Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

problème après une ballade fort sympa


timeodanaos
 Share

    Recommended Posts

    Pica : ça suffit maintenant !!:demon:

     

    Timeodanaos : Donc, certainement du stress ou une tachycardie, peut-être, c'est possible aussi. Mais bon, si tu ressens ça à chaque fois que tu plonges et uniquement à ces occasions, il y a des chances que ce soit psychologique. De toutes façons, un conseil : la plongée, c'est zen, il faut te détendre et te concentrer sur une respiration lente et profonde et savourer ce que tu vois. N'hésite pas non plus à en parler avant et après, ça peut aussi permettre de désamorcer le stress. Just enjoy, diving it's fun !!;) (ouh là...je sens que je fais ma Padi là...ouh là, ça va troller dans les chaumières...:D)

    Link to comment
    Share on other sites

    • Replies 92
    • Created
    • Last Reply

    Top Posters In This Topic

    Mais non mais non y a rien de ridicule!:non: On y est tous passé à un moment ou a un autre...

    :gagon:

    Et puis prend une monitrice la prochaine fois;) , on sait jamais sur un mal entendu ça peu le faire...:froglol:

    Chelonia à raison, la première sortie FVT il y a quelque années, je me suis fait tenir la main de 18m à la surface, par Mayra(chanceux le bouxy) suite a une "mauvaise passe" qui a duré une dizaine de plongée,mais aujourd'hui tous vas bien, je plonge trimix plus ou moins profond et tout vas bien.

    J'ai eu une ou deux fois l'impression de mal respirer lors de mon brevet még. mais il faut juste s'habituer a l'ADV.

    Link to comment
    Share on other sites

    Un petit rappel concernant ton détendeur, l'effort inspiratoire est plus important quand tu es en position vertical, c'est plus confortablre d'etre allongé face au fond au palier. Mais le mental participe énormément au truc : j'ai perdu 2 saisons de confort en plongée (angoisse, essoufflement, perte d'interet....) aprés séparation avec mon ex-femme qui avait été aussi mon binome pendant 15 ans, c'est revenu progressivement ensuite.

    Prend ton temps, reste dans ta zone de confort, ton enthousiasme va revenir.

    Link to comment
    Share on other sites

    Bonjour.

     

    voilà des lustres que je n'ai pas fréquenté plongeur.com ; et je tombe sur ce sujet où l'on parle de tout et de n'importe quoi .

     

    Mon avis est le suivant :

     

    Si l'on présente de façon itérative des crises d'angoisse sous l'eau , a fortiori sans élément déclenchant identifiable , il faut renoncer à l'activité .

     

    La plongée est un sport à risque qui nécessite autant d'aptitude physique que d'aptitude mentale .

    Il n'y a pas à se voiler la face : des éléments de type phobique ainsi qu'ils nous sont décrits dans le post inaugural sont un danger pour le plongeur concerné , mais largement autant pour les équipiers qui l'accompagnent .

     

    On pourrait espérer un contrôle relatif de ces phénomènes d'anxiété généralisée par un traitement adéquat qui peut comporter un entraînement comportemental . Il n'empêche que cette vulnérabilité est trop importante et imprévisible pour que le risque soit pris de poursuivre une activité dans un milieu où au fil des évolutions et de la technique en jeu les exigences de contrôle seront de plus en plus grandes et où ce type de symptôme verra la gravité de ses conséquences croître .

     

    Les crises d'angoisse itératives sous l'eau entraînant une interruption immédiate de la plongée sont à considérer comme une contre-indication à l'activité de plongée elle-même .

     

    L'exposition de type TCC à la situation ne fera que masquer cette fragilité . Or la plongée n'est pas essentielle à la vie ; on doit choisir un sport ou un loisir compatible avec sa structure psychique .

     

    Bien trop d'accidents graves de plongée sont dus aux difficultés de contrôle du stress en situation problématique ou conflictuelle ( problème technique notamment) Il ne faut donc pas tenter le diable .

     

    Alors ensuite on voit les uns et les autres décrire les peurs et les appréhensions ou les événements paniques .

    Cela n'est pas du même ordre .

    Tout plongeur un peu engagé , peu ou prou rencontrera une situation critique où la peur ou le stress , voire l'essoufflement stressant est vécu très péniblement .

    L'art de contrôler ces épisodes et ces situations se situe dans la technique et l'expérience ; cela fait partie du risque indéniable de la plongée .

     

    Mais raison de plus pour ne pas partir avec une vulnérabilité anxieuse surgissant "sine materia" .

     

    Disons le : l'anxiété n'est pas une contre indication à la plongée , pas plus que les peurs circonstancielles ; mais l'anxiété généralisée et les crises phobiques , oui .

     

    Amicalement

     

    Bernard

    Link to comment
    Share on other sites

    Guest trimixeur

     

    Disons le : l'anxiété n'est pas une contre indication à la plongée , pas plus que les peurs circonstancielles ; mais l'anxiété généralisée et les crises phobiques , oui .

     

    Donc si j'ai bien compris, Monsieur le psychologue, Pica va recevoir de tes mains un certificat de contre-indication pour avoir les miquettes par -60m. C'est bien ca? A+ PAUL S.

    PS: Pica, les deux messieurs en blanc vont te ramener chez toi :)

    Link to comment
    Share on other sites

    Si l'on présente de façon itérative des crises d'angoisse sous l'eau , a fortiori sans élément déclenchant identifiable , il faut renoncer à l'activité

     

    Etant médicalement parlant d'un niveau encore au dessous du néophyte, psychologiquement pas franchement doué non plus, je n'osais donner mon avis.

    Bernard a eu exactement les mots kivonbien avec ce que je ressentais : On ne plonge que si l'on va bien.

    Et si certaines craintes ou hantises pointent e bout du nez,, on adapte la planification de la plongée pour les éliminer.

    Link to comment
    Share on other sites

    je confirme, une fois à l'air libre juste une envie de prendre un bon bol d'air, savourer le fait de respirer par le nez...pas de toux, pas de spumes rosés, pas de crachat...rien...

     

    Et juste d'ouvrir ta bouteille à fond, t'as essayé ?

     

    :jesors:

    Link to comment
    Share on other sites

    @Bernard: je trouve que c'est un peu dur comme discourt :confus:

     

    (...)

     

    Bonjour

     

    Mon propos n'est pas dur , il est froid , car je crois que dans ce genre de discussion si on veut être utile , il faut être le plus précis possible .

    Ou alors c'est du blabla sur lequel personne ne peut se fier ;

    on ne peut pas dire en plongée : vous avez des crises paniques injustifiées , poursuivez , vous verrez , ça va passer c'est pas grave .

    Car si effectivement les choses peuvent s'atténuer et passer dans des circonstances routinières et normées , subsiste une trop grande vulnérabilité au déclenchement panique à l'occasion d'un évènement inopiné qui est , en plongée , un risque mortel pour soi et son binôme .

     

    La plongée n'est pas une activité vitale et il faut savoir y renoncer quand les conditions a priori d'exercice ne sont pas réunies . C'est une exigence qui vaut pour toutes les activités de loisir à risque pour autrui .

     

     

    Enfin , à l'intention du zozomixeur , je ne suis nullement "psychologue" .

     

    Amicalement

    Bernard

    Link to comment
    Share on other sites

    Guest trimixeur

     

    je ne suis nullement "psychologue" .

     

    Salut, si ton verbiage se rapporte à ton plumage, tu es soit fou, soit le 'fou du roi' (un psychiatre). Je pencherai pour la seconde possibilité. A+ PAUL S.
    Link to comment
    Share on other sites

    Paul , quand tu fais une citation .... faut la faire complète !

     

    Bernard a dit : Enfin , à l'intention du zozomixeur , je ne suis nullement "psychologue" .

     

    Et non pas , uniquement : je ne suis nullement "psychologue" .

     

     

    C'est dommage d'oublier la partie intéressante ..... car , franchement , ... "zozomixeur" :hehe: .... c'était particulièrement bien trouvé ! :top::D

     

    Ceci dit , je ne suis pas non plus 100% d'accord avec Bernard ! L'analyse est certainement juste pour les cas vraiment sérieux , et ses arguments sont bien sûr pertinents , comme souvent dans ses interventions .

    Mais , fort heureusement , la nature humaine est pleine de nuances et il ne faut pas toujours prévoir le pire .... il s'agit ici d'un débutant en plongée loisir et non d'un binôme potentiel pour des plongées "engagées" , non ?

    Il a peut-être encore un peu le temps de voir venir .... et de se rendre compte de l'aspect définitif ou pas de ses crises d'angoisse :confus: ...... AMHA !

     

    :gagon:

    Mais , je suis comme Chelonia , un simple plongeur passionné et ni Psy , ni médecin .... donc ce n'est qu'un simple avis qui n'engage que moi et ceci ne pourra être retenu contre moi en tant qu'incitation à la plongée à tout prix et mise en danger d'autrui .... :froglol:

    Link to comment
    Share on other sites

    Je pense que la composante principale de ce qu'a ressenti Timeodanaos est pour moi les 7 plongées d'expérience.

    J'ai vu il y a longtemps une personne qui lors de son Open Water avait effectué tous les exercices en piscine parfaitement, et qui au moment de sauter du bateau en eau libre s'est retrouvée incapable de le faire, c'est venu d'un coup sans prévenir. Impossible de la raisonner pourtant en prenant le temps sans brusquer les choses, rien à faire.

    Ne plonger que si on le sent est la plus sage des recommandations.

    Ne pas céder au regard des autres, la plongée n'est pas un sport, ne pas se mettre la pression hormis celle indispensable dans le bloc, et juste profiter du plaisir incomparable de pouvoir évoluer comme en apesanteur en allant à la rencontre de moment inoubliables.

    Peut être que dans 200 plongées d'ici Timeodanaos sourira de ce souvenir.

    En tous cas même si je suis parfaitement conscient des risques que nous prenons tous pour exercer cette activité, je pense qu'il serait dommage de ne pas insister, en prenant des précautions un plus poussées que la normale, juste pour son propre confort intellectuel et ne pas vivre cette situation comme un échec.

    je plonge depuis 1992 et la seule angoisse que je connaisse c'est toujours la même à la fin de chaque séjour plongée: "bon sang c'est la der, fait c...."!:chialle2:

    Link to comment
    Share on other sites

    .....Si l'on présente de façon itérative des crises d'angoisse sous l'eau , a fortiori sans élément déclenchant identifiable , il faut renoncer à l'activité .

    La plongée est un sport à risque qui nécessite autant d'aptitude physique que d'aptitude mentale .

    Il n'y a pas à se voiler la face : des éléments de type phobique ainsi qu'ils nous sont décrits dans le post inaugural sont un danger pour le plongeur concerné , mais largement autant pour les équipiers qui l'accompagnent .

    On pourrait espérer un contrôle relatif de ces phénomènes d'anxiété généralisée par un traitement adéquat qui peut comporter un entraînement comportemental . Il n'empêche que cette vulnérabilité est trop importante et imprévisible pour que le risque soit pris de poursuivre une activité dans un milieu où au fil des évolutions et de la technique en jeu les exigences de contrôle seront de plus en plus grandes et où ce type de symptôme verra la gravité de ses conséquences croître .

    Les crises d'angoisse itératives sous l'eau entraînant une interruption immédiate de la plongée sont à considérer comme une contre-indication à l'activité de plongée elle-même .

    L'exposition de type TCC à la situation ne fera que masquer cette fragilité . Or la plongée n'est pas essentielle à la vie ; on doit choisir un sport ou un loisir compatible avec sa structure psychique .

    Bien trop d'accidents graves de plongée sont dus aux difficultés de contrôle du stress en situation problématique ou conflictuelle ( problème technique notamment) Il ne faut donc pas tenter le diable .....

    Bernard

     

     

    Bonjour à tous,

     

    Pour revenir au début du fil, je pense moi aussi que la psyché est à mettre en cause dans les problèmes évoqués, la condition revenant à la normale quasi immédiatement au retour en surface excluant (pratiquement) complètement un problème somatique

     

    Je ne suis pas, moi non plus, tout à fait d'accord avec Bernard dont je trouve l'attitude un peu trop tranchée et univoque.

     

    AMHA:

    - je suis d'accord avec le fait qu'un débutant souffrant d'angoisse et de panique alors qu'il a commencé la plongée par lubie ou pour faire plaisir à son compagnon de route, doit être écarté pour son bien. En ce cas, la balance bénéfice/risque n'est effectivement pas en faveur de la pratique de notre activité préférée...

    - en revanche, pour un plongeur plus expérimenté (si, si, ça leur arrive aussi...;) ), ou même pour un plongeur débutant puissamment motivé, je trouve l'éviction systématique un peu exagérée... A moins que le problème en plongée ne soit révélateur d'un problème psychique en évolution, dont les conséquences sont aussi perceptibles pendant les intervalles de surface, je pense qu'on peut avoir une opinion plus nuancée et essayer, en toute sécurité et de manière adaptée, de ramener le plongeur à sa "normalité antérieure"...

     

    Quelques plongées tranquilles, dans des lieux connus, avec des gens connus et en qui on a confiance, voire avec un moniteur qu'on aura informé du problème (et ce, même si on est normalement autonome), doivent permettre à la grande majorité des gens de surmonter cette passe difficile, mais c'est vrai que ça peut prendre un peu de temps... Si le problème ne s'améliore pas, et là je rejoins Bernard, il faut alors prendre contact avec la Fédération Française de patchwork ou de macramé, désolé...:(

     

    @+

    Philippe.

    Link to comment
    Share on other sites

    Mais nous nous sommes au moins deux à te dire de recommencer en prenant des précautions supplémentaires.

    Si tu es incapable d'y arriver tu n'auras pas d'autre choix que de choisir une autre activité.

    Tu n'es pas seul en cause, lorsque tu plonges avec un groupe ou un binôme. Si tu n'est pas débarrassé totalement de ce trouble et que tu de dis que ça peut recommencer à tout moment tu peux mettre réellement ta sécurité en jeu mais aussi celle des gens qui sont avec toi.

    Cela ne se réglera pas sur un forum mais dans l'eau, avec patience.

    Sinon le thé dansant c'est moins dangereux que le patchwork....

    Pas d'aiguille:)

    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share


    • Dernières Discussions

    • Similar Topics

      • 94
        Bonjour, En relisant le MFT je n'ai pas trouvé la réponse. Voici ma question :  Peut-on valider un N2 sans qu'il ne soit allé au delà des 20 m et le faire ensuite progressivement descendre (en plusieurs plongées). Doit-on obligatoirement l'avoir descendu à 40 m avant de le valider en tant que N2 ? Merci d'avance pour votre réponse. Bonnes plongées à tous.
      • 37
        Bon c'est pas vraiment nouveau nouveau, mais hier je suis tombé sur ce petit "scooter" (je le mets entre guillemet, pour prévenir en avance ceux qui viendraient pour dire, c'est pas un scooter, ça a une puissance de m****e, etc...)   Leur site c'est ici https://www.lefeet.com/ Et j'ai trouvé un revendeur espagnol qui le vend pour 600€ tout compris (taxes et livraison).   Ce que j'ai bien aimé de l'appareil, c'est que c'est petit pas lourd et avec des accessoires qui
      • 21
        Bonjour tout le monde ,  J'ai eu le covid en février cette année , gros mal de gorge et toux sèche. Le problème c'est que je tousse toujours un peu  (quelque fois par jour) même si ce n'est pas douloureux , j'attendais de voir si ca allait passer mais non ... Je vois prochainement mon généraliste pour le certif médical je lui en parlerais, mais je trouve ces contrôles ridicule , limite à ausculter mes tympans et c'est tout ... les médecins fédéraux auront un meilleur point de vue
      • 19
        Sur le site de la GdF le plan est ancien et j'aimerai en  avoir un avec toutes les nouveautés. Il manque par exemple le bateau et certainement encore plein d'autres trucs.   Si quelqu'un a cela de dispo merci de partager.   Hugues
      • 3
        Bonjour ‌J'ai acheté un ordinateur Mares Quad air.   J'ai enfin pu plonger avec pour la première fois aujourd'hui. Mais dans l'eau, il ne s'est jamais allumé et m'a affiché un message d'erreur (voir pièce jointe) en appuyant sur un bouton pour l'allumer. Impossible de le débloquer depuis.   Pourtant, avant de plonger, j'ai bien lu la notice, testé et paramétré l'ordinateur qui affichait un écran normal et qui fonctionnait. J'utilisais avant un Mares NemoWide 2 donc je su
    ×
    ×
    • Create New...