Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

    Messages recommandés

    L'an dernier les premiers pteroïs dans les eaux guadeloupéennes étaient observés. Personnellement nous n'en avions vu aucun. Il fallait vraiment bien chercher pour les trouver.

    Cette année sur 15 plongées on en a vu plusieurs individus à 4/5 reprises.

     

    Après avoir formé quelques DP et moniteurs à la chasse aux Pteroïs avec du matériel inadapté la DIREN, l'UAG et la FFESSM prévoient de recommencer avec les sticks utilisés par les voisins anglophones.

    D'ici là la chasse est interdite et quand ce sera fait elle sera réservée aux professionnels déjà débordés par leurs activités.

     

    Pendant ce temps chez PADI on met en place une formation ouverte à tous.

    http://www.diverwire.com/post/scuba-training-news/new-padi-specialty-course-lets-divers-hunt-lionfish-in-the-cayman-islands

    Car si l'on veut faire face il faut que la chasse soit réalisable par le plus de plongeurs possibles.

     

    Bwef... face à une invasion prévue et plus rapide qu'escomptée c'est à deux de tens' et d'une façon inadaptée que les autorités réagissent. Pendant ce temps les Pterois se multiplient et bouffent tout ce qui passe dans leur gueule.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • Réponses 737
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    Pendant ce temps chez PADI on met en place une formation ouverte à tous.

    http://www.diverwire.com/post/scuba-training-news/new-padi-specialty-course-lets-divers-hunt-lionfish-in-the-cayman-islands

    Car si l'on veut faire face il faut que la chasse soit réalisable par le plus de plongeurs possibles.

    payante, la formation....

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Comme d'hab'

     

    Comme ça va dans un but d'acte de protection de la nature c'est compréhensible qu'on aimerait que ça ne coûte rien à l'élève mais d'un autre côté ça coûte du temps au formateur, un manque à gagner pour le club qui aurait pu faire des baptêmes pendant ce temps... chacun voit midi à sa porte comme toujours.

     

    C'que je voulais dire c'est que payante ou pas il faudrait que la FF se bouge pour en faire une.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    C'est la FFESSM qui réglemente la chasse et défini ce qu'on peut chasser, ce qui est réservé aux professionnels et ce qui est protégé ?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bien sur que non, ça c'est le taf de la DIREN entre autre, mais dans le cadre d'une formation qui touche à la sécurité en plongée (la pratique est dangereuse) là faut faire appel aux formateurs spécialisés, et dans les Antilles françaises ils sont supposés être de la FF. Et si une telle formation existe elle doit être validée par la FF.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Ouh là, c'est un sujet compliqué :D

     

    On aura l'occasion d'en discuter demain, mais en toute franchise, étant un peu impliqué moi-même mon avis est que la solution ne passe certainement pas par une formation de type Fédé ou Padi.

     

    Mais bon, on va en discuter de vive voix ;)

     

    Par contre, si tu n'aimes pas voir les poissons-lions, tu risques d'avoir les yeux qui piquent demain :D

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Sa ka roulé :)

     

    Ceci dit ça peut être bien de partager tes infos et idées à celles et ceux qui ne seront pas là pour papoter ;)

     

    Tu imagines plutôt des plongeurs dont ce serait la profession spécifique ?

     

     

    NB: J'aime bien les Pteroïs, après ça dépend où...

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Pour partager avec tout le monde (mais faut que je me dépêche, faut que je sorte).

     

     

    Un responsable de DEAL (DIREN) avait envoyé diverses infos sur les Poissons-Lion dès, je dirais, début 2011.

    Ces infos ciblaient beaucoup les plongeurs pour les informer, mais je pense que maintenant tout le monde est au courant globalement (conférences, information dans les écoles, affichage, etc).

     

    Ensuite, ils ont demandé que 2 personnes parmi les encadrants des clubs pro ou associatifs de Guadeloupe se désignent pour "chasser le poisson-lion" en bouteille avec des kits spécifiques (des sortes d'épuisette).

    Il n'y a pas vraiment eu de formation, on a choisi des plongeurs confirmés et on leur a expliqué comment ça marche.

    Il y avait un volontaire dans mon club, et quand j'ai vu à la rentrée (septembre 2011) la prolifération exponentielle de l'espèce, je me suis désigné comme 2ème volontaire.

    Je fais donc partie des personnes autorisées à chasser le Poisson-Lion avec bouteille et - uniquement - le kit en question. Nous sommes listés sur un arrêté préfectoral (un truc dans ce genre).

     

    Bon, le problème, c'est qu'avec le kit, c'était déjà pas de la tarte avec des juvéniles, mais en plus maintenant avec des bestiaux de 25cm, ça devient carrément dangereux en plus d'être peu productif.

     

    Autre problème de taille, la mise en œuvre effective en plongée "club". En tant qu'encadrant, il est quasi-impossible de chasser le poisson-lion alors que tu as des plongeurs sous ta responsabilité.

    En club, on l'a fait en tout et pour tout une fois.

    L'autre "chasseur volontaire" était GP et moi serre-fille (il y avait beaucoup d'encadrants ce jour là, et les plongeurs encadrés auraient même pu plonger en autonomie). J'en ai profité pour prendre le kit, qui accessoirement, n'est pas très hydrodynamique, et on en a chopé un.

     

    L'essentiel des plongées de chasse ont donc été effectuées hors structure sur des "spots" repérés en plongée club pour la plupart.

    L'autre volontaire s'est fait piquer lors d'une de ses chasses...

     

     

    Voilà, tout ça pour en venir au fond du problème :

     

    1) Que ce soit avec "l'épuisette" ou au fusil, en club pro ou associatif, c'est pratiquement impossible à mettre en œuvre : on ne peut pas envisager de faire faire ça à un GP qui encadre, et le risque est réel, suffisamment réel pour qu'un DP attrape une jaunisse à l'idée d'avoir des plongeurs non encadrants en train de risquer de se faire piquer. Y a déjà assez de soucis avec le Code du Sport...

     

    Irréaliste non plus que les encadrants se remettent à l'eau après la plongée pour tuer les poissons repérés : ça prend trop de temps et ce n'est pas compatible avec la saturation des pros.

     

    2) Reste donc que les plongées de chasse se font plutôt hors structure. Le problème, c'est que tu peux toujours avoir une autorisation signée par un préfet disant que tu as le droit de te mettre à l'eau avec des bouteilles et un fusil pour chasser uniquement le poisson-lion, tu envoies un mauvais message aux gens qui te voient le faire (en plus, nous on plonge souvent du bord au départ de plages).

    Ils se disent : "on nous interdit de manger de la tortue, du barracuda, ça et ça et l'autre métro là, il va chasser en bouteilles comme si de rien n'était !"(la plongée est surtout un sport de métros en Guadeloupe).

     

    Et si on autorise tout le monde à chasser le poisson-lion en bouteille, ça va être un carnage. On va avoir des gens qui vont tirer tout ce qui bouge et des débutants chasseurs.

     

    Pareil pour une éventuelle prime aux chasseurs pour la capture de poisson-lion. Il ne faudrait pas que des gens pauvres et inexpérimentés en apnée risquent un accident pour essayer de récupérer des sous.

     

     

    Donc, oui, je pense que la meilleure solution serait la création d'une équipe de chasseurs en bouteille et fusil dont c'est le boulot. Les clubs de plongée les renseignerait sur les "spots", ils s'occuperaient d'explorer en plus hors sites de plongée.

     

    Mais bon, peut-être que ça coûte cher.

    Je pense avoir des infos plus tard dans l'année sur la suite des choses, je te tiendrais au courant.

     

    ;)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Pour le kit : hier on a croisé avec Jazz un bateau dont le responsable le prévenait qu'ils attendaient le nouveau matériel remplaçant le fusil. De la description qui en était faite et de ce que je connais comme matériel il me semble que ça parlait d'un truc comme ça :

     

    [YOUTUBE]seRdPmPpYA8[/YOUTUBE]

     

    C'est dans le principe bien plus efficace qu'un fusil qui n'est pas aussi adapté de par son encombrement et sa puissance contraignante.

     

    L'idée n'est pas d'autoriser n'importe qui de pratiquer cette chasse particulièrement dangereuse. On pourrait imaginer de restreindre l'accès à la formation à des plongeurs détenteurs du RIFAP (ce qui obligerait les N2 motivés à passer le RIFAP ce qui serait une bonne chose aussi). La formation incluant évidement la réaction à une piqûre. Et de rendre obligatoire dans le kit des gants vraiment protecteurs. Et/ou d'ajouter une garde à la flêche, ce serait pas du luxe.

     

    L'idée d'une formation ouverte à d'autres plongeurs que les moniteurs repose sur ton constat : on ne peut pas être au four et au moulin et quand bien même si l'on limite à quelques individus il n'y aura jamais assez de monde pour le faire.

     

     

    Après pour ce qui est de l'incompréhension des observateurs : si ça se passe mal c'est que la sensibilisation doit être améliorée. Comme disent si bien les locaux : "Dèyè do sé on péyi" derrière le dos de quelqu'un il y a la place pour tout un pays, et même bien informés ça parlera toujours... mais bon vaut il mieux s'en préoccuper et laisser l'invasion se propager ?

     

     

    Fin bwef, on en papote demain donc :)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Sympa la vidéo, l'outil semble redoutable en effet (quand je pense qu'on c'est cassé le ___ à les attraper à l'épuisette :chialle2: ).

    En revanche, le comportement de nos poissons-lions a changé en 6 mois : avant ils étaient planqués, souvent à la verticale, dans des creux, sur le côté des éponges ou des rochers.

    Maintenant, beaucoup ont tendance à flotter entre deux eaux à 20-30 cm au dessus du fond. Faudrait voir comment utiliser cet outil sur des poissons non posés près d'un support.

     

     

    De voir pagres et mérous attendre leur repas me fait penser qu'une des pistes évoquées avait été de réintroduire de gros mérous. Ca ne me déplairait pas.

    Pour l'instant, avec un poisson-lion suffisamment blessé, à ma connaissance il n'y a qu'avec les Murènes vertes que ça fonctionne dans le coin, mais elles sont rares.

     

    Reste que dans beaucoup de clubs Padi des antilles hors DOM, on te fait signer une décharge de responsabilité.

    En cas de problème (on dit que la piqûre peut déclencher une syncope), la responsabilité d'un DP en zone française risque de freiner ses ardeurs de garde chasse :froglol:.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    C'est toujours plus compliqué en France qu'ailleurs on dirait !!

     

    Pourquoi ne pas commencer par autoriser tous ceux qui le souhaitent à chasser les pterois par tous les moyens (non nuisibles au milieu et aux autres espèces) tout simplement, en bouteille comme au fusil, dans et hors des réserves, s'agissant d'une espèce exotique invasive je ne vois pas en quoi une telle dérogation serait inapplicable.

     

    Outre le filet ou le classique fusil on pourra ensuite parler d'importer, ou de faire fabriquer et commercialiser l'outil qui va bien, et de proposer des formations (payantes ou gratuites, c'est pas important) à ceux qui le veulent, mais commençons par donner carte blanche à ceux qui veulent aller au charbon, non ?

     

    Le gros atout dans cette lutte c'est que l'espèce est tout de même pas des plus dures à tirer et elle est comestible et même très bonne à manger, je suis certain qu'il y en a pas mal qui aimeraient y aller et remonter leur ptit plat (et on peut demander aussi de buter les juvéniles quand même pour le principe), tiens, pourquoi pas même exceptionnellement autoriser la commercialisation pour que ceux qui s'y mettent activement puissent se faire de la monnaie...

     

    "Allez-y, open bar sur le pterois, n'importe quel moyen, n'importe quel lieu, n'importe quelle heure pourvu qu'on ne nuise pas aux espèces locales"... A la Réunion si on demandait ça je suis persuadé qu'en 1 semaine les côtes seraient vidées...

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    C'est toujours plus compliqué en France qu'ailleurs on dirait !!

    Oui, enfin, faut pas non plus idéaliser ailleurs.

    Par exemple, à Utila ou Roatan, Honduras, pourtant pas étouffées par la puissance publique, c'est bien uniquement les DM et + qui peuvent obtenir le permis de chasser les ptérois (ou en tout cas c'était comme cela l'année dernière).

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    est ce le rôle de plongeurs LOISIR d'effectuer ce genre de chose, certains vont y trouver du plaisir...

     

    pour moi il ne faut pas mélanger les genres, si dans une structure les moniteurs entre eux sont mandatés par un organisme exterieur OK pourquoi pas, mais faire cela en présence de plongeurs LOISIR c'est surprenant.

     

    c'est mon avis

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    En revanche, le comportement de nos poissons-lions a changé en 6 mois : avant ils étaient planqués, souvent à la verticale, dans des creux, sur le côté des éponges ou des rochers.

    Maintenant, beaucoup ont tendance à flotter entre deux eaux à 20-30 cm au dessus du fond. Faudrait voir comment utiliser cet outil sur des poissons non posés près d'un support.

     

     

     

     

    oh les cons ils s'adaptent pour éviter l'extermination :tromaran::tromaran::tromaran:

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    En cas de problème (on dit que la piqûre peut déclencher une syncope), la responsabilité d'un DP en zone française risque de freiner ses ardeurs de garde chasse :froglol:.

    un binôme s'est fait piqué en Egypte (pas une bonne idée de passer à cet endroit) à l'auriculaire.

    aucune idée sur le traitement à appliquer (on a mis du chaud pour tuer le venin), gonflement du doigt, de la main, fièvres, grosse cloque sur sur toute la longueur du doigt, à vider régulièrement.

    au bout de 2-3 jours, antibiotiques en local/général.

    retour en France, passage à l'hôpital, ouverture, nettoyage des peaux mortes, re antibio, arrêt de travail.

     

    on n'ose imaginer si c'eût été une piqûre au visage.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...