Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Avez-vous tout plaqué ici pour vous installer là ou le ciel semblait plus bleu ?


    Messages recommandés

    • Réponses 130
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    ...

     

    je n'ai encore eu le temps de tout lire mais je me permet de rajouter ma petite pierre a l'edifice des gens qui ont tout plaquer ou qui le projete...

     

    a l'epoque, pas si lointaine, je cherchais des post comme celui ci...pour me reconforter peut-etre, me trouver au milieu de gens un peu "comme moi"...donc c'est cool de voir ce message.

    enfin voila...

    moi, depuis gamine, j'ai toujours voulu voyager...c'etait une drogue, un truc dont j'etais atteinte nerveusement !!! j'avais pas le chois, fallait que je bouge, que je vois le monde, la mer...

    gamine, je regardais Cousteau et ses amis tous les dimanches...alors de plus en plus ca m'a rendu dingue. il fallait que je parte. je ne fuyais rien, ma vie en france etait tres bien, ma famille aussi, tout. mais le monde...je le voyais comme une nouvel apart que l'on visite avant de l'acheter...

     

    alors je suis partie, a ma majoritee, enfin toute seule ou avec mon copain.

    puis je revenais...et je repartais des que j'avais des sous. je repartais 5 mois, puis 6 mois...ect...

    et un jour, au port de mae haad a koh tao j'ai vu une annonce en papier coller a un cocotier:

    CHANGEr votre style de vie, DEVENEZ plongeur pro...ect ect

     

    au debut je me suis dit que c'etait une blague...je ne pensais pas ca accessible. je n'avais jamais vraiment plonger. mais ca me fesait rever.

    les jours qui ont suivis...cette affiche nous a obseder. on a ete voir le site internet qui etait indiquer (ban's school) et on a realiser que c'etait possible. le tout etait d'economiser assez de sous pour venir vivre a koh tao le temps des etudes, sans travailler, ect ect...

    alors on est revenu a paris...et on s'est mis a bosser, comme des fous.

    puis une fois les sous en poche, soit 1 ans et demi apres...on est retourner a koh tao et on a commencer...

     

    le declic.

     

    maintenant nous sommes instructeur, tout les deux. bientot msdt.

    je n'ai jamais regretter...je me demande surtout ce que serai ma vie sans aujourd'hui.

    ma vie est un choix, et meme si c'est parfois dur (l'eloignement de la famille)...je n'echangerai pas ma place. pour rien au monde...

    sauf peut etre pour un job d'instructeur mieux payer ailleur. :)

    mais voila...on commence, on vit des trucs de fous...on va bientot bouger pour travailler ailleur...

    je ne sais pas de quoi demain sera fait...mais je sais que ma vie est une chance...que j'ai su saisir cette opportunitee...

    que mon boulot est le truc qui rend jaloux la moitiee des gens en vacances ici...et qui me demandent comment eux pourraient faire pareil.

    apres ce n'est pas tjr le paradis...il y a des inconvenients.

    evidemment.

    il faut savoir assurer ces arrieres au fur et a mesure, avoir de l'ambition, envie de se mouiller chaques jours (ce qui n'est pas forcement toujours le cas)...etre courageux face a l'eloignement de ses racines...

    mais mais...avec un peu de sous et de patience, cela s'arrenge.

    enfin quoiqu'il en soit...tout plaquer pour ca...

    moi je ne regrette pas. ca colle a mes ideaux, ma facon de voir la vie, le travail, les gens.

    apres, je n'ai pas encore bcp d'experience mais ca viendra.

    ce n'est pas un metier qui te rendra riche...mais tu en vis. pour le moment c'est ca qui compte...

    avec un peu de courage...ca ira.

    a bientot

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    J'ai envie de rajouter pour l'avoir fait et avoir quitté la France géographique pour la France ultramarine que l'expatriation est quelquechose qui se prépare sur du long terme.

    Ce n'est jamais évident de faire le grand saut, même si l'on en meurt d'envie.

    On cible une vie, parcequ'on y recherche un cadre, un confort que l'on n'a pas, mais on doit laisser un jour ses amis, ses habitudes, sa famille, un cadre professionnel, un boulot, une société.

    Alors c'est simple de le faire à 25 ans, moins simple à 30, et bien plus compliqué à 40 avec une famille.

    Le retour nous pend toujours au nez si l'on n'est pas en fuite totale, que ce soit pour des raisons familiales, professionnelles ou même de santé.

    Etant particulièrement confiant sur l'adaptation humaine, ces éléments sont plus difficiles à maîtriser. Entrevoir de retrouver un emploi à 40 ou 45 ans peut malheureusement aussi être un facteur décisif et influer sur notre pseudo liberté.

     

    Mon expérience n'est pas liée à la plongée mais à un confort de vie que je trouvais en perdition en France. Le fait de voir évoluer mon enfant dans ce cadre a été l'élément décisif. C'est toute une organisation à monter, et ce n'est pas simple.

    Nous sommes partis à 3 vers une demi-aventure :

    j'avais déjà passé 7 ans en Polynésie, et même s'il s'agit d'un territoire de plus en plus détaché, sur le plan du droit à la résidence, cela reste la France avec la langue associée.

    Un déménagement matériel, des démarches administratives, il faut penser à tout, comptes bancaires, impôts, sans oublier la grande tournée des au-revoir.

    Au final, c'est coûteux en temps, et en argent.

     

    Nous sommes là où nous voulions vivre, sans aucune mauvaise surprise, tout est question d'adaptation et pas de fuite : le pays correspond à ce que nous cherchions, et nous ne sommes pas là à ruminer ce qui nous manque, au contraire.

    Mais... je n'avais pas pensé à tout.

    Nous avons 2 enfants, dont le plus grand atteindra normalement le bac dans 7 ans.

    Et le peu de filières après-bac font que la seule solution consiste à "expatrier" ses enfants... ce qui représenterait une nouvelle déchirure familiale, et des frais très importants (duplica de vie finalement...)

    Alors nous repensons à nouvelle expatriation, vers un lieu qui résoud cette situation tout en préservant ce que nous avions trouvé, mais laquelle....

    Alors inévitablement je me dis que dans 7 ans, j'en aurai 47, et je n'ose imaginer trouver un emploi à cet age dans une société française.

    Concrêtement on ne sait pas :) mais il faudra bien trouver.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Je souhaite bon vent à ceux qui font le choix de l'expétration.

     

    J'ai toujours révé de voyage & d'aventure aussi. Mais sur la durée des vacances, ça me suffit largement. Ca permet de découvrir sans gacher par les contraintes administrative ou une lassitude qui vient vite finalement.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    J'ai toujours révé de voyage & d'aventure aussi. Mais sur la durée des vacances, ça me suffit largement. Ca permet de découvrir sans gacher par les contraintes administrative ou une lassitude qui vient vite finalement.

     

    Bizzarement, la lassitude peut intervenir aussi dans l'autre sens. Elle m'atteitn generalement apres 3 semaines en France :confus: . Bref, tout depend de la personne. :)

    A tel point que ma plus grande angoisse et de ne pas etre sur aujourd'hui de ne pas avoir a rentrer en France d'ici 3 a 5 ans...

     

    Quant aux contraintes administratives... elle me gache plutot en France :D

     

    Blague a part, c'est sur que les etudes des grandes sont une preoccupation. Mais j'ai la chance de pouvoir les faire heberger en France, et finalement, je ne suis pas sur que ce soit moins cher d'avoir une fille faisant ses etudes a Paris quand tu habites a Marseille que d;avoir une fille faisant ses etudes a Marseille quand tu habites a Beijing... :surpris:

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Je pense surtout que la lassitude n'arrive pas quand tu sais ce que tu cherches (la discussion tourne un peu en rond).

     

    Ce que je recherche dans le voyage, c'est la découverte, l'émerveillement, la surprise, ce qui n'est pas toujours compatible avec une expatriation.

     

    Perso j'accorde bcp d'importance au boulot (ambiance, intérêt, rythme, opportunités, dynamisme), j'ai déjà travaillé dans d'autres pays ... non décidément, je ne suis pas si mal ici.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

     

    Perso j'accorde bcp d'importance au boulot (ambiance, intérêt, rythme, opportunités, dynamisme), j'ai déjà travaillé dans d'autres pays ... non décidément, je ne suis pas si mal ici.

     

    J'en accorde beaucoup aussi (soit disant trop meme selon mon boss et ma femme :confus: ).

    Et tout ce que tu decris (ambiance, intérêt, rythme, opportunités, dynamisme), ce sont aussi les raisons pour laquelle je ne veux pas rentrer bosser en France :D ...

    Attention, je ne dis pas que je ne pourrai pas les trouver en France, mais dans mon cas l'expat apporte tout cela, et est meme etre un mutiplicateur d'opportunites.

     

    Et hormis les raisons perso qui m'ont pousse a partir, ce parce que je cherchais aussi cela que je suis parti.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Salut à toutes et tous !

     

    Merci pour vos témoignages qui sont très intéressants ! Je ne me lasse pas de vous lire. En mettant ce poste sur le forum, je ne pensais pas avoir tant de réponses et cela me ravit. :top:

     

    J'en profite pour vous souhaitez à tous, où que vous vous trouviez dans le monde, un joyeux Noël !

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Ce que je recherche dans le voyage, c'est la découverte, l'émerveillement, la surprise, ce qui n'est pas toujours compatible avec une expatriation.

     

    Bin c'est toute la différence entre un touriste qui débarque pour visiter et qui remontera dans son avion qq semaines après et un expat qui débarque dans le contexte d'une nouvelle vie à construire. Les déménagements sont des étapes de la vie parmi les plus stressantes. Si tu rajoutes encore le fait qu'on te vire dans l'expatriation tous tes repères pour t'en rajouter des nouveaux, c'est un cap pas évident à franchir parce qu'au début, on se sent un peu perdu et stressé par bcp de choses à faire. Après une fois installé, y'a énormément de choses à découvrir... mais il faut voir que le budget voyage a des chances de morfler car il faut prendre en compte le budget pour revenir occasionnellement au pays.

     

    Perso j'accorde bcp d'importance au boulot (ambiance, intérêt, rythme, opportunités, dynamisme), j'ai déjà travaillé dans d'autres pays ... non décidément, je ne suis pas si mal ici.

    C'est une question de contexte . Y'a pas bcp de choses que j'aimais chez mon premier employeur aux USA alors que le cadre était super. Quand j'ai changé, j'ai retrouvé un environnement de travail plus proche de celui en France mais plus contraignant en terme de climat et de style de vie. L'un pour l'autre. Je suis persuadé d'avoir eu d'abord le mauvais travail au bon endroit puis le bon travail au mauvais endroit. J'ai fait avec. L'essentiel c'est à mon avis de prendre ce qu'il y a de meilleur dans tout (boulot, cadre, etc...) et faire avec pour le reste.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    L'essentiel c'est à mon avis de prendre ce qu'il y a de meilleur dans tout (boulot, cadre, etc...) et faire avec pour le reste.

     

    100 % d'accord. Et d'ailleurs je pense que voyager un peu permet de développer cette faculté. ;)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    L'essentiel est ... de ne pas juger ceux qui partent, ni ceux qui restent :)

    Mais comme on aime ça, on peut critiquer ceux qui viennent ici ou ailleurs et qui ne se plaisent pas et repartent au bout de 6 mois à 2 ans :D :D

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    scubacastor : c'est l'auberge espagnole et les poupées russes pour les 2 films :). excellent qd meme.

     

    y'a aussi les faiseurs de suisses m'enfin la c'est plus vieux mais c'est qd même drôle :D

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Je crois que Scuba sait de quel film il s'agit Milka, il voudrait juste se souvenir de la fin... :D

     

     

    L'épilogue, c'est Duris qui se retrouve à Paris, comme au début, avec en plus l'impression d'être un étranger dans sa propre ville sur fond de RadioHead (No alarm no surprises). On le retrouve après un vagabondage à Montmartre complétement paumé, en costard, dans un bureau tout gris, avec des employés aigris et coincés, devant une machine à café... Le gars en costume de m*** "Monsieur Verner", lui montre les dossiers bleus, rouges, jaunes... Duris explose et claque la porte... Il se repasse toutes les images de son voyage et réalise que son reve étant gosse était d' "écrire des livres"... Moment magique où il choisit une voie peut-être plus compliquée mais qui le rendra heureux... :)

     

    Oui, oui... J'ai adoré ce film, en effet... ;)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci Joliesirène de me rafraichir la mémoire :)

     

    Pour répondre à la question de Burp sur l'effet "auberge espagnole", j'ai passé 20 mois aux USA sans mettre les pieds en France donc durant ce lapse de temps y'a eu du changement entre la France telle qu'elle était et les souvenirs que j'en avais. Y'a aussi pas mal de choses qui sont restées.

     

    Le retour n'a pas été tdouloureux ni compliqué parce que j'ai eu le temps de l'organiser et j'étais préparé pour. Dans mon cas, comme j'ai été embauché en CDI pour le job de mes rêves, le retour était encore plus facile et sans le moindre regret. Malgré cela, je pense beaucoup à mes vies californiennes et dans le Maine mais je ne me sens pas étranger dans ma propre ville. En fait j'ai probablement trop déménagé dans le passé :D . Le plus bizarre actuellement c'est pas de me réhabituer à la vie française mais plutot du fait de l'emploi stable de se demander ce que je vais faire les années qui viennent. La fin de l'auberge espagnole rejoint un peu cette idée de poser les valises pour rentrer dans les clous. C'est peut-être ce qui est le plus déroutant quand on passe d'une vie un peu nomade à un cadre extremement stable.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    • Dernières Discussions

    • Discussions similaires

      • 11
        Bonjour à tous, Comme expliqué dans un post précédent, dans le cadre de mon DEJEPS Plongée Subaquatique, je dois développer un projet professionnel. Mon but est de développer la plongée de nuit dans ma structure d'accueil. J'ai pour cela établi un questionnaire pour savoir si des plongées de nuit pouvaient intéresser des personnes. Le projet est à mettre en place sur Marseille mais tout le monde peut répondre.   Voici le lien du questionnaire : https://forms.gle/PTpXktHJQhvjZ
      • Invité
        1 048
        Vous en avez marre de vos posts censurés ? Quand vous interrogez la modération, on vous répond que c'est hors sujet ! Alors postez ici, si vous y êtes censuré, vous êtes , au moins sûr que ce n'est pas pour un hors-sujet! Moi, en tous cas, je ne fermerais pas ce post. Je vous encourage à quoter des pots censurés afin d'y obtenir des réponses de vos interlocuteurs . Faites vivre ce post c'est le votre
      • 15
        Bonjour,   Habituellement, pour mon certificat médical annuel, je passe par un médecin fédéral qui est prêt de chez moi donc agréé FFESSM.   Je souhaite savoir si cela est obligatoire, ou un généraliste suffit (non fédéral) pour que le certificat soit valable (formation niveau 2, 3 et explo) ?   Merci par avance,
      • 4
        Alors qu'on s'écharpe sur les vaccins ailleurs 🙂 , d'autres bossent sur comment soigner les malades atteints de cette pathologie. Le poumon est un organe auquel les plongeurs sont très attentifs. Une première vient d'avoir lieu en France par greffe des poumons.   Première greffe de poumons en France C'est un cas extrêmement rare, il n'y en a eu que 20 à travers le monde : un Français a nécessité une greffe des deux poumons pour survivre au Covid-19. Il vit grâce aux p
      • 105
        Rien de sexuel là dedans ,   Je regardais une vidéo qui semble présenter un conduit pour gonfler son parachute à la bouche plus rapidement que les petits embouts DS classiques. Apeks se targue même de pouvoir gonfler son parachute en une expiration!   Sur la vidéo on dirait que c'est le volume du para qui est plus petit, et vous me direz tu expires la même quantité d'air dans tous les cas donc bon ça change rien que l'embout soit comme-ci ou comme ça, mais quand même je pose
    ×
    ×
    • Créer...