Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Toxicité mélanges Oxy


OliG
 Share

    Recommended Posts

    Bonjour, une petite mise au point sur la toxicité des mélanges Nitrox J'aimerai savoir à quel point c'est dangereux, un peu, très ou pas trop de dépasser la limite. Pour un Nitrox 30 à 1.6 de Ppo2 c'est 40 m max...je sais qu'on ne plongera pas à cette Ppo2 de 1.6 mais plutôt à 1.5 voir 1.4 pour garder une bonne marge de sécu, mais ma question est ailleurs : si je prends l'exemple précédent et que je descends à 40 m avec un Nx 30...si (je sais qu'il faut absolument éviter) je descends par distraction à -41m ou -45 m pendant quelques secondes ou 1 voir 2 ou 3 minutes, comment cette erreur se traduira t'elle ? Un accident grave, la mort assurée ou peut être en définitive pas grand chose...En fait je me pose cette question, absolument pas pour jouer avec les limites voir même les dépasser mais juste pour me faire une idée du degré de risques encourus. Je suppose que cela va varier aussi d'un individu à l'autre et peut être du % d'Oxy, l'exemple d'un oxy 100% pour la déco dans la zone des 6m, avec de la houle un plongeur pourrait se retrouver à respirer ce mélange plus bas !

    Merci pour vos commentaires.

    Link to comment
    Share on other sites

    • Replies 63
    • Created
    • Last Reply

    Top Posters In This Topic

    salut

     

     

    tu vas etre foudroyé instantanément ;

    ton esprit va se dissocier de ton corps et tu mourras dans d'atroces convulsions.

     

    bon, bref, tu comprends que je déconne ?

    toi, tu viens juste de passer ton nitrox et tu te renseignes.

     

     

    La sensibilité de l'oxy varie selon les individus.

    Afin de preserver une toute petite minorité, la pp02 en plongée a été conseillée (à l'etranger) à 1.3/1.4 en explo et 1.6 en déco

     

    Je ne suis pas extraordinaire, mais comme beaucoup, je plonge avec 1.6 (à ton avis, quelle est la pp02 de l'air à 60 m ?) et je fais mes déco à 1.6 (voire plus)

     

    Les nageurs de combat plongent à l'oxy à une pp02 de 1.8 à 2 ; ils peuvent exceptionnellement (sur ordre écrit) descendre à 18m à l'oxy pur (on atomise carrément la pp02).

    Les russes plongent avec 2.4 de pp02.

     

     

    Par contre, une chose est sure, c'est que la crise d'hyperoxie ne prévient pas.

    C'est comme "le grand mal" mais c'est sous l'eau et on en réchappe exceptionnellement (m'enfin, j'ai déjà pris de l'oxy pur à 9m voire meme plus bas (et je ne suis pas le seul) et je suis encore là pour l'ecrire)

    Il y a quelques années, les plongées à l'air étaient jusqu'à 85 m. Calcule donc la pp02.

     

    à toute ?

    Link to comment
    Share on other sites

    certains ont une sensibilité à 1 ou 1.2.

     

    je suis déjà descendu à 45m alors que je ne devais pas dépasser 40m

     

    j'ai aussi respiré de l'oxygène pur à 10m pendant quelques minutes en faisant des efforts.

    il ne m'est rien arrivé, mais ce n'est pas du tout reposant pour l'esprit.

     

    on évite.

    Link to comment
    Share on other sites

    Tu vas immédiatement mourir dans d'atroces souffrances.

    Et tu seras maudit jusqu'à la 7ème génération pour avoir dépassé la profondeur plancher.

    on explose pas à cette profondeur ?

    :eek:

     

    toi, tu viens juste de passer ton nitrox et tu te renseignes.

    je me demande si ce ne serait pas bien que le participant au cours demande ça directement à son moniteur durant le cours...

    Link to comment
    Share on other sites

    Lorsque j'ai commencé la plongée, la ppO² maxi était de 2.

     

    de la sorte nous avions des tables de plongée qui nous donnaient des paliers pour des plongées a l'air dans la zone des 90m!. Et personne n'en mourrait du moins pas plus que maintenant.

    Pendant la WW2 Les nageurs de combats italien descendaient a 50m avec des recycleurs O² dans lesquels ils avaient simplement mis un peu d'air dans la boucle!

     

     

     

    Si tu dépasse la ppO² de 1.6 tu vas jusqu'a 2, voire 2.4 ou audela mais si c'est simplement une incursion et que tu remonte rapidement il n'y a aucun risque. Maintenant si tu planifie une plongée entière avec de l'O² ne dépasse pas les 1.5

    Link to comment
    Share on other sites

    Tout est dit dans le commentaire de Christophe 38.:top:

     

    Le seuil maxi de PPO2 est un choix. Le risque de grande crise hyperoxique dépend de la PPO2, mais dans une population donnée, tous les individus ne feront pas une crise à la même PPO2. Par exemple (les chiffres sont prit "à la louche", juste pour illustrer le propos) :

    - avec un seuil PPO2 à 3 bars, 80 ou 90% des sujets ferait une crise hyperoxique assez rapidement (en quelques secondes ou minutes),

    - avec le seuil de 1,6 bars, on estime que la grande majorité des plongeurs sont à l'abri de ce risque, quelque soit la durée d'exposition. Il reste néanmoins quelques individus susceptibles de déclancher une crise (peut être 1 ou 2 % ?).

    - en ramenant le seuil à 1,5 ou 1,4, le risque est quasi-nul pour tout le monde.

     

    Donc pour répondre à cette question :

    si je prends l'exemple précédent et que je descends à 40 m avec un Nx 30...si (je sais qu'il faut absolument éviter) je descends par distraction à -41m ou -45 m pendant quelques secondes ou 1 voir 2 ou 3 minutes, comment cette erreur se traduira t'elle ? Un accident grave, la mort assurée ou peut être en définitive pas grand chose...

    le plus vraissemblable est qu'il ne se passe rien du tout.

    Le problème étant qu'il n'est pas vraiment possible de déterminer ta sensibilité à l'O2 au préalable et que si une crise venait à apparaître (ce qui est peu probable), les conséquences sont graves (pour être clair, souvent fatales).

    Link to comment
    Share on other sites

    Pendant la WW2 Les nageurs de combats italien descendaient a 50m avec des recycleurs O² dans lesquels ils avaient simplement mis un peu d'air dans la boucle!

     

     

    :bravo:

     

    C'est quoi pour toi "un peu"?

    Link to comment
    Share on other sites

    Pendant la WW2 Les nageurs de combats italien descendaient a 50m avec des recycleurs O² dans lesquels ils avaient simplement mis un peu d'air dans la boucle!

     

    OLa pm,

     

    Là par contre... je doute un peu. Les accidents suite à des erreurs de marquage de bloc et des passages sur de l'O2 pures en déco ne sont pas une légende.

     

    IL y a une différence entre dépasser avec un nitrox et respirer de l'O2 pur par 50m.

     

    a plouch :rolleyes:

    Link to comment
    Share on other sites

    Le seuil maxi de PPO2 est un choix. Le risque de grande crise hyperoxique dépend de la PPO2, mais dans une population donnée, tous les individus ne feront pas une crise à la même PPO2. Par exemple (les chiffres sont prit "à la louche", juste pour illustrer le propos) :

    - avec un seuil PPO2 à 3 bars, 80 ou 90% des sujets ferait une crise hyperoxique assez rapidement (en quelques secondes ou minutes),

    - avec le seuil de 1,6 bars, on estime que la grande majorité des plongeurs sont à l'abri de ce risque, quelque soit la durée d'exposition. Il reste néanmoins quelques individus susceptibles de déclancher une crise (peut être 1 ou 2 % ?).

    - en ramenant le seuil à 1,5 ou 1,4, le risque est quasi-nul pour tout le monde.

    Pour compléter le "à la louche", il me semble que c'est la NOAA (une agence américaine bossant sur la météo marine http://www.noaa.gov/) mandatée par la NASA (qui ne voulait pas abimer ses astronotes s'entrainant en piscine) qui a pris un panel d'individus et a testé leur résistance et le temps qu'ils mettaient à déclencher une crise d'hyperoxie ainsi que la durée max "encaissable" pour chaque journée de travail.

    Ils ont sorti un beau tableau disant

    qu'à 1.6 de PpO2 leurs cobayes (humains) avaient mis 45min avant de déclencher une crise,

    qu'à 1.4 il fallait 160min, etc...

    et SURTOUT qu'à 1.8 il fallait "seulement" 2 minutes !

     

     

    Les nageurs de combat plongent à l'oxy à une pp02 de 1.8 à 2 ; ils peuvent exceptionnellement (sur ordre écrit) descendre à 18m à l'oxy pur (on atomise carrément la pp02).

    Les russes plongent avec 2.4 de pp02.

    J'ai déjà entendu que les plongeurs militaires avaient des épreuves éliminatoires sous très fortes PpO2. Pour moi, ça veut juste dire que la sélection impose des gens pas sensibles à la PpO2.

    Si je calcule bien, ça donne un équivalent 130m à l'air sur ordre écrit...Il doit bien y avoir des corailleurs qui peuvent le raconter ;)

    Je suis étonné de la limite à 2.4 utilisée par les russes (ça équivaut à du 110m à l'air et certains plongeurs doivent bien en être revenus mais de là à ce que ce soit pour des plongeurs loisirs :grimace: )

     

     

    Pour approfondir, il faut chercher des infos sur 1 indicateur : le SNC (Système Nerveux - ou Neurologique peut être - Central)

    ça se dit CNS en anglais et tout ordinateur Nitrox le calcule (ainsi que la durée d'exposition)

    Link to comment
    Share on other sites

    Pour en revenir aux différents commentaires :

    - Poser la question à l'enseignant serait un premier pas.

    - Le dépassement du seuil se traduit par une crise "hyperoxyque" dont on se sort très bien sans aucune séquelle (enfin, si on en fait pas toutes les 5'). Mais si au cours de cette crise, on se noie ou on fait une surpression pulmonaire, on s'en sort nettement moins bien.

    - Comme la narcose à l'azote, elle dépends de différents facteurs. Mais contrairement à elle, elle ne prévient absolument pas.

    - La NOAA a fait des tests de PpO2 instantanée et la plus faible valeur déclenchant une crise hyperoxique a été 1,7 (sur un élément de la population). En conséquence, ils ont limité la PpO2 à une valeur inférieure, 1.6. Ils ont également fait des tests sur de longues durées et imaginés le système de "CNS Clock" associé à un tableau dont parle Tit0 avec un peu d'approximation.

    - Dépasser le seuil de PpO2 n'est pas dangereux en soi, c'est le côté "inconnu" et "variable" du seuil, associé au risque de noyade qui l'est. En faisant le ratio bénéfices/risques, les plongeurs spéléonautes font régulièrement de longues heures de palier entre 1.6 et 2.2 bar, a fortiori s'ils sont effectués en milieu aérien (cloche, caisson)

     

     

    Quand aux plongeurs italiens, rien n'empêche effectivement de faire une plongée à 50m avec un recycleur O2 pur. Il faut juste avoir à l'esprit que le volume de la boucle sera des plus modestes au fond, et que chaque perte de gaz se traduit par une forte hausse de la Pp02 pour maintenir un volume ventilable. Du sport d'équilibriste, mais c'était leur marque de fabrique !

    Link to comment
    Share on other sites

    Et bien voilà, pour répondre à une questions plus haut, j'avais bien posé la question au moniteur...mais il semblait pas trop en mesure de me répondre...ici c'est clair, il ne doit normalement rien se passer sauf peut être individu très sensible, ce qui n'empêche qu'il ne faut pas dépasser quand on est un plongeur raisonnable mais une erreur ou distraction peut arriver donc c'est intéressant d'en savoir un peu plus sur les éventuelles conséquences. Merci pour vos interventions.

    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share


    • Dernières Discussions

    • Similar Topics

      • 9
        Bonjour’   Je recherche une structure dans les environs d’Albertville ou Chambéry pour faire le gonflage de bloc en trimix et/ou oxy. Est-ce que cela existe ?  Je veux éviter de monter sur Lyon pour cela ?   Merci.   Ch
      • 7
        Bonjour à tous,   Je gonfle des pony par pression partielle pour obtenir un Nitrox 70. Ma première B50 va bientôt arriver à 120 bars donc je dois commander sa petite sœur afin qu'avec 2 B50 je puisse, presque, vider la première. Mais comme je n'ai pas vraiment envie de démonter ma lyre à chaque gonflage pour la passer de ma B50 N°1 (la plus faible en pression) à ma B50 N° 2 pour atteindre les 120-130 bars d'oxy dont j'ai besoin dans mon pony, connaitriez vous un moyen de relier me
      • 52
        Petite question deco / oxy suite à retour de croisière mer rouge. du classique : 17 ploufs dans la semaine, Nitrox 28, plutôt profonde :  BDE et bi tank (sidemount) on traîne souvent à 40/35m  pour le gros... dernier jour de plongée 2 dives de prévues mais reprenant l'avion tôt dans la nuit (5h00)mon ordi (G2, P0) me donne 28h de desat total, no fly de 15h je décide de ne pas faire la dernière du vendredi matin trop short. Un collègue de la semaine me glisse en rigolant fait la 2 on te
      • 13
        Bonjour,   j'ai un 2e étage Octopus Calypso air que je voudrais utiliser comme 2e source sur ma déco gonflée le plus souvent à 70% d'O². Est ce que j'ai besoin de le faire dégraisser ou bien ça peut passer comme ça? Sinon, avez vous des techniques/conseils pour le dégraisser moi-même? merci   Christophe
      • 3
        Bonjour, je viens sur ce forum pour savoir si quelqu'un pourrait m'aiguiller sur la démarche à suivre.. Voila, le problème J'ai acheté un bloc déco dirty beast alu en version oxy clean pour faire des déco avec un nitrox supérieure à 40%. Le bloc m'a bien été vendu avec tout les papiers qui vont bien. Le souci est que si je veux le faire remplir en Suisse il me demande un autocollant collé sur le bloc attestant qu'il est bien compatible avec un mélange au delà de 40.. Mon bloc est
    ×
    ×
    • Create New...

    Bonjour,

     

    logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

     

    L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

    Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.