Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Sarkozy pète les plombs


    Messages recommandés

    Chez moi par exemple, la gestion de la coquille St Jacques m'a l'air assez bien faite et assez rigoureuse.Prix élévés, périodes de pêche restrictive, mise en "jachère" des "gisements" par alternance...

    La coquille saint jacques est un cas particulier au meme titre que tous les coquillages car c'est par définition un peu moins mobile qu'un stock de poisson d'où le terme de gisements que personne n'utilise pour les poissons. De plus, les filtreurs sont généralement plus bas dans la chaine alimentaire que les poissons qui sont généralement carnivores. On peut faire des écloseries et semer ensuite en mer les petites coquilles à moindre cout et reglementer ensuite la récupération des adultes. Pour le poisson, c'est théoriquement possible que pour des espèces comme le saumon qui vont revenir sur une particulière à l'age adulte.

     

    Ce n'est pas un hasard si en dehors des blooms toxiques, la filière coquillage est plutôt en bonne santé parce qu'on est déjà en situation d'élevage alors que la pêche en est resté à la cueillette, un truc que sur terre on a abandonné depuis plusieurs milliers d'années.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • Réponses 79
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    Interressant ce post.

     

     

    :gagon:la solution ne serait elle pas de ne manger plus que de la perche du nil? vu que le lac victoria en est infesté, une surpeche de ce poisson rendrait service au lac et nous permettrait de manger encore un peu de poisson....

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    JHC, une baisse des quantitées produites va correspondre à une augmentation des prix de ventes.

     

     

    Je pense qu'ils parlent de la quantite au sein de l'exploitation, pas de la quantite en general.

     

    L'optique voulu etant, si j'ai bien compris, de multiplier les exploitations de petite et moyenne taille au detriments des super-producteurs. Ces dernieres - les petites - degageant certe moins de profit mais pouvant produire de maniere respectueuse de l'environement.

     

    Un petit retour en arriere de la machine.

     

    C'est un principe d'ordre general que l'on a l'air de retrouver un peu partout. Le gigantisme ne de la course au profit a entrainer une baisse de la qualite et de serieux dommage pour l'environnement. Super-producteur, super-exploitation, super eleveur tout ca pour abreuver nos super marches.

     

    Suis je pret a payer mes produits plus cher ? Je suis bien pret a diminuer les marges des geants de l'agro alimentaire.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Perso je suis pour un renchérissement du prix du poisson

     

    Solution de facilite. Dans ces conditions tu fait du poissons une denree inabordable pour une partie (grandissante) de la population > Souvenez vous, ces salaud de pauvres...

     

    Les poissons ne sont pas des vaches, et leur élevage en masse n'est pas une solution, on le sait !

     

     

    Ben apparement ce n'est pas aussi evident. Au plus je regarde sur le net et au moins j'en suis convaincu (c.f. lien plus haut...). Des solutions existent, elles impliquent une maniere de pensee differente, c.a.d. une baisse des profits et de la taille des exploitations pour un retour uniquement ecologique. Le probleme de la competitivite se posant soit on subventionne soit on legifere. Toujours le meme probleme, la boucle est bouclee.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • 2 months later...

    La consommation du poisson a été boostée dans les années 80 à grands coups de pubs TV et le soutient des supermarché.

    Pourquoi 90 % du poisson part-il à Paris directement ?

     

    1 - les parisiens ont plus d'argent

    2 - la cuisine moderne a transformé nos assiettes

     

    Traditionnellement on avait quand même plutôt tendance à manger les produits locaux. Je vois pas où pousse le thon rouge ou la sole dans la pleine de bausse...

    Si 10 millions de parisiens retournaient à leurs cochons et vaches ça serait pas mal.

    Et les bretons mangeraient des bulots et des macros, pour reconstituer les stocks des autres poissons.

     

    Les 30 glorieuses sont passées, la mega-crise économique arrive, maintenant on va voir si une nouvelle cuisine moderne va pas changer la donne.

     

    En ce qui concerne l'aquaculture c'est le mega plof, comme les bios carburants d'ailleurs. Ici en Thaïlande je vois l'ampleur du désastre : 50% des mangroves détruites en 30 ans pour faire de la ferme de crevette. Ces mêmes fermes ferment à tour de bras en ce moment : la nourriture des crevettes est trop cher (coût du pétrole qui fait marcher les chalutiers qui récoltent le poissons nécessaire à faire les granules pour crevette), les crevettes sont de mauvaises qualité (bourrées d'anti-biotics), les autres pays comme l'Inde, le Vietnam et le Brésil font de la crevette moins cher.

     

    cassoulet-ambiance.jpg

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...