Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Mise à jour Code du Sport 2012


iglooz

Recommended Posts

Un peu long, désolé

 

Bonjour,

 

Comme certains le savent, sous mon pseudo se trouve le délégué du collège des instructeurs nationaux de la 2F. Autant le dire et gagner du temps car ce n’est pas le sujet :)

 

Par contre, je m’exprime ici à titre personnel. Et moi, ce qui m’intéresse, c’est d’essayer de faire émerger des propositions concrètes d’amélioration qui pourraient être faites.

 

Mais d’abord, quelques faits (et non des opinions ou suppositions).

 

En France, la plongée est considérée par l’état comme une activité sportive. Conséquence : cette activité relève du ministère des sports et sa réglementation est intégrée au cds. Ca peut paraître une évidence mais cela a son importance pour comprendre qu’un texte traite, ou ne traite pas de certains sujets.

 

Autre élément important. La partie du cds qui nous concerne est une section d’un chapitre qui s’intitule « Garanties d’hygiène et de sécurité ». Beaucoup l’oublient. A qui ces garanties sont-elles apportées ? Aux « pratiquants », qu’il s’agisse de clients, de membres d’association, etc. A qui sont adressées les exigences ? A tout « établissement » qui organise la pratique de la plongée et concrètement, aux responsables de structures (exploitant, président), aux directeurs et moniteurs de plongée essentiellement. En tous cas, les exigences ont pour seul objectif d’apporter le maximum de sécurité aux pratiquants et c’est important d’avoir cela à l’esprit (je ne dis pas pour autant qu’elles sont parfaites ou pertinentes :)). Ces règles ne sont pas faites pour traiter la situation de ceux qui exercent professionnellement l’activité. Je ne dis pas que personne ne doit se préoccuper d’eux, simplement, ce n’est pas l’objet de la section 3.

 

Il y a en France environ 300.000 pratiquants et…moins de 100 personnes qui exercent la profession dans le cadre d’un CDI.

 

PADI et le CDS

 

Oui le cds a été refondu selon une approche « aptitudes » en juin 2010 pour éviter à la France une amende des instances européennes qui aurait pu intervenir suite à une réclamation de PADI via l’Autriche. Ca n’a rien de secret. Inutile d’en faire un troll de plus…

 

L’évolution de 2010 est extrêmement simple : elle vise à accorder des prérogatives aux plongeurs en fonction de ce dont ils sont capables (aptitudes : moi je préfère « compétences », mais c’est pareil ;)) et non en fonction de « brevets ». L’entrée par les brevets avaient comme inconvénient (ou avantage, chacun se positionne comme il veut) que seuls les brevets listés pouvaient plonger en France (laissons de côté les « passerelles »).

 

L’entrée par les compétences permet de faire plonger tout le monde. On connaît le mécanisme : le DP qui détermine les aptitudes en fonction des éléments qui lui sont présentés (pour faire court).

 

L’élaboration du CDS « dernière version » et le rôle des différents acteurs

 

En allant sur le site du ministère, tout le monde peut voir (s’il ne l’imaginait pas) qu’il y a beaucoup de directions, sous-directions, bureaux, cabinets, etc. entre le ministre et les « petites mains » (ce n’est pas péjoratif !). Non, ce n’est pas le ministre qui a validé le texte.

 

Dans la version de 2010, la plongée aux mélanges n’a pas été traitée pour diverses raisons (notamment en attente du décret hyperbare…dont on se serait passé). L’objectif de traiter cette partie dès que les conditions le permettraient était clairement annoncé.

 

La 2F est la fédération délégataire pour la plongée subaquatique. C’est mérité ou pas peu importe, c’est comme ça. De fait, la 2F a été associée dès le début des travaux car au final, comme l’a signalé Christophe juste après un retour de la passe en S :cool:, le ministère a l’obligation par l’article R322-7 de demander son avis à la fédération délégataire. Pour autant, la 2F n’est pas la seule entité à avoir participé à ces travaux, loin de là.

 

Pour tenter d’expliquer, et non justifier, les principales évolutions du cds version 01/04/2012, il faut prendre en compte deux éléments essentiels :

 

Le premier élément est que toutes les formes de pratiques sont articulées autour des aptitudes définies pour la plongée à l’air. Que ce soit le nitrox ou le trimix, encadré ou en autonomie, on a toujours une définition du genre : aptitudes à l’air + aptitudes spécifiques au mélange considéré.

 

Le deuxième élément est que la volonté des pouvoirs publics est toujours et d’abord de réduire autant que possible les risques (les accidents : il faut se souvenir du nombre important d’accidents mortels de 2011.). Et que la plupart du temps, ça se traduit par moins de prérogatives, moins profond, plus de moyens.

 

Je prends le nitrox en précisant que ce que je dis est une hypothèse. J’imagine que la réflexion a été de se dire : il faut un espace nitrox « grand public » (comprendre : accessible au plus grand nombre sans risques) et un espace nitrox réservé aux plongeurs plus expérimentés. Comme la démarche consiste à se raccrocher aux aptitudes à l’air et à y ajouter les compétences spécifiques au nitrox, on a le choix entre les espaces 40 m et 60 m, ou les espaces 20 m et 40 m. Et on tombe forcément, lorsque le seul critère considéré est ce qui va dans le sens de la sécurité (selon ceux qui le considèrent…) sur ce qu’on connaît.

 

Que commercialement parlant, le surcoût d’un nitrox à 20 m au regard du peu d’intérêts à cette profondeur le rende invendable n’est pas du tout dans les considérations du ministère.

 

A peu de choses près, les explications que l’on peut avancer pour les N3 et le trimix sont les mêmes : diminution des espaces pour les pratiquants, augmentation de la qualification de l’encadrement parce-que ça va dans le sens de la sécurité (je rappelle : dans l’esprit de ceux qui au final ont décidé). Avec un élément supplémentaire à prendre en compte pour le trimix : dans un avenir proche, la majeure partie des diplômes d’encadrants « étatiques » seront les DE/DES(JEPS). Tous deux sont E4…

 

Au final, que pourrait-on proposer ?

 

Pour le nitrox, une seule aptitude comprenant toutes les aptitudes « spécifiques » nécessaires. L’espace d’évolution autorisé serait celui correspondant aux aptitudes à l’air, évidemment plafonné en fonction du nitrox.

 

Pour le trimix, maintenir un référentiel s’appuyant sur des aptitudes mais à prérogatives équivalentes avec la version actuelle du cds.

 

Ca parait simple, mais pourquoi pas :fou:

 

Beaucoup font part de leurs remarques à la CTN et l’on peut espérer que toutes ne seront pas sans suite (minimal/maximal : ça vaut vraiment le coup de poster là-dessus ?).

 

Pour finir, merci de ne pas trop m’en vouloir si je ne poursuis pas le fil…

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 2.5k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

...

Je dois bien t'avouer que mes formateurs :tromaran: m'ont toujours parlé de 18 mètres pour Open Water et

30 mètres pour l'Advanced ...

 

Pour clore (??), les recommandations sont 18m pour les débutants et 30 pour l'AOW, en formation.

Pour la plongée en milieu naturel: c'est : Plonger sans surveillance, dans les limites de leur formation

et expérience avec un binôme

Link to comment
Share on other sites

Au final, que pourrait-on proposer ?

 

Pour le nitrox, une seule aptitude comprenant toutes les aptitudes « spécifiques » nécessaires. L’espace d’évolution autorisé serait celui correspondant aux aptitudes à l’air, évidemment plafonné en fonction du nitrox.

 

Pour le trimix, maintenir un référentiel s’appuyant sur des aptitudes mais à prérogatives équivalentes avec la version actuelle du cds.

 

Ca parait simple, mais pourquoi pas :fou:

 

C'est du bon sens, mais pourquoi donc çà n'a pas été fait AVANT de pondre cet arrêté ?

Il y avait une urgence à sortir çà, mal ficelé dès le départ ?

L'ensemble des entités qui ont pris part aux travaux était narcosé ou quoi ? Il s'agit de l'intérêt de tous, pas d'une en particulier ...

Link to comment
Share on other sites

 

Au final, que pourrait-on proposer ?

 

 

Une dereglementation pure et simple. Ou un alignement sur les directives europeennes. De nombreux plongeurs survivent a l'etranger.

 

Aucune validation terrain ne permet d'affirmer que ce texte va offrir un environnement plus securitaire (nitrox...). Reves de fonctionnaires....

De plus dans une optique de developpert le marche de la plongee, ce texte va a contre-courant. Que la France se retrouve derriere l'allemagne en terme de taille de marche est une ineptie : consequence d'annees de "sur-reglementation" protectioniste....

Link to comment
Share on other sites

donc un PN FFESSM est limité à 40% et 20m, alors qu'un PN non FFESSM est limité à 20m et 53% en PpO2 1.6 :hehe:

finalement, un non FFESSM est plus en sécurité.

 

Un PN "non-ffessm" pourrait donc utiliser du nitrox a 99% a 6m ? :froglol:

Link to comment
Share on other sites

C'est du bon sens, mais pourquoi donc çà n'a pas été fait AVANT de pondre cet arrêté ?

Il y avait une urgence à sortir çà, mal ficelé dès le départ ?

L'ensemble des entités qui ont pris part aux travaux était narcosé ou quoi ? Il s'agit de l'intérêt de tous, pas d'une en particulier ...

 

Bonsoir,

 

Je ne crois pas que l'on puisse dire que le texte est "mal ficelé".

Il correspond visiblement à une volonté affichée, comme l'a exprimé 83h.

 

Bien cordialement,

Alain Foret

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

 

Comme certains le savent, sous mon pseudo se trouve le délégué du collège des instructeurs nationaux de la 2F. Autant le dire et gagner du temps car ce n’est pas le sujet :)

 

Par contre, je m’exprime ici à titre personnel. Et moi, ce qui m’intéresse, c’est d’essayer de faire émerger des propositions concrètes d’amélioration qui pourraient être faites.

 

Mais d’abord, quelques faits (et non des opinions ou suppositions).

 

En France, la plongée est considérée par l’état comme une activité sportive. Conséquence : cette activité relève du ministère des sports et sa réglementation est intégrée au cds. Ca peut paraître une évidence mais cela a son importance pour comprendre qu’un texte traite, ou ne traite pas de certains sujets.

 

Autre élément important. La partie du cds qui nous concerne est une section d’un chapitre qui s’intitule « Garanties d’hygiène et de sécurité ». Beaucoup l’oublient. A qui ces garanties sont-elles apportées ? Aux « pratiquants », qu’il s’agisse de clients, de membres d’association, etc. A qui sont adressées les exigences ? A tout « établissement » qui organise la pratique de la plongée et concrètement, aux responsables de structures (exploitant, président), aux directeurs et moniteurs de plongée essentiellement. En tous cas, les exigences ont pour seul objectif d’apporter le maximum de sécurité aux pratiquants et c’est important d’avoir cela à l’esprit (je ne dis pas pour autant qu’elles sont parfaites ou pertinentes :)). Ces règles ne sont pas faites pour traiter la situation de ceux qui exercent professionnellement l’activité. Je ne dis pas que personne ne doit se préoccuper d’eux, simplement, ce n’est pas l’objet de la section 3.

 

Il y a en France environ 300.000 pratiquants et…moins de 100 personnes qui exercent la profession dans le cadre d’un CDI.

 

PADI et le CDS

 

Oui le cds a été refondu selon une approche « aptitudes » en juin 2010 pour éviter à la France une amende des instances européennes qui aurait pu intervenir suite à une réclamation de PADI via l’Autriche. Ca n’a rien de secret. Inutile d’en faire un troll de plus…

 

L’évolution de 2010 est extrêmement simple : elle vise à accorder des prérogatives aux plongeurs en fonction de ce dont ils sont capables (aptitudes : moi je préfère « compétences », mais c’est pareil ;)) et non en fonction de « brevets ». L’entrée par les brevets avaient comme inconvénient (ou avantage, chacun se positionne comme il veut) que seuls les brevets listés pouvaient plonger en France (laissons de côté les « passerelles »).

 

L’entrée par les compétences permet de faire plonger tout le monde. On connaît le mécanisme : le DP qui détermine les aptitudes en fonction des éléments qui lui sont présentés (pour faire court).

 

L’élaboration du CDS « dernière version » et le rôle des différents acteurs

 

En allant sur le site du ministère, tout le monde peut voir (s’il ne l’imaginait pas) qu’il y a beaucoup de directions, sous-directions, bureaux, cabinets, etc. entre le ministre et les « petites mains » (ce n’est pas péjoratif !). Non, ce n’est pas le ministre qui a validé le texte.

 

Dans la version de 2010, la plongée aux mélanges n’a pas été traitée pour diverses raisons (notamment en attente du décret hyperbare…dont on se serait passé). L’objectif de traiter cette partie dès que les conditions le permettraient était clairement annoncé.

 

La 2F est la fédération délégataire pour la plongée subaquatique. C’est mérité ou pas peu importe, c’est comme ça. De fait, la 2F a été associée dès le début des travaux car au final, comme l’a signalé Christophe juste après un retour de la passe en S :cool:, le ministère a l’obligation par l’article R322-7 de demander son avis à la fédération délégataire. Pour autant, la 2F n’est pas la seule entité à avoir participé à ces travaux, loin de là.

 

Pour tenter d’expliquer, et non justifier, les principales évolutions du cds version 01/04/2012, il faut prendre en compte deux éléments essentiels :

 

Le premier élément est que toutes les formes de pratiques sont articulées autour des aptitudes définies pour la plongée à l’air. Que ce soit le nitrox ou le trimix, encadré ou en autonomie, on a toujours une définition du genre : aptitudes à l’air + aptitudes spécifiques au mélange considéré.

 

Le deuxième élément est que la volonté des pouvoirs publics est toujours et d’abord de réduire autant que possible les risques (les accidents : il faut se souvenir du nombre important d’accidents mortels de 2011.). Et que la plupart du temps, ça se traduit par moins de prérogatives, moins profond, plus de moyens.

 

Je prends le nitrox en précisant que ce que je dis est une hypothèse. J’imagine que la réflexion a été de se dire : il faut un espace nitrox « grand public » (comprendre : accessible au plus grand nombre sans risques) et un espace nitrox réservé aux plongeurs plus expérimentés. Comme la démarche consiste à se raccrocher aux aptitudes à l’air et à y ajouter les compétences spécifiques au nitrox, on a le choix entre les espaces 40 m et 60 m, ou les espaces 20 m et 40 m. Et on tombe forcément, lorsque le seul critère considéré est ce qui va dans le sens de la sécurité (selon ceux qui le considèrent…) sur ce qu’on connaît.

 

Que commercialement parlant, le surcoût d’un nitrox à 20 m au regard du peu d’intérêts à cette profondeur le rende invendable n’est pas du tout dans les considérations du ministère.

 

A peu de choses près, les explications que l’on peut avancer pour les N3 et le trimix sont les mêmes : diminution des espaces pour les pratiquants, augmentation de la qualification de l’encadrement parce-que ça va dans le sens de la sécurité (je rappelle : dans l’esprit de ceux qui au final ont décidé). Avec un élément supplémentaire à prendre en compte pour le trimix : dans un avenir proche, la majeure partie des diplômes d’encadrants « étatiques » seront les DE/DES(JEPS). Tous deux sont E4…

 

Au final, que pourrait-on proposer ?

 

Pour le nitrox, une seule aptitude comprenant toutes les aptitudes « spécifiques » nécessaires. L’espace d’évolution autorisé serait celui correspondant aux aptitudes à l’air, évidemment plafonné en fonction du nitrox.

 

Pour le trimix, maintenir un référentiel s’appuyant sur des aptitudes mais à prérogatives équivalentes avec la version actuelle du cds.

 

Ca parait simple, mais pourquoi pas :fou:

 

Beaucoup font part de leurs remarques à la CTN et l’on peut espérer que toutes ne seront pas sans suite (minimal/maximal : ça vaut vraiment le coup de poster là-dessus ?).

 

Pour finir, merci de ne pas trop m’en vouloir si je ne poursuis pas le fil…

 

 

merci à toi, Monsieur le Délégué

 

ça devait te démanger le clavier de lire nos idées/suppositions

 

Merci encore de cette intervention ;)

elle complete (en partie) nos échanges de mails :biere::top:

Link to comment
Share on other sites

Guest trimixeur

Tout à fait: une volonté affichée de mecs qui ne plongent pas et sont rétrogrades! A+ PAUL S.

Link to comment
Share on other sites

dans un avenir proche, la majeure partie des diplômes d’encadrants « étatiques » seront les DE/DES(JEPS). Tous deux sont E4…

?

s'ils sont tous 2 E4, ils ont les mêmes prérogatives

pourquoi 2 diplômes ?

 

pas envie de me re-fader les textes....

Link to comment
Share on other sites

Reconnaissance de niveaux, surclassement, avantage PADI/FFESSM et ...

Tout est là :

" Art. A. 322-77. − Le plongeur justifie, auprès du directeur de plongée, des aptitudes mentionnées aux

annexes III-14 a, III-17 a ou III-18 a, notamment par la présentation d’un brevet ou diplôme et, le cas échéant,

d’un carnet de plongée permettant d’évaluer son expérience.

En l’absence de cette justification, le directeur de plongée organise l’évaluation des aptitudes de l’intéressé

à l’issue d’une ou plusieurs plongées.

Le plongeur titulaire d’un brevet mentionné à l’annexe III-14 b justifie des aptitudes correspondantes.

"

1- Le CDS est défini par rapport à des aptitudes.

2- Le CDS définit ce qui est attendu comme compétences pour chaque aptitude PE, PA, PN, PTH.

3- le CDS définit automatiquement à minima des aptitudes pour les brevets de plongeur à l'air des écoles françaises et CMAS

4- Le DP détermine les aptitudes par rapport aux documents fournis (brevet, qualif, carnet de plongées) et éventuellement par rapport à des plongées d'évaluation. Donc d'après l'expérience dans le carnet de plongée ou après une (ou plusieurs plongées) de d'évaluation, un plongeur peut être "surclassé" en aptitude par rapport à ses brevets.

5- le DP fixe les paramètres de plongées en fonction des aptitudes qu'il a reconnu, mais également en fonction des conditions de plongée. Il peut être plus restrictif sur les paramètres autorisés que ce que les aptitudes autorisent normalement.

 

Que le plongeur soit breveté FFESSM, FSGT, CMAS, UCPA, PADI, SSI, ....... on s'en fout, le principe est le même.

 

Le DP a la responsabilité de ce qu'il décide, et doit l'écrire dans la fiche de sécurité. Il devra être capable de justifier, le cas échéant, de ce qu'il a décidé, contrôle de gendarmerie par exemple et cela pendant au moins 1 ans, puisque les fiches de sécurité doivent être archivées.

 

edit : suite

Il peut consigner dans le carnet de plongée la plongée d'évaluation qu'il a faite et un autre DP, libre à lui, pourra éventuellement reconnaitre cette expérience pour attribuer une aptitude à un plongeur.

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir,

 

Je ne crois pas que l'on puisse dire que le texte est "mal ficelé".

Il correspond visiblement à une volonté affichée, comme l'a exprimé 83h.

 

Bien cordialement,

Alain Foret

 

Bonsoir,

 

Volonté affichée sans aucun doute, mais de là à caricaturer à l'extrême ...

Personne, dans aucune des entités ayant participé aux travaux, n'a pensé au niveau 2 avec son Nitrox de base qui peut partir encadré à 30m en utilisant du 30/70 (c'était mon cas pour la formation) ?

Personne n'a pu objecter, en raisonnant par l'absurde, qu'on ne pouvait pas plonger à 21m avec du 22/68 ?

Personne n'a pu se mettre d'accord sur cette simple règle de bon sens, à savoir mêmes prérogatives que l'air + limitation en fonction du mélange ? Même en prenant une Pp02 à 1.4 ?

 

Ils sont si incompétents que çà ? Je doute ...

Donc je persiste à dire que le texte a été mal ficelé au départ, autrement dit rédigé à la hâte (genre directive du ministère : il faut sortir l'arrêté avant le début de saison des cartons 2012, et vous avez 1 jour pour me rédiger tout çà)

Link to comment
Share on other sites

Je renouvelle ma question laquelle est restée sans réponse de la part de Marc wl: un Open Water certifié Nitrox peut-il plonger au Nitrox au-delà de 18 mètres ?

 

 

 

Pas de soucis, les batailles de clocher ne m'intéressent pas ;)

pas eu le temps de tout lire, mais pour faire simple

l' OWD ou AOWD n'ont pas de limite de plongée.

Il y a une LIMITE DE PROFONDEUR POUR LA FORMATION DES OWD ET AOWD 18 et 30m en fait 50 et 100 pieds.

Maintenant ils se doivent de plonger dans les limites de leur formation et de LEUR EXPERIENCE. Un OWD peut trés bien se faire une expérience au déla des 18m sans pour cela passer un AOWD.

Chez PADI les limites de profondeur ne sont là QUE POUR LA FORMATION.

Voilà j'espére avoir répondu à tes attentes.

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir,

 

Volonté affichée sans aucun doute, mais de là à caricaturer à l'extrême ...

Personne, dans aucune des entités ayant participé aux travaux, n'a pensé au niveau 2 avec son Nitrox de base qui peut partir encadré à 30m en utilisant du 30/70 (c'était mon cas pour la formation) ?

Personne n'a pu objecter, en raisonnant par l'absurde, qu'on ne pouvait pas plonger à 21m avec du 22/68 ?

Personne n'a pu se mettre d'accord sur cette simple règle de bon sens, à savoir mêmes prérogatives que l'air + limitation en fonction du mélange ? Même en prenant une Pp02 à 1.4 ?

 

Ils sont si incompétents que çà ? Je doute ...

Donc je persiste à dire que le texte a été mal ficelé au départ, autrement dit rédigé à la hâte (genre directive du ministère : il faut sortir l'arrêté avant le début de saison des cartons 2012, et vous avez 1 jour pour me rédiger tout çà)

 

Bonsoir,

 

Ouais !

Je ne suis pas convaincu.

Je ne vois pas pourquoi tout cela aurait été fait à la hâte.

Dans sa note explicative, le président de la fédération explique qu'il y a eu une dernière réunion de calage fin décembre avec tous les spécialistes fédéraux.

Cette "dernière" réunion suppose qu'il y en a eu d'autres avants.

Cela fait des mois que les modifications sont en discussion.

 

Donc je ne crois à un texte bâclé, fait à la hâte.

 

Bien cordialement,

Alain Foret

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Dernières Discussions

  • Similar Topics

    • 45
      Bonjour à toutes et tous,   Le sujet posé est lié à une information que j'ai vu passer dans la newsletter de la FFESSM.   Est indiqué que le pré-requis au N4 est le N3 (voir capture ci joint). J'ai eu un doute car cela me semblait évidement ET en vérifiant le MFT, est fait référence au N3 ou le PA40 🫢   BREF, c'est le MFT qui est en retard de mise a jour ou il y a un point / coquille dans la newsletter 🤪   Si quelqu'un a une information sur ce point 👌
    • 40
      Salut... En dépoussiérant ma biblio, suis tombé sur cette photo de R. Barrincou illustrant un paragraphe "Techniques de mises à l'eau"... Je me souviens avoir été fasciné à l'époque. Mais je n'ai jamais essayé. Je suis curieux de connaitre les opinions aujourd'hui. Je ne pense pas que ce soit autorisé en structure...🙂
    • 12
      J'ai depuis peu des problèmes de mise en page sur Android.  J'ai l'impression qu'elle ne se fait plus systématiquement à la largeur du téléphone et je dois donc parfois scroller horizontalement. Je le vous en particulier (pas exclusivement, je peux par exemple scroller horizontalement pour le moment) sur la page "unread" qui est mon point d'entrée sur le forum.    Ça ne m'étonnerait pas qu'une publicité soit en cause (pour le moment c'est la campagne de pub de decath qui est présente e
    • 28
      Bonjour,   Je prévois d'acheter sous peu un ordi pour un jeune plongeur N1 qui préparera bientôt le N2. Nous plongeons essentiellement dans la zone des 20 m, à l'air.   Je suis équipé en Uwatec Timer et Aladin 2G. Par commodité au niveau des accessoires et de la maintenance, je resterais bien sur du Scubapro. Le Aladin One conviendrait, avec passage plus tard en ordi de secours.   Par contre, j'ai eu un soucis avec mon 2G juste après les 2 ans de gara
    • 0
      Bonjour, je vais paraitre peut être idiot en informatique mais je possède depuis un an un G2 Galiléo et impossible de faire la mise à jour J'ai leur auto mais je n'y arrive pas: Quelqu'un peut il avoir la gentillesse de me transmettre le lien de téléchargement sur MAC er la procédure? En suivant leur auto je n'ai pas de fichier ZIP téléchargé, je ne sais pas où et quoi copié collé et de fait je n'ai jamais le 8.8 sur mon G2 : mise à jour logicielle J'habite en Polynésie,
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.