Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
LGF

RSE: par quoi la remplaceriez-vous?

    Messages recommandés

    Tu as déjà lu des conclusions d'enquête sur des accidents mortels en plongée ?

    Y en a pas, ne rêve pas

     

    À moins la branlette intellectuelle permet de comparer ce qui est comparable et évite de colporter des bêtises

     

    Question de point de vue !

    Sur ce je vous laisse à vos discussions forts intéressantes ...

     

    Je retourne plonger !

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Question de point de vue !

    Sur ce je vous laisse à vos discussions forts intéressantes ...

     

    Je retourne plonger !

     

     

    re,

     

     

    as tu lu, quelque part (et pas dans Subaqua), des expertises suite à des accidents de plongée ?

    Sur plongéesout', il y en a parfois.. mais ce sont des points de vue techniques, sur des choix ou des erreurs faites.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Et apres 474 posts, as t-on des nouvelles récentes sur le plongeur accidenté ?

     

    J'espère que sa situation s'est amélioré ...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Et apres 474 posts, as t-on des nouvelles récentes sur le plongeur accidenté ?

     

    J'espère que sa situation s'est amélioré ...

    De ce qui m'a été rapporté, amélioré est un mot beaucoup trop faible. Certains qualifieraient sa récupération de miraculeuse.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    De ce qui m'a été rapporté, amélioré est un mot beaucoup trop faible. Certains qualifieraient sa récupération de miraculeuse.

     

    He bien tant mieux pour lui !

     

    NetGear

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bon, j'ai lu en diagonale le fil. Pour en revenir à la question de départ, qui vise à remplacer une pratique de secours en cas de panne d'air.

     

    D'abord, on peut remarquer que la RSE n'a jamais tout réglé :

    (1) Même arrivé en surface à une vitesse correcte, il reste le problème de l'ADD (si on était en déco obligatoire) et on n'était pas forcément près du bateau, du bloc de secours, etc.

    (2) La RSE, c'est le GP qui s'en va en solo. Les autres le remercient.

     

    Si le GP ne doit pas trop "compter" sur les réactions des encadrés, il peut tout de même compter sur leur matériel. Et au delà de 20m, chaque encadré a un octo : pourquoi ne pas aller chercher de l'air là ?

     

    Est-ce qu'on veut évaluer un geste de sauvegarde personnelle du GP ou est-ce qu'on veut évaluer l'aide qu'il peut apporter aux autres ? Les deux ? Aucun des deux ?

     

    Je vais jeter un pavé dans la marre, mais pour moi, tout plongeur pourrait connaitre un jeu plus étendu de signes (en une langue des signes). L'idée serait de pouvoir causer entre GP (je ne parle pas de vocabulaire, genre comment on dit "croustibat", mais de verbes de noms communs utiles sous l'eau).

     

    Coût d'acquisition du matériel : 0

    Coût de formation : 0. La FFESSM préparerait environ 10 heures de vidéos de formation et 50 heures de vidéos d'exercices et un site web. Un truc bien.

    Examen : dire un ensemble de phrases avec les mains (thème, à faire en plongée) et transcrire d'autres phrases par écrit (version peut s'évaluer en QCM ou en plongée).

    Normalement, si t'es fort en version, tu sais aussi t'exprimer. Donc si l'examen est un QCM de version, il faut une barre assez haute (voire très haute) pour que la note garantisse aussi le coté thème.

     

    Par contre, c'est vrai que c'est intellectuel. Ça va pas plaire à tout le monde.

     

    Problème : pas de langue des signes universelle ... il faudrait créer un mini-espéranto pour la plongée.

     

    Pas la mer à boire : Une vingtaine de sujets, une vingtaine de verbes, une vingtaine de compléments. Les trois formes d'expression étant spécifiées en fin de phrase (interrogatif, ordre/suggestion, informatif) en même temps qu'on donne la parole à l'autre.

     

    Vocabulaire :

    - lieu (où ?), quantité (combien ?), méthode (comment ?), but (pourquoi ?), possessif (mon/ton/son) etc

    - épave, bateau, plongeur, CROSS, aide, palanquée, club, bouteille, détendeur, octopus, couteau, palier, DTR, etc.

    - moi, toi, d'autres, un peu/beaucoup, avant/après, en surface, sur le bateau, au palier, loin/près, petit/grand, visibilité, température, froid/chaud, rouge/bleu/noir/vert/jaune/orange, besoins (pipi, etc), malade, narcosé, fatigué, céphalée, crampe, etc

    - besoin que/de, souhaiter que, chercher, ramener, appeler, déplacer, aller.

    - lien entre expressions : ("... si ..." , "... que ...") par exemple "bla bla bla si tu remontes bientôt".

     

    Bon, c'est des idées.

    Par exemple : "Moi", se dirait de la façon traditionnelle (le doigt vers soi). "Mon/à moi" se dirait en serrant le poing de l'autre main en même temps. Et "notre/ à nous" pourrait se dire en pointant trois doigts vers soi tout en serrant le poing de l'autre main.

     

    Évidemment qu'il faudrait potasser le truc avec des linguistes, des sourds, etc.

     

    Il s'agirait pas de pouvoir dire : "Salut, tu peux me dire ce qui passe à la télé ce soir ?"

    Mais si on peut dire de façon plus standard un truc comme : "Attention, j'ai un truc à te dire - T'as pas vu deux de mes plongeurs trainer seuls ?", "t'en es où de ta plongée ?", "t'as combien de DTR ?" ou "Je suis au début de la plongée - J'ai un de mes plongeurs qui a envie de pisser - Pourrais-tu le prendre avec toi pour la remontée ? (il fera tes paliers)".

     

    Bon, c'est pas forcément le bon exemple ... (vu qu'on casse pas les palanquées).

    Et c'est pas forcément évident à entretenir comme connaissance ... mais les GP sont des plongeurs qui pratiquent plus que les autres en théorie.

     

    Dans les vidéos PADI, ça te papote systématiquement sous l'eau avant chaque exercice (mais on pousserait la chose un peu plus loin que le "regarde, je vais te faire un vidage de masque - à toi maintenant").

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    une autre idée : tu prends une ardoise immergeable et ça fait tout ça et même tu peux faire des dessins.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    une autre idée : tu prends une ardoise immergeable et ça fait tout ça et même tu peux faire des dessins.

    Non tu peux pas.

    T'es obligé de supposer que l'autre est francophone, proche de toi, avec une ardoise.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    ben si, ça marche, c'est même ce que je fais depuis de nombreuses années.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Non tu peux pas.

    T'es obligé de supposer que l'autre est francophone, proche de toi, avec une ardoise.

    Euh...... une ardoise ça se partage :D .

    Et si tu veux unifier un vocabulaire entre toutes les agences de plongées.... tu vas t'amuser :grimace: .

    Car comment sais tu que l'autre guide est aussi N4 et pas..... :rolleyes: .

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    A terme, l'idée serait de former à peu près tout le monde (formation accessible sur le web ... si c'est bien fait, ça peut me faire passer un peu de temps dessus au lieu de venir écrire ici ;-)).

    Dans une fédé, les formations se diffusent du haut vers le bas. Commencer par les MF2/N4 n'est pas idiot.

    Après, on peut porter un signe distinctif (bof) (ou saluer d'une façon légèrement distincte : avec les deux mains par exemple).

    Pour ce qui est d'unifier, le premier qui prend l'initiative (et ancre ses choix dans une logique) a tout de même une chance de fédérer tout le monde.

    Y a quoi comme signes généraux chez PADI ? Combien en connait un DM par exemple ? Combien il en existe en tout ? (en dehors des espèces de faune)

    Qu'est-ce qu'ils savent exprimer comme idée ?

    Tu chipotes pas pour 10 signes si t'en apprends 100 autres (plus les combinaisons).

     

    Allez, une anecdote. Lors d'une de mes premières plongées en autonomie (il y a loooongtemps), j'avais trouvé le moyen de perdre ma palanquée pour essayer de m'incruster avec deux autres plongeurs qui avaient les mêmes couleurs de cagoule et palmes. Ces derniers (en fait un prépa-N2 et son E2 qui essayait de l'entrainer à l'autonomie, malgré mes conneries) se demandaient ce que je leur voulais (qu'est-ce qu'on s'est marrés ensuite ! enfin surtout avec le N1). Quand l'un me demandait où était ma palanquée, je lui montrais l'autre.

    En même temps, vous imaginez bien l'embarras dans lequel j'avais mis ceux qui me cherchaient.

    Bon, la séparation s'est passée sous le bateau, à la toute fin de la plongée, et il y avait quantité de palanquées autonomes de 2 ou 3 qui se baladaient partout par 8 mètres de fond. Je faisais de la photo en plus, et la poursuite d'une sèche m'avait fait perdre mon groupe (ce qui a aussi fait que ma nouvelle palanquée a cru, après quelques signes de moi mal interprétés aussi, que j'étais le photographe officiel de palanquées de cette sortie).

    Il n'y a jamais eu de problème de sécurité type "plongeur seul" ou "plongeur réellement perdu", juste un problème de groupement cohérent entre la descente et la remonté.

    Mais le quiproquo persistant m'a tout de même bien marqué (et ceux que j'ai laissé remonter seuls sur le bateau aussi ... remarque, il m'ont pas cherché longtemps au départ : c'est le DP qui les a remis à l'eau pour me trouver ... mais c'est difficile de trouver un plongeur que tu connais depuis très peu, qui est dans un des groupes devant toi et qui ne te cherche pas ... tu sais demander à un type sous l'eau s'il a commencé la plongée avec toi ? ... enfin je veux dire sans qu'il interprète ça comme un rencard pour aller à l'hôtel après la plongée).

     

    En fait, sous l'eau, y a même pas de signe (de posture) pour attirer l'attention sans urgence, indiquer aux gens qui te voient que t'as un "problème" pas forcément urgent mais que de l'aide serait bien venue, ou que ceux qui ont du rab d'air pourraient t'être utile (genre t'as paumé un truc comme par exemple, ta palanquée).

     

    Autre exemple où il faut discuter un peu plus : vous tombez sur un plongeur seul (qui cherche sa palanquée). Que faites-vous ?

    D'abord vous l'adoptez, parce qu'on ne laisse pas un plongeur seul.

    Ensuite, vous faites surface avec lui, parce que la recherche du reste de la palanquée est votre problème aussi, en particulier si c'est un seul plongeur seul, mais pas seulement : il faut réagir avant que le reste de la palanquée ne donne l'alarme.

    Discuter un peu peut permettre de demander d'autres renseignements au plongeur seul AVANT de remonter (pas pour rester en bas, mais pour organiser la recherche un peu mieux : "depuis combien de temps t'es seul ?", "combien dans ta palanquée ?", "tu sais à peu près où vous êtes passés ?", "c'est un photographe ?", "quel problème vous a séparés ?", etc).

     

    Bon, c'est juste une idée d'évolution.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Sinon, j'ai une autre idée. Ça indique une forme d'aisance : qualité de l'équilibrage et problème en visu nulle (plongée de nuit, panne du phare).

     

    Epreuve : équilibré à 20m, il s'agit de mettre un masque de plongée à jupe et verres opaques (pour ne rien voir). Puis on remet un petit objet de flottabilité initialement nulle mais dans lequel on a mis un "certain poids" au candidat (entre 200g et 1 kg, choisi par tirage au sort, objet de taille identique quel que soit son poids apparent). L'objet est doté d'un mousqueton. Il représente un plongeur encadré mal équilibré. Il va falloir le prendre en charge. Le candidat doit corriger sa flottabilité pour rester stationnaire pendant trente secondes. Après 30 secondes, au signal, il sort un parachute de palier et le gonfle (enrouleur qui va bien).

    Il doit alors remonter jusqu'à 3m à vitesse correcte, faire un arrêt 360° (au cas où on verrait une lueur) et finir sa remontée en au moins trente secondes.

     

    Critères d'échec (au moins partiel) : Faire l'exercice en plus de 4 minutes, descendre sous 22m, se laisser embarquer au dessus de 15 m avant que le parachute ne soit ouvert ficelle tendue, perdre le poids, le parachute est vide ou disparait sous l'eau, ficelle du parachute pas tendue (n'importe quand), ficelle pas enroulée pendant la remontée, remonter à plus de 15m/minute, rater l'arrêt à 3m (nœud sur la ficelle possible).

     

    Entrainement en fosse large possible (juste en fermant les yeux), mais passage final en milieu naturel (pleine eau, fond entre 25 et 30m, pose au fond d'un lest de flotteur repère, flottant à 22m).

     

    Sécurité : Examinateurs sur-lestés et prêts à intervenir, plongeur sur-lesté et stationnaire à 10 m (situé hors de la colonne de montée du parachute et des bulles des 3 autres). Parachutes longs ou à valve interdits (du fait des conditions de l'exercice : interception possible du parachute à 10m).

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il n'y a jamais eu de problème de sécurité type "plongeur seul" ou "plongeur réellement perdu", juste un problème de groupement cohérent entre la descente et la remonté.

    Oui sauf que pendant une partie de la plongée, ton guide t'a perdu et ne s'est absolument pas inquiété de savoir si tu allais bien ou pas :rolleyes: . Tu aurais pu rester au fond que ça le dérangeait pas plus que ça au final... :rolleyes: .

     

    En cas de perte de palanqué il y a une procédure simple et efficace : "tu remontes en toute sécurité (donc tu fais tes paliers obligatoires le cas échéant). L'autre partie fait évidemment de même et la palanquée se reforme en surface".

     

    La suite va dépendre de la situation. Si c'est en début de plongée et sur une plongée peu profonde, tu peux reprendre la plongée. Si c'est au bout de 5 min sur une épave à 40m.... la c'est fin de partie :D .

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    J'avais pas de guide, je plongeais en autonomie en palanquée de 3.

    C'était en fin de plongée et je ne me suis pas aperçu de la perte de ma palanquée puisque j'ai pris deux autres plongeurs à la place et, du fait du problème de communication (et de la profusion de plongeurs dans le coin), je n'ai jamais compris que je n'étais plus avec les mêmes.

    Quand tout le monde est en combi intégrale cagoulée, et que t'as le malheur de te repérer sur un critère qui n'est pas unique (couleur cagoule + couleur des palmes, deux fois) ... tu as du mal à admettre que t'as changé de groupe, même si on te le dit deux fois. Tu prends les affirmations pour des questions, et vis versa.

     

    Je pense qu'il faudrait ajouter une épreuve de conversation sous l'eau au N2 (pas juste les signes de base : comprendre et exprimer des trucs plus évolués).

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...