Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

2 accidents le 18/8 :(


agt
 Share

    Recommended Posts

    @Christophe 38 : Je comprends ta question, qui n'est pas que de l'abnégation.

    Quand on sent sa capacité pulmonaire diminuer, sans que le matériel soit en cause, toute l'aide "horizontale" disponible ne pèse plus grand chose.

    Il faut vraiment avoir confiance pour confier sa perte de connaissance imminente à quelqu'un qui doit remonter à une vitesse raisonnable.

    C'est dans les regards que ça peut se jouer alors.

     

    Je dirais que tout ça dépend aussi de ce qu'il y a en surface (voire dans l'eau, un peu au-dessus).

    Link to comment
    Share on other sites

    • Replies 186
    • Created
    • Last Reply

    Top Posters In This Topic

    dans les accidents qui peuvent arriver au fond, il n'ya pas que l’œdème pulmonaire...

     

    Aussi, certains accidents ont des prédispositions...

    Un minimum de visite médicale me préviens si j'entre dans un contexte de risque d’œdème. Donc là je suis au courant, plutôt que de faire prendre un risque d'une remontée à l'arrache à mon binôme pourquoi pas y aller tout seul.

     

    Mais si je fais un essoufflement alors que je suis en pleine forme d'après mon contrôle "technique" médical ... ca pourrait être différent, je crois que je serais content d'avoir un binôme.

     

     

    qui palme en direction de la surface, vite, trop vite
    les restes de la DTH ... :decu:
    Link to comment
    Share on other sites

    cela se conçoit aisément et je ne mais pas du tout en doute cette constatation.

    Les plongeurs pas encore expérimentés n'ont pas encore suffisamment le "capteur interne" de la remontée trop rapide assez développé ( néologisme de fainéant).

     

    Mais est ce que dans les cas réels (je ne parle pas ici de formation) les plongeurs aux compteurs plus chiffrés ne font ils pas une remontée trop rapide eux aussi sous le coup de l'adrénaline (au sens propre : hormone de la fuite qui mobilise les neurones prévues pour) ?

    A l'entrée du caisson, s'il s'agit d'une enquête comme d'autre où il suffit de cocher des cases sur l'ordinateur par la secrétaire (mauvaise foi volontaire), il est évident que les débutant de par leur prérogatives ont peut de change d'etre dans un contexte d'ADD, alors que les plus profond/longtemps auront l'étiquette ADD malgrès une vitesse de remontée trop rapide.

     

    Je sais pas si je suis clair, mais peut être que ce n'est pas ici (par respect pour les victimes avant tout) qu'il s'agirait d'épiloguer sur les réflexes en cas de perte de connaissance au fond.......

    Link to comment
    Share on other sites

    C'est arrivé à quelqu'un ici ? (une assistance "réelle" impliquant une remontée "avec un léger conflit d’intérêts") ... dans un rôle ou dans l'autre ...

     

    oui

    en fosse, avec une élève qui a bu la tasse lors d'un lâcher reprise d'embout à 20m et qui est partie comme une balle vers la surface.

    Link to comment
    Share on other sites

    une remontée "avec un léger conflit d’intérêts")

     

    Plus légers, mais quand même dans l'esprit conflit d'interets :

    lors de baptêmes, surpris par une araignée de mer de taille démesurément énorme au travers du masque, certains veulent remonter comme des balles, bloquent alors leurs respiration, et râlent en surface parce que tu les as empêché de remonter plus vite... Avec, une explication et un sourire c'est oublié et on repart...

    Link to comment
    Share on other sites

    cela se conçoit aisément et je ne mais pas du tout en doute cette constatation.

    Les plongeurs pas encore expérimentés n'ont pas encore suffisamment le "capteur interne" de la remontée trop rapide assez développé ( néologisme de fainéant).

     

    Mais est ce que dans les cas réels (je ne parle pas ici de formation) les plongeurs aux compteurs plus chiffrés ne font ils pas une remontée trop rapide eux aussi sous le coup de l'adrénaline (au sens propre : hormone de la fuite qui mobilise les neurones prévues pour) ?

    A l'entrée du caisson, s'il s'agit d'une enquête comme d'autre où il suffit de cocher des cases sur l'ordinateur par la secrétaire (mauvaise foi volontaire), il est évident que les débutant de par leur prérogatives ont peut de change d'etre dans un contexte d'ADD, alors que les plus profond/longtemps auront l'étiquette ADD malgrès une vitesse de remontée trop rapide.

    Je sais pas si je suis clair, mais peut être que ce n'est pas ici (par respect pour les victimes avant tout) qu'il s'agirait d'épiloguer sur les réflexes en cas de perte de connaissance au fond.......

     

    je peux te dire qu'à l'entrée du caisson, le questionnaire n'est pas rempli à la légère

    c'est plutôt interrogatoire serré (quand l'état du patient le permet) diligenté par le médecin pour déterminer le meilleur traitement.

     

    sinon, j'ai aussi documenté un accident de plongée où les deux plongeurs, aguerris, estimaient être remontés trop vite de 62 à 20m suite à un grosse narcose et mal-être au fond dans une eau sombre et froide.

    Les secours et gendarmes ont été informés de cette vitesse trop rapide ressentie par les plongeurs.

    or, après analyse des courbes de plongées, il ressortait au contraire que les vitesses étaient parfaitement maîtrisées (8m/min en moyenne, 12m/min max sur une minute)

    Link to comment
    Share on other sites

    Guest Invité

    Ben de toute façon on sous-estime énormément le volet prévention en plongée sous-marine.

    Entre ceux qui pensent être des surhommes à qui il peut rien arriver à 60 mètres, ceux pour qui le contrôle médical est considéré comme une formalité.

    Ceux qui considèrent que la plongée, c'est juste du loisir. C'est vrai mais pas seulement, il y' a des notions de sécurité et de condition physique.

     

    J'arrête là car la liste est longue ...

    Link to comment
    Share on other sites

    je peux te dire qu'à l'entrée du caisson, le questionnaire n'est pas rempli à la légère.c'est plutôt interrogatoire serré

    bien sur, mes propos étaient disproportionnés ; j'en ai eu malheureusement la triste expérience la semaine dernière. Je voulais juste signifier qu'avec les stats il faut aussi le contexte de leurs réalisation ; mais c'est pas le plus important.

     

    Je rejoins aussi Willoi, et c'est aussi il me semble le message du Préf mar de Méditerrannée, la plongée n'est pas une activité anodine et il appartient au plongeur de prendre sa résponsabilité vis a vis de sa condition physique....

    Link to comment
    Share on other sites

    et, si tu nous parlais de ton experience en plongée ?

    Sujet au rhume des foins (et vapeurs de piscine ?). Mon nez peut parfois un peu se boucher sans que ça gène mes oreilles.

    J'étais en fort surpoids (euphémisme : IMC de 35) il y a quelques années (vive la plongée-sport !). En shorty, j'étais sous-lesté, même pour l'eau d'une fosse.

    Donc en fosse, je passe les 5 premières minutes à enchainer des apnées expiratoires pour négocier une descente sans palmer, à la même vitesse que les autres et en passant mes oreilles.

    Pas loin du fond à 20m, je passe le premier à l'exo de retrait de masque + pirouette qu'on avait convenu de faire.

    Mais là, déjà essoufflé (sans que ça justifie quoi que ce soit), je me bloque un truc (une bronche ?) au vidage final du masque : n'arrivant pas à expirer dans le masque, et suite à une mauvaise dissociation, j'inspire un grand coup et transfère d'un gros bouchon nasal et de la flotte dans mes poumons.

    Assez rapidement, je prends conscience que ça ne passera pas comme ça : j'arrive pas à remplir mes poumons pour tousser.

    J'attrape le bras du moniteur ... son regard me fait comprendre qu'il a vu une urgence. Il me tend son détendeur, je le refuse et mets le poing fermé au niveau de mon cou pour montrer un blocage indépendant du matos.

    On décolle ... les mini-inspirations que j'arrive à faire me paraissent symboliques. Je fais la minute 30 qui suit dans un inconfort digne des 5 dernières secondes d'une apnée poussée à fond. J'ai un regard de moniteur contre une envie dingue de palmer vers la surface. Je choisis l'assistance.

    Une éternité plus tard, vers 3m, je sens un léger mieux. On décélère, mais ça va un peu mieux.

     

    Ça m'a fait réfléchir (vis à vis du nez bouché, de l'apnée expiratoire, du surpoids physique, de la flottabilité, et de la dimension non-technique d'une assistance).

    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share


    ×
    ×
    • Create New...

    Bonjour,

     

    logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

     

    L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

    Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.