Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Thrombopénie et plongée (N3)


    Messages recommandés

    Bonjour,

    j'ai un taux de plaquette très bas (30). La pathologie qui m'a été diagnostiquée est un purpura thrombopénique idiopathique (PTI). Donc pas de problème de génération de plaquette mais un problème de destruction de plaquette dans le corps (pas spécifique à la rate dans mon cas).

    Je me pose donc une question essentielle: ai-je un risque acrru d'accident de décompression, de narcose ou de risque d’hémorragie due à la profondeur?

    Si des gens compétents en la matière, je suis très intéressé par vos connaissance sur ce sujet. J'essaierai de me rapprocher du service hyperbare de l'hopital de Purpan à Toulouse.

    Merci

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    C'est une contre indication à la plongée pour la FFESSM et pour la Haute Autorité de Santé.

     

    C'est le risque hémorragique qui est mis en avant, pas le risque d'ADD qui serait, à priori, plutôt diminué.

    Je ne pense pas que ça puisse avoir la moindre influence sur la narcose.

     

    Je serais curieux de connaître la réponse des hyperbaristes, tu pourras faire suivre ?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    c'est la réponse que je voulais pas lire, mais je m'y attendait.

    J'attend une réponse du service hyperbare.

    Concrètement, cela signifie qu'aucun médecin de la FFESSM n'acceptera de me délivrer un certificat dès qu'il aura connaissance de ma pathologie?

    Est-il possible de plonger dans des centres côtiers sans certificats donc sans assurances?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Bonjour,

    tu as pu plonger jusqu'à present où on te la diagnostiqué recemment ?

     

    Non, je n'ai pas plonger depuis 2 ans, j'ai eu ce diagnostic en même temps que la naissance de ma fille. Ça m'a permis de vivre sans plonger, mais aujourd'hui j'ai comme une forte envie de plonger qui revient.

     

    Ça sent la plongée hors structure...

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bonjour,

     

    Crapô t'as déjà parfaitement répondu : avec des plaquettes à 30 G/L, la plongée te sera contre-indiquée.

     

    Ca n'augmente pas les risques spécifiques liés à l'activité (ADD, narcose ...), mais par contre, c'est l'activité elle même qui majore le risque hémorragique, tout simplement en augmentant le risque traumatique. Manipulations des blocs, plombs, détendeurs, portage, mises à l'eau, sortie ... qui ne s'est jamais cogné au cours d'une activité plongée ? :baston:

     

    C'est pour celà que la plongée te sera contre-indiquée. Pour éviter un traumatisme qui pourrait avoir des conséquences gravissimes avec des plaquettes très basses.

    Pour illustrer un peu, quand nous avons des patients avec des plaquettes sous les 20 G/L dans le service, on leur recommande de ne pas prendre les escaliers.

     

    Ensuite, sur le fond, avec 30 G/L tu es juste sur la limite désagréable. Souvent, au dessus on ne traite pas (risque hémorragique minime) et en desous on traite.

     

    Je ne sais pas où tu en est dans les différents traitements, mais peut être peux-tu espérer remonter tes plaquettes au dessus de 50 G/L. Auquel cas, la plongée deviendrait envisageable de nouveau ... :)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    mais par contre, c'est l'activité elle même qui majore le risque hémorragique, tout simplement en augmentant le risque traumatique. Manipulations des blocs, plombs, détendeurs, portage, mises à l'eau, sortie ... qui ne s'est jamais cogné au cours d'une activité plongée ?

     

    Je mettrais plutôt en avant le risque d'hémorragie cérébroméningée en plongée, ça ne pardonnerait pas.

    Déjà que en surface , c'est coton à gérer...

     

    Je ne sais pas ce que tu en penses Phil, mais moi, si je connais bien le plongeur, si je sais qu'il est sérieux et fera ce que je lui conseille, je signerais l'aptitude en lui recommandant une numération plaquettaire la veille des plongées, la contre indication interviendrait dès qu'il passe en dessous de 50 000.

     

    N'ayant jamais été confronté à ce cas de figure (bien qu'ayant croisé quelques PTI non plongeurs), je ne fais que donner un avis sans certitude.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Je mettrais plutôt en avant le risque d'hémorragie cérébroméningée en plongée, ça ne pardonnerait pas.

    Oui aussi. Mais j'incluais dans le risque traumatique le risque de TC et d'hémorragie intracrânienne qui en découle.

    En surface, une vague, mauvais contrôle, bing, on se cogne la tête sur un barreau de l'échelle. Sans conséquence pour le plongeur lambda, hémorragie méningée pour le thrombopénique sévère ... :malade:

     

    Je ne sais pas ce que tu en penses Phil, mais moi, si je connais bien le plongeur, si je sais qu'il est sérieux et fera ce que je lui conseille, je signerais l'aptitude en lui recommandant une numération plaquettaire la veille des plongées, la contre indication interviendrait dès qu'il passe en dessous de 50 000.

    Sur le fond, oui, je vois les choses de la même façon : si les plaquettes sont suffisantes (> 50 G/L), aucune raison de ne pas dire OK. Un contrôle quelques jours avant s'impose si la situation n'est pas stabilisée.

    Mais sur la forme, difficile de signer la non contre-indication sans précautions. Je rédigerais un certificat précisant la nécessité d'un chiffre plaquettaire > 50 G/L, contrôlé moins de 7 jours avant.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci beaucoup pour vos réponses.

    J'ai bien conscience des risques de choc, par exemple, une échelle de bateau a attraper dans une grosse houle en fin de plongée, situation déjà vécue et clairement plus à risque avec un PTI.

    Jusqu'à présent, je n'avais pas vraiment de médecin attitré pour les certificats de plongée, mais je vais essayer d'en trouver un, de lui exposer ma situation, et de le laisser prendre sa décision.

    La semaine dernière, le taux de plaquette est remonté à 49 dans un tube citraté et 69 dans un tube classique. Donc ça va dans le bon sens. malheureusement, une guérison définitive est exclue, compte tenu de mon âge, et de mon PTI qualifié de chronique.

    A ce jour, je ne suis pas sous traitement mais le scénario m'a été présenté dans le cas ou le taux passerait en dessous des 30. A savoir, 3 semaines sous cortisone, non renouvelable, puis si pas d'amélioration, un traitement sur 2 ans qui baisserai mon système immunitaire afin d'augmenter le taux de plaquette. D'ou la question suivante: sous traitement, avec un taux en nette amélioration, y aurait-il encore une contre-indication à la plongée?

     

    J'avoue que je me sens bien frustré, il me restait tant de plongée à faire...

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Se pose également le problème des barotraumatismes mêmes minimes et de l'importance du saignement.

     

    De plus, le risque d'une consommation des plaquettes provoquée par le stress decompressif est pour ma part (et par expérience) le plus problématique. C'est la raison pour laquelle contrairement à mes confrères j'émettrais d'avantage de réserve.

     

    Vous pouvez vous rapprocher au CHU de Purpan du Dr Clayessens (hématologue qui était dans le groupe de travail pour la CMPN "hemophilie & hematologie et plongée)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Poune, merci pour le contact.

    Ma crainte est de ne jamais en guérir, de ne jamais pouvoir re-plonger sereinement. Dans ce cas, je préfère abandonner définitivement, la mort dans l’âme.

    Pour l'instant, je ne perd pas espoir...

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Tu as raison de garder espoir.

     

    La semaine dernière, le taux de plaquette est remonté à 49 dans un tube citraté et 69 dans un tube classique.

    ET tout ça sans traitement.

    Je maintiens qu'avec des plaquettes à 70 G/L, il n'y a pas de risque hémorragique. Je vois toutes les semaines des gens avec des taux de cet ordre, voir plus bas, et qui vivent très bien avec.

     

    une guérison définitive est exclue, compte tenu de mon âge, et de mon PTI qualifié de chronique.

    Oui en effet, si le trouble évolue depuis plus de 6 à 12 mois, on peut parler de "chronique". Dans ce cas, il est difficile d'employer le mot de "guérison" dans le sens où les plaquettes peuvent rester indéfiniment sous le seuil de normalité, et même après normalisation, peuvent rechuter, y compris longtemps plus tard. Mais des périodes de tranquilité sont possibles, voir même fréquentes.

     

    puis si pas d'amélioration, un traitement sur 2 ans qui baisserai mon système immunitaire afin d'augmenter le taux de plaquette.

    Bien que tu sois loin de cette hypothèse, je suis quand même surpris par cette proposition. Je connais bien ta maladie, elle relève de ma spécialité. Un traitement immunosuppresseur ne devrais pas être proposé en 2ème intention après échec des corticoïdes. Il y a bien d'autres alternatives avant. Mais bon, tu n'es pas concerné actuellement.

     

    D'ou la question suivante: sous traitement, avec un taux en nette amélioration, y aurait-il encore une contre-indication à la plongée?

    Non clairement. Sous réserve de contrôler tes plaquettes quelques jours avant les plongées.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Se pose également le problème des barotraumatismes mêmes minimes et de l'importance du saignement.

    C'est exact. Mais quand les plaquettes sont basses, sous les 50 G/L. Au-dessus, pas de sur-risque hémorragique.

     

    De plus, le risque d'une consommation des plaquettes provoquée par le stress decompressif est pour ma part (et par expérience) le plus problématique.

    Peux-tu nous en dire un peu plus ?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    voici un autre point de vue anonyme de Purpan:

     

    • ai-je un risque accru d'accident de décompression NON de narcose NON ou de risque d’hémorragie due à la profondeur? OUI en dessous de 50 G/L
    • A partir de quel taux puis-je avoir le droit de plonger à nouveau ? 50 G/L minimum
    • Sous traitement rehaussant mon taux de plaquette, puis-je espérer obtenir un certificat? la barre à 80 G/L parce qu'on ne peut pas vous demander de faire une NFS avant chaque plongée et que le NIII comprend des assistances à plongeur en difficulté (malaise etc..) qui nécessitent d'être plutôt en bonne santé

    Je continue mes recherches par ailleurs. Et pendant ce temps- là, ma wing prend la poussière...

     

     

    Poune, je reste aussi dans l'attente de tes explications.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bonjour,

     

    Je suis aussi interéssé pour comprendre l'explication sur la relation entre le stress decompressif et la consommation plaquettaire !

     

    Je vous suit ....

     

    EDIT : En recherchant rapidement sur le net je suis tombé sur ça :

     

    http://www.aresub.org/oap-dimmersion/

     

    Et dans le chapitre 4 qui n'est pas spécifique de l'OAP d'immersion il dit :

     

    "La décompression génère des bulles qui sont responsables de lésions de l’endothélium capillaire" serait ce la raison ?

     

    Qu'en pensez vous ?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant
    • Dernières Discussions

    • Discussions similaires

      • 19
        Bonjour, je cherche à faire un stage d’initiation à la plongée sous-marine de plusieurs jours cet été. Pouvez-vous m’indiquer des adresses et des lieux ?
      • 2 330
        ce fil est un sujet collectif. Il a pour but de renseigner succinctement tous ceux qui veulent connaitre au jour le jour les conditions de plongée en Méditerranée Si la modération souhaite bouger ce sujet, no pb, je l'ai mis là sans chercher à le mettre ailleurs. je propose d'indiquer: le lieu de plongée, la date, le site, les conditions de soleil et de vent, et les températures en surface et au fond. si vous avez d'autres idées, ne vous génez pas. merci.
      • 4
        https://actu.fr/grand-est/erstein_67130/bas-rhin-une-plongeuse-meurt-lors-d-un-accident-de-plongee-un-homme-legerement-blesse_41511982.html?fbclid=IwAR3mEdMxbTk4GQ4-qdDALeoT6vh4fHbCUa4NYQsSr30_NEMLMy1xsEqKWyA
      • 1
        Bonjour à tous    Je m appel Fred et j'ai 44 ans, je suis AOW avec nitrox et j'ai une soixantaine de plongée à mon actif .   Je recherche un binôme ou 1 groupe pour 8 ou 10 jours de plongée à partir de 26/27 décembre 2021.   J' ai comme préférence un petit séjour avec plongée du bord et en bateau à partir d'un dive resort à Anilao pour faire de la photo et de la vidéo mais je suis ouvert à d autres propositions.   J ai déjà plongé en binôme autonome.
      • 28
        Salut,   Avec ma copine on veut faire une plongée un peu "inédite" donc dans la liste des plongées "spéciales" il y a: - plongée sous glace - plongée nuit - plongée caverne - plongée speleo   notre choix se porte sur les plongée speleo et carverne (on a deja fait les autres)   Mais j'ai une question elle appréhende un peu la plongée speleo car elle a peur de se sentir un peu oppresser donc je lui propose une plongée en lac souterrain, ça a l'air plus soft.   Qu'en pensez vous
    ×
    ×
    • Créer...