Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

    Messages recommandés

    • Réponses 242
    • Créé
    • Dernière réponse

    Meilleurs contributeurs dans ce sujet

    +1 aussi je suis d'accord ... mais là on élargit le débat ... ;)

     

    Pour abonder dans ce sens, j'ai passé mon N1 en une semaine, à l'occasion de vacances, il y a ... 14 ans. J'ai plongé pendant 10 ans avec, le N1 me suffisant pour mes petites explos tranquilles encadrées à l'occasion des vacances d'été. Par contre, dès mon N1 en poche, j'avais acheté le code VAGNON Plongée Niveau 2, car les réponses qu'on m'avait données durant la semaine de stage ne me satisfaisaient pas, j'étais avide d'en savoir plus. C'est ainsi que j'ai découvert Mariotte, les accidents possibles et les calculs de table entre autres ...

     

    Il y a 4 ans, suite au désir d'un de mes collègues de boulot de passer son N1 après un baptême bien apprécié, on a cherché un club dans notre région et on s'est inscrit à l'année, lui en N1 et moi en N2. Constat pour moi : les doigts dans le nez au niveau théorie, mais une respiration inadaptée beaucoup trop haute, même avec 55 plongées au compteur au début de mon cursus N2 ... Autant dire qu'il a fallu que je réapprenne à respirer et à m'immerger correctement, je n'y arrivais pas autrement qu'en canard, pas facile de corriger 10 ans de mauvaises habitudes !

     

    Pourtant pendant ce temps, personne n'avait décelé mon défaut, et ce malgré la plongée de réadaptation que je faisais chaque année dans la structure plongée de mon lieu de vacances ... : VDM, passage d'embout, signes ... tout çà OK mais rien sur ma respiration haute ... :surpris: Par contre je gérais bien ma stab, pas de souci de ce côté-là ;)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    +1 aussi je suis d'accord ... mais là on élargit le débat ... ;)

     

    Pour abonder dans ce sens, j'ai passé mon N1 en une semaine, à l'occasion de vacances, il y a ... 14 ans. J'ai plongé pendant 10 ans avec, le N1 me suffisant pour mes petites explos tranquilles encadrées à l'occasion des vacances d'été. Par contre, dès mon N1 en poche, j'avais acheté le code VAGNON Plongée Niveau 2, car les réponses qu'on m'avait données durant la semaine de stage ne me satisfaisaient pas, j'étais avide d'en savoir plus. C'est ainsi que j'ai découvert Mariotte, les accidents possibles et les calculs de table entre autres ...

     

    Il y a 4 ans, suite au désir d'un de mes collègues de boulot de passer son N1 après un baptême bien apprécié, on a cherché un club dans notre région et on s'est inscrit à l'année, lui en N1 et moi en N2. Constat pour moi : les doigts dans le nez au niveau théorie, mais une respiration inadaptée beaucoup trop haute, même avec 55 plongées au compteur au début de mon cursus N2 ... Autant dire qu'il a fallu que je réapprenne à respirer et à m'immerger correctement, je n'y arrivais pas autrement qu'en canard, pas facile de corriger 10 ans de mauvaises habitudes !

     

    Pourtant personne n'avait décelé mon défaut, et ce malgré la plongée de réadaptation que je faisais chaque année pour la plongée de reprise dans la structure de mon lieu de vacances ... : VDM, passage d'embout, signes ... tout çà OK mais rien sur ma respiration haute ... :surpris: Par contre je gérais bien ma stab, pas de souci de ce côté-là ;)

    Idem pour moi... J'ai passé le N2 après 70 plongées (mais moins de 10 ans). Très vite, mon moniteur a corrigé mon immersion, par contre, en fin de plongée, encore aujourd'hui, pour peu qu'un truc un poil inhabituel se passe, je dois me concentrer pour balancer le parachute en gardant une respiration basse :confus:
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bonjour PV :-)

     

    Je suis content pour toi que tu ais pu te rendre compte de la base de la plongée qui est "la ventilation" (que je me permet de dissocier de la respiration placée sur le plan physiologique)

     

    La théorie ne sert pas à grand chose si ce n'est à se réduire au strict nécessaire utile à la pratique en sécurité, le reste n'étant, à mon sens que de la culture personnelle.

     

    C'est dans ce sens que les lois et formules poussées ne servent plus à la compréhension mais à masquer les non compréhensions des bases de certains qui se cache derrière de faux savoir.

     

    L'enseignement du "gilet" occulte trop souvent que cet équipement est là en complément de la ventilation lorsque celle-ci ne parvient plus à compenser par ses amplitudes de variations notre stabilisation de flottabilité plus ou moins neutre dans l'élément liquide.

     

    Le sur-lestage est caractéristique de la non mise en place de la ventilation, trop de pratiquant se contentent de vider leur gilet pour s'immerger alors que celui-ci, à mon avis, devrait être vide en surface avec les voies aériennes hors de l'eau sur un cycle de ventilation normal et non au niveau du masque, point neutre où on est certain de se noyer.

     

    Un autre point important, à mon avis, est la notion d'équilibre que certains utilisent plus facilement, sans polémique, avec le SM.

    Les apprentissages de nouveaux automatismes comportementaux permettent à notre subconscient de se repérer dans notre élément liquide et cet état de quasi apesanteur d'évolution et ce par l'élimination des gestes parasites.

     

    Il est désolant de constater tous les ans qu'il soit nécessaire de remettre en place ces bases de ventilation et d'équilibre à une partie des futurs GdP à leur arrivée au stage.

     

    C'est un problème de formation au niveau des formateurs et non des élèves à qui il devrait être enseigné ces points dès leur formation de niveau 1.

    Pour moi le débat n'est pas élargi il est ramené à son point essentiel la ventilation, base de la plongée ! :-))

     

    Amicalement

    Phil

     

    +1 aussi je suis d'accord ... mais là on élargit le débat ... ;)

     

    Pour abonder dans ce sens, j'ai passé mon N1 en une semaine, à l'occasion de vacances, il y a ... 14 ans. J'ai plongé pendant 10 ans avec, le N1 me suffisant pour mes petites explos tranquilles encadrées à l'occasion des vacances d'été. Par contre, dès mon N1 en poche, j'avais acheté le code VAGNON Plongée Niveau 2, car les réponses qu'on m'avait données durant la semaine de stage ne me satisfaisaient pas, j'étais avide d'en savoir plus. C'est ainsi que j'ai découvert Mariotte, les accidents possibles et les calculs de table entre autres ...

     

    Il y a 4 ans, suite au désir d'un de mes collègues de boulot de passer son N1 après un baptême bien apprécié, on a cherché un club dans notre région et on s'est inscrit à l'année, lui en N1 et moi en N2. Constat pour moi : les doigts dans le nez au niveau théorie, mais une respiration inadaptée beaucoup trop haute, même avec 55 plongées au compteur au début de mon cursus N2 ... Autant dire qu'il a fallu que je réapprenne à respirer et à m'immerger correctement, je n'y arrivais pas autrement qu'en canard, pas facile de corriger 10 ans de mauvaises habitudes !

     

    Pourtant personne n'avait décelé mon défaut, et ce malgré la plongée de réadaptation que je faisais chaque année pour la plongée de reprise dans la structure de mon lieu de vacances ... : VDM, passage d'embout, signes ... tout çà OK mais rien sur ma respiration haute ... :surpris: Par contre je gérais bien ma stab, pas de souci de ce côté-là ;)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bonjour plsousmarin,

     

    Et bien voilà un message beaucoup plus constructif que le premier, que j'avais trouvé plutôt agressif alors que mon intention était juste ... d'aider quelqu'un qui posait une question sur sa remontée rapide sans gérer sa stab ... :)

     

    Merci pour ton point de vue intéressant, effectivement la maîtrise de la ventilation est la base de la plongée. Ceci dit, le coup du bon lestage voies aériennes dégagées gilet vide, je reste un peu dubitatif ... et avec çà on tient quand même le palier à 3m gilet vide en fin de plongée ?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bonjour PV,

     

    En plongée loisirs et pour des plongeurs lambda le point primordial à la surface est de se trouver, sans effort et sur cycle ventilatoire normal, en situation de flottabilité neutre légèrement positive pour que les voies aériennes (la bouche) se trouve hors de l'eau et ce avec le gilet vide.

    C'est, à mon avis, un point essentiel de sécurité.

     

    Partant de là, on a pour s'immerger l'une des 2 techniques d'immersions, phoque ou canard, aidée et couplée, l'une comme l'autre, avec une expiration forcée.

     

    La ventilation et la mécanique ventilatoire en plongée est différente de celle utilisée instinctivement en milieu aérien.

    Personnellement, je ne sais pas ce que veut dire une ventilation basse ou haute ???

    Ventiler avec le haut ou le bas des poumons, j'ai du mal à visualiser et encore moins à le réaliser.

     

    Le "Terrien" commence sa ventilation par une contraction musculaire inspiratoire qui crée une dépression afin de remplir ses poumons, son expiration correspond à un relâchement musculaire qui évacue l'air des poumons.

     

    Pour le plongeur ou "Aquarien" il est beaucoup plus intéressant et surtout plus utile à tous points de vue de faire le contraire !

    Soit une contraction musculaire pour expirer et un relâchement musculaire pour inspirer.

    On arrive ainsi à une ventilation volontaire contrôlée sur le cycle expiratoire sans effort inspiratoire quelque soit la profondeur d'évolution.

     

    Pour le faire il est nécessaire de mettre en place une mécanique ventilatoire ventrale couplée avec la bouche, contraction musculaire du diaphragme pour expirer et relâchement de celui-ci pour inspirer, les amplitudes sont, et de loin, beaucoup plus importantes qu'avec la cage thoracique qui est enfermée dans la combinaison et en partie bloquée par le gilet.

    Nos muscles abdominaux aidant le diaphragme sont de loin plus puissants que nos muscles pectoraux !

    De fait notre amplitude ventrale est de loin plus importante que notre amplitude thoracique !!!

     

    Les élèves plongeurs en formation N1 arrivent, en général avec 3 à 4 séances, à maitriser leurs amplitudes ventilatoires ce qui leur permet d'évoluer en scaphandre depuis la surface jusqu'à une profondeur variant de -7 à -9m suivant les individus.

    Les élèves GdP y arrivent, avec plus de pratiques, en général jusqu'à des profondeurs de -12 voire pour quelques cas jusqu'à -15m.

    Le problème soulevé du maintien de la profondeur du palier en fin de plongée avec un bloc correspondant n'en est plus un...

    d'autant plus qu'une profondeur de palier est variable en ce sens que c'est, en général à l'air ou Nx, une profondeur "plafond".

    Si j'ai un palier à -6m, cela veut dire que je ne peux pas remonter au-dessus et que je suis autorisé à remonter au-dessus de -9m.

    il en est de même pour le palier de -3m qui correspond à une zone de profondeur comprise au-dessus de -6m et en dessous de -3m.

    je vais donc me mettre dans une zone sécuritaire où je serais le plus à mon aise en fonction des conditions environnantes.

     

    Le gilet étant vide, seule les amplitudes ventilatoires permettront de modifier la profondeur et de contrôler la vitesse de remontée sans avoir besoin de palmer.

    L'utilisation des éléments du gilet comme les purges et inflateur sont, malheureusement, rarement enseigné en les reliant avec les cycles de la ventilation.

    il suffit de demander ou seulement de regarder un plongeur pratiquer et constater sur quel cycle ventilatoire il gonfle ou purge son gilet et comment il dose l'une ou l'autre de ces manœuvres.

    C'est comme remonter en utilisant la purge lente en permanence, c'est à mon avis une aberration, voire un enseignement dangereux avec la mise en place de cet automatisme qui bloque une main pour cette unique fonction.

     

    Voilà, quelques éléments pratiques, pas besoin de beaucoup de théorie pour y arriver...

     

    Bonne journée.

    Amicalement,

    Phil.

     

     

    Bonjour plsousmarin,

     

    Et bien voilà un message beaucoup plus constructif que le premier, que j'avais trouvé plutôt agressif alors que mon intention était juste ... d'aider quelqu'un qui posait une question sur sa remontée rapide sans gérer sa stab ... :)

     

    Merci pour ton point de vue intéressant, effectivement la maîtrise de la ventilation est la base de la plongée. Ceci dit, le coup du bon lestage voies aériennes dégagées gilet vide, je reste un peu dubitatif ... et avec çà on tient quand même le palier à 3m gilet vide en fin de plongée ?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Juste pour pinailler un peu, (mais ça n'a pas d'intérêt direct pour un plongeur en apprentissage des bases) :

    contraction musculaire du diaphragme pour expirer et relâchement de celui-ci pour inspirer, les amplitudes sont, et de loin, beaucoup plus importantes qu'avec la cage thoracique [...]

    De fait notre amplitude ventrale est de loin plus importante que notre amplitude thoracique !!!

    Non, pour forcer l'expiration, ce n'est pas le diaphragme que l'on contracte, mais les abdominaux. Plus on expire, plus le diaphragme se détend et s'étire.

     

    Je plussoie aussi le fait que l'amplitude abdominale est bien supérieure à l'ampliation thoracique. Et quand je sensibilise mes élèves à celà, je leur dis qu'il faut s'entrainer à respirer "avec le ventre". On gonfle le ventre pour inspirer, on rentre le ventre pour souffler.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    ??? Pourquoi ???

    il y a des niveaux en plongée surface comme tu le pratiques sur ta photo ??

    Met un vrai profil, on verra ensuite !!

    Le mien ne date pas d'aujourd'hui.... :-))

    je te remercie

    par ce que maintenant il faut être ancien sur le forum pour essayer de donner des conseilles ou info au membres ???

    pas très cordiale ta remarque

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    On dit aussi, conseils de comptoir, respiration abdominale = respiration Basse.

    Respiration thoracique = respi Haute.

     

    Il se dit aussi que les femmes ont plutot une respiration abdominale et les hommes une respiration thoracique. Mais c'est des on-dit.

     

    On n'abordera pas la respiration sous claviculaire...

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    En faite on dit beaucoup de chose sur la respiration haute,basse,thoracique,abdominal etc etc ce qu'il faut avant tout c'est la travailler comme dans toute activités il y a une respiration qu'il lui convient .

    Et il est vrais que parfois le stress peut faire que l'on arrive pas à vraiment expirer en totalitef l'air que nous avons dans les poumons lors de la descente et voir même de la remontée ce qui crée des perturbations .

    Ce ci dit c'est un travail qui peu se faire assi confortablement sur son canapé en posant une main sur son ventre et l'autre sur sa cage thoracique et ce. On entre sur le effets respiratoire et expiratoire

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Partant de là, on a pour s'immerger l'une des 2 techniques d'immersions, phoque ou canard, aidée et couplée, l'une comme l'autre, avec une expiration forcée.

    Surement pas, l'utilisation de tout effort physique pour s'immerger au moins pour les 2/3 premiers mètres (après rien n’empêche de palmer pour accélérer la vitesse de descente) est à proscrire, que ce soit les animaux que tu cites ou tout bonnement de se déhaler sur une corde de descente.

    Tout simplement parce que ça veut dire que le plongeur est dans ce cas sous lesté et que ça va un peu "mal se passer" en cas de palier en pleine eau. Et dans mon métier 'sous plafond" ya carrément un risque de décès pour un "débutant" fut-il MF2 à la base. L'expiration forcée DOIT suffire à elle-seule pour descendre ou alors il faut rajouter du plomb.

     

     

     

    Le "Terrien" commence sa ventilation par une contraction musculaire inspiratoire qui crée une dépression afin de remplir ses poumons, son expiration correspond à un relâchement musculaire qui évacue l'air des poumons.

     

    Pour le plongeur ou "Aquarien" il est beaucoup plus intéressant et surtout plus utile à tous points de vue de faire le contraire !

    Soit une contraction musculaire pour expirer et un relâchement musculaire pour inspirer.

     

    Désolé mais c'est "physiologiquement impossible, le muscle "principal" est le diaphragme et il se contracte (effort) pour créer une dépression aboutissant à l'inspiration. Et c'est à la base son "relâchement" qui crée l'expiration ordinaire. Pour forcer cette expiration, là oui on va mobiliser d'autres muscles (abdominaux et intercostaux). Mais peu importe, ce qui compte, c'est de ventiler "en conscience" car contrairement à une respiration hors de l'eau qui ne sert à rien d'autre, la respiration sous-marine doit ètre aussi "pensée" en fonction du niveau d'immersion que l'on souhaite et c'est d'autant plus difficile quand on est pris entre 2 feux qui sont le besoin de respirer d'un coté et celui de rester poumons vides ou en ventilation basse de l'autre.

    On commence à devenir un bon plongeur quand on est capable de comprendre que ce n'est pas un effort de palmage qui va nous empêcher de remonter mais justement de cesser tout effort pour se concentrer sur l'expiration le temps de purger de l'air ailleurs (gilet, étanche ou recycleur).

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    .

    Et il est vrais que parfois le stress peut faire que l'on arrive pas à vraiment expirer en totalitef l'air que nous avons dans les poumons lors de la descente et voir même de la remontée ce qui crée des perturbations .

     

    Et oui, à la base nous sommes des mammifères (donc à respiration terrestre) non aquatiques, faut jamais l'oublier.

    Un débutant qui stresse aura obligatoirement une respiration "haute" par instinct de survie. Diminuer le niveau de stress (ça c'est le boulot du bon moniteur) et "planter dans son crane" que c'est en soufflant qu'on descend quitte à y passer 10MN et on aura gagné des heures dans son apprentissage.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    • Dernières Discussions

    • Discussions similaires

      • 60
        Bonjour,    J'ai récemment acheté un dôme et une platine pour ma gopro et je suis à la recherche d'idée pour fixer ce matériel sur ma stab.    Merci 🐙
      • 16
        Bonjour,   Le sujet    m'amène à vous demander vos avis pour un achat de gilet stab répondant aux critères suivants. Je ne suis pas encore décidé mais j'y pense fortement très bon rapport qualité prix : d'après vous le meilleur compromis ? L'idée étant d'avoir l'équivalent ou un peu mieux que les modèles prêtés en club fiable, sodide durable taille XS disponible utilisation jusqu'à 40m Avec ou sans Fenstop gilet voyage ou pas
      • 6
        Mésaventure n°1   Cet été, avant la plongée, j'ai cassé la boucle femelle (côté épaule) de mon gilet Black-Ice APEKS. J'ai d'abord pensé devoir changer la partie démontable de la brettelle avec les 2 D-Rings.   J'ai eu l'agréable surprise d'apprendre par Aqualung qu'il existait maintenant des boucles de 2ème monte s'insérant dans la couture.   Mon détaillant l'a commandé et j'ai pu l'installer (prévoir tout de même une bonne heure). Car on est très gêné pa
      • 3
        Les sangles de stab refusent de se fermer ou s'ouvrent toute seule sur les blocs de 4 litres. De plus leur manipulation n'est pas facile pour des enfants. Avez-vous quelques solutions?    
      • 10
        Bonjour a tous,   Je suis a la recherche d'une stab dorsale et j'hésite entre le Dimension d'aqualung, le Scorpion de cressi ou le Bolt de mares...   Est ce que quelqu'un a eu des retour d'expérience sur un des trois model ?   Merci d'avance!!  
    ×
    ×
    • Créer...