Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Hydratation. Mythes et réalités


    Messages recommandés

    • Réponses 66
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    Une piste ? Élimine des facteurs aggravants comme le froid et le fait d être engoncé dans la combi ( sous entendu, plonge en étanche), refuse de forcer sur le palmage en zone profonde, par exemple

     

    Christophe,

     

    Mes plongees se faisant a l'air, pour le moment, je ne pense quand meme pas plonger en etanche l'été en méditerranée !! : :tromaran:

     

    Pour l'effort, ok, c'est un des points que j'avais note. Mais la aussi, tu n'es jamais a l'abri d'un imponderable.

     

    Par contre, je me posais la question de savoir si ce phenomene existait egalement dans d'autres sport lors d'un effort soutenu ou si cela etait du uniquement a la pression et au phenomeme de blood shift.

    J'ai bien compris que dans opi, il y a immersion, :D mais existe-il hors immersion ?

     

    A+

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Par définition, l'oedème pulmonaire d'immersion n'existe qu'en immersion ! ;)

     

    Par contre, cet OPI se range dans la famille des oedèmes pulmonaires dit "hémodynamiques" (c'est à dire lié à des problèmes de circulation). Et des oedèmes pulmonaires hémodynamiques, dans la vie de tous les jours, c'est une pathologie assez courante. Pas vraiment liée au sport ou aux efforts, mais plutôt le signe d'une défaillance cardiaque gauche, chez des sujets au coeur "fatigué".

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Merci pour cette échange très constructif.

     

    Sauf erreur de ma part, l'intérêt du thé, dans certaines régions était aussi lié au fait que l'eau était chauffée voir plus pour faire le thé. Ce qui a fortement diminué le risque infectieux des eaux chargées qui parfois consommées natures augmentaient la déshydratation par la survenance de diarrhées par exemple. D'où l'essor de l'emploi du thé qui "purifie" et réhydrate.

     

    Il vrai que comme Christophe, ce qui m'a toujours manqué, c'est le manque de métrique concernant la réhydratation avant, après et surtout en cas de suspicion d'ADD. J'en suis donc resté à 50 cl par demie-heure de plongée. Mais je reste un peu "sec" en terme de justification sur l'élément quantitatif.

     

    En attendant partageons une bonne :biere:

     

     

    une idée du chiffrage du litrage après la plongée ?

     

    1 l ? c'est le volume proposé par la commission médicale (fractionné) pour fluidifier le sang, en cas d'ADD ... (l'autre souci qui va se reveler, c'est la miction : déjà, en sortant de l'eau, on a envie, si on rajoute un tel volume... ça va etre pressant ..... le corrolaire, c'est que, pour ne pas avoir plus envie de pisser, le plongeur peut se réduire dans le volume à boire)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Christophe,

     

    Mes plongees se faisant a l'air, pour le moment, je ne pense quand meme pas plonger en etanche l'été en méditerranée !! : :tromaran:

     

    Pour l'effort, ok, c'est un des points que j'avais note. Mais la aussi, tu n'es jamais a l'abri d'un imponderable.

     

    Par contre, je me posais la question de savoir si ce phenomene existait egalement dans d'autres sport lors d'un effort soutenu ou si cela etait du uniquement a la pression et au phenomeme de blood shift.

    J'ai bien compris que dans opi, il y a immersion, :D mais existe-il hors immersion ?

     

    A+

     

     

    re :tromaran:

     

     

    oh, tu sais, la Méditerranée, le lendemain d'un coup de mistral, à 13°, même en aout, ça se voit. :confus:

    Ce n'est pas tant la saisonnalité qui m’intéresse que, plutôt, la température de l'eau. :eek:

     

    Des copains qui ne veulent pas plonger en étanche, j'en vois tous les jours ou presque.

    Au résultat, au bout de 20-25 minutes, leur consommation s'envole... et la durée de la plongée se réduit (certainement comme leur plaisir).

     

     

    J'assume mon choix :top::devil:

     

    Quant à l'effort (le palmage), ce n'est pas parce que l'on a appuyé pendant 30 secondes ou 2 minutes que l'on va etre foudroyé :confus:

     

    par contre, coeur faible, eau froide, pression, effort, toussa ne sent pas bon, ensemble

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    une idée du chiffrage du litrage après la plongée ?

     

    1 l ? c'est le volume proposé par la commission médicale (fractionné) pour fluidifier le sang, en cas d'ADD ...

     

    Très bien Christophe voilà aussi un point extrêmement important tant en prévention de certain risques qu'en efficacité de réhydratation...le fractionnement !

    Quelle que soit la quantité -je n'en fixe pas , car en "écoutant son corps" on arrive à bien pourvoir à ses besoins- il est nécessaire de fractionner les prises de liquide.

    L'estomac humain d'un volume initial de 0.5l à vide , peut supporter jusqu' a 4 litres!

    On imagine facilement qu'il est plus tolérable pour l'organisme de rester dans des volumes faibles.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    +1 pour l'étanche.

    Personnellement, il me semble qu'en eau froide on limite drôlement la diurèse. Il ne doit rester que celle due à la compression si on évite celle due au froid. Quand on à plus vingt ans cet un atout à mètre de son côté il me semble.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    1 l ? c'est le volume proposé par la commission médicale (fractionné) pour fluidifier le sang, en cas d'ADD ... (l'autre souci qui va se reveler, c'est la miction : déjà, en sortant de l'eau, on a envie, si on rajoute un tel volume... ça va etre pressant .....

    Oui et non. L'envie de pisser en sortant de l'eau, c'est la vessie pleine de ce que l'organisme a évacué pendant l'immersion. En sortant de l'eau, le retour instantané de la pesanteur créé immédiatement une baisse de pression centrale dans le circuit. On se trouve donc déshydraté (le volume d'eau qu'on a évacué pendant l'immersion nous manque).

    On a donc à la fois une déshydratation ET une envie de pisser !

    Vous n'avez jamais remarqué, à la sortie d'une plongée, cette soif concomitante de l'envie de pisser ?

    Boire à ce moment là ne majorera pas l'envie de pisser, du moins pas tout de suite.

     

    le corrolaire, c'est que, pour ne pas avoir plus envie de pisser, le plongeur peut se réduire dans le volume à boire)

    Oui, ça c'est un vrai problème, surtout avant les plongées, le plongeur qui minimise ses boissons pour ne pas avoir (trop) envie de pisser ...

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Par définition, l'oedème pulmonaire d'immersion n'existe qu'en immersion ! ;)

     

    Par contre, cet OPI se range dans la famille des oedèmes pulmonaires dit "hémodynamiques" (c'est à dire lié à des problèmes de circulation). Et des oedèmes pulmonaires hémodynamiques, dans la vie de tous les jours, c'est une pathologie assez courante. Pas vraiment liée au sport ou aux efforts, mais plutôt le signe d'une défaillance cardiaque gauche, chez des sujets au coeur "fatigué".

    Donc visible par ton cardiologue ?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Oui, un cœur un peu "fatigué", ça peut être dépisté par un cardiologue, à condition d'utiliser les bons outils ! ;)

    En l'occurrence, une échographie cardiaque serait un outil adéquat, en complément de l'interrogatoire-examen de base et d'un ECG, me semble-t-il, car je ne suis pas cardiologue.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Oui, un cœur un peu "fatigué", ça peut être dépisté par un cardiologue, à condition d'utiliser les bons outils ! ;)

    En l'occurrence, une échographie cardiaque serait un outil adéquat, en complément de l'interrogatoire-examen de base et d'un ECG, me semble-t-il, car je ne suis pas cardiologue.

    Scubaphil,

    Merci pour les infos

    A+

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    le tout sous effort quand même hein!

     

     

    oui, mais, c'est combien de pulsations/minute, sous effort, en plongée ?

    ce n'est pas 220- son age.....

    ce n'est pas non plus le nombre au repos, de 45 à 75 pulsations/ minute...

     

    donc, pour toi, c'est combien "sous effort" ? (sans compter qu'engoncé dans la combi, le froid, la pression, tout cela augmente la volume sanguin dans le tronc)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    le tout sous effort quand même hein!

    Et bien non, justement.

     

    On va rentrer dans du médico-technique assez poussé, mais c'est pour argumenter ma réponse :

    J'ai répondu à une question assez précise : celle de comment dépister un coeur un peu "fatigué" (ayant du mal à se remplir et/ou à se vider), facteur favorisant un OPI.

    Le meilleur examen pour celà me semble être l'échographie cardiaque, complétée de l'interrogatoire-examen basique et d'un ECG standard (au repos).

     

    Le test d'effort (ou plus précisément l'ECG d'effort), c'est pour autre chose : il s'agit de révéler un obstacle dans la circulation sanguine coronaire (celle qui irrigue le muscle cardiaque). Certes, c'est la cause la plus fréquente de l'insuffisance cardiaque (le coeur "fatigué"), mais pas la seule.

    Un teste d'effort positif montre que tu as un ou plusieurs vaisseaux coronaires partiellement bouchés, mais ne prouve pas que tu sois en insuffisance cardiaque.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Suis d'accord, j'avais pas lu que l'on parlait d'OPI et de rien d'autre. :)

     

    Moi je parlais en général. Il me semble qu'un test sous effort (standard , nombre de pulsation en fonction de l'âge ) ne soit pas inutile pour des plongeurs. La fréquence, évidemment, on peut en discuter. ;)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    • Dernières Discussions

    • Discussions similaires

      • 13
        Après la première série de questions et réponses, nous poursuivons notre exploration des « faux mythes » relatifs à la décompression. (demande d'autorisation à DAN en cours)
      • 49
        Bonsoir à toutes et à tous,   Je place cela sur le forum principal. Pour des raisons qui je pense, ne surprendrons pas les membres du forum, Je suis tenté par la SNSM !. Je parle d' être actif. Mon expérience est maigre, sauf à avoir été remorqué un jour étant en panne ( le zodiak ) : un peu plus de 900 euros. Je sais bien que le sauvetage des vies est gratuit et le sauvetage des biens payant.   Ceci dit, il doit bien y avoir de gentils plongeurs ou plongeuses qui en sont? . Après avoi
      • 2
        Dans le dernier "Plongeurs International" entre autres reportages un sujet de Francis le Guen sur les métiers de la plongée "passer pro, mythes et réalités", et à cette occasion , reportage à l'Ecole Nationale des Scaphandriers de St Mandrier (83)    
      • 105
        Salut à tous,   Je sais que je risque de me faire lyncher (j'ai l'habitude!) mais je vais quand même partager cette vidéo qui pourrait aider pas mal de monde.   Perso. je suis ces vidéos depuis un an et c'est impressionnant le nombre d'infos que j'ai acquis.   Je suis passé aux jus moi aussi...   [YOUTUBE]yW00l5M6CAc[/YOUTUBE]   Aujourd'hui thierry parle d'hydratation... sujet au combien important pour le plongeur... surtout pour celui qui tire sur son corps... et pour tous ceu
    ×
    ×
    • Créer...