapide" pour ne pas trop se charger avant d'y arriver.

Au moment de se mettre à l'eau, mon binome perd son lest sur le haut fond (environ 12m) ce qui nous oblige de descendre sur ce haut fond prendre le lest et commencer la descente le long du tombant.

 

Arrivé vers 30m mon binome me tire la palme et me fait signe qu'il s'essouffle.

Je lui fais signe ok on se calme et nous stopons la descente. Mais rien n'y fait, je le sent "paniquer". Ce n'est qu'à partir du moment où je l'ai attrapé par sa stab qu'il a commencer à se "calmer". Nous sommes remontés tranquillement toujours en le tenant et sa "panique" a disparu.

 

A la sortie il m'a indiquait que l'eau froide, le manque de luminosité, l'appréhension de la profondeur, avaient provoqué chez lui cette panique et qu'il a pu se maitriser qu'à partir du moment où il s'est senti tenu.

 

C'était ma première remontée assistée "réelle".

Je ne sais pas si je l'ai faite dans les normes, mais j'avoue que même moi à la sortie j'avais les jambes qui flageolaient un peu en y repensant...

Link to comment
Share on other sites

moi c'est rigolo, surtout sur des problèmes de matériel sur 10 mètres de fonds :tromaran: (comme quoi la théorie..).

premier cas : plongée en carrière en cours de formation étanche, mon binôme avait une combi qui était trop serrée. Quand il l'a gonflé, il ne pouvait plus bouger les bras :tromaran::tromaran: et il était tout comprimé et j'ai du le remonter au gilet :tromaran: .

Deuxième cas : un binôme dont le gilet ne marchait plus...

Link to comment
Share on other sites

Et bien tu fais probablement partie d'une minorité redsea ;)

On pourrait se demander s'il ne serait pas judicieux de prévoir du recyclage comme dans tous les cursus secourisme terrestre, y compris pour les monos

Mais on est HS, on va énervé ataraxie qui voulait du concrêt ;)

 

J'espère sincèrement que nous ne sommes pas si peu nombreux que ça, il me parait évident que ces exercices doivent être travaillés régulièrement, et c'est le cas dans mon club . Et on a également la chance de faire des recyclages RIFAP, c'est vrai que ce n'est pas du luxe parfois.

 

Sinon, oui déjà 4 remontées dont une (la plus difficile), sur panique avec quelqu'un qu'il fallait non pas remonter mais empécher de remonter trop vite et qui se débattait. J'ai béni les exercices en fosse où on faisait ça pour s'amuser en donnant de grands coups partout ...

2 autres sur essouflement et une narcose, mais là, tous gentils, tous calmes, à la stab ...

 

 

"Entrainement difficile, plongée facile !!"

Link to comment
Share on other sites

Perso j'ai connu une assistance bizarre. Lors d'un baptême (ouais ca va on devait être en théorie à 6 mètres....), L"ex future plongeuse me semble à l'aise (dommage d'y croire), je lui tiens la main et d'un seul coup je sens la main partir, je me retourne : plus personne....:confus:

 

Je vois cette jeune fille en position de tortue en bas du petit tombant à 10 mètres ?!?! Je descends la chercher. Et là SURPRISE, la personne que je trouvais à l'aise se transforme en enclume de base. Un poids lourd. Je m'aperçois en même temps que sa stab est trop grande (alors taille XS), en effet elle passe les épaules au travers :surpris: .

 

Je la remonte, mais là je m'aperçois que c'est moi qui ai commis une erreur, combi trop épaisse et semi étanche, Gloups à chaud moi ..;

 

Finalement arrivé sur le bateau, la baptisée super contente de son bâptême :surpris:, moi sur les retules avec coup de chaud et début d'essoufflement....

 

Récemment, et après discussion sur ce même forum, j'ai pris la décision de plonger égoïste en attendant de retrouver la motivaiton pour encadrer...

Link to comment
Share on other sites

re,

 

 

j'ai eu aussi une chaleur à Giens, il y a une quinzaine d'années.

Sur le bateau où j'etais, on me confie 3 plongeurs N1.

Sur les 3, l'un d'eux revenait plonger apres 1 an d'arret, les 2 autres avaient déjà plongé depuis le debut de l'année.

Je réparti les binomes, les 2 à l'aise ensemble, "le maillon faible" avec moi.

Nous sautons à l'eau sur un fond de 20m, plat en sable.

Le bateau repart sur un fond de 45 à 300 m de là pour faire des techniques N4.

Nous nous immergeons et j'attends durant la descente un de ceux qui va pas mal suite à un petit pb d'oreille.

Nous arrivons au fond. Je demande au maillon faible si OK, il me répond positivement, je demande aux 2 autres. Avant d'arriver aux 2 autres, alors que mon binome commençait à marcher sur les genoux sur le fond, il pousse un cri, donne un coup de talon et s'envole vers la surface.

Je donne un coup de talon et m'envole aussi pour le rejoindre. Je l'attrappe, sors mes grandes palmes, vide ma stab me vide les poumons et tente de le ralentir. Tente, hein.

 

Nous sommes remontés trop vite.

A la surface, il crache son détendeur, jette son masque et comme la stab n'est pas gonflée, commence à boire la tasse.

Je le gonfle, récupere le masque et essaie de lui mettre le détendeur en bouche.

Je me revois lui dire "le détendeur, c'est l'air et c'est la vie, garde le en bouche". Au bout d'un temps qui me paraissait tres long, mais inferieur à une minute, une fois un peu calmé, je lui ai dit que nous etions remonté trop vite et qu'il fallait redescendre faire du palier.

Refus catégorique. J'ai négocié en lui montrant les risques. Le bateau etait toujours loin en train de surveiller les techniques (mais il nous avait vu, je le saurai apres).

2-3 minutes apres etre arrivés à la surface, j'ai reussi à le convaincre de redescendre, en le tenant par la main, sur un fond de 6m (que j'ai trouvé) pour torcher le bloc. Il ne m'a pas laché la main du tout (signe qu'il avait du avoir peur).

Les autres ???? ben ils trempaient et ils ont fait leur plongée tout seuls et sont remontés au bout de 30 minutes. Je n'avais aucun moyen de controle sur eux, je ne les voyais pas et ne pouvais pas descendre les rejoindre avec mon binome.

 

Nous avons eu chaud sur ce coup là.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.