Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
EPINEPHELUS

divorce entre la CMAS et la FFESSM ??

    Messages recommandés

    Invité Splujer
    On est encore nombreux à plonger à l'ancienne et on a en tout cas pas plus de cartons que les autres

     

    Oui y'en a qui disent aussi que la ceinture de securite dans une voiture ça sert a rien parceque que tu n'aura pas plus d'accident si tu as boucle ta ceinture ou pas.

     

    La selection se fera malheureusement le jour de l'accident.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    On est encore nombreux à plonger à l'ancienne et on a en tout cas pas plus de cartons que les autres

     

    :+1: exact

    je n'ai pas de chiffres mais il ne me semble pas qu'en pourcentage de plongée "has been", il y ait plus d'accident...et je n'en lis pas plus sur le forum ou sur les actus non plus

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    On est encore nombreux à plonger à l'ancienne et on a en tout cas pas plus de cartons que les autres

     

    Ah, ca y est, ils le tiennent, leur nouveau DTN à la fédé :tromaran:

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Si seulement les choses étaient aussi simples... Je paye et je suis en sécurité ?

     

    Si l'on veut (je parle pour la France, hein) travailler sur la sécurité, ne faudrait-il pas, plutôt que d'interdire les +40 à l'air qui ne concernent que quelques % de plongeurs, travailler sur ces sujets qui ont été déjà si souvent débattus ici :

    - autonomie, adaptabilité et responsabilisation

    - condition physique, âge, et pratiques adaptées

    - formation (cursus réalistes, progressions raisonnables, liberté pédagogique, recyclages obligatoires et fin des cacartes à vie...)

    - suppression des pratiques accidentogènes (RSE, DTH... bon, à priori, ça commence à venir...)

    Et ça, ça ne coûte pas cher au plongeur...

     

    Bon, c'est un peu tard ce soir, mais si j'ai le courage je ferais un de ces jours ma diatribe sur l'incroyable sous-développement de la plongée commerciale en France...

     

    PS : je suis convaincu de l'intérêt Nx pour < 40, et déco O2 pour > 40. J'essaye de promouvoir dans mon club : ça avance, on va bientôt atteindre les 2% des licenciés... Et pourtant, on fait quelques milliers de plongées par an...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    je n'ai pas de chiffres mais il ne me semble pas qu'en pourcentage de plongée "has been", il y ait plus d'accident...et je n'en lis pas plus sur le forum ou sur les actus non plus

    :+1: aussi.

    Ceci étant, comme la vitesse sur route, la profondeur peut être un facteur aggravant.

    Mais bon, si on a un problème cardiaque par manque de condition physique ou un souci non diagnostiqué, ce n'est pas le Tx qui va sauver la mise...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Dans l'étude de 2010, il y a 63,3% des accidents sur moins de 40m contre 14% entre 40 et 60m, et une donnée de profondeur inconnue de 18,4% pour la plongée en scaphandre autonome dont 16% de profondeur non respectée vis à vis des niveaux des plongeurs accidentés et aussi 16% avec fautes de procédure.

     

     

    alors laissez nous plonger en "has been" et n'imposez pas vos pratiques à ceux qui n'ont pas les moyens, la possibilité, ou ne veulent pas.......Le respect c'est ne pas obliger quelqu'un à faire ce qu'il n'a pas envie ou ne veut pas.

     

    désolé mais ça commence à me gonfler de vouloir absolument imposer par une réglementation une pratique que certains ont découvert et ont la certitude que ce qu'ils ont fait avant c'est de la merde.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    :+1: exact

    je n'ai pas de chiffres mais il ne me semble pas qu'en pourcentage de plongée "has been", il y ait plus d'accident...et je n'en lis pas plus sur le forum ou sur les actus non plus

    Churchill disait ne croire que dans les statistiques qu'il avait falsifiées lui-même.

    Entre les accidents de plongee vs accidents en plongee, la difficulté, parfois, à diagnostiquer un ADD ou à savoir ce qui est arrivé à un plongeur perdu, je ne regarderai pas le problème comme çà: on n'aura pas de bonne réponses avec des stats aussi biaisées

    C'est pas une question de mode, de querelle des anciens et des nouveaux, c'est juste du bon sens. Assez de gaz pour être tranquille, de préférence ne pas être pété grace à l'hélium, faire une bonne déco avec de l'oxy, c'est une prudence bien sentie. L'argument du "ca se passe pas si mal en étant insuffisamment configuré" ne tient pas: de temps en temps çà casse, on sait comment éviter. Alors faut le faire, c'est tout!!!!

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    tout est démontable même ton argument.

    "on sait comment eviet alors le faut le faire" non, on ne sait pas on chercher on essaie mais qu'en est il réellement. certains on cru longtemps que la terre était plate et darwin que sa thérorie était universelle.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    On ne rencontre pas de N1 piscine n'ayant pas fait leur validation d'immersion en milieu naturel..........j'ai assez d'une main pour pour les compter et j'ai même 5 doigts en trop sur une seule main.

     

     

    Août 2009, Marseille.

    Mlle C....... P........, N1 obtenu en région parisienne plonge et décède d'une SP.

    Il s'agissait de sa première plongée en milieu naturel. Le carnet de plongées est vierge et peut être revendu à la 2F.

     

    Elle n'est pas la seule N1 à n'avoir jamais vu le milieu naturel pour se voir valider son N1.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Invité Invité
    Dans l'étude de 2010, il y a 63,3%

     

    Etude tronquée car elle ne met pas en parallèle la répartition du nombre de plongée en fonction de la profondeur...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Invité Micko77666

    Voilà la réponse du président de la FF par rapport au courrier de la CMAS :

     

     

     

    Mise au point du Président de la FFESSM

     

    C'est avec une certaine stupeur que je prends connaissance du courrier qui a été envoyé par la CMAS (réf. 503/09/2013) à divers élus de la FFESSM.

     

    Après le Cnosf, la Direction des Sports jusqu'à Madame la Ministre chargée des sports elle-même, c'est maintenant au tour de notre organisation interne fédérale d'être frappée… Le moins que l'on puisse dire, c'est que la CMAS fait là preuve d'une connaissance parfaite de nos diverses institutions comme elle n'en a jamais fait preuve jusqu'alors,… à moins qu'elle ait été bien conseillée sur l'organisation sportive française... La manière galopante de cette information me fait penser, bien que n'ayant pas grandes compétences dans la sécurisation des systèmes informatiques, à un véritable virus…

     

    J'ai effectivement moi-même reçu ce courrier, au titre de Président, le samedi 14 septembre. Il émane de Madame la Présidente de la Commission juridique de la CMAS. Cette commission n'ayant aucune prérogative décisionnelle à l'instar de celle de la FFESSM, j'ai donc, interrogé Anna ARZHANOVA, présidente de la CMAS, pour connaître et solliciter son avis sur cette injonction infondée, tant sur les plans factuel que juridique. J'attends aujourd'hui sereinement sa réponse et j’ai déjà évoqué tout cela au plus haut niveau de notre ministère de tutelle. A la suite de sa première visite internationale au siège national le 13 mai 2013 je suis convaincu qu'au regard de l'ambiance chaleureuse qui a auguré aux explications confiantes, au rappel de nos attachements historiques et présent et aux engagements mutuels des deux structures, Anna ne manquera pas de répondre rapidement à ma sollicitation.

     

    Qu'en est-il de tout cela ? Nous nous sommes inquiétés depuis longtemps de l’évolution de la CMAS et nous continuons à observer avec une certaine prudence le positionnement structurel, financier et représentatif de la Confédération :

    - Inquiétude structurelle, car les statuts de la CMAS ne permettent pas une juste représentation des fédérations membres, en regard de leur participation effective aux 3 comités technique, sportif, scientifique.

    - Inquiétude financière, car les ressources de la CMAS, eu égard justement au fait que bien des fédérations membres n'ont jamais délivré, ou si peu, de cartes CMAS, sont fragilisées par lesdites fédérations.

    - Inquiétude dans la représentativité internationale de la CMAS en matière de plongée subaquatique et dans la fiabilité des cartes CMAS distribuées: il est loin le temps où la CMAS était l'unique référence mondiale !

     

    Cette situation de crise avait déjà fait l'objet de remarques constructives de la FFESSM, hélas pas écoutées voire vilipendées par l’ancienne équipe dirigeante de la CMAS.

     

    C’est maintenant avec la nouvelle équipe dirigeante de la CMAS que nous travaillons; nous le faisons sans aucun état d'âme, en toute conscience, en respectant l'autonomie décisionnaire de chacune des structures. Les responsables français nouvellement élus à la CMAS, nombreux et à des postes importants, nous permettent de croire encore que la CMAS saura s'engager dans les nécessaires réformes; la présidente elle-même nous l'a affirmé.

     

    Dans les mêmes termes que ceux que j'ai utilisés pour saisir Madame la Présidente, de quoi parle-t-on dans ce courrier en forme de "mise en demeure"? Du rayonnement de la CMAS dans une perspective internationale? Ou bien de logique économique du fait que notre fédération ait choisi de redéployer ses certifications de plongeurs en éditant ses propres cartes, ce qui conduit la CMAS à constater un préjudice économique ?

     

    Sans entrer dans le vif du sujet, à savoir répondre point par point aux éléments strictement juridiques, ces cartes françaises telles qu’elles sont distribuées par la seule et unique fédération délégataire de l’Etat Français en matière de sports subaquatiques, sont le seul rempart qu'il reste à notre Confédération pour qu'elle puisse être strictement identifiée par la réglementation française prévue par notre Code du Sport français. La CMAS souhaite-t-elle que nous retirions de nos cartes toutes mentions ou référence à la fédération internationale ? Cela affaiblirait notoirement la CMAS en France et la ramènerait au même niveau de lecture réglementaire que toutes les autres agences internationales de plongée. En particulier, la pertinence règlementaire de la CMAS en matière de plongée pourrait être soulevée soit par notre Ministère des Sports, soit par les autres acteurs du paysage de la plongée française.

     

    Ne faisons pas feu de tous bois, ne vociférons pas, gardons le calme et le fair-play nécessaires que toutes organisations, sportives de surcroit, doivent garantir dans la sagesse des décisions qu'elles sont amenées à prendre. Ayons confiance dans l'engagement donné par ses responsables au plus haut niveau, gage d'apaisement… et attendons patiemment … je vous informerai au plus tôt, des suites données à cette affaire. La CMAS se tromperait-elle de cible en soulevant de tels faits là alors que les difficultés sont ailleurs…?

     

    Recevez, Mesdames, Messieurs, l'expression de mes salutations fédérales les plus chaleureuses.

     

    Jean-Louis BLANCHARD

    Président FFESSM

     

     

    Pour moi il ne répond pas vraiment à grand chose, surtout sur le point des N1 et N3.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Dans l'étude de 2010, il y a 63,3% des accidents sur moins de 40m contre 14% entre 40 et 60m, et une donnée de profondeur inconnue de 18,4% pour la plongée en scaphandre autonome dont 16% de profondeur non respectée vis à vis des niveaux des plongeurs accidentés et aussi 16% avec fautes de procédure.

     

    désolé mais ça commence à me gonfler de vouloir absolument imposer par une réglementation une pratique que certains ont découvert et ont la certitude que ce qu'ils ont fait avant c'est de la merde.

     

    Bonjour Fredo...t'énerve pas comme ça...ça n'en vaut pas la peine ...

    en premier ta statistique est comme toutes les stats , c'est à dire interprétable à l'envie... selon le but de chaque chapelle...

     

    Ensuite , si on dit qu'il serait bien de former les plongeurs à des techniques plus sécuritaires par rapport à ce qui se faisait ou ce qui se fait ...moi je dis bravo!

     

    Laisser le choix aux plongeurs est une bonne chose et on a pas besoin de règlementation pour ça ...

     

    encore faut-il que ce plongeur puisse faire ses choix en toute connaissance .

    Il y a différentes techniques pour un même but , et c'est peut-être là que le bat blesse...est-ce que le plongeur héxagonal dispose d'un accès facile à ces différentes techniques?

     

    Ensuite le prix...c'est justement après avoir estimé "en toute connaissance" ce qu'il veut faire , que le plongeur pourra faire un vrai choix.

     

    pour info, je préfère un 15L à l'air en dessous de 40 que de me trimbaler avec un pony (à l'ancienne donc, pour moi qui ai commencé au Mistral, au bloc avec réserve et sous cutale remonte machin)....en en acceptant toutes les contraintes ...mais il faut avouer que de planifier avec un bloc déco, nous ouvre quelques portes supplémentaires avec une sécu de plus...

    La plongée ne doit pas bouger à coup de règlements mais à coup d'évolutions...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Un long texte du Mr Blanchard qui pourrait être résumé en quelques mots je le cite:

     

    Sans entrer dans le vif du sujet, à savoir répondre point par point aux éléments strictement juridiques, ...

     

    Il s'agit pourtant uniquement de cela. Bref une "non" réponse à CMAS.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    La FFESSM en pleine action pour sauver la CMAS d'elle-même et malgres elle.......Molière en aurait fait une piece..... :vexe:

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    j'ai donc, interrogé Anna ARZHANOVA, présidente de la CMAS, pour connaître et solliciter son avis sur cette injonction infondée, tant sur les plans factuel que juridique. J'attends aujourd'hui sereinement sa réponse et j’ai déjà évoqué tout cela au plus haut niveau de notre ministère de tutelle. A la suite de sa première visite internationale au siège national le 13 mai 2013 je suis convaincu qu'au regard de l'ambiance chaleureuse qui a auguré aux explications confiantes, au rappel de nos attachements historiques et présent et aux engagements mutuels des deux structures, Anna ne manquera pas de répondre rapidement à ma sollicitation.

     

    Voilà, reste plus qu'à réserver un hôtel à Genève...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...