Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Plongeur "expérimenté" et leçon technique.


kiloas
 Share

    Recommended Posts

    • Replies 113
    • Created
    • Last Reply

    Top Posters In This Topic

    manuel du moniteur :

    N3 :

    Compétence n° 4 : DANS L’ESPACE LOINTAIN, REACTION AUX SITUATIONS

    - Réaction à la panne d’air

    avec maîtrise de 2 techniques :

    - utilisation du second

    détendeur

    - échange d’un même

    embout, avec respect de la

    procédure de remontée.

     

    N4 :

    8 - Epreuve de stabilisation à 40 mètres, réactions aux signes, puis retour en surface (coefficient 4).

    A l'issue de l'épreuve 7, le candidat tout en se maintenant au même niveau d'immersion, reçoit,

    interprète et réagit aux signaux du code de plongée. A la fin de cette épreuve, le candidat doit

    sur le signe du jury "je n'ai plus d'air" lui passer un embout et amorcer une remontée dans les

    conditions de sécurité appropriées pour l'équipe. L'exercice prend fin au signe "stop'' du jury. La

    remontée est prise en compte dans cette épreuve.

     

    Ca ressemble pas mal a ce qui a été demandé a Kiloas, non?

    Bon, c'est clair que si c'était sur un fond de 20m pour un N2, on peut se poser des questions...

    Link to comment
    Share on other sites

    C'est malheureusement vrai qu'a une époque on faisait travailler l'assistance au gilet en faisant un échange d'embout.

    C'était un handicap que l'on rajoutais au travaille de la maîtrise du gilet.

     

    Mais il faut arrêter ces conneries car faire faire des exercices pour le plaisir créé des automatismes qui au final sont nuisibles plutôt qu'utiles.

     

     

    Il vaut mieux former des plongeurs qui réagissent en fonction des cas qu'ils vont rencontrer, que des automates capable de faire une "belle" démonstration technique qui n'est pas appropriée à la situation...

     

    Pour moi le mec qui me remonte en surface après m'avoir donné son octopus, comme si j'étais incapable de le faire, n'a pas eu une réaction adapté à la situation qui se présentée à lui.

    Autrement dis il n'a pas été bien formé...

    Link to comment
    Share on other sites

    manuel du moniteur :

    N3 :

    Compétence n° 4 : DANS L’ESPACE LOINTAIN, REACTION AUX SITUATIONS

    - Réaction à la panne d’air

    avec maîtrise de 2 techniques :

    - utilisation du second

    détendeur

    - échange d’un même

    embout, avec respect de la

    procédure de remontée.

     

    N4 :

    8 - Epreuve de stabilisation à 40 mètres, réactions aux signes, puis retour en surface (coefficient 4).

    A l'issue de l'épreuve 7, le candidat tout en se maintenant au même niveau d'immersion, reçoit,

    interprète et réagit aux signaux du code de plongée. A la fin de cette épreuve, le candidat doit

    sur le signe du jury "je n'ai plus d'air" lui passer un embout et amorcer une remontée dans les

    conditions de sécurité appropriées pour l'équipe. L'exercice prend fin au signe "stop'' du jury. La

    remontée est prise en compte dans cette épreuve.

     

    Ca ressemble pas mal a ce qui a été demandé a Kiloas, non?

    Bon, c'est clair que si c'était sur un fond de 20m pour un N2, on peut se poser des questions...

     

    Pas tout à fait.

    Chacun peu gérer sa remontée, TOUT EN RESPECTANT les conditions de sécurité et le respect de la

    procédure de remontée (vitesse et paliers), sans que celui qui donne de l'air ait besoin de "remonter" son binôme comme un sac de patates...

     

    :rolleyes:

    Link to comment
    Share on other sites

    Pour moi le mec qui me remonte en surface après m'avoir donné son octopus, comme si j'étais incapable de le faire, n'a pas eu une réaction adapté à la situation qui se présentée à lui.

    Autrement dis il n'a pas été bien formé...

    d'accord avec toi Olivier. C'est ce qu'on m'a enseigné.

    Panne d'air, tu files ton octo, tu demandes si tout est OK et tu fais signes qu'on remonte.

    Sauf qu'une "assistance" sur une vrai panne d'air j'en ai fait une dans la "presque vraie vie" (c'était en fosse).

    J'ai récupéré un gar en train de descendre, gilet vide qui s'est retrouvé sans air à presque 20m. Quand il m'a fait signe panne d'air j'ai cru à un gag, dans le doute je lui ai filé mon octo et puis je lui ai fait signe on remonte.

    Ben là, lui il avait pas du avoir la même formation que moi, parceque j'ai du le remonter jusqu'à la surface en ayant besoin

    de "remonter" son binôme comme un sac de patates...
    Et sac de patate c'était bien ça, je sais même pas s'il a mis un coup de palme à un moment, il ne s'accrocher pas non plus à mon gilet, j'ai du le tenir tout le temps de la remontée. Je pense qu'il c'est juste retrouvé dépassé par les événements mais calmement, sans panique.
    Link to comment
    Share on other sites

    Tu as eu une réaction adaptée à la situation, c'est ce qu'on doit faire :bravo:

     

    Maintenant tu ne remonte pas systématiquement les personnes à qui tu file ton octo, surtout si elles semblent en pleine possession de leurs moyens. ;)

     

     

    Le problème c'est que beaucoup d'enseignant enseigne des gestes techniques sans donner à l'élève une notion essentielle qui est d'adapter son action à la situation.

     

    L'élève réagit comme on lui a enseigné, comme un automate, j'en ai même vus porter assistance, en situation réelle, et ne pas utiliser leurs palmes. Quand je leurs ai demandé pourquoi ils ne les utilisaient pas ils répondaient stupidement qu'on leur avait appris qu'il ne fallait pas palmer à la remontée d'une assistance.

     

    Malheureusement il est plus facile d'enseigner l'utilisation du gilet que comment réflèchir. :(

    Link to comment
    Share on other sites

     

    L'élève réagit comme on lui a enseigné, comme un automate, j'en ai même vus porter assistance, en situation réelle, et ne pas utiliser leurs palmes. Quand je leurs ai demandé pourquoi ils ne les utilisaient pas ils répondaient stupidement qu'on leur avait appris qu'il ne fallait pas palmer à la remontée d'une assistance.

     

     

     

    E X C E L L E N T E celle la.

    je la raconte ce soir à l'apéro ! ! !

     

    d'autres, d'autres ! ! !

    Link to comment
    Share on other sites

    Bon ben faut un couillon, une fois de plus ce sera moi.

     

    Les exercices qu'on fait nous apprennent à réagir vite et bien, donc à pas traîner, et l'entraînement sert à ce que ça ne passe plus par l'intellect et prenne trop de temps... enfin c'est ce qu'on m'a appris, donc je ne réfléchis certainement pas assez à la chose.

     

    Le coup du "tout à la stab" m'a toujours posé problème, j'ai toujours tendance à vouloir mettre les palmes, j'ai donc demandé en quoi c'était si grave. Ca l'est pas tant que ça, mais l'argument qu'on m'a donné me semble se tenir : " en cas de stress, pour l'assister comme pour l'assistant, il y a risque accru d'essoufflement, donc il faut faire le minimum d'effort possible... donc pas palmer et utiliser la stab qui fait pour toi sans effort".

     

    Après, un exercice mécanique, et par définition pas réel, est forcément toujours couillon, surtout quand on complexifie l'exercice juste pour tester les automatismes justement et le fait que tu les tiennent quand même malgré le stress. C'est pas réaliste mais le but de l'exercice et le résultat attendu, le pourquoi de celui-ci, sont plutôt clair selon moi... non?

    Link to comment
    Share on other sites

    Le coup du "tout à la stab" m'a toujours posé problème, j'ai toujours tendance à vouloir mettre les palmes, j'ai donc demandé en quoi c'était si grave. Ca l'est pas tant que ça, mais l'argument qu'on m'a donné me semble se tenir : " en cas de stress, pour l'assister comme pour l'assistant, il y a risque accru d'essoufflement, donc il faut faire le minimum d'effort possible... donc pas palmer et utiliser la stab qui fait pour toi sans effort".

     

    Dans la réalité, les plongeurs sont généralement équilibrés au font ou un peu lourd, tu perd plus de temps à chercher l'inflateur pour gonfler les gilets que de donner quelques coups de palmes pour décoller et n'avoir à purger l'air qui se dilate.

    Les palmes ne servent qu'a donner l'impulsion de départ et à maintenir une bonne position, donc aucun risque d'essoufflement.

    Link to comment
    Share on other sites

    Bloop: le démarrage à la palme puis purge pendant la remonté c'est effectivement ce qu'on m'a appris aussi, les écoles divergeant sur ce fameux début d'assistance... mais on m'a appris et entraîné aux deux :)

    Link to comment
    Share on other sites

    L'entrainement : c'est bien, même indispensable. Acquérir des automatismes et les entretenir...

    Mais cela ne dispense pas de réfléchir ! Au contraire ! Pour maîtriser une situation, il faut d'abord l'analyser !!!

    C'est peut-être un point trop souvent négligé par les formateurs/formations.

     

    "Palmes" ou "tout a la stab" : Encore une fois, il faut sortir du mode "entrainement" et faire travailler ses neurones...

    Si un besoin d'assistance (ou sauvetage) se présente, il faut faire en fonction de nombreux paramètres... Est-ce que le binôme est juste un peu "pas bien" (essouflé, brassé, fatigué, etc...) ou complètement dans les choux ?

    Est-ce qu'il est posé sur un fond ou en pleine eau ? Et dans le cas pleine eau, est-ce qu'il est stabilisé ou en train de sonder ?

    Si le binôme est stabilisé, quelques bons coups de palmes puissants permettent (très largement!) d'amorcer le décollage.

     

    "il faut faire le minimum d'efforts possible" : J'adore !!!

    Depuis quelques années, j'ai l'impression que de plus en plus de plongeurs (je ne leur jette pas la pierre, cela viens souvent des formations) laissent sur le bateau leurs neurones et leurs jambes(palmes).

    "T'as un soucis ? t'as une stab et un octopus !", "t'es perdu? ton ordi fait boussole !"

    J'exagère un peu (beaucoup? naaaaan ! :D ), certe, mais dans l'idée, on est pas loin...

    Link to comment
    Share on other sites

    Pas tout à fait.

    Chacun peu gérer sa remontée, TOUT EN RESPECTANT les conditions de sécurité et le respect de la

    procédure de remontée (vitesse et paliers), sans que celui qui donne de l'air ait besoin de "remonter" son binôme comme un sac de patates...

     

    :rolleyes:

    Je ne sais pas si on parle vraiment de la même chose...

    Pour un N2 a 20m, ca se tient : on leur apprend a remonter à 2, a la palme en purgeant au fur et a mesure.

    (mais ca se discute, regarde le cas de la panne d'air en fosse)

     

    Par contre a 40m, hors de question de gérer comme ca : la priorité c'est de décoller rapidement, donc assistance bouée avec gros palmage au decollage.

    On part aussi du principe que celui a qui il arrive un incident a cette profondeur n'est "plus bon a rien" et qu'on ne doit pas s'attendre a ce qu'il réagisse une fois pris en charge.

     

    Pour ce qui est d'utiliser l'octopus, c'est clairement plus 'safe'. Encore faut il l'avoir vraiment sous la main et le sortir du tac-au-tac.

    Perso, je commence par donner mon détendeur, et j'utilise l'octopus apres.

    Bref, pour des N3/N4, apprendre a faire un échange d'embout en assistance me parait justifié.

    Link to comment
    Share on other sites

    "il faut faire le minimum d'efforts possible" : J'adore !!!

    Depuis quelques années, j'ai l'impression que de plus en plus de plongeurs (je ne leur jette pas la pierre, cela viens souvent des formations) laissent sur le bateau leurs neurones et leurs jambes(palmes).

    "T'as un soucis ? t'as une stab et un octopus !", "t'es perdu? ton ordi fait boussole !"

    J'exagère un peu (beaucoup? naaaaan ! :D ), certe, mais dans l'idée, on est pas loin...

    Je comprends la "dérive" que tu souhaite dénoncer, mais là n'était pas mon propos. Et YUS viens de développer un peu plus et me permet d'approfondir ma réflexion...

     

    Je dis pas qu'il faut déconnecter le cerveau, les posts auxquels je réagissait critiquaient le caractère automatique de la réaction, et revenait sur les méthodes d'entraînement à l'acquisition de ces automatismes...

     

    Oui il faut analyser et vite, mais une fois la décision prise faut aussi être assez sûr de ses gestes pour agir efficacement...

     

    Quant à l'aide, et non pas la substitution au cerveau, des instruments... pourquoi s'en priver... faut pouvoir s'en sortir si ils nous plantent, ou prévoir la redondance qui va bien :froglol: , mais je ne vois pas de raison de se priver du confort qu'ils apportent.

    Link to comment
    Share on other sites

    Par contre a 40m, hors de question de gérer comme ca : la priorité c'est de décoller rapidement, donc assistance bouée avec gros palmage au decollage.

    S'il est stabilisé, même à 40, un bon palmage suffit...

     

    On part aussi du principe que celui a qui il arrive un incident a cette profondeur n'est "plus bon a rien" et qu'on ne doit pas s'attendre a ce qu'il réagisse une fois pris en charge.

    C'est bien là un des problèmes... "On part du principe". Ben oui, mais dans la réalité, les principes sont loin, très très loin !!!

    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share


    ×
    ×
    • Create New...