Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Procès Morbihan


    Recommended Posts

    • Replies 56
    • Created
    • Last Reply

    Top Posters In This Topic

    ouais

     

    le Proc' ne semble pas d'accord avec la notion d'autonomie de ce niveau 2 ( et d'avoir mal apprécié les capacités de la victime sic ) et (S'appuyant sur le fait que la victime était «une nageuse et une plongeuse moyenne», le procureur a estimé, hier, que le prévenu «aurait dû se montrer plus vigilant» et ne pas la laisser en autonomie.)

     

     

    cela doit permettre à chacun de méditer sur l'autonomie que certains réclament comme un du eu égard à leur niveau...

    et permettre aussi aux encadrants de se rappeler qu'il faut toujours bien reflechir avant "d'accorder" un niveau lors d'un examen.

     

     

    A suivre..

    Link to comment
    Share on other sites

    on note aussi cette mauvaise habitude de considérer les 5 mètres supplémentaires comme une marge alors qu'ils ne sont accordés par le directeur de plongée que lorsque les conditions s'y prêtent (absence de courant, bonne visibilité : c'est quoi ça ? 5 mètres en baie de Quiberon)

     

    l'épave (un peu comme le Speerbrecher sur Groix : même combat) repose sur un fond de 25 mètres (ce jour là presque 28 mètres) : peut-on y envoyer des NII en autonomie comme on y fait des explos encadrés (NI encadrés bien souvent au delà des 20, voire même des 25 mètres) ?

     

     

    edit : je ne connais pas le club incriminé et ne juge personne, mais c'est une pratique régulière sur le Speerbrecher qui est une plongée assez similaire

    Link to comment
    Share on other sites

    bon, là on en est au stade de commentaires de forum basés sur le regard du journaliste évoquant des réquisitoires.

     

    D'ici à ce que le jugement soit prononcé et les procédures d'appel épuisées, on va pouvoir user nos claviers.

     

    Tiens, par exemple, sur la certitude d'un lien "mécanique" de causalité entre l'éventuel dépassement de préros et la SP....

    Link to comment
    Share on other sites

    bon, là on en est au stade de commentaires de forum basés sur le regard du journaliste évoquant des réquisitoires.

     

    D'ici à ce que le jugement soit prononcé et les procédures d'appel épuisées, on va pouvoir user nos claviers.

     

    Tiens, par exemple, sur la certitude d'un lien "mécanique" de causalité entre l'éventuel dépassement de préros et la SP....

     

    oui, bien sur sur, d'ailleurs on ne connait même pas les chefs d'inculpation (si c'est bien comme ça qu'on dit)

     

    je parlais de ça parce que justement on évoquait ce genre de dérives dans le secteur (et que l'article évoquait l'avis du proc je crois qui considérait qu'on ne pouvait plus parler d'autonomie à ces profondeurs, mais t'as raison on pourrait y passer la soirée)

    Link to comment
    Share on other sites

    Triste affaire...

     

    C'est vrai que le dépassement de prérogative n'es pas forcément à mettre au devant de la scène, tant sur un plan réglementaire que dans la réalité...

    En revanche, en se fondant uniquement sur l'article de presse évoqué, on est en droit de se demander si les conditions de la plongée étaient satisfaisantes sur le plan sécurité:

    - pas de personnel sur le bateau donc pas de prise en charge immédiate possible

    - le mouillage n'a pas été assuré à la descente puisque le bateau a dérivé de 300 m et vu qu'il n'y avait personne à bord...

    ...autant de choses qui pourraient être reprochées au responsable au titre de "pertes de chance"...

     

    Attention à ne pas vous méprendre: je ne juge pas, je ne condamne pas, je donne juste mes premières impressions à la lecture de cet article...

    Bien triste, en tout cas, que la conséquence de tout ça ait été la perte d'une vie...:(

     

    @+

    Philippe.

    Link to comment
    Share on other sites

    on note aussi cette mauvaise habitude de considérer les 5 mètres supplémentaires comme une marge alors qu'ils ne sont accordés par le directeur de plongée que lorsque les conditions s'y prêtent (absence de courant, bonne visibilité : c'est quoi ça ? 5 mètres en baie de Quiberon)

     

    l'épave (un peu comme le Speerbrecher sur Groix : même combat) repose sur un fond de 25 mètres (ce jour là presque 28 mètres) : peut-on y envoyer des NII en autonomie comme on y fait des explos encadrés (NI encadrés bien souvent au delà des 20, voire même des 25 mètres) ?

     

     

    edit : je ne connais pas le club incriminé et ne juge personne, mais c'est une pratique régulière sur le Speerbrecher qui est une plongée assez similaire

     

    Mouai je sais pas pour l'autre mais perso le Speer je vois pas trop ou est le problème pour deux N2 en autonomie. C'est pas la pire côté visi du coin et elle est quand même assez simple à faire. Je n'y ai jamais trouvé plus de 23m mais bon peut être qu'avec des 'grandes marrées' on peut trouver plus mais est il alors raisonnable de plonger au vu des potentiels courant (encore que pareil rarement été embêté par le courant sur les plongées que j'ai faites dans le coin).

     

    Quand à la SP pas sûr que s la plongée avait été à 20m pile elle ne serait pas survenue. Quand au jugement de valeur du niveau de la plongeuse par le proc ça me laisse assez pantois j'aimerai bien savoir sur quelles base il est fait....

     

    Nem

    Link to comment
    Share on other sites

    Quand au jugement de valeur du niveau de la plongeuse par le proc ça me laisse assez pantois j'aimerai bien savoir sur quelles base il est fait....

     

    Nem

    tout a fait d'accord avec toi sauf que c'est lui qui risque d'avoir raison parceque....ben c'est lui "la justice"...

    Link to comment
    Share on other sites

    puisque le proc est capable de définir un plongeur moyen.

    Est ce qu'il peux répondre à cette question : " c'est quoi un bon plongeur ?"

     

    sur le fond vu le manque d'éléments je m'abstiendrai de toute opinion.

     

     

    salut

     

     

    pour avoir déjà perdu une connaissance dans un contexte approchant, je peux t'aider à lister les défauts/erreurs qui font que la personne n'est pas un bon plongeur :

    angoissée

    ne maitrise pas sa flottabilité (s'équilibre à 20 et se retrouve à 33, en lac),

    consomme (pour un N2 qui se fait bourrer le mou pour passer le N3) (ne tiens pas 30 minutes à 20 m avec un 12 litres)

    est incapable de s'assumer dans l'eau et nécessite un accompagnateur (comme niveau 2, dans les préro du N2, ça gène un peu)

     

    Bref, elle est morte d'une surpression pulmonaire et stomacale ; elle s'est retrouvé soit à 63 soit à 67, selon les instruments et a été remontée par son moniteur (qui s'est bien battu pour la remonter mais qui s'est trompé sur les amers, pensant l'amener sur 40 alors qu'il y avait plus de 60 à cet endroit, pour sa seconde plongée de prépa N3)

    Ce meme moniteur lui avait signé son N2 quelques mois avant.... et elle n'avait pas le niveau, déjà.

     

    donc, ce qu'est un bon plongeur, je ne sais pas.

    ce qui fait qu'un plongeur n'est pas bon, j'ai quelques idées.

    Link to comment
    Share on other sites

    My two cents :

    Les considérations sur le niveau et la qualité de la plongeuse sont ineptes et devraient être en bonne logique écartées par le tribunal.

    Le dépassement de profondeur n'est une faute que si le DP a accepté ce dépassement.

    Ici il semble que l'épave ne soit pas faisable sans excéder 20 m et là ...

    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share


    ×
    ×
    • Create New...