Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

entre inspi et JJ mon coeur balance aidez moi


Recommended Posts

2 nobubble : Il a dit qu'elle était humide, ...ça suffit à rendre la respiration plus difficile, donc a augmenter la production de co2 et a rendre la chaux mois efficace, surtout aprés 4 plongées.

Oui je pense que Nico32 c'est un peu emmêlé dans ces explications mais j'ai un peu de mal à voir ce que tu appelles une chaux humide. Elle l'est tj par définition et c'est quelle ne le soit pas qui serait inquiétant sinon l'étape suivante c'est inondé. La semaine dernière à Cavalaire j'ai gardé ma chaux jusqu'à près de 6 heures (je sais ce n'est pas bien) avec une plongée le matin d'un peu plus d'une heure et celle de l'APM d'une heure et demi. Ma chaux était humide à n'en pas douter mais elle était tj efficace (tempstick à l'appui et le bonhomme non essoufflé) et la respiration pas plus difficile ou du moins pas de façon significative. En général les fois ou j'ai été essoufflé en recycleur c'est bien suite à un effort clairement identifié. Est-ce que la chaux était alors moins efficace à ce moment, je ne sais pas dire.

Bref, je ne suis pas un spécialiste ni d'expérience du sentinel, il faudrait poser la question à Mike.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 426
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Posted Images

Enfin, l'Inspi ça marche très bien, mais pou un usage intensif sous terre, pas vraiment convaincu...!

pe

 

J'ai du faire environ 700H sous terre avec le mien, pour l'instant pas de panne (je précise que le seul portage que je fais avec c'est à TROU MADAME)....Avec le JOKI ça a marché moins bien mais une fois tout monté dans les "règles de l'art" ça va aller mieux...Notre ami qui les monte fait un bon produit mais n'est pas champion en finition...Faut le savoir pour pas être déçu.

 

Mais c'est un peu comme un mano qui ne crée pas de gaz, une électronique de régulation de la chaux ne crée pas d'autonomie. C'est intéressant de connaitre cette autonomie et éventuellement de pouvoir en temps réel ajuster sa plongée, mais ça ne permettra pas d'en fait plus.

Tybo

 

Excellente comparaison, moi j'adore le TEMPSTICK mais ce n'est pas un instrument de sécurité, s'il marche pas ça m'ennuie mais c'est tout (et ça ne m'est arrivé qu'à cause d'un mauvais contact dans le fil sur une machine qui avait bien fait son temps).

Link to comment
Share on other sites

Bref, je ne suis pas un spécialiste ni d'expérience du sentinel, il faudrait poser la question à Mike.

 

A mon avis NICO voulait dire "mouillée"....Une chaux mouillée sur INSPI ça fait déconner le TEMPSTICK (normal c'est un capteur de température) et mouillée c'est quand ça fait des bruits de tuyauterie en respirant (pas étonnant qu'on s’essouffle) mais c'est quand mème un cran en dessous de l'inondation, la machine fonctionnera encore très bien si on évite les efforts et à condition d’être au dessus de 30M. Bien sur il ne faut pas que l’inondation se poursuive, si c'est un tuyau crevé ça va pas le faire....

Le TEMPSTICK du SENTINEL est basé sur la consommation d'O2 (mano électronique) et le temps de fonctionnement de la machine, ce n'est pas un vrai capteur....Lui ne détectera rien d'anormal en cas d'eau dans la chaux.

Link to comment
Share on other sites

Oui je pense que Nico32 c'est un peu emmêlé dans ces explications mais j'ai un peu de mal à voir ce que tu appelles une chaux humide. Elle l'est tj par définition et c'est quelle ne le soit pas qui serait inquiétant sinon l'étape suivante c'est inondé. La semaine dernière à Cavalaire j'ai gardé ma chaux jusqu'à près de 6 heures (je sais ce n'est pas bien) avec une plongée le matin d'un peu plus d'une heure et celle de l'APM d'une heure et demi. Ma chaux était humide à n'en pas douter mais elle était tj efficace (tempstick à l'appui et le bonhomme non essoufflé) et la respiration pas plus difficile ou du moins pas de façon significative. En générale les fois ou j'ai été essoufflé en recycleur c'est bien suite à un effort clairement identifié. Est-ce que la chaux était alors moins efficace à ce moment, je ne sais pas dire.

Bref, je ne suis pas un spécialiste ni d'expérience du sentinel, il faudrait poser la question à Mike.

 

Quand il dit humide, c'est sans doute plus qu'humide (ça c'est normal), c'est carrément mouillée. Il a du rater un rinçage ou un truc comme ça, ou mal fermer sa boucle en surface, que sais je. Si c'est carrément mouillée, ça doit pouvoir nuire à la qualité mécanique de respiration et certainement à celle chimique d’absorption (bon, mais il faut quand même y aller...). Sur un effort violent avec un rythme de respiration qui s'accélère, ta chaux n'a pas forcément le temps d'absorber le CO2, encore moins si elle a 4 plongées (elle commence a être rincée, même si dans de bonnes conditions, on peut encore tirer dessus). Et encore plus difficilement, si elle est bien mouillée. Sur une respiration calme, ça passe. Sur un essoufflement, certainement moins. Et le taux de CO2 monte un peu, et l'essoufflement ne s'arrange pas, etc.... On sait tous que c'est pas drôle, et pas facile à récupérer. ;)

Link to comment
Share on other sites

Quand il dit humide, c'est sans doute plus qu'humide (ça c'est normal), c'est carrément mouillée. Il a du rater un rinçage ou un truc comme ça, ou mal fermer sa boucle en surface, que sais je. Si c'est carrément mouillée, ça doit pouvoir nuire à la qualité mécanique de respiration et certainement à celle chimique d’absorption (bon, mais il faut quand même y aller...). Sur un effort violent avec un rythme de respiration qui s'accélère, ta chaux n'a pas forcément le temps d'absorber le CO2, encore moins si elle a 4 plongées (elle commence a être rincée, même si dans de bonnes conditions, on peut encore tirer dessus). Et encore plus difficilement, si elle est bien mouillée. Sur une respiration calme, ça passe. Sur un essoufflement, certainement moins. Et le taux de CO2 monte un peu, et l'essoufflement ne s'arrange pas, etc.... On sait tous que c'est pas drôle, et pas facile à récupérer.

Si on est dans le mouillé, je suis tout fait d'accord et cela est certainement beaucoup plus facile (à mouiller) avec des vrais poumons dorsaux car en cas d'introduction d'eau par le DSV il n'y aura pas de piège à eau entre les deux. Et dans ce cas il est clair que la chaux sera beaucoup moins efficace. Je n'en suis jamais arrivé à ce point et je ne sais même pas comment va réagir le tempstick de l'Inspi. Mais là aussi dans le mouillé il doit y avoir plusieurs grades au delà desquelles le tempstick ne doit plus rien indiquer.

Mais d'après les explications des collègues sur le tempstick du sentinel il ne fonctionne pas du tout comme celui de l'Inspi et donc ne réagira pas de la même façon.

 

Le TEMPSTICK du SENTINEL est basé sur la consommation d'O2 (mano électronique) et le temps de fonctionnement de la machine, ce n'est pas un vrai capteur....Lui ne détectera rien d'anormal en cas d'eau dans la chaux.

Pascal est-ce que tu as déjà partiellement inondé/mouillé ta chaux (sur Inspi, bien sûr) et si oui quelle a été la réaction du tempstick. Indiquait-il tj quelques chose. AMHA il ne doit plus indiquer grand chose car la température doit devenir quasi homogène dans tout le canister.

Link to comment
Share on other sites

Tu étais a Cavalaire la semaine dernière, nobubble ? Moi aussi !!!!

Chez Momo, un petit groupe de 12 :biere: bien tranquille car il n'y avait personne juste avant le WE du 1er.

Hors ponts la Toussaint c'est tj tranquille et momo nous fait les plongées à la carte. On choisi, il pilote :top: et à part le jeudi les conditions de mer étaient vraiment au top. Pas un pet de jus ni sur le Rubis, ni sur le Traffik et une visi au top.

Link to comment
Share on other sites

Sur le sentinel le temp stick est un capteur de température avec 8 points de mesure (plus un décompte horaire mais ça lors de la mise en route).

Les problèmes récurant que j'ai eu c'est tout simplement une perte de connexion entre ce temp stick et la tête (au départ de la connexion de type fischer) et ensuite optique sans cable (actuellement avec l'optique le temp stick a du mal à se réveiller donc il est en erreur et parfois il se réveille en cours de plongée et inversement).

 

Comme je l'ai dit la seule fois où j'ai eu un problème le profil de température était bon, avant de plongée (la chaux qui avait déjà servi le matin était chaude et a tout de monté en témpérature durant le près breath).

Elle était humide tout simplement parce qu'on avait passé le WE à faire des rinçage et des passages sur BO/puis sur boucle (dans ces opérations qu'on le veuille ou non il y a toujours un peu d'eau qui rentre).

Et donc malgrès un profil de température qui semblait correct en cours de plongée j'ai commencé à m'essoufler je suis passé sur BO puis tenté de repasser sur la boucle (plus du tout essouflé en position statique) de nouveau symptôme d'hypercapnie (à 2 reprises) bref la chaux ne voulait rien savoir et j'ai fini ma plongée sur BO (je trouve que c'est bien de le vivre une fois).

 

Après le capteur de CO2, je trouve que le corps humain est bien plus fiable et de toute façon capteur ou pas c'est BO point, je ne ferai je pense jamais l'upgrad.

Link to comment
Share on other sites

Ah oui, Momo, c'est du bonheur ! On a du se croiser plusieurs fois, j'étais chez Arnaud. ;-)

Par contre bizarrement, gros jus sur les deux épaves dont tu parles Trafik le 23 et Rubis le 26 Étonnant ! Et visu pas terrible sur le Trafik.

Link to comment
Share on other sites

Ah oui, Momo, c'est du bonheur ! On a du se croiser plusieurs fois, j'étais chez Arnaud. ;-)

Par contre bizarrement, gros jus sur les deux épaves dont tu parles Trafik le 23 et Rubis le 26 Étonnant ! Et visu pas terrible sur le Trafik.

Traffik le 28 et Rubis le 29. Mais, en effet, le 26 en parlant avec Arnaud il m'a dit qu'il avait eu du jus. On a gonflé chez lui.

Link to comment
Share on other sites

@stef75 : c'est un e-CCR me semble-t-il, c'est à dire que l'injection d'oxy est entièrement controllée par le solénoide piloté par le controleur en fonction des valeurs indiquées par les cellules (après "vote logique" pour établir la cohérence des mesures et la valeur à attteindre).

Un h-CCR (hybrid) est un m-CCR sur lequel on a greffé une électronique. Plus clairement un m-CCR fonctionne sur un système de fuite calibrée d'oxygène (Constant Mass Flow) qui injecte en permanence dans la boucle une quantité de molécules d'oxygène correspondant à un peu moins que la consommation métabolique du plongeur (on appelle ça aussi principe KISS). L'électronique agit comme dans un e-CCR pour maintenir le set-point indiqué. Le solénoide injecte donc beaucoup moins que sur un e-CCR. Le h- ou m-CCR est théoriquement limité à une profondeur d'environ 100 m, l'injection KISS nécessitant un détendeur modifié qui délivre une MP constante quelque soit la profondeur (en fait cet obstacle se contourne...). Un h-CCR peut donc se piloter comme un e-CCR, un m-CCR (où l'injection d'O2 est faite par le plongeur et controllée par son cerveau) ou un m-CCR avec une sécurité contre l'hypoxie (pilotage en manuel en conservant un setpoint bas)

 

Merci pour l'exposé très clair :)

Link to comment
Share on other sites

Elle était humide tout simplement parce qu'on avait passé le WE à faire des rinçage et des passages sur BO/puis sur boucle (dans ces opérations qu'on le veuille ou non il y a toujours un peu d'eau qui rentre).

Sur un Inspi il y a les faux poumons qui font piège à eau et évite que cette dernière n'atteigne la chaux. Dans le cas des vrais faux poumons dorsaux il est clair que de trop jouer avec le DSV peut faire entrer l'eau et dans certains cas voire atteindre la chaux ce qui est beaucoup plus gênant :confus: . Et là, en effet, on n'est plus humide mais mouillé :eek: .

Link to comment
Share on other sites

Sur le JJ, j;ai testé...., il y a de la marge aussi. L'eau dans le FP inspiratoire est facile a évacuer en purgeant. Dans le fond du canister, il y a suffisamment de place pour que celà ne soit pas trop gênant, et que la chaux ne soit pas touchée, si on évite de se mettre la tête en bas, bien sûr. A part le bruit... différent, tout se passe bien.

Link to comment
Share on other sites

Ca m'est déjà arrivé de rester un peu en surface avec le DSV ouvert avant de partir en plongée. Et bien sûr l'eau est rentrée joyeusement. Au départ j'ai entendu le gros glou glou du tuyau plein d'eau. Et hop tout est alors envoyé dans le poumon expiratoire. Pas de souci la plongée c'est bien passée et je sentais bien que dans le bas du faux poumon expi ce n'était pas de l'air. A la sortie j'ai vidé le faux poumons et j'avais bien rempli un ou deux verres. Par contre absolument rien n'avait transité vers la chaux. Avec de vrais poumons dorsaux le problème aurait été tout autre et la chaux aurait bu la tasse.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.