Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
Poussin38

Guadeloupe, martinique ou réunion pour plonger ?

    Messages recommandés

    Hello,

     

    Je n'ai pas d'expérience réunionnaise et mon expérience martiniquaise remonte à 20 ans...

    Par contre la Guadeloupe j'y suis allé une bonne douzaine de fois en 15 ans ayant de la famille là bas. J'ai débuté la plongée à Anse Caraïbe.

     

    Pour le rhum : faut l'avouer le meilleurs rhum est martiniquais et pas guadeloupéen ou réunionnais. Les guadeloupéens ne l'avoueront pas ouvertement mais aucun d'entre eux ne rechignera à apprécier un Clément de canne bleue et autres joyeusetés.

     

    Pour le "racisme", c'est beaucoup plus compliqué qu'on ne le croit. Un afro antillais peut parfaitement traiter une afro antillaise de négresse sans que cela ait le même sens péjoratif que dans la bouche d'un blanc. Le rejet d'un blanc tient en général à certains facteurs :

    - Il vit sur Grande Terre. L'ambiance n'est pas aussi explosive sur Basse Terre.

    - Il reste cloitré avec les moins de 10% de blancs qui évitent les mélanges.

    - Il prend un job à un antillais et gagne souvent plus qu'un salaire moyen local.

    - Il ne cherche pas à s'intégrer à la culture créole.

     

    Le gars qui part en Basse Terre, qui se mélange le plus possible à la population locale, qui ne ramène pas sa tronche pour apprendre aux locaux comment la vie fonctionne, qui a une activité professionnelle que les guadeloupéens délaissent, et surtout, surtout, qui parle créole, n'aura que très peu de problèmes.

    Avec cette règle malheureuse toutefois (exprimée par un guadeloupéen, je n'invente rien) : s'il y a un con raciste dans une soirée, il sera pour toi vu que tu risques fort d'être le seul blanc de la fête. (il me parlait des sound systems mais je crois que cela peut s'appliquer à beaucoup d'évènements).

     

    Pour les plongées ce n'est peut-être pas aussi puissant que l'Océan Indien, mais il y a quelques spots qui méritent de faire plusieurs milliers de kilomètres, comme le sec paté.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Enhydralutris n'a pas totalement tors... Il suffit de vouloir s'intégrer. Je n'ai jamais eu aucun soucis de racisme, ma mère plus sur la défenssive si. Pour le créole, le comprendre suffit à faire redescendre la tension. Le fait que tu comprennes le créole facilite les discutions et les relations. Si tu y va avec tes grandes théories de métropole, que tu leurs apprends la vie tu risques vraiment de passer un séjour de M**** !!

    C'est vrai que le sec paté est tout simplement exceptionnel ...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Je n'ai jamais eu aucun soucis de racisme, ma mère plus sur la défensive si.

     

    C'est marrant avec ma mère c'est l'inverse... elle a le quinté gagnant : elle vit en Grande Terre, elle est coupée de l'île dés qu'elle rentre dans sa résidence "case à blanc", elle comprend un peu le créole certes mais ne le parle pas, elle a un job financièrement intéressant qu'un guadeloupéen pourrait faire.

    Pour autant tout va bien, comme elle est mate beaucoup la prennent pour une chabine, comme elle sourit tout le temps et est très polie avec tout le monde elle est bien accueillie partout.

     

    Très important d'ailleurs la politesse là bas, il me semble que c'est aussi vrai en Martinique mais en tout cas c'est certain en Guadeloupe : les locaux sont très sensibles aux témoignages de respect et les formules de politesses ont une importance première dans les rapports humains.

    Faut pas en faire des caisses, juste ne pas oublier de saluer et de remercier, tenir une porte etc... rien d'anormal en fait.

     

    Alors que je suis plus "créole dans l'âme" qu'elle, même si elle y vit et que je n'y vais qu'en vacances, j'ai eu plus "d'embrouilles". Je craint que ce soit une question de couleur de peau, moi je suis blanc comme un cachet d'aspirine. Peut être parce que je suis un homme aussi. Le jeu de séduction des antillais doit avoir son influence.

     

    Mais en tout cas à chaque fois [edit: enfin c'est pas arrivé dix fois en quelques 8/9 mois de séjour répartis sur 15 ans de visites... on se fait plus souvent emmerder à Paris !] le schéma d'une rencontre conflictuelle a été le même :

    - Un Guadeloupéen (jamais une femme) bloque sur ma présence ou mon comportement qui lui est étranger.

    - Il rentre dans le clash et jauge la réponse.

    - 10 secondes plus tard il a comprit à qui il a affaire, la pression retombe d'un coup et on entame la causette. On peut même se faire de très bons potes comme ça...

     

    De mon expérience personnelle j'en conclue donc qu'ils sont sensibles au respect que l'on témoigne et parfois vifs dans leurs réactions, mais fort heureusement très à l'écoute et capables de remettre en question les préjugés qu'ils ont d'une personne qu'ils ne connaissent pas, et ce de façon quasi immédiate. [Edit: après c'est comme partout, y'a des bons et y'a des c... c'est aussi question de timing, qui on croise et dans quelles conditions, et je ne suis qu'un vacancier là bas.]

     

    Perso ça me va très bien ce côté "on crève l’abcès sans fioritures et après ça roule tranquille".

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    pas beaucoup de poissons aux Antilles

    Pffffff !

    Faut juste savoir regarder :grimace:

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Ben nous au moins on a le ti punch et le meilleur rhum au monde...

     

    Tu parles de la Guadeloupe, là, non ? :hehe:

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Ca fait une 10aine d'années que je vais régulièrement à la Martinique, d'ailleurs c'est là-bas que j'ai appris à plonger.

    Je ne connais que les plongées du sud de l'ile et c'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup de poissons (à mon avis à cause d'une pêche trop importante (bcp de casiers) mais les plongées sont quand même superbes. Des tortues du côté des anses d'Arlet, des éponges énormes, et la plongée du Diamant qui est unique.

    En ce qui concerne le racisme, je dirai qu'il y a 2 populations qui se cotoient mais qui ne se connaissent pas : les expats et les antillais.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    bjour,

    je ne reviendrais pas sur le coté "relationnel" , uniquement plongistique

    pas photo : va à La Reunion.....pas pour la Reunion :) ...mais pour toutes les possibilités autour : Mayotte ,Mada, Af Sud, Mozambique , Tanzanie.....

    perso si j'ai de nouveau ce choix direct l'Ocean indien;

    de toute façon toutes les regions du monde ont leur paquet d'embrouilles.... regarde nous on a Air France... :hehe:

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Et en Guadeloupe, tu as toutes les îles de la caraïbes, en haut et en bas, le mexique pas très loin... Après, faut voir les prix !!

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    pas photo : va à La Reunion.....pas pour la Reunion :) ...mais pour toutes les possibilités autour : Mayotte ,Mada, Af Sud, Mozambique , Tanzanie.....

     

    Sans vouloir rien enlever à la Réunion, que je ne connais pas :

    Pour la Guadeloupe, c'est une perle dans les petites antilles. Peut être pas la Grande Terre, mais la Basse Terre est exceptionnelle, les guadeloupéens sont charmants, sympas et accueillants, les paysages sont magnifiques et bien préservés, les îles de Guadeloupe (Désirade, Marie-Galante, les Saintes, St Barth) sont superbes ...

    Quant aux fonds, c'est beau partout, peut être un peu plus aux Saintes :D

    Principal défaut : Aucune auto-suffisance alimentaire. On ne peut que difficilement acheter "local" à l'exception du poisson, autant à cause des prix qu'à cause des volumes produits. Par exemple les tomates "importées" sont 20 à 40 % moins cher que les locales. Idem, et c'est un comble, les ignames de métropole coûtent parfois moitiés prix que les locaux .

    Ici, pas de tourisme de masse, beaucoup de gîtes et chambres d'hôtes, de locations de bungalow.

    Le paradis sur un sol français, Monsieur !

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Et en Guadeloupe, tu as toutes les îles de la caraïbes, en haut et en bas, le mexique pas très loin... Après, faut voir les prix !!

    voilà la seule chose intéressante des Antilles françaises....ça coute moins cher de voyage que pour se rendre dans l'Ocean Indien.

    puis de toute façon comme dit Caval c'est un paradis...moi chuis un païen....pas droit au paradis ...je vais donc continuer a ne pas remettre les pieds dans ce coin du monde...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Quant aux fonds, c'est beau partout, peut être un peu plus aux Saintes :D

    Haaaa les Saintes :love: Le paradis sur terre ... Le sec paté et ses poissons surdimenssionnés, ses couleurs ... Bon, j'arrête, je vais déprimer :ckan:

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci pour vos apports :), premières pistes de faisabilité cette semaine et point avec le DRH lundi soir, on verra si je peux caser l'argument plongée... :D

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Hello

     

    Principal défaut : Aucune auto-suffisance alimentaire. On ne peut que difficilement acheter "local" à l'exception du poisson, autant à cause des prix qu'à cause des volumes produits. Par exemple les tomates "importées" sont 20 à 40 % moins cher que les locales. Idem, et c'est un comble, les ignames de métropole coûtent parfois moitiés prix que les locaux

     

    Ce qui est compliqué avec ce sujet c'est que cette approche est à la fois juste et fausse. Oui les produits locaux sont peu accessibles, et même pour la population locale ce qui est un des très gros problèmes de l'île.

    Mais... 200 espèces végétales comestibles c'est loin d'être un désert et des fruits tombés des arbres qui pourrissent au sol dans l’indifférence quasi générale il y'en a des tonnes.

    Oubliés ou méprisés les fruits de la végétation de l'île ne souffrent pas seulement d'un problème de cout.

    Surtout si l'on va sur les marchés, on trouvera toujours moins cher qu'en grande surface malgré la PAC et ses dérives lamentables.

     

    Je suis aussi surpris par tes exemples :

     

    Les ignames locaux sont de moins en moins consommés non pas à cause de leur prix qui du coup est plus bas que l'import. Le problème : le chlordécone qui pollue fortement les racines et bulbes de toute sorte et l'impossibilité de tester les produits. De plus en plus les guadeloupéens sont conscient de ce problème et adaptent leur alimentation.

     

    La production de tomates est un problème en milieu tropical, le taux d'humidité est si fort que l'on ne peut se permettre de trop attendre la maturité au risque d'obtenir des tomates dépourvues de goût ou carrément explosées.

    La tomate "locale" (ce fruit n'est ni endémique ni adapté au climat) a peu de goût, une forme hazardeuse et n'a pas pleinement muri. Ces caractéristiques font que le consommateur va vers des tomates bien rondes et rouges, importées donc, bien que sans goût aussi, et la tradition économique locale est d'arnaquer le plus grand nombre, et donc d'élever le prix des imports.

     

    Je vérifierai en Mai (yeeeee ^^) mais il me semble qu'à l'heure actuelle ces produits sont moins chers que les produits importés. Après ça dépend où on les achète aussi... certains paie plus d'octroi de mer que d'autres (ça aussi quel scandale de taxer les produits de l'île d'un octroi de mer).

     

     

    La Guadeloupe est assise sur une richesse alimentaire, médicinale, ou plus simplement naturelle, ahurissante.

    Les fruits sont là, achetables ou ramassables sans même de véritable soucis de saison, faut les connaitre et connaitre les gens qui les vendent ou qui connaissent les coins.

    Et on est loin de la folie champignophile métropolitaine, car globalement tout le monde s'en fout des fruits à pain et autres marrons.

     

     

    Ce problème d'autosuffisance est culturel et économique, pas écologique (à part le pb du chlordécone).

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Je plussoie sous l'éclairage réunionnais Enhydralutris.

     

    Par chez nous, la canne à sucre (les bananes aux antilles) couvrent les surfaces agricoles d'une production (le sucre) qui côte plus cher à la communauté qu'elle ne rapporte. Une transformation d'une partie de cette surface en maïs, blé ou riz apporterai un surplus d'autosuffisance alimentaire (que ce soit pour les animaux d'élevage ou pour les hommes).

     

    Ce qui manque souvent dans la valorisation des productions locales c'est une volonté locale d'en organiser la production, la transformation et la commercialisation. Encore plus compliqué, tout ca se construit production par production. Nous avons par exemple à la réunion des filières animales très bien structurées, des filières légumières un peu moins bien structurées et à côté de ca des productions que le monde entier pourrait nous envier (ananas victoria, letchis) qui ne sont absolument pas valorisées!!

     

    Pur finir, je pense que la mondialisation culturelle et les modifications de modes de vie rendent souvent les plantes traditionnelles obsolètes (temps de préparation long, goût particulier...) et ça, dur de lutter contre.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Puisqu'on parle de l'agriculture, la Guadeloupe est mieux lotie que la Martinique!

    Des marchés de nuit et des fruits/légumes 30% moins chers.

    Je n'achète quasiment plus aux grossistes qui vendent le long des routes.

    Prix non affichés, balances parfois truquées, aucune traçabilité des produits...

    Quand on demande qui fait les prix? pourquoi sont-ils si élevés sur la production locale? "les prix sont fixés en fonction de ce que le client est prêt a payé".

    Me la suis fait bien mettre profond trois ou quatre fois (comme tout le monde), maintenant, les rares fois ou je m’arrête, je suis très attentif et n'hésite plus a laissez sur la balance quand on m'annonce certains prix!

    Actuellement c'est 3.5€ le kg de tomate . ca oscille entre 2€ et 5€/kg. Quand a la banane elle est vendue plus chère qu'en Métropole car non subventionnée....

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...