Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Hydratation. Mythes et réalités


    Messages recommandés

    Au final...si tu bois régulièrement avant et après ta plongée...quelle que soit la boisson...tout ira bien.

    Bien sûr de jour on évite la binouze ou le jus de raisin fermenté...

    Ouf on peut encore plonger de nuit bourré :grimace: .

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • Réponses 66
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    Le rationnel de la préférence pour la ré-hydratation post-dive tient quand même la route avec nos connaissances physiologiques: l’immersion (pression hydrostatique augmentée de la pression d’une combi bien ajustée) chassant le sang et les liquides interstitiels de la périphérie (membres, abdomen,..) vers le coeur entraine une sur-hydratation relative (une surcharge du coeur droit) qui elle-même va déclencher la réaction de diurèse d’immersion. Donc, plus hydraté avant, plus de diurèse nécessaire. Et je rapproche ça du problème des OAP d’immersion, qui sont également liés à une défaillance ventriculaire droite, quoique le mécanisme n’en soit pas encore bien établi.

    Pour mon compte personnel, je fais attention à la ré-hydratation post plongée, facile d’ailleurs car on a soif, ce qui est un bon signal physiologique.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Le rationnel de la préférence pour la ré-hydratation post-dive tient quand même la route avec nos connaissances physiologiques: l’immersion (pression hydrostatique augmentée de la pression d’une combi bien ajustée) chassant le sang et les liquides interstitiels de la périphérie (membres, abdomen,..) vers le coeur entraine une sur-hydratation relative (une surcharge du coeur droit) qui elle-même va déclencher la réaction de diurèse d’immersion. Donc, plus hydraté avant, plus de diurèse nécessaire. Et je rapproche ça du problème des OAP d’immersion, qui sont également liés à une défaillance ventriculaire droite, quoique le mécanisme n’en soit pas encore bien établi.

    Pour mon compte personnel, je fais attention à la ré-hydratation post plongée, facile d’ailleurs car on a soif, ce qui est un bon signal physiologique.

     

    Donc, si je te lis bien, en buvant (beaucoup) avant de plonger on solliciterait davantage le coeur ?

     

    Et cette pression qui favoriserait le retour veineux (toujours si je te lis bien) me fait penser aux bas ou chaussettes de contention conseillés pour les longs voyages en avion. Le principe serait-il le même ?

     

    Je pose la question sérieusement ... pour essayer de comprendre.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Ouf on peut encore plonger de nuit bourré :grimace: .

     

    Ouf !!

    Ça me rassure :tromaran:

     

    Blague a part, je trouve etonnant que cette question se pose.

     

    En effet, a partir du moment ou l'on considere que la plongee est une activite sportive, les regles de bases de l'hydratation s' appliquent comme pour n'importe quels autres sports, non ?

     

    Etant en parallelle, coureur a pied, je suis exactement les memes modes d'hydratation, sauf en ce qui concerne l'hydratation pendant l'effort parce que la c'est un peu plus compliqué, mais je ne pense pas que tu perdes autant en eau.

    Ex Sur un 10 kms, je peux perdre jusqu'a 2,5 kgs en été, sur un semi, 4.

    Je n'ai jamais fait l'experience sur une plongée, mais je la ferais cet ete pour voir combien tu peux perdre sur une plongee

    1 - standard

    2 - un peu plus engagé.

    Si on atteind ces niveaux, alors, oui, je pense que le fait de bien se rehydrater de suite apres ta plonge peut avoir un effet sur la qualite de ta deco et de ta perfomance en general. Une mauvaise hydratation t'amenera crampes, fatigue, etc..

     

    Et de toutes facons, d'une maniere generale et quelque soit l'activite, la rehydratation est une des regles de base du sport.

    Et je ne parle pas de l'apero, qui est lui, un autre sport national !!

    Que je pratique regulierement d'ailleurs :biere:

     

    A+

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Donc, si je te lis bien, en buvant (beaucoup) avant de plonger on solliciterait davantage le coeur ?

    Oui, très probablement.

     

     

    Et cette pression qui favoriserait le retour veineux (toujours si je te lis bien) me fait penser aux bas ou chaussettes de contention conseillés pour les longs voyages en avion. Le principe serait-il le même ?

    Exactement.

    D'ailleurs, les physiologistes qui ont décrit le phénomène parlent de "contention hydrostatique".

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    bonjour Doc Phil

     

     

    j'ai deux (mauvaises ) questions :

    c'est combien, boire beaucoup avant la plongée ?? 25 cc, 50 cc, 1l, plus ?

     

    quelle la part de responsabilité d'une trop importante prise de boisson (je parle de l'eau) avant la plongée dans l'arrivée d'un oedeme d'immersion ?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Difficile en effet.

    Disons que toute charge hydrique supplémentaire avant la plongée viendra majorer l'hypervolémie (le volume circulant) relative au moment de l'immersion.

     

    La part de responsabilité entre une prise importante de boisson, la température, une hypertension éventuelle, l'état cardiaque sous-jacent, l'impact d'un médicament ... je n'en n'ai aucune idée ! :confus:

    Et je pense d'ailleurs qu'il n'y a pas de réponse très précise en la matière ... au moins pour le moment.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Difficile en effet.

    Disons que toute charge hydrique supplémentaire avant la plongée viendra majorer l'hypervolémie (le volume circulant) relative au moment de l'immersion.

     

    La part de responsabilité entre une prise importante de boisson, la température, une hypertension éventuelle, l'état cardiaque sous-jacent, l'impact d'un médicament ... je n'en n'ai aucune idée ! :confus:

    Et je pense d'ailleurs qu'il n'y a pas de réponse très précise en la matière ... au moins pour le moment.

     

     

    voui ;)

     

    mé, disons aussi que boire avant la plongée augmente la masse sanguine, mais fluidifie le sang, et donc, réduit les efforts au niveau du coeur (et quand je dis boire, c'est, à mes yeux, modérément, maxi 33 cc).

     

    par contre, pour en avoir discuté avec des medecins plongeurs et avoir lu les travaux de Mathieu Coulange, j'en ai tiré certains facteurs qui, associés, peuvent devenir aggravants :

     

    - l'effort en plongée (palmage soutenu ou contre courant)

    +

    - le froid (vaso constriction (le sang se retire de la périphérie et retourne dans le tronc, fatiguant le coeur)

    +

    - des vetements trop serrés (les surcouches comme un top + une integrale + le shorty...)

    +

    - la profondeur (la pression)

    +

    - (eventuellement) un stress (qui fait battre le coeur plus vite, qui le fait plus travailler)

    +

    - une faiblesse (ignorée ??) sur le coeur

     

     

    accessoirement, un sang épais fatiguera le coeur et contribuera aussi à l'oedeme d'immersion...

     

    qu'en penses tu ?

     

     

    j'aime bien ce site : http://massiliadocdive.org/index.php?action=pageplongee :top:

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    @ Christophe: C’est tout ça, en effet. Peut-être encore d’autres facteurs, bien sûr tout ce qui peut diminuer la tolérance du ventricule droit (celui qui «.pompe.» le sang vers les poumons) à une augmentation du travail demandé. C’est pourquoi, avec les limites de notre ignorance relative (car peu de travaux expérimentaux ont été à ma connaissance réalisés), l’âge est un facteur important, de même que l’hypertension artérielle et les troubles de relaxation cardiaque.

    Bon, là, on s’éloigne un peu de la question initiale «.s’hydrater avant ou se réhydrater après.», devant laquelle il faut bien dire qu’on n’est pas trop sûr de la réponse. En plus, il est peut-être un peu naïf de penser que boire 33 cl va ipso-facto diluer le volume circulant des mêmes 33 cl. Il y a plein de régulations et de latences en jeu.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    @ Christophe: C’est tout ça, en effet. Peut-être encore d’autres facteurs, bien sûr tout ce qui peut diminuer la tolérance du ventricule droit (celui qui «.pompe.» le sang vers les poumons) à une augmentation du travail demandé. C’est pourquoi, avec les limites de notre ignorance relative (car peu de travaux expérimentaux ont été à ma connaissance réalisés), l’âge est un facteur important, de même que l’hypertension artérielle et les troubles de relaxation cardiaque.

    Bon, là, on s’éloigne un peu de la question initiale «.s’hydrater avant ou se réhydrater après.», devant laquelle il faut bien dire qu’on n’est pas trop sûr de la réponse. En plus, il est peut-être un peu naïf de penser que boire 33 cl va ipso-facto diluer le volume circulant des mêmes 33 cl. Il y a plein de régulations et de latences en jeu.

     

     

    tout à fait d'accord avec toi

     

     

    d'autant que du coté médical, je suis un profane.

    J'essaie de me cultiver afin de parer le risque du mieux que je le puisse.

     

    merci, en tout cas, de vos avis (les 2 Phil) :top:

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bon, là, on s’éloigne un peu de la question initiale «.s’hydrater avant ou se réhydrater après.», devant laquelle il faut bien dire qu’on n’est pas trop sûr de la réponse. En plus, il est peut-être un peu naïf de penser que boire 33 cl va ipso-facto diluer le volume circulant des mêmes 33 cl. Il y a plein de régulations et de latences en jeu.

    Et s'hydrater avant ET après... tu cumules les inconvénients c'est ça :D .

    Je bois avant, après, et de l'eau, du café, du thé, de l'eau en provenance de la fermentation du raison.. et parfois le raisin a macéré avec sa peau pour colorer l'eau, de l'eau mousseuse mélangé avec des céréales (houblon, orge, blé, ...), etc...

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    J'essaie de me cultiver afin de parer le risque du mieux que je le puisse.

    merci, en tout cas, de vos avis (les 2 Phil) :top:

    De rien.

    Tout celà n'est pas simple dans la mesure où les paramètres sont étudiés expérimentalement un par un. On a étudié l'effet d'une préhydratation de 1,3 L sur le dégazage, en utilisant des volontaires indemnes (ou presque) de facteurs de risque d'OPI (Oedème Pulmonaire d'Immersion). Pour répondre précisément à la question du risque d'OPI avec la même préhydratation, il faudrait une population d'étude sensiblement différente et surtout beaucoup plus large.

    Bref, on ne peut que supposer et émettre de nouvelles hypothèses, certainement pas affirmer des vérités ou des dogmes.

    A coté des facteurs de risques que tu signales (qui se recoupent assez bien avec ceux que phmar et moi-même avons évoqués), il en éxiste probablement d'autres que nous ignorons pour le moment. La charge en sel avant la plongée, par exemple, a peut être un impact non-négligeable sur ce risque d'OPI ... mais ça n'est qu'une hypothèse ! ;)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci pour cette échange très constructif.

     

    Sauf erreur de ma part, l'intérêt du thé, dans certaines régions était aussi lié au fait que l'eau était chauffée voir plus pour faire le thé. Ce qui a fortement diminué le risque infectieux des eaux chargées qui parfois consommées natures augmentaient la déshydratation par la survenance de diarrhées par exemple. D'où l'essor de l'emploi du thé qui "purifie" et réhydrate.

     

    Il vrai que comme Christophe, ce qui m'a toujours manqué, c'est le manque de métrique concernant la réhydratation avant, après et surtout en cas de suspicion d'ADD. J'en suis donc resté à 50 cl par demie-heure de plongée. Mais je reste un peu "sec" en terme de justification sur l'élément quantitatif.

     

    En attendant partageons une bonne :biere:

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    De rien.

    Tout celà n'est pas simple dans la mesure où les paramètres sont étudiés expérimentalement un par un. On a étudié l'effet d'une préhydratation de 1,3 L sur le dégazage, en utilisant des volontaires indemnes (ou presque) de facteurs de risque d'OPI (Oedème Pulmonaire d'Immersion). Pour répondre précisément à la question du risque d'OPI avec la même préhydratation, il faudrait une population d'étude sensiblement différente et surtout beaucoup plus large.

    Bref, on ne peut que supposer et émettre de nouvelles hypothèses, certainement pas affirmer des vérités ou des dogmes.

    A coté des facteurs de risques que tu signales (qui se recoupent assez bien avec ceux que phmar et moi-même avons évoqués), il en éxiste probablement d'autres que nous ignorons pour le moment. La charge en sel avant la plongée, par exemple, a peut être un impact non-négligeable sur ce risque d'OPI ... mais ça n'est qu'une hypothèse ! ;)

     

    Salut Scubaphil,

    Je viens de lire pas mal d'article sur l'opi, ça fait quand meme flippe, surtout quand tu te trouves dans cette population de plus de 50 ans.

    A ce que j'ai pu comprendre, les accidents sur des populations jeunes restent episodique.

    Je suis en train de reprendre la plongee apres 15 ans d'arret, pour le moment c'est piscine, mais des le printemps, je compte bien reprendre serieusement en mer, mais avec un minimum de precaution.

    Je suis egalement coureur a pied (semi marathon) et mon medecin me prescrit donc environ tous les 2 ans un electro sous effort.

    Est-il possible lors de ce test de detecter une pathologie predisposant a l'opi ou dois je en parler au cardiologue pour qu'il soit plus attentif sur certains points ?

    Je ne suis pas particulierement hypocondriaque, voir meme le contraire, mais qu'elle serait selon toi, les points medicaux particuliers que je devrais verifier avant la veritable reprise ?

     

    A+

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    • Dernières Discussions

    • Discussions similaires

      • 13
        Après la première série de questions et réponses, nous poursuivons notre exploration des « faux mythes » relatifs à la décompression. (demande d'autorisation à DAN en cours)
      • 49
        Bonsoir à toutes et à tous,   Je place cela sur le forum principal. Pour des raisons qui je pense, ne surprendrons pas les membres du forum, Je suis tenté par la SNSM !. Je parle d' être actif. Mon expérience est maigre, sauf à avoir été remorqué un jour étant en panne ( le zodiak ) : un peu plus de 900 euros. Je sais bien que le sauvetage des vies est gratuit et le sauvetage des biens payant.   Ceci dit, il doit bien y avoir de gentils plongeurs ou plongeuses qui en sont? . Après avoi
      • 2
        Dans le dernier "Plongeurs International" entre autres reportages un sujet de Francis le Guen sur les métiers de la plongée "passer pro, mythes et réalités", et à cette occasion , reportage à l'Ecole Nationale des Scaphandriers de St Mandrier (83)    
      • 105
        Salut à tous,   Je sais que je risque de me faire lyncher (j'ai l'habitude!) mais je vais quand même partager cette vidéo qui pourrait aider pas mal de monde.   Perso. je suis ces vidéos depuis un an et c'est impressionnant le nombre d'infos que j'ai acquis.   Je suis passé aux jus moi aussi...   [YOUTUBE]yW00l5M6CAc[/YOUTUBE]   Aujourd'hui thierry parle d'hydratation... sujet au combien important pour le plongeur... surtout pour celui qui tire sur son corps... et pour tous ceu
    ×
    ×
    • Créer...