Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
pparis

NITROX "ELEMENTAIRE"

    Messages recommandés

    Bonjour

     

    Je me trouvais récemment sur une croisière en mer rouge.

    Le NITROX était a discrètion a condition bien entendu de pouvoir justifier d'une qualification . J'ai pu observer des comportements interessants concernant la majorité des dits "Brevetés" concernant l'analyse du mélange comme :

    - Présentation de l'analyseur sur la sortie HP avant d'ouvrir le bloc ( "Aie" la cellule ).

    - Pas de réétallonnage de l'analyseur entre deux mesures sur deux blocs différents ( la confiance reigne )

    - Ou encore souffler sur l'analyseur pour réétalonner .

     

    Q'uen pensez vous ? Comment pratiquez vous dans le cadre de la formation NITROX de base.

     

    Amicalement

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    J'ai pu observer des comportements interessants concernant la majorité des dits "Brevetés" concernant l'analyse du mélange comme :

    - Présentation de l'analyseur sur la sortie HP avant d'ouvrir le bloc ( "Aie" la cellule ).

     

    Sur certain analyseurs, sans limiteurs de débit, c'est le mode normal d'opération - il faut avoir le doigt léger sur le robico; comme tu ne dis pas quel était le modèle analyseur, j'ignore si c'est une erreur ou pas.

    Sur une croisière la logique veut qu'on présente le fonctionnement de l'analyseur au début (certains ont des limiteurs de débit,d autres non, etc ..)

     

    - Pas de réétallonnage de l'analyseur entre deux mesures sur deux blocs différents ( la confiance reigne )

     

    Ca n'a absolument aucun sens de réétalonner chaque mesure : la dérive d'une cellule est quelque chose de très progressif.

    De plus, si on veut vérifier la capacité de la cellule à ne pas sous estimer la fO2, il faudrait vérifier la calibration dans l'O2.

    Sinon, tant qu'on éteint pas l'analyseur et qu'on reste dans un lap de temps raisonnable (disons une heure pour fixer les idées), je ne vois pas d'interêt à étalonner sauf à constater une dérive majeur (exemple : un bloc sensé contenir du Nx32 est mésuré à 24 : on commence par suspecter l'analyseur).

     

    - Ou encore souffler sur l'analyseur pour réétalonner .

     

    On ne souffle pas pour réétalonner, mais pour le redescendre. Et, effectivement, cela permet un contrôle rapide : il doit afficher un chouia moins de 0.20 dans ce cas.

     

    Bref, je ne vois absolument rien de criticable dans ce que tu décrits et m'interroge sur ton intervention.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Comment pratiquez vous dans le cadre de la formation NITROX de base.

     

    Je suis loin d'être un "nitroxmaniac" :D

    En effet je n'utilise pas le nitrox à Marseille lors de plongées week-end.

    Par contre en voyage avec 3/4 plongées par jour sur une semaine j'utilise volontiers le nitrox tout en conservant le réglage "air" de mon ordinateur.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    pour l'analyse, tu ne mets pas directement la cellule en sortie de bloc, mais un T sur lequel elle est placée , elle ne prend pas le flux en plein, mais plutot les turbulences. Bien sûr il ne faut pas ouvrir en grand

     

    pour faire revenir la cellule, plutot que souffler dans le T, mieux vaut aspirer, ça évite d'envoyer de l'air humide chergé en CO2

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Bref, je ne vois absolument rien de criticable dans ce que tu décrits et m'interroge sur ton intervention.

     

    C'est pourtant simple , j'avais des interrogations/incertitudes suite à des observations faites , maintenant grâce à ton intervention j'ai les réponses !

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Sur l'analyseur que nous avions il y a 15 jours ce que tu décris était la façon de procéder. De plus on analysait nos blocs l'un à la suite de l'autre donc pas besoin de réétalonner ;)

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    C'est pourtant simple , j'avais des interrogations/incertitudes suite à des observations faites , maintenant grâce à ton intervention j'ai les réponses !

     

    Oki, je comprends mieux.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    pour faire revenir la cellule, plutot que souffler dans le T, mieux vaut aspirer, ça évite d'envoyer de l'air humide chergé en CO2

    Bonjour.

    A quoi bon faire "revenir" la cellule ? Est-il nécessaire de revenir à la valeur d'étalonage pour obtenir une réponse fiable ? N'est-il pas suffisant d'attendre la stabilisation de la mesure ? (et s'épargner ainsi l'attente entre la "descente" et la "montée" de la valeur)

     

    Salutations.

     

     

    (Pour l'incongruité du double étalonage, il existe effectivement certains analyseurs qui ont le rhéostat d'étalonage exposé et sensible, ce qui doit permettre quelques bévues lors du passage de témoin)

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...