Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Incident à Saint-Sauveur : le CR


Recommended Posts

Guest invite

Salut Txum,

 

je pense qu'il n'y a aucun enseignement généraliste à tirer de cette expérience.

 

On sait depuis belle lurette que les plongées très profondes augmentent considérablement le risque d'ADD de l'oreille interne et cela même sans forcer ses oreilles, la grande majorité de ces soucis survient à la remontée dans la zone des 90-60 mètres après une plongée profonde. Il y en a un paquet tous les ans au caisson de Dahab juste pour des touch'n go au fond du trou bleu. Là il y a en général des plongeurs d'assistance.

 

 

Que tirer comme conclusion "pour Fabrice" (qui n'a pas besoin de moi pour tirer les sienne) ? Ben pas grand chose en fait.... Pourquoi ? Tout simplement parce que depuis le début on parle de plongée d'explo et qu'il est sacrément difficile de prévoir un timing précis de rencontre dans la zone des 80 mètres comme c'est le cas sur un touch profond.

 

En effet, lorsque l'ont fait de la première on n'a aucune idée du temps que cela va prendre, alors autant en ouvert on est limité par son gaz et on peut être un peu plus précis, autant en CCR comme celui de Fabrice, on a plutot du temps. du coup cela implique aussi une logistique très lourde d'assistance.

 

Pourquoi ? Simplement parce qu'il faut couvrir la grande amplitude temporelle supposée de la rencontre à 80m.

 

Donc si on colle un plongeur à 80 mètre pendant 1h-1h30... il faut aussi assurer sa logistique de redondance à lui ainsi que sa déco,qu'il ne pourra pas faire confortablement dans la cloche, celle-ci étant réservée au pointeur.

 

Ou alors on a plusieurs plongeurs qui font des aller-retour et ça devient une autre grosse logistique.

 

Bref, je crois qu'avant de vouloir améliorer quoi que ce soit il faut d'abord, comme l'a très bien fait Fab rédiger un cahier des charges de sa plongée, non pas pour la plèbe forumistique prête à baisser le pouce au moindre incident, mais pour soi-même et uniquement soi-même (et ses proches bien entendu).

 

Si ce cahier des charges est cohérent avec la sécurité maximale que l'on attend SOI-MEME de ce genre de plongées hors du commun alors il n'y a pas de raison d'aller à l'encontre de soi-même.

 

Comme dans tout sport extrême, les incidents, les accidents arrivent et faire tout un foin autour des moyens déplacés pour Fab, c'est franchement être à coté de ses pompes.... Regardez juste deux secondes les moyens mis en oeuvre chaque année pour les crétins qui font de la randonnée en montagne voire en haute montagne en tongs ou en baskets légères... pour tous ceux qui se perdent dans le maquis en corse ... pour tous ceux qui se pètent au ski sur des pistes pour lesquelles ils n'ont absolument pas le niveau... Là effectivement on peut parler de responsabilité engagée, d'irresponsabilité! Dans le cas de Fab l'incident aurait nécessité la même logistique de secours quelle que soit le monde qui aurait été présent.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 135
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

quels enseignements tirer d'un accident pareil ?

 

Pour moi le seul enseignement à tirer c'est cette phrase de Sheck Exley à ne jamais oublier .... :

 

""Survival depends on being able to suppress anxiety and replace it with calm, clear, quick and correct reasoning..."

 

;)

Link to comment
Share on other sites

Salut Txum,

 

je pense qu'il n'y a aucun enseignement généraliste à tirer de cette expérience.

 

On sait depuis belle lurette que les plongées très profondes augmentent considérablement le risque d'ADD de l'oreille interne et cela même sans forcer ses oreilles, la grande majorité de ces soucis survient à la remontée dans la zone des 90-60 mètres après une plongée profonde. Il y en a un paquet tous les ans au caisson de Dahab juste pour des touch'n go au fond du trou bleu. Là il y a en général des plongeurs d'assistance.

 

 

Que tirer comme conclusion "pour Fabrice" (qui n'a pas besoin de moi pour tirer les sienne) ? Ben pas grand chose en fait.... Pourquoi ? Tout simplement parce que depuis le début on parle de plongée d'explo et qu'il est sacrément difficile de prévoir un timing précis de rencontre dans la zone des 80 mètres comme c'est le cas sur un touch profond.

 

En effet, lorsque l'ont fait de la première on n'a aucune idée du temps que cela va prendre, alors autant en ouvert on est limité par son gaz et on peut être un peu plus précis, autant en CCR comme celui de Fabrice, on a plutot du temps. du coup cela implique aussi une logistique très lourde d'assistance.

 

Pourquoi ? Simplement parce qu'il faut couvrir la grande amplitude temporelle supposée de la rencontre à 80m.

 

Donc si on colle un plongeur à 80 mètre pendant 1h-1h30... il faut aussi assurer sa logistique de redondance à lui ainsi que sa déco,qu'il ne pourra pas faire confortablement dans la cloche, celle-ci étant réservée au pointeur.

 

Ou alors on a plusieurs plongeurs qui font des aller-retour et ça devient une autre grosse logistique.

 

Bref, je crois qu'avant de vouloir améliorer quoi que ce soit il faut d'abord, comme l'a très bien fait Fab rédiger un cahier des charges de sa plongée, non pas pour la plèbe forumistique prête à baisser le pouce au moindre incident, mais pour soi-même et uniquement soi-même (et ses proches bien entendu).

 

Si ce cahier des charges est cohérent avec la sécurité maximale que l'on attend SOI-MEME de ce genre de plongées hors du commun alors il n'y a pas de raison d'aller à l'encontre de soi-même.

 

Comme dans tout sport extrême, les incidents, les accidents arrivent et faire tout un foin autour des moyens déplacés pour Fab, c'est franchement être à coté de ses pompes.... Regardez juste deux secondes les moyens mis en oeuvre chaque année pour les crétins qui font de la randonnée en montagne voire en haute montagne en tongs ou en baskets légères... pour tous ceux qui se perdent dans le maquis en corse ... pour tous ceux qui se pètent au ski sur des pistes pour lesquelles ils n'ont absolument pas le niveau... Là effectivement on peut parler de responsabilité engagée, d'irresponsabilité! Dans le cas de Fab l'incident aurait nécessité la même logistique de secours quelle que soit le monde qui aurait été présent.

 

ont à pourtant ici :

 

 

l'exemple d'une plongée profonde avec un plongeur de pointe qui termine en solo ,tentative et réussite de dépassement du terminal , qui ce fait en solo pour ce qui est de la pointe, mais avec des plongeurs et une assistance surface parfaitement réglé, il suffit que ce soit bien préparé et que les run time soit respécté ( a plus ou moins quelques minutes ) mais pas des heures, a cette profondeur le plongeur de pointe ne dispose pas d'une heure et demi de battement !!

Son run time est réglé comme un horloge ,la preuve si le faut sur cette vidéo

Et en plus elle est la et permet comme le doute est toujours permis au moins d'authentifié l'exploit d'une manière indiscutable !!

 

Ton "ami" n'en avait il pas une ? il me semble qu'il en parle dans son cr ??

 

je cite :

 

" Je suis normalement assuré d'avoir le point de demi-tour sur la carte mémoire.""Dernière décision à prendre, caméra or not caméra ? En fait, j'avais très envie d'emmener une caméra. Lors d'une première il y a la topographie à faire normalement. N'ayant aucune expérience de la chose, je vais confier cette tâche à la caméra. Premier argument de poids pour en emmener une. Deuxièmement, si je me suis mis avec passion à la vidéo sous-marine, c'était pour produire des images qui n'avaient jamais été faites avant. Lors d'une première, c'est vraiment la définition même de l'image unique, elles n'ont jamais été encore faites et en situation de première elles ne seront jamais refaites. Mais les caissons capables d'emmener une caméra même petites à ces profondeurs n'est pas monnaie courante. Il y a aussi des histoires de volumes sur le scooter ou sur la tête qui sont rédhibitoires pour de grosses caméras de qualité. Au final, c'est Jérôme d'ABYSSNAUT qui va m'apporter la solution. Pour être certain de l'étanchéité, il a construit pour une Panasonic 900 un caisson capable de descendre à 350 mètres ! J'ai donc une bonne marge ... C'est un tube dans lequel se glisse la caméra qu'il faut allumer avant fermeture et qui va filmer jusqu'à épuisement de la batterie. Même si je n'ai que deux heures de film"

 

Mais comme tu le connait et que c'est un grand ami tu va lui demander hein !! , pour nous les petits, et pour qu'ont voit le terminus de Rick Stanton et Sami Paakkarinen ( qui sont aussi de tes amis je crois du moins tu prétend les connaitre ) être dépassé !!

Link to comment
Share on other sites

La gestion du soucis sous l'eau avec ce sang froid et cette maîtrise sont aussi dus au fait qua Fab est médecin hyperbare et qu'il connait parfaitement les symptomes qui sont survenus il a non seulement pu les anticiper mais aussi pu éviter le stress du à la survenue des soucis.

 

L'ensemble se ces éléments ont fait qu'il a très certainement mieux géré son accident que le commun des plongeurs.

 

En tout cas encore bravo Fab, je suis loin d'être certain que dans le même cas je m'en serais sorti.

Médecin blabla connaissance des symptômes ect .....

Je n'y croi pas (désolé une foi de plus de casser la belle unanimité de ce fil :D ). Mais tu prends le cas de Patrick Mungier au Fontanilles, avec une gestion du merdier qui vaut largement celle là, je pense que c'est d'avantage lié au caractère propre de la personne.(et lui, il n'est pas toubib)

Pour Arno : est ce que je trouve un élément positif à cette affaire ? Oui : il est vivant (est en bonne santé) et pour moi ça prime sur tout le reste.

Et une petite histoire en plus, la plongée spéléo n'est pas une création ex-nihilo, elle a un passé, un présent et elle aura un futur.

http://www.plongeesout.com/accidents/secours/sauvetage/fontanilles%20sauvetage%20recit%20vasseur/fontanilles%20sauvetage%20recit%20vasseur%20.htm

Link to comment
Share on other sites

Plusieurs modérateurs sont déjà intervenus sur le sujet pour des hors sujets et des reglements de compte persos. Le sujet est interessant donc on va pas fermer. Par contre, à la prochaine intervention de l'équipe, ceux qui se feront modérés seront bannis donc on se calme et on discute posément sinon les interessés devront se trouver un bac à sable ailleurs.

Link to comment
Share on other sites

Guest invite

Je pense avoir été plus que posé et courtois jusqu'au message #109 ou encore une fois il y a une attaque personnelle contre moi que tu t'es bien gardé de modérer ...

Link to comment
Share on other sites

Guest invite
Médecin blabla connaissance des symptômes ect .....

Je n'y croi pas (désolé une foi de plus de casser la belle unanimité de ce fil :D ). Mais tu prends le cas de Patrick Mungier au Fontanilles, avec une gestion du merdier qui vaut largement celle là, je pense que c'est d'avantage lié au caractère propre de la personne.(et lui, il n'est pas toubib)

Pour Arno : est ce que je trouve un élément positif à cette affaire ? Oui : il est vivant (est en bonne santé) et pour moi ça prime sur tout le reste.

Et une petite histoire en plus, la plongée spéléo n'est pas une création ex-nihilo, elle a un passé, un présent et elle aura un futur.

http://www.plongeesout.com/accidents/secours/sauvetage/fontanilles%20sauvetage%20recit%20vasseur/fontanilles%20sauvetage%20recit%20vasseur%20.htm

 

 

Hello Philippe,

 

je crois qu'il n'est nul besoin de faire un concours de quéquette hein.

 

Les deux cas à mon sens sont totalement différents, d'un coté un gars qui fait un vestibulaire et qui gère sa sortie jusqu'au bout ou quasi et qui n'aura nécessité "que" l'intervention des pompiers en surface quasi libre durant quelques heures; et de l'autre coté un bend, un plongeur qui se réfugie dans une poche d'air sur un rocher et qui nécessite la mobilisation de 50 personnes durant 4 jours.

Link to comment
Share on other sites

Hello Philippe,

 

je crois qu'il n'est nul besoin de faire un concours de quéquette hein.

.

C'est nullement mon but.

Le cas de Patrick est un peut plus compliqué, ce n'est pas un simple bend :gros soucis de flottabilité, perte du fil cassé, trouve une cloche dans l'urgence retourne faire ses paliers avec un début d'accident de déco et remonte dans une cloche indiqué nulle part attendre les secours dans une cloche pas alimnté en air frais. Pour ce qui est de la sortie, les Fontanilles c'est pas Saint Sauveur.

La partie intéressante n'est pas là : c'est un enchainement de dysfonctionnements qui finissent en accident.

La ou les 2 accidents sont intéressant et pour moi similaire, c'est que dans les 2 cas il y a un gros soucis à un moment donné et tant que le plongeur ne craque pas psychologiquement, il garde une bonne chance de s'en sortir et au bout du compte s'en sort.

Le plus souvent les accidents en plongée spéléo débutent sur un ou plusieurs incidents somme toute mineur, l'issu sera déterminé sur la capacité du plongeur à faire face et à ne pas "péter les plombs" et ça c'est le plus dur a acquérir.

Link to comment
Share on other sites

Oui...!

Y a le moment donné et il y a après...!

Après, c'est facile d'analyser, décortiquer, interpréter...!

Pendant, t'es dans la merde et t'essaies de t'en sortir...! T'essaies de résister à la détresse qui frappe à la porte et il y sans doute un moment clef, souvent très court, de l'ordre de la poignée de secondes où tu es à la limite de basculer du côté de la mort ou de la vie. Et là, c'est plus au feeling, à l'instinct qu'avec tes neurones que tu t'en sors. A mon humble avis et avec ma petite expérience en la matière.

Alors évidemment ce que tu es, va t'aider à t'en sortir. Tes connaissances, ton expérience, etc...!

Mais ça n'est pas ça qui fera vraiment la différence. C'est juste à l'instant T, tu fais le bon choix ou le mauvais choix. T'as beau avoir toute l'expérience du monde tu peux faire le mauvais choix. Il y a plein d'exemples de "vieux de la vieille" qui ont fait le mauvais choix et qui sont ressortis tirés par un copain, raides comme un bout de bois.

Ensuite, de toute façon qu'est ce que tu veux faire ? Tu vas pas te pisser dessus et pleurnicher en demandant à ta mère de venir t'aider. T'es dans la merde, tu sers les fesses, les dents et tu te mets des coups de pompes au cul pour essayer de te sortir de la merde dans laquelle tu es.

 

Pour ma part, au Gouron, cet été, j'ai fait les bons choix, je suis encore là. Mais quand je me suis senti partir, c'est avec l'instinct plus qu'avec mes 3 neurones que je m'en suis sorti. Je me suis laissé débordé et j'aurais sans doute pu éviter d'atteindre ce niveau de détresse. Là je refais l'histoire et c'est toujours facile de réécrire l'histoire après.

Mais quand je me suis vu mourir, sortir de mon corps, quand j'ai vu la tronche de mes gamins, quand je me suis vu immobile avec mon pote qui allait me trouver là comme un con dans quelques secondes, quand j'ai senti la "lumière baisser", j'ai réagi avec l'instinct de survie, pas avec les neurones.

Après oui, une fois que je suis sorti de la zone rouge, j'ai commencé à réfléchir, à analyser et à m'organiser.

 

Ensuite, les leçons à tirer...! Bah, tout a été dit pour l'accident de St Sauveur, tout comme pour celui des Fontanilles d'ailleurs. Après, en effet, un accident, c'est une somme de facteurs, jamais un facteur, mais une accumulation.

 

Après, bah, t'as perdu un Joker. Pour ma part, je dois en avoir pas mal, car c'est pas la première fois. J'en ai grillé un certain nombres, alors peut être que j'en ai plus. Peut être pas.

En tous les cas, pour ma part, ça m'a presque fait du bien. Tu t'éloignes de certaines futilités de nos vies, tu prends du recul, t'as l'impression de mieux discerner les choses importantes. Comme si l'air était plus pur, plus frais, le soleil plus intense.

Mais c'est la même chose sans doute pour ceux qui s'en sorte après une maladie, un accident de bagnole...!

Quoi là aussi après c'est une histoire personnelle, car je connais des gars qui sont passés prés de la correctionnelle une fois où deux, qui n'ont rien changé et qui ont fini par se faire attraper.

Alors, difficile dans le fond de faire des généralités de tout ça...!

 

A+

 

pe

Link to comment
Share on other sites

Guest invite

Merci de résumer l'accident de Patrick, je n'ai lu de ton lien que le debut du récit, la partie "heure par heure" du SSF. Ainsi je comprends un peu mieux.

 

Ce qui en dirait plus c'est les deux pourquoi. Pourquoi le soucis de flotta et pourquoi le fil a cassé [mode provoc on] encore du fil posé avec des K-wesh ;) [mode provoc off].

 

Pour le reste je suis parfaitement d'accord avec toi, la gestion de l'instant de panique quand la merde arrive est primordiale et je pense qu'elle est liée à deux facteurs, un intrinsèque au plongeur et un totalement lié à ses compétences.

 

Ce qui me ramène à ce que je dis depuis longtemps, développer des compétences plutôt que de combler des lacunes par du matériel ou de l'équipement, mais ça c'est un autre débat ;)

Link to comment
Share on other sites

Guest invite

Ensuite, de toute façon qu'est ce que tu veux faire ? Tu vas pas te pisser dessus et pleurnicher en demandant à ta mère de venir t'aider. T'es dans la merde, tu sers les fesses, les dents et tu te mets des coups de pompes au cul pour essayer de te sortir de la merde dans laquelle tu es.

 

Pas forcément, tout le monde ne réagit pas pareil deux exemples marquants sous d'autres contrées ou un père et ses deux fils sont mort suite à une erreur de pose de ligne et le père s'est presque contenté d'écrire un mot d'excuse à sa femme dans son carnet... Au contraire une femme coincée dans un diverticule de galerie a cogné son bloc contre la roche jusqu'à sa dernière goulée d'air et grace à ça les secours l'ont trouvée.

 

On n'est pas tous égaux devant notre renoncement ou notre lutte pour survivre... :(

Link to comment
Share on other sites

On n'est pas tous égaux devant notre renoncement ou notre lutte pour survivre... :(

 

Pour les pratiquants expérimentés, avec une vraie expérience, sur de nombreuses années. Il me semble qu'en général, ils s'accrochent et ils serrent les dents.

On trouvera toujours des contre exemples.

 

Chez les débutants, ou les "faux" expérimentés, l'impression démesurée et erronée de n'avoir aucune chance de s'en sortir en cas de coup dur, peut pousser plus facilement à baisser les bras.

Là, aussi, il y aura toujours des contre exemples.

 

En effet, nous ne sommes pas tous égaux. Et la même personne réagira bien un jour et mal un autre jour...!

 

 

 

Pour Patrick, si mes souvenirs sont bons.

Inflateur bloqué en ouvert. Il s'accroche au fil, monte, monte, monte et le fil casse...!

Pour quoi l'inflateur s'est coincé en débit ouvert..? Parce qu'il avait décidé de faire chier ce jour là....!

 

A+

 

pe

Link to comment
Share on other sites

[quote=pedeseigne

 

 

Pour Patrick, si mes souvenirs sont bons.

Inflateur bloqué en ouvert. Il s'accroche au fil, monte, monte, monte et le fil casse...!

Pour quoi l'inflateur s'est coincé en débit ouvert..? Parce qu'il avait décidé de faire chier ce jour là....!

 

A+

 

pe

C'est presque ça, mais là on rentre dans la catégorie des histoires a raconter le soir à la veillé. :tromaran:

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Dernières Discussions

  • Similar Topics

    • 74
      Bonjour à tous. Petit retex d'un incident qui m'est arrivé dimanche. Nous partons pour une plongée dans le Léman, sur le site de Locum, fort sympathique tombant rapide côté français. Mise à l'eau, descente jusqu'à 47 mètres en 4 minutes, tranquille. En arrivant vers 40, je vois des "appels de lampes" de mes suiveurs. Sans doute vais-je trop vite ? Du coup je décide de m'arrêter au-dessus d'une petite terrasse deux mètres plus bas. Je gonfle ma stab', me stabilise. Là j'entend
    • 0
      Une lecture toujours instructive   https://www.bsac.com/safety/diving-incidents/annual-diving-incident-report/    
    • 7
      Bonjour à tous,   On m'informe que les secours ont été dépêchés vers l'émergence de Marchepied. Quelqu'un en sait plus ?
    • 18
      Olà !   Petit retour sur ma plongée de samedi. Pierre à Bise, 60 mètres...parti avec deux déco' 50¨% et oxy' 100 %. Visi' à 20 mètres pas top top... ...et pour la première fois, erreur de prise de gamelle de détendeur ! C'est là que je me dis qu'avoir un tuyau bleu pour l'oxy' et vert pour le nox', d'avoir sur chaque gamelle, côté moustache, un tape avec la MOD, d'avoir en plus sur le tuyau un autre tape avec encore la MOD, ben c'est pas déconnant .   Sino
    • 43
      Voilà une petite expérience qui peut servir de leçon.   En fin de séjour à Marseille (j'ai déjà quelques plongées à 40m et plus). On doit plonger sur le grand Conglouë. J'ai un binôme N4 avec qui j'ai fais quelques plongées les jours précédents. Une autre palanquée autonome décide de partir en premier et un de deux connait bien le site (On l'appellera A et son binôme B). Mon binôme (C) décide de les suivre avec leur accord vu que A connait le site.   Bref on se met à l'eau et
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.