Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
LGF

RSE: par quoi la remplaceriez-vous?

    Messages recommandés

    Voire par ses pairs, ou ses pères.....

    Ce qui serait bien c'est de neutraliser la plongée aussi. Comme cela toutes nos "discussions" deviendraient caduques.

     

    Ben ... outre le fait que la plongée ne va guère fort actuellement (j'étais en plongée dans les calanques la semaine dernière et cela ne se bousculait pas à notre grand bonheur), on est pas loin en effet d'une "neutralisation" complète de l'activité en général en dehors même de l'appareil de la FFESSM : diplômes professionnels d'état en crise, commerce à la dérive, formations neutralisées, code du sport neutralisant ...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Cette décision du CDN est une farce.

     

    Tu trouveras ici le CR de la CTN du 9 mai qui tend à montrer que ce n'est pas le cas et que le remplacement de cette épreuve était bien à l'ordre du jour avant l'accident qui a motivé la réaction de "neutralisation"...

     

    Je cite :

     

    "

    Il est acté que la RSE ne se justifie plus vraiment dans l’enseignement fédéral car elle ne correspond plus à une réalité de

    pratique.

    Il est donc envisagé de la remplacer par une nouvelle épreuve qui soit à même de tester des capacités de démonstrations

    techniques. La proposition d’une démonstration de remontée individuelle est présentée aux participants.

    Après échanges de points de vue au cours desquels il est également envisagé d’inclure l’évaluation d’une démonstration

    technique de la descente, il est décidé que le GT propose aux présidents de CTR un document décrivant précisément la

    nouvelle épreuve qui pourrait remplacer la RSE.

    "

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Le DP qui acceptera l'application du MFT.

     

    Tu fais travailler un exercice qui n'est plus évalué à l'examen et t'as un carton: je suis certain (pour avoir malheureusement vécu quelques cartons de près la dernière année) que la maréchaussée va te poser des questions très très compliquées (et pour une fois à juste titre).

     

    En tout cas, ma décision personnelle à ce sujet est prise et ce que feront les autres DP, comment te dire :rolleyes: ?

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    à lire une contribution du Dc Mathieu Coulange :

     

     

    Un accident de trop !!! mais l’histoire n’est malheureusement peut être pas encore finie

     

    En 2008, nous initions une analyse rétrospective sur les cas de surpression pulmonaire survenus en formation au décours des exercices de remontée sans embout (RSE), motivé par notre expérience, et surtout un travail récent sur l’étude des causes de décès en plongée montrant des cas consécutifs à une RSE. Ce qui pour nous, à l’époque, représente une cause inacceptable. Nous publions alors dans le bulletin de la « Société de Physiologie et de Médecine Subaquatique et Hyperbare de Langue Française » les résultats de cette étude. La conclusion est sans appel : « Malgré une faible incidence, le barotraumatisme thoracique reste inacceptable par ses circonstances de survenue et sa gravité potentielle. Une sensibilisation des plongeurs sur les conduites à risque, mais surtout une meilleure planification des plongées et une remise en question de la RSE devraient limiter le nombre et la gravité des barotraumatismes. »

     

    A l’époque, nous avons alors informé de cette étude le vice-président de la FFESSM, également président de la Commission Technique Nationale. Sa réponse a été de nous dire que le sujet n’est polémique que parce que certains l’ont rendu polémique et que l’idée d’un moratoire est totalement inenvisageable, que cette suggestion relève d’une grande méconnaissance de l’appareil fédéral. Nous aurons toutefois « la chance » d’être informé des conclusions du groupe d’étude de la FFESSM travaillant sur ce sujet.

     

    Quelques mois plus tard, le rapporteur médical de la FFESSM estime que le risque d’accident est identique à tout exercice réalisé en formation. Qui plus est, il est affirmé que cet exercice a permis probablement d’éviter des surpressions pulmonaires lors de véritables pannes d’air. Il est donc important de le conserver.

     

    Rappelons simplement que d’autres fédérations comme la FSGT en France ou la Lifras en Belgique ont pris la décision de suspendre cette pratique suite à un certain nombre d’accidents inacceptables. Son intérêt pédagogique a été déclaré quasi nul. En parallèle, le fait de ne pas enseigner la RSE ne s’est pas traduit par une hécatombe liée à une mauvaise gestion des pannes d’air

     

    En 2009, l’équipe du Dr. Tino Balestra publie dans une revue scientifique internationale, une étude qui renforce les arguments en faveur d’un risque accru de surpression pulmonaire avec ce type de pratique. La même année, le médecin rapporteur du groupe de travail de la FFESSM conclut dans une réunion de la CTN qu’il n’existe pas de raison médicale pour remettre en question cette pratique.

     

    En 2010, suite à la survenue de nouveaux incidents, nous publions, avec les référents de la plongée dans les armées, le conseiller technique national de la plongée à la Sécurité Civile et le directeur de formation de l’Institut National de la Plongée Professionnelle, une lettre ouverte évoquant les dangers de la RSE.

     

    Rien ne change dans les formations en France. Certains vont même jusqu’à nous expliquer qu’il est préférable qu’il y ait un problème avec un candidat lorsque cet exercice est réalisé avec un encadrement très compétant, avec toutes les mesures de sécurité nécessaires, dans un environnement sécurisé, plutôt que lorsqu'il sera tout seul, en situation de conduire 4 N2 juste formés.

     

    En 2013, Francis Le Guen, plongeur et journaliste de renom, m’interroge sur les risques inhérents à cette pratique dans une séquence de Scubaparte / Scuba People, parue sur internet.

     

    En 2014, le dépôt d’une plainte pénale suite à des séquelles survenues au décours d’un barotraumatisme grave lors d’une RSE est rendu impossible pour des faits considérés comme prescrits.

     

    La même année, à l’occasion des assises de la plongée sous l’égide du Préfet Maritime, l’ancien secrétaire général de la FFESSM rebondit suite à mes propos et résume parfaitement l’argumentaire en faveur de l’arrêt de cette technique :

     

    1. En France, cet exercice n'est imposé que par la FFESSM, au niveau 4 et au MF2. La FSGT ne le pratique pas. L'ANMP a mis en place, pour son niveau 4, un tirage au sort entre deux épreuves, la RSE et une gestion de la remontée. La gestion de la remontée est systématiquement tirée au sort… et l'épreuve de RSE n'existe sur le papier que pour éviter la non-reconnaissance du niveau 4 ANMP par la FFESSM.

     

    2. A l'international l'exercice n'est pas pratiqué.

     

    3. Il n’y a aucune justification technique à sa réalisation. Le fait d'avancer qu'il s'agit de prévenir le risque de surpression pulmonaire n’est pas crédible. En effet, à titre d'exemple, cet exercice n'est pas demandé au niveau 3 de plongeur et cela ne gêne personne à la FFESSM. Alors pourquoi le demander au niveau 4 (guide de palanquée) et au MF2 ? Parce qu'il s'agit d'une réminiscence historique datant de 1957, époque à laquelle avec un matériel très différent de celui utilisé aujourd'hui, il était envisagé que le moniteur ait besoin de donner son scaphandre à un élève et qu'il rejoigne seul la surface. A l'époque, cet exercice était déjà jugé dangereux, mais le choix avait été fait de le maintenir par nécessité. Par la suite, il a été maintenu contre toute évidence.

     

    4. Justification médicale : Devant une volonté politique de maintenir l'exercice et une réalité technique n'y trouvant aucune justification, certains médecins fédéraux ont cautionné la justification de cet exercice. Ce qui a clos le débat technique, au motif que la médecine justifiait la chose. Les procès verbaux de CTN (disponibles sur le site de la FFESSM), où siège un représentant de la commission médicale sont sans ambiguïté sur ce point.

     

    5. Justification politique : Le maintien de cet exercice permettrait de bloquer l'entrée sur notre territoire des moniteurs d'organismes internationaux, qui ne le pratiquent pas. C'est le seul motif réel probable, à défaut d'être acceptable et valable.

     

    6. Une nouvelle donne : Les accidents répétés, dont des décès pendant la formation, ont amené la FFESSM à prendre conscience de l'impossibilité de pouvoir continuer ainsi. C'est le sens de la décision de la CTN de septembre 2014 qui, de fait, reconnaît la dangerosité de l'exercice et son absence de justification technique voire de son inutilité en dehors d’une simple démonstration technique. Alors qu’on croyait que cet exercice allait être définitivement abandonné, ce sujet a été régulièrement mis en fin de réunion ou non abordé faute de temps, estimant que d’autres sujets étaient plus préoccupants et que cette problématique devait s’intégrer dans un regard global concernant la formation et la certification à la plongée. Le sujet de la RSE n’était donc pas urgent, ni surtout prioritaire. Un groupe de travail devait proposer une épreuve de substitution, chose qui n'a pas encore été traduite dans les faits à ce jour, 6 mois après. Il en est résulté que les RSE ont été maintenues pour la saison 2014-2015, pour les formations et les examens fédéraux.

     

    2014 est malheureusement marqué par le décès d’une plongeuse à Marseille au cours d’une RSE. Cet accident de plus, de trop, ne modifie pas la position de la FFESSM. C’est ainsi que le 15 juin 2015, le président de la CTN menace les commissions techniques régionales, qui ont pris la décision d’annuler cette épreuve et de lui attribuer une note de 10/20, d’annuler la totalité de l’examen pour vice de procédure

     

    Quelques jours après, un nouvel accident grave se produit dans le nord ouest de la France, chez un candidat au MF2.

     

    Devant la gravité des faits, le président de la CTN prend enfin la décision de demander une mesure conservatoire de neutralisation immédiate de l’épreuve au Président de la FFESSM. Il annule de sa propre responsabilité les épreuves de RSE au sein des examens N4 et MF2 dans l’attente d’une décision du Comité Directeur National. Celui-ci doit se prononcer au 30 juin 2015.

     

    Le CDN peut tout à fait se prononcer contre la décision de la CTN, celle-ci n’étant que consultative. Ce serait la deuxième fois, depuis un an, qu’il prendrait une telle décision, puisqu’il avait décidé en 2014, unilatéralement, contre l’avis de la CNMP (Commission Nationale Médicale et de Prévention) de donner la possibilité à tout médecin de faire un certificat médical de non contre indication à la plongée jusqu’au niveau IV, alors que l’évolution des pratiques de plongée et des pratiquants rendent cette consultation de plus en plus technique.

     

    L’histoire n’est donc malheureusement peut-être pas encore finie, alors qu’il est évident que la RSE est un exercice inutile et dangereux qui doit être interdit dans toutes les formations de plongée en France, et bien entendu dans toutes les épreuves conduisant à des qualification de plongeurs et d’enseignants.

     

    Nous restons bien évidemment à votre entière disposition pour en débattre intelligemment et sereinement dans l’intérêt du plongeur.

     

    Amitiés

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Tu fais travailler un exercice qui n'est plus évalué à l'examen et t'as un carton: je suis certain (pour avoir malheureusement vécu quelques cartons de près la dernière année) que la maréchaussée va te poser des questions très très compliquées (et pour une fois à juste titre).

     

    En tout cas, ma décision personnelle à ce sujet est prise et ce que feront les autres DP, comment te dire :rolleyes: ?

    Pour une fois nous sommes d'accord.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    En tant qu'instructeur régional je peux être amené à être délégué CTR (même si un MF2 suffit), ce qui va être dans le cas dans peu de temps.

    D'où ma volonté d'être vraiment au fait des choses.

    Maintenant le Quai de Rive Neuve fait bien ce qu'il veut. Pour "eux" je n'existe même pas...

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    :tromaran::tromaran::tromaran:

    Edit : En fait tu m'as démasqué mes initiales sont .... JLB, je vous espionne depuis le centre de contrôle FFESSM à la pointe de l'espionnage moderne.

    Et quand bien même !

    Il est toujours intéressant, pour les débats dans notre communauté, d'avoir des sachants de toutes chapelles, afin de clarifier quelques (fois des mauvaises) idées reçues ! ;)

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

     

    Je suis à présent sûr qu'a Papette certains sont a présent plus au courant que dans certains coins de l'hexagone ;)

     

    Par contre mettre une note de 10/20 me parait très discutable pour une épreuve qu'on ne passe pas.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    C'est une sorte de FFESSM anglo-saxonne.

     

    Bigre ! :D

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Je suis à présent sûr qu'a Papette certains sont a présent plus au courant que dans certains coins de l'hexagone ;)

     

    Par contre mettre une note de 10/20 me parait très discutable pour une épreuve qu'on ne passe pas.

    0/20, tu pénalises

    20/20, tu avantages

     

    10/20, c'est neutre.

     

    ou alors, il faut revoir le barême.

    mais comment revoir le barême, alors que ce n'est pas supprimé, mais suspendu ?

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Bigre ! :D

    Effectivement :)

     

    Bon, en tout cas, il faut pas confondre : tout ce qui est PADI n'est pas anglo saxon, et tout ce qui est anglo saxon n'est pas PADI. :)

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Par exemple apprendre à éviter de se retrouver dans une situation qui nécessite une RSE?

     

    ça existe déjà! mais dans une autre fédération! Les postulants sont évalués sur de vraies situations d'apprentissage, mais CHUTTT!!! il paraît que ce n'est pas comme cela qu'il faut faire, c'est nul!

    ça me semble frappé au coin du bon sens! pas facile à évaluer, mais combien plus intelligent!

    Mais méfie toi! Pour dire des trucs pareils tu risques l'excommunication!!!!

     

    La RSE pouvait se justifier quand les gars partaient sans mano avec des blocs à réserves et un seul détendeur. Mais maintenant?

     

    Alors là! tu dépasse les bornes! Et pourquoi pas aussi, Môssieur, pouvoir refaire une épreuve ratée? Si on écoute les extrémistes on interdira bientôt l'alcool pendant les examens!

     

    Amicalement

    Alain

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    • Dernières Discussions

    • Discussions similaires

      • 741
        Vous en avez marre de vos posts censurés ? Quand vous interrogez la modération, on vous répond que c'est hors sujet ! Alors postez ici, si vous y êtes censuré, vous êtes , au moins sûr que ce n'est pas pour un hors-sujet! Moi, en tous cas, je ne fermerais pas ce post. Je vous encourage à quoter des pots censurés afin d'y obtenir des réponses de vos interlocuteurs . Faites vivre ce post c'est le votre
      • 101
        Bonjour mes amis plongeurs,nous avons tous été confronté à cela un jour : Yes! je trouve un super séjour plongée a l'étranger, et je choisi d'y aller avec mon binôme!...Rêvant déjà au bonheur de nouvelle aventure sous marine ...Je donc file chez mon tour opérateur spécialisé, pour réservé. arrivé a ma destination de rêve au centre de plongée;je sorts mes cartes de niveaux et mon carnet de plongées...On monte sur le bateau, arrivé au site de plongée ...Et là ! Rien qu' au brieffing, je sai
      • 2
        Bonjour, j'ai juste à côté de chez moi un petit lac où je fais surtout de l'apnée (pratique, à 5 minutes) et un peu de bouteille (une fois par an, pour la plongée de nuit/barbeuk' du club).   C'est le lac de Passy (74190, pour ceux qui veulent aller voir..) , un lac issu du retrait du ballast de l'autoroute adjacent. Il fait 900 mètres de long, 200 mètres au plus large. Profondeur moyenne environ 6/7 mètres je dirais, avec trois "trous" à 11 mètres.   Le problème, c'est qu'en été il devie
      • 6
        Bonjour à tous. Je suis plongeuse niveau 3. Depuis quelques temps un étrange phénomène perturbe mes plongées. Au début, tout se passe bien. Puis, vers 30/40 minutes de plongée (pas systématique) je commence à être dérangée par des petites bulles qui sortent de manière régulière par mon nez. C'est comme si ma dissociation bucco-nasale, qui fonctionnait bien jusque là, cessait de se faire. Avez vous déjà vécu ça? Si oui avez vous des conseils à me donner pour y remédier ? Merci à tous
      • 134
        Bonjour à tous   Comment font les clubs qui n'ont pas de E4 pour valider des formations N3 puisque l'on est censé ne pas dépasser les 40m en formation avec un E3 si je ne dis pas de bêtises?
    ×
    ×
    • Créer...