Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Le métro de New York, c’est bon pour les moules


    Messages recommandés

    Un à un, les wagons de métro sont déposés au fond de la mer. A 16 milles nautiques au large de l’Indian River Inlet et à 2,50 m sous la surface de l’océan, le chantier va bon train. Acheminés par barges, les wagons au rancart rejoignent les 666 premiers wagons amassés sous les flots et contribuent à transformer le fond marin désert en une oasis luxuriante, tapissée d’algues, de moules bleues et d’éponges ; les rames grouillent de bars et de tautogues noirs.

    “C’est une résidence de luxe pour poissons”, explique au New York Times Jeff Tinsman, qui dirige le programme de récif artificiel du Département des ressources na­turelles et du contrôle de l’environnement du Delaware. Le récif Redbird – du nom des rames du métro de New York – accueille aujourd’hui plus de 10 000 expéditions de pêche à la ligne par an, contre moins de 300 en 1997. La quantité de produits de la mer au mètre carré y a été multipliée par 400 en sept ans.

    Pêcheurs amateurs et professionnels se bousculent au-dessus du récif ; les lignes ne cessent de se prendre dans les casiers. L’Etat a dû demander aux autorités ma­ritimes d’interdire la zone aux gros pêcheurs professionnels. La place commence vraiment à manquer. Le cardeau d’été et le bar sont tellement à l’étroit que Jeff Tinsman cherche à accroître la capacité des lieux. Pas évident : voyant le succès du Delaware, les autres Etats réclament eux aussi ces wagons de métro fournis gratis par la ville de New York. Cette année, faute de rames, Jeff Tinsman a enrichi le récif d’un vieux remorqueur de 92 ans et d’un YOG-93, un remorqueur de la marine construit en 1945 pour l’invasion du Japon. Mais cinquante wagons de métro devraient arriver prochainement.

    L’Etat de New York compte lui aussi construire un récif. Dès qu’il aura reçu l’autorisation des autorités maritimes, il récupérera toutes les vieilles rames. Les wagons ne quitteront donc plus l’Etat, qui économisera ainsi quelque 2 millions de dollars de transport. Avant l’arrêt des livraisons, la ville fera toutefois sans doute un geste en fournissant une centaine de rames au Delaware, au New Jersey, au Maryland et à la Virginie.

    Le New Jersey, qui avait cessé de prendre des wagons de métro en 2003 pour des raisons environnementales, en a demandé 600 à la ville de New York le mois dernier.

    L’American Littoral Society, une association de protection du littoral dont le siège est à Sandy Hook, préfère de loin les rochers naturels et les blocs, plus sûrs et beaucoup plus durables. “Mais c’est plus cher et nous sommes sensibles aux con­traintes budgétaires des Etats”, ajoutent les responsables.

    Comme d’autres associations, l’American Littoral Society était opposée à l’usage des Redbird en raison de l’amiante présente (en faible quantité) dans la colle des parois et dans l’isolation des rames, préconisant l’usage des wagons en Inox, plus résistants et moins chargés en amiante. Les autorités régionales et fédérales ont cependant approuvé l’usage des vieilles rames. Selon elles, l’amiante ne constitue pas un risque pour la faune et la flore sous-marines : seule sa présence dans l’air est toxique pour l’homme.

    Au cours des dernières années, les récifs artificiels ont attiré des poissons de haute mer, thons et maquereaux, qui y chassent de petites proies. Les bars affec­tionnent les wagons et les gros cardeaux s’installent dans la vase qui s’est déposée au-dessus des voitures, rapporte Jeff Tinsman. Le métro new-yorkais n’a pas le monopole des fonds sous-marins : automobiles, chars, réfrigérateurs, chariots de supermarché et ma­chines à laver accueillent eux aussi les poissons.

     

     

     

    Source Courrier International http://www.courrierinternational.com/insolite/insoliteaccueil.asp?page=1&obj_id=85347#85347

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • Réponses 131
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    Top Posters In This Topic

    Posted Images

    Mouais, les meilleurs récifs artificiels (ceux qui respectent le mieux l'environnement) sont en béton.

     

    Il ne faudrait pas que sous couvert d'articles élogieux on transforme les fonds en "décharges" comme en Floride au début des année 70 :malade:

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il ne faudrait pas que sous couvert d'articles élogieux on transforme les fonds en "décharges" comme en Floride au début des année 70 :malade:

     

    Sûr... Mais il ne faudrait pas non plus que par soi-disant principe de précaution ou écologisme de comptoir on s'abstienne de faire quoi que ce soit.

     

    Comment un récif où la vie vient se fixer pourrait-il être un grave danger pour l'environnement ? Il y a sans doute quelques résidus de mercure et autres peintures nocives, mais pas de quoi créer une catastrophe écologique.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Salut,

    Je suis assez d'accord avec ArnaudC mais c'est vrai qu'il faut faire attention à ce que l'on met sous l'eau comme ce qu'il y a été fait il y a quelques années où on coulait les bateaux sans les désamianter et sans nettoyer les réservoirs.

    Attention le béton c'est peut être bien une fois que c'est sous l'eau mais niveau pollution (gaz à effet de serre) la production du ciment c'est quelque chose de bien polluant.

    De toute façon il n'y a pas de bonnes solutions... que des pas trop mauvaises

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    700 wagons.......trop fort ces ricains !!! En france cela ne passerait pas, mais pourquoi pas effectivement immerger d'autres formes de recifs artificiels. Mai dans des quantités reflechies et limitées

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    http://www.artificialreefs.net/ LE SITE à consulter. (En anglais seulement).

     

    Pour l'immersion de récifs artificiels.

    Pleins d'exemples et de projets.

    Malheureusement, je n'ai pas pu lire de page où ils détaillent leur méthode avec rigueur. :decu:

     

    Pour ma part, je trouve que même si il reste un peu de matière polluante dedans, c' est quand même mieux que d'envoyer une vieille carcasse se faire démonter dans les pires conditions qui soient au Pakistan et au Bangladesh... :rolleyes:

     

    Et puis j' ajouterais qu'à Trélazé, il n' y a peut-être pas de métro, mais quand même un bus et un vieux chalutier...:tromaran: La poiscaille à l'air contente.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bien entendu qu'il vaut mieux essayer de faire quelques choses plutôt que de s'abstenir.

    Mais quand on arrive à certaine quantité on peu se poser des questions:

    - Raisons écologiques ou économiques ???

     

    Pour éviter ce genre de résultat :fou:

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Raisons écologiques ou économiques ???

     

    Les deux mon général ! :hehe:

    Elles ne sont pas forcément incompatibles : la ville de New-York veut se débarrasser de vieilles rames obsolètes dont le démantèlement ne serait sans doute pas rentable.

     

    Les clubs de plongée vont avoir plus de clients parce qu'il y a plus de trucs à voir.

     

    Et l' environnement n' a, pour l'instant, pas l' air de se plaindre !

     

    Environnement et rentabilité ne sont pas forcément antinomiques.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Le problème des vieilles tôles c'est qu'elles rouillent et sur la rouille que dalle s'accroche, c'est du "court terme" par rapport au beton...

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bloop, t'as des actions chez Eiffage ou Bouygues ? Je rigole... :grimace:

     

    Sommes-nous des génies? Avons nous découvert un nouveau troll : après PADI/fédé, les tôles VS le béton... :D

     

    Bouffés par la corrosion ? Sans doute. Les épaves aussi...

     

    Ce qu'il y aura après ? J'en sais rien. Les rames d'aujourd'hui peut-être :froglol: .

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Juste pour te faire c***r, je propose une petite leçon de français.

    [MODO ON : modif ****, pas nécessaire de verser dans la vulgarité]

    "rouiller" est un verbe. Donc, les tôles ne rouilles pas. Elles rouillent.

     

    Après, je ne sais pas si ...[REMODO ON : idem]

     

    Aucune moquerie, bien sûr ! Moi aussi j'en fais, des fôtes.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci Arnaud j'ai corrigé.

    Mais si tu reprends mes fautes tu vas avoir du boulot :grimace:

     

    Mais t'inquiète je m'en accommode très bien ;)

     

    Quand à voir un Troll c'est toi qui vois :rolleyes:

     

    Mais c'est pas facile de s'accrocher sur un bloc de rouille :ricane:

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Mwouais.

     

    Si on surpêchait moins, si on polluait moins et si les plongeurs ne détruisaient pas les endroits ou ils traînent leurs palmes, la mer ne ressemblerait pas à un fond marécageux. On n'aurait pas besoin de voir immerger des métro et autres joyeusetés pour que le poisson revienne coloniser les lieux.

    La création de réserves naturelles, ça, c'est une solution.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...