Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

A la rencontre des requins baleine.. [CR Djibouti]


rémyy

Recommended Posts

Le temps passe vite, et avant qu'il ne soit trop difficile de réchauffer mes fantastiques souvenirs, je profite d'un peu de calme pour vous parler de ma récente croisière.

 

L'objectif fixé avec mon copain de bulles était de faire une rencontre sous-marine marquante, & passer un moment tranquille et simple après une fin d'année chaotique. Nous décidons donc d'aller à la rencontre de nos premiers requins baleine lors d'une croisière d'une dizaine de jours à Djibouti début décembre.

 

Il reste un mois, le pays n'est pas des plus touristiques, nous avons peu d'énergie, le séjour sera court, et les requins pas faciles à trouver. Je me résigne donc à faire une incartade par rapport à ma façon habituelle de voyager, + aventureuse, + longue.

 

Nous confions notre sort à H²O, pour une croisière sur le Dyn1 avec Dune : 6 jours aux Sept Frères, 2 jours dans le golfe de Tadjoura, et 2 jours à terre. Les plongées "sportives" des 7 frères nous attirent et les 2 jours dans le golfe devraient nous permettre de croiser les requins.

 

Départ sur Daallo Airways

 

A l'aéroport, la précieuse valise photo de mon buddy pourtant aux bonnes dimensions est refusée en cabine. A ma surprise, il n'insiste pas et l'enregistre...

 

Nous faisons connaissance avec notre avion et devinons que Daallo Airlines semble avoir décidé de nous imposer une dernière épreuve pour s’assurer de notre mérite à accéder au sanctuaire des requins baleine : 7h15 de vol dans un avion converti en charter mais à la base plutôt destiné aux liaisons internes ! Je fais bien 2 cm de plus que la taille maximale viable dans cet appareil, et quelque soit la position, mes genoux viennent immanquablement s’incruster dans la tablette face à moi.. ¡ Aïe qué dolorrrr ! La nuit va être longue, le sommeil court..

 

Arrivée à Djibouti

 

7h15 du matin, heure locale, nous arrivons fracassés & endoloris à l’aéroport, sous un soleil qui promet une journée chaude. Et là, nous découvrons avec crainte la 2° épreuve imposée aux voyageurs orgueilleux s’imaginant dignes du saint graal plongistique : la désorganisation TOTALE de la police et de l’aeroport djiboutiens. Pire, à ce niveau là, ça relève carrément d’un sadisme méthodique au service d’une logique implacable destinée à mettre à bout tout voyageur aux motivations incertaines ! Jugez plutôt la méthode :

1- erradiquez tout stylo de l’aéroport, puis exigez des voyageurs fatigués de remplir un stupide formulaire d’entrée. 15 minutes d’attente.

2- affectez seulement 2 policiers, que vous aurez sélectionnés pour leur zèle notoire, à l’examen des passeports de tout un avion. 15 minutes d’attente.

3- Installez 3 policiers dans un clapier vitré sous le soleil, donnez leur chacun 1 tampon nécessaire à valider le même visa, et envoyez-y tous les voyageurs. 1h30 d’attente.

4- Pendant ces 2h, laissez les bagages débarqués au pied du tapis qui sert également au réembarquement des bagages dans les avions au départ.

5- Laissez mijoter....

 

Outre l'attente interminable dans une chaleur étouffante et une fatigue avancée, 4 bagages du groupe sont introuvables, dont la pélicase avec tt le matos de mon buddy. Et comme il a rempli ‘photographe’ sur son formulaire, il sera bon pour perdre 2h de + à expliquer au directeur du cabinet du ministre de la communication qu’il n’est ici qu’en vacances et n'a pas l'intention de faire un reportage sur quoique ce soit qui nuirait à l'image du pays.. Ca sent bon la liberté de la presse :D

 

Heureusement, Heureusement... Pendant ce temps une représentante de Dune nous attendait a l’aéroport, avait rassemblé les bagages du groupe coincé aux visas, rattrapé la valise de matériel photo au pied des soutes d’un avion sur le point de redécoller pour Paris, et me rassurait régulièrement sur le sort de mon buddy, entre les mains de la police djiboutienne..

 

Elle nous emmène enfin au port ou embarquons sur une félouk pr rejoindre le DYN1. Grand bateau, confortable, où nous accueillent Laurence (manageuse du bateau) et Eléonore (DM). L’aventure semble enfin vouloir se poursuivre sur un rythme plus paisible : nous prenons possession de notre petite cabine, et nous préparons pour la premiere plongée sur l’île Moucha.

 

Nous faisons connaissance avec le reste du groupe : un couple de sexagénaires français paraissant bien sympathique, un groupe de 6 de Barcelone et un dernier groupe de 6 plongeurs du sud de l'Espagne.

 

Avant meme la première plongée, les barcelonais négocient pour changer le programme et se concentrer sur les requins baleine dans le golf de tadjoura :rolleyes: Nous sommes la minorité de blocage et les sept freres sont maintenus :demon:

 

Plongée d'adaptation sur l’île Moucha – site : Bouée Air France

17m / 63’

Nous sommes début décembre, l'eau est à 29° ! Nous avions prévu 25° et avons emporté nos 1/2 étanches. Nous décidons donc pour cette immersion sans prétention de plonger en maillot de bain et lycra ! :hehe:

 

Les plongées suivantes nous permettront de constater qu'à 29° les 1/2 restent tout à fait confortables : les plongées sont peu profondes (30-40 max) donc longues et l'on finit toujours par se refroidir. L'inconvénient est le lest à rajouter pour tenir les paliers en blocs alus. Une 5mm humide me semble le meilleur compromis.

 

Ce premier contact avec les fonds djiboutiens est un enchantement : les coraux mous sont énormes, et nous croisons des napoléons, clowns, papillons persans, bancs de balistes bleus, un ENORME baliste titan, perroquet gobban, gaterins à points noirs & juvéniles. La plongée en maillot de bain, avec un unique kilo de lest donne la sensation de voler avec légèreté au dessus du jardin de corail :fee:

 

Par contre, devant la lenteur et les niveaux 'folkloriques' de certains, nous avons rapidement décidé de faire égoïstement notre vie ss l'eau à deux. Zut, nous sommes en vacances ! A de rares exceptions près, il en sera ainsi le reste du séjour.

11943761_pnemo.jpg.aa5429a06637c762f1d0958d7d16ce59.jpg

562689155_rcif.jpg.128c91d6d0330f9846c93aa75ac1c7f7.jpg

Link to comment
Share on other sites

Les Sept Frères

 

Nous naviguons de nuit jusqu’aux sept frères. Tout bouge dans la cabine, je me prends la pélicase de Cédric sur la tronche ! Et grogne en regrettant qu’elle ne soit pas effectivement repartie par le vol retour.. :demon:

 

La nuit a été courte et très agitée, mais c’est avec plaisir que nous nous réveillons tranquillement arrimés à la Grande île, la plus grande des... 6 îles (!) composant les 7 freres.. Le temps est beau, la mer calmée. Il est temps d’enfiler les combines !

 

Pendant le reste du séjour, nous ferons 3 plongées par jour en moyenne. Aussi pour la suite, je me limiterai à vous raconter les plongées ou moments qui m'ont marqué.

 

Plongée réveil sur l’île de l’est – Site : Harod Le Kaal

21m / 50’

J’ai mal au crâne, mais j’essaie de profiter du paysage :

Anges géographes, empereurs, balistes titan, carrangues, une murène léopard, des bancs compacts de glass fish, un poisson ange d’Arabie..

Les autres palanquées ont vu des requins et un dauphin… GRR

 

2° plongée du matin de l’autre coté de la Grande Ile (coté ouest) – Jardin japonais

15m / 68’

Mon mal de crâne s’est changé en ouragan céphalé. A chaque coup de palme contre un bon courant, je ressens un coup de tonnerre derriere le front.. Je vais bien, tout va bien !

Raie à points bleus, mérous célestes, marbrés, gaterins à points noirs, ange à demi cercles, géographes, cochers, mais particulièrement juvénile poisson cochon à tache axilaire et… Requin gris, & pointe blanche, GNIARK !

 

 

 

Le lendemain, réveil à 6h30. Je laisse mon binome récupérer d'une nuit éprouvante de tourista. Dommage, cette plongée du matin s’annonce intéressante : 40m avec des courants velus et changeants.. :cool: Après un max à 21m la veille, dans une eau limpide et calme, je suis content de descendre un peu. Comme je suis seul, il m’est proposé d’encadrer un couple d'attendrissants sexagénaires, N2 expérimentés. J'accepte.

 

Plongée réveil sur l’île Sud – EYOUNDA KOMAYTU, Les Marches

40m / 45’

La navigation en félouk depuis la grande île dure un bon ¼ d’heure avec des passages assez houleux que le pilote négocie bien. Uno, Dos, Tres, GO ! Tout le monde bascule et descend directement sur le tombant à 20m. Ma palanquée est préparée à affronter un typhon, et c’est un mini courant à peine digne d’un marais camarguais qui nous accueille ! L’architecture du site est magistrale. Nous ne dépassons pas les 40m fixés, mais sous mes palmes, j'admire la dernière marche à la structure impressionnante qui s'enfonce à 60m. Nous rencontrons une ENORME loche de + de 2 mètres, un mérou à peine + petit, un banc de plusieurs centaines de barracudas, de grosses carangues, une tortue et une jolie murène léopard.

 

Nous replongeons sur ce site, qui pour moi est le + impressionnant de tous, le lendemain matin. Nous projetons donc une nouvelle autonomie avec mon binome pour pleinement en profiter. Quelle ne fut pas ma déception de me voir refusée une Pmax à 60 mètres malgré nos niveaux (N4 et mon binome OWSI), notre forme et nos compétences constatées lors de toutes les plongées précédentes, et la confiance établie lors des autonomies ou en encadrement :decu: Raison : certains N3 faibles pourraient s'offusquer de se voir refuser le même traitement.. Dur dur..

1780739029_pempereur.jpg.7e1169f11c743ae15ce365fe8a416007.jpg

1585749004_pangedarabie.jpg.4f5e9c73077399e6f946c37d9aa89963.jpg

1101582834_merouceleste.jpg.403405b6306bff99c4ff776e76454d1e.jpg

gris.jpg.ea7531230cc55c0b8652e22a40768a0a.jpg

2117690008_pointeblanche.jpg.a3862594cb00939d44c428732981347b.jpg

Link to comment
Share on other sites

Plongée sur l’île de l’est – le Jardin Chinois

 

Il est situé au pied de l'île, par 18m, à l'abris des forts courants environnants. Consigne nous est donnée de ne pas trop nous éloigner du récif, au risque d'être rapidement entraînés vers le large..

 

Alors que nous arrivons sur site, nous observons des dauphins au loin. Ils volaient vaguement dans notre direction, mais disparaissent le temps d'enfiler les scaphandres. Sans espoir, je blague ironiquement avant de sauter en demandant à tous de faire attention à ne pas cogner un dauphin en basculant. 1,2,3, HOP.... Et SURPRIIIISE, les dauphins sont lààààà !

 

Hélas, la visi est médiocre, et le temps de réunir tout le monde ils ont disparu..

 

Avant d'embrayer sur le jardin qui nous attend à 18m, un groupe de curieux (moi en tête :D) décide de s'éloigner un peu du récif pour tenter de les retrouver. Nous sommes à une profondeur de 25m, au dessus d'un fond de sable, à jouer lentement d'une maracas pr les intriguer.... Quand une quinzaine se rapproche de nous !

 

Je suis devant, et 3 individus viennent jouer à 3-4m de moi, en escadrille serrée… Un balai parfaitement synchronisé, où je les sens intrigués, curieux, et croise leur regard pétillant d'intelligence à plusieurs reprises. 3 minutes magiques :))

 

Mais ils finissent par partir, et je sors de mon rêve éveillé. Il nous faut maintenant remonter le courant qui forci et nous entraine vers le bleu. Je retrouve mon compagnon resté avec d'autres en arrière sur le jardin, en train de lutter avec son %£*$§@ de flash qui ne veut plus se déclencher.. Pas de souvenir numérique de cet instant donc..

 

Je tente de lui prêter main forte, mais le malheureux ne pourra plus prendre une photo sous flash du séjour.. Cable défectueux.. Sur la félouk à l’aller, il avait pourtant clamé « je vais réussir plein de photos aujourd’hui » !!!! Putain d’ours dont il a vendu la peau sans mm l’avoir égratigné ^^

 

Au final, cela ne s'est pas révélé si grave : de manière générale, la visi est moyenne pour un photographe sur les sept frères. Mais largement satisfaisante pour une exploration ! Nous nous promenons tranquillement par 15m de fond de patate en patate, entre carangues, napoléons, mérous, anthias, juvénile poisson cochon à tache axillaire, raies à points bleus, 1 petite rascasse brune semblant perdue en ces mers chaudes et une tortue en fin de plongée.

 

Plongée sur l’île de l’est, HARROD LE KHALE – La Route du Sud

21m / 48’

 

Cette plongée me laisse un souvenir particulier : une immersion au crépuscule, par une visi laiteuse de 15m à peine qui reproduisait parfaitement une troublante ambiance de ‘train-fantôme’..

 

Nous survolons tranquillement le récif à 2, comme à notre habitude : mon binome délesté de son reflex inutile et profitant pleinement de son explo; moi économisant mes mouvements, et traitant par le mépris la sale migraine qui me martelait de nouveau le crane à chaque coup de palme.

 

Nous regardons tous ces poissons commencer à se préparer pour leur nuit, avant que les prédateurs n’entrent en scène. Quelques sèches en limite de visibilité se laissent deviner plus que voir. Puis nous nous arrêtons en admiration devant un banc de fusiliers...

 

Quand subitement, et pour une raison non identifiée, tous se dispersent comme un feu d’artifice dans toutes les directions en créant une légère et sourde détonation !! Hum, nous nous regardons, et jetons d’inquiets regards vers le bleu, attendant de voir un énorme requin nous foncer dessus, étant les deux seules sources de protéines restées sur place ! :larme: Mais non, rien.. Nous ne saurons jamais et laissons nos cœurs redescendre lentement en rythme jusqu’à la fin de la plongée ^^

 

Dernière plongée sur les 7 freres avant 5h de navigation

La mise à l’eau se fait à l’arrière du bateau, les guides sont en flemme :hehe: Avant de partir, Laurence nous glisse qu’un hippocampe a été vu sur zone….. Qui sait ?

Le temps de plongée max est fixé à 60'/50b. Comme tout le monde se prépare lentement, nous décidons de partir prestement à 2 dans l'espoir de jouer les prolongations pour cette dernière plongée..

Au fond, petits coraux mous, du sable, des débris de coraux, ça ressemble à une plongée macro. On commence par croiser une murène léopard. Dans la foulée, une « nebrota a grandes cornes » (nudibranche). Des balistes en pagaille, des clowns, un labre a poitrine rouge, une petite raie a point bleu sous une faille. Un petit poisson rasoir…. En avançant tranquillement, une belle carangue bleue se colle a nous, curieuse, mais on est un peu trop gros pour un repas.

Nous continuons d'avancer et vers la fin de plongée, croisons une tite tortue toute timide mais peu farouche. Elle reste paisiblement posée entre 2 rochers alors que nous lui gratouillons gentiment la carapace pour la débarrasser de qqs algues fixées. Après cet intermède probablement encore plus inhabituel pour elle que pour nous, elle se soulève doucement, sans empressement puis part lentement en direction du bleu. Fin de plongée sympa avec une raie a point bleu posée sur le fond, loin sous nos palmes alors que nous tenons nos paliers.

 

23m/77’. L’objectif de départ est réalisé : premiers partis, derniers rentrés. Au revoir les 7 frères, ce fut cool.

795472669_murenetetejaune.jpg.957a8162f88f3f99e79ac73db733d6ab.jpg

1823374318_praie.jpg.e4adbd70b0fd2639f88bd519388c4117.jpg

Link to comment
Share on other sites

Tout ceci me semble très bien démarrer. On attend la suite avec impatience. Bravo pour tes photos ; elles sont bien sympa. :top:

 

J'ai aussi des souvenirs émus de l'aéroport de Djibouti. Que c'est bon de savoir que certaines valeurs se perpétuent dans ce monde en constant bouleversement :D :D

 

D'où venait ton mal de crane ? Des émotions du voyage, d'apnées à répétition lors des premières plongées, de la Pelicase sur la tête ?

Link to comment
Share on other sites

Les 2 derniers jours à bord sont consacrés à la "recherche" des requins baleines. Les guillemets sont justifiés car en fait, nous mettrons à peu près 5 minutes à les trouver ! :froglol: Nous savourons notre plaisir à taquiner les barcelonais qui mettaient la pression à tout le groupe dès le départ pour changer le programme de peur de manquer les requins..

 

Le coté tribord a instruction de se mettre à l’eau en premier, et bien entendu, ce qui devait arriver arriva : la moitié bâbord fait un magnifique plouf du au déséquilibre du bateau !

 

Nous avons passé plus de 2h a nager avec ces géants et les observer sous toutes les coutures. Après avoir dû nous pousser plusieurs fois de leur chemin, nous concluons que finalement, ils ont plus ou moins rien a faire de nous tellement nous paraissons insignifiants et inoffensifs pour eux. J'ai même risqué l’émasculation sur un aileron dorsal alors qu'un monstre de 9-10 mètres passait juste entre mes jambes écartées !! :fou:Ce fut une belle matinée, au milieu de ces animaux placides dans une visi relativement bonne.

 

Nous avons repris le meme chemin en début d’après midi. Les animaux étaient plus grands encore mais aussi plus actifs, et il est difficile de suivre un animal qui a une pagaie de 2m à l’arrière. Finalement, nous avons abrégé l’expérience en grelottant, le froid se faisant sentir rapidement en maillot de bain. Je pense que le souvenir de cette rencontre avec le plus grand requin du monde restera longtemps gravé dans ma mémoire de plongeur.

 

Enfin, les 2 jours à terre nous ont permis d'aller observer le Lac Assal, et passer une nuit dans une hutte au milieu des montagnes. Le lac est réellement beau et impressionnant : un désert de sel et de chaleur (+ élevée mesurée au monde > 50°) où toute vie est absente. La montagne est belle et reposante, mais m'a laissé frustré. Habitué à user mes chaussures de marches lors de longues randonnées à la découverte de contrées inconnues, la balade proposée autour du camp avec guide m'a clairement laissé sur ma faim. Je comprends et j'accepte cependant, que comme pour les plongées, les activités d'un groupe se nivellent forcément par le bas.. Par contre, pour la 2°, nous sommes de nouveau partis en autonomie terrestre cette fois-ci :hehe:

 

J'en ai simplement tiré des leçons pour les prochaines fois : tenter quand possible de débarquer en groupe, ou viser des bateaux plus petits, quitte à les affréter..

 

Voilà, 1 mois après, c'est un énorme plaisir que de me remémorer ces moments, regarder ces photos, et tenter de transmettre un peu de cela dans ces quelques lignes. J'espère que vous en prendrez un peu à me lire.

 

Merci à Cédric/Terra Océania mon poto, sans qui ce voyage n'aurait pas été possible ;)

 

Rémy.

521367568_requinbaleine1.jpg.0fa794a9b66cae31d7ef5fc5b6bdf103.jpg

549258180_requinbaleine2.jpg.0e0df4929d43f76f5b734f814bcd1827.jpg

626116163_requinbaleine4.jpg.325f8e14b53c26b7cb587e37991d36af.jpg

1460341314_pDSC_0242.JPG.3f0237416039f990f837bca2b9eb09bb.JPG

521805763_pDSC_0411.JPG.bc1ee68b43ced82dad7c2b9faf7d106e.JPG

Link to comment
Share on other sites

Kipling, c'est bon de savoir que l'on est pas seul a avoir enduré ces supplices :D

 

Pour le mal de tête.. Je suis migraineux à la base.. Je me réveille parfois avec une légère douleur. Pas gênant, je suis habitué. Par contre, en plongée si je ne m'en débarrasse pas avant, il s'amplifie, je pense à cause de l'activité et des micro apnées.. 3 jours de suite là, c'était vraiment pas de bol :fou:

 

Némogirl, j'étais avec Laurence, manageuse et co-proprio du DYN. Ainsi exceptionnellement, Eleonore DM habituellement sur le 2° bateau de Dune à Djibouti, le Némo.

 

Merci pour vos sympathiques retours ;)

Link to comment
Share on other sites

Némogirl, j'étais avec Laurence, manageuse et co-proprio du DYN. Ainsi exceptionnellement, DM habituellement sur le 2° bateau de Dune à Djibouti, le Némo.

 

 

J'ai fait la connaissance de Doudou cet été à Hurghada. Il est d'habitude toujours DM sur cette croisière. Et il m'en a tant raconté à me faire briller les yeux d'envie que j'ai hâte de faire ce périple !!!

 

Bonne soirée

 

Némogirl

Link to comment
Share on other sites

Voilà, 1 mois après, c'est un énorme plaisir que de me remémorer ces moments, regarder ces photos, et tenter de transmettre un peu de cela dans ces quelques lignes. J'espère que vous en prendrez un peu à me lire.

 

et plus qu'un peu même :top:

 

donc comme les autres merci à toi pour ce beau CR qui donne vraiment envie (à ton avis quelle est la meilleure période, en particulier pour les gros à points blancs ?)

Link to comment
Share on other sites

Merci pour ce très beau CR bien agréable à lire et accompagné de jolies photos.

Le requin baleine, c'est magique, j'ai filmé mon premier en juin 2008... à shark's Bay dans la zone de Sharm El Sheikh

Je ne fais que de l'apnée et je n'ai pas de migraine, bizarre que cela se produise chez toi!

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.