Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
Neptune13

Système de recueil d'incidents de plongée Neptune

    Messages recommandés

    ben si le bateau est au mouillage, il n'est pas manœuvrant... donc c'est pas d'une difficulté folle de remonter la bouteille en même temps que l'ancre :D

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    ben si le bateau est au mouillage, il n'est pas manœuvrant... donc c'est pas d'une difficulté folle de remonter la bouteille en même temps que l'ancre :D

     

     

    oui, bien sur

     

    sauf si tu as du monde au pendeur ou sur le bloc de déco (parce que, si tu as du monde au palier, dans le meme temps tout le monde sera sur la phase retour, ceux qui dérivent, ceux qui merdent et ceux pour qui tout roule et qui trouveront plus simple de remonter le long de ce pendeur plutot que de larguer le parachute).

     

    là, il faut que tu prennes une bouée, que tu amarres le bout du bloc sur la bouée et que tu largues tout en t'éloignant doucement (les mecs sont juste dessous, au palier)...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci Neptune pour tes infos.

     

     

    Nous plongeons sur les épaves à Dieppe.

    Donc nous assurons un mouillage sur l'épave avec une bouée de façon à localiser la descente et la remontée au bout.

    Nous y pendons le bloc sécu fermé avec une araignée de 4 ou 5 seconds étages.

    Ce qui permet d'avoir le bateau navigant pour récupérer les éventuelles palanquées qui ont un pb ou qui n'ont pas retrouvé de mouillage et qui remontent au parachute.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    oui, bien sur

     

    sauf si tu as du monde au pendeur ou sur le bloc de déco (parce que, si tu as du monde au palier, dans le meme temps tout le monde sera sur la phase retour, ceux qui dérivent, ceux qui merdent et ceux pour qui tout roule et qui trouveront plus simple de remonter le long de ce pendeur plutot que de larguer le parachute).

     

    là, il faut que tu prennes une bouée, que tu amarres le bout du bloc sur la bouée et que tu largues tout en t'éloignant doucement (les mecs sont juste dessous, au palier)...

    De toute façon, si tu dois remonter 50m de chaîne (et on ne parle que d'un mouillage sur un site peu profond ) tu n'es pas manoeuvrant rapidement...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Vous trouverez sur le site Neptune l’analyse du CRFI 2016-009 qui relate une disparition inquiétante.

     

    Trois autres analyses sont en cours et permettront d’aborder dans les prochaines semaines des notions aussi diverses que la planification, la cohésion de palanquée ou bien les squeezes en combinaison étanche.

     

    Que vous soyez encadrant ou débutant, n’hésitez pas à alimenter Neptune avec des compte-rendus d’incidents ou tout simplement avec des thèmes que vous souhaiteriez voir évoquer.

     

    C’est votre soutien actif qui permettra à Neptune de poursuivre son action pour améliorer encore la sécurité de nos plongées.

     

    La sécurité est l’affaire de tous !

     

    http://www.ffessm-provence.net/CRFI-analyses,472r.html

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Vous trouverez sur le site Neptune l’analyse du CRFI 2016-009 qui relate une disparition inquiétante.

     

    Trois autres analyses sont en cours et permettront d’aborder dans les prochaines semaines des notions aussi diverses que la planification, la cohésion de palanquée ou bien les squeezes en combinaison étanche.

     

    Que vous soyez encadrant ou débutant, n’hésitez pas à alimenter Neptune avec des compte-rendus d’incidents ou tout simplement avec des thèmes que vous souhaiteriez voir évoquer.

     

    C’est votre soutien actif qui permettra à Neptune de poursuivre son action pour améliorer encore la sécurité de nos plongées.

     

    La sécurité est l’affaire de tous !

     

    http://www.ffessm-provence.net/CRFI-analyses,472r.html

     

     

    bonjour

     

     

     

    j'aurai rajouté un "truc" dans les préconisations :

    aviser le CROSS des faits et (surtout) de l'abandon du matos (citer le matos laissé sur place)...

    Il faut imaginer ceux qui découvrent le matériel et qui rendent compte au CROSS...

    Une fausse alerte serait possible (pas la peine de distraire les secours pour ça)

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci pour ce récit intéressant. Bien vu Christophe, pour le CROSS. Cela doit faire un drôle d'effet de retrouver palme et équipement en plongée :grimace:

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Merci pour ce récit intéressant. Bien vu Christophe, pour le CROSS. Cela doit faire un drôle d'effet de retrouver palme et équipement en plongée :grimace:

     

     

    oui !

     

    surtout qu'il y a quelques années, un plongeur s'est suicidé dans une grotte, en abandonnant son matériel avant....

     

    les secours ont mis longtemps avant de le trouver..

     

    bref, factuellement, tout est possible quand tu trouves du matos comme ça :

    ce qui s'est passé, là

    un abandon de matos pour rentrer à la nage ou se mettre en sécurité

    un suicide

     

     

    et, pour un peu que ce soit un plongeur solo, personne ne signale son non retour :decu:

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    bonjour

     

     

     

    j'aurai rajouté un "truc" dans les préconisations :

    aviser le CROSS des faits et (surtout) de l'abandon du matos (citer le matos laissé sur place)...

    Il faut imaginer ceux qui découvrent le matériel et qui rendent compte au CROSS...

    Une fausse alerte serait possible (pas la peine de distraire les secours pour ça)

     

    Oui Christophe, c'est bien vu et je vais le rajouter sur le site fb Neptune.

    Cela vaut pour le plongeur qui abandonne sciemment du matos comme pour celui qui le retrouve.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Merci Neptune pour tes infos.

     

     

    Nous plongeons sur les épaves à Dieppe.

    Donc nous assurons un mouillage sur l'épave avec une bouée de façon à localiser la descente et la remontée au bout.

    Nous y pendons le bloc sécu fermé avec une araignée de 4 ou 5 seconds étages.

    Ce qui permet d'avoir le bateau navigant pour récupérer les éventuelles palanquées qui ont un pb ou qui n'ont pas retrouvé de mouillage et qui remontent au parachute.

     

    Je pense que c'est Neptune et Christophe 38 qui ont raison.

    Pas de bloc sécu sur la ligne de mouillage (sauf à en avoir 2) mais un système larguable rapidement sur le parachute de ceux qui font cette demande. Il faut juste être clair sur la procédure de demande à appliquer.

    Idéalement de l'O2 avec 6M de longueur sous une bouée, ça règle tous les PB puisqu'on sera sur que quel que soit le mélange utilisé par les plongeurs la déco sera bonne.

    Un plongeur AIR aura un sacré bonus, un plongeur NITROX aussi et n'aura pas à changer de gaz sur son ordi et un TRIMIX à 6M c'est ça qu'il lui faut.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    bonjour

     

     

     

    j'aurai rajouté un "truc" dans les préconisations :

    aviser le CROSS des faits et (surtout) de l'abandon du matos (citer le matos laissé sur place)...

    Il faut imaginer ceux qui découvrent le matériel et qui rendent compte au CROSS...

    Une fausse alerte serait possible (pas la peine de distraire les secours pour ça)

     

    Il me semble qu'il y a déjà eu un déclenchement de secours pour une histoire de parachute en surface sans plongeur à coté. Le parachute avait en fait été perdu et non signalé au CROSS.

    Pensez-y, vous devez sur emmêlement du dévidoir lâcher votre parachute, vous faites bien sur vos paliers et vous ne retrouvez plus le parachute, c'est non seulement une perte financière mais surtout un sacré souci pour ceux qui vont le retrouver.

    C'est aussi le travail du CROSS de prendre ce genre de signalement, vous les dérangez plus en ne le faisant pas qu'en le faisant (pis on sait jamais celui qui va le retrouver pourra vous le rendre quand il va lui-mème appeler le CROSS).

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    A l'occasion d'un CRFI sur une perte de palanquée, nous souhaiterions faire un focus sur la plongée solo (self-reliant, self-sufficient, solo diving) enseignée dans d'autres organisations ou d'autres disciplines que la plongée subaquatique régie en France par le code du sport.

    Car sans vouloir remettre en cause le cadre légal, cette pratique très encadrée pourrait nous permettre en appliquant quelques règles de renforcer la sécurité notamment dans des situations de plongée proche de la plongée solo (plongée avec débutants, plongée photo ...).

    Au fait, quelles sont ces règles simples ?

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    A l'occasion d'un CRFI sur une perte de palanquée, nous souhaiterions faire un focus sur la plongée solo (self-reliant, self-sufficient, solo diving) enseignée dans d'autres organisations ou d'autres disciplines que la plongée subaquatique régie en France par le code du sport.

    Car sans vouloir remettre en cause le cadre légal, cette pratique très encadrée pourrait nous permettre en appliquant quelques règles de renforcer la sécurité notamment dans des situations de plongée proche de la plongée solo (plongée avec débutants, plongée photo ...).

    Au fait, quelles sont ces règles simples ?

     

    C'est pas gagné là .... ça va crié dans les chaumières sur ce coup :)

     

     

    A la base, il y a déjà un amalgame entre la qualification solo (ne pratique pas forcément, mais il est formé/sensibilisé) et la plongée solo ...

     

    Ensuite, la formation solo, c'est surtout une forte sensibilisation sur la redondance utile et utilisable.

    Après, c'est un peu de bon sens avec surtout pas de hasard, donc planification (prof, temps, gaz ...) , comportement en plongée, et connaitre ses capacités (donc testé) et ne jamais sortir de sa zone de confort/compétence ;)

     

    Pour aller un peu plus loin, avec un peu de recherche sur le net, on trouve facilement:

    - SDI => Solo Diving (voir l'instructor guide)

    - le pdf de Jean-Claude Taymans "plongee_solo_vers2_mai2015_protege.pdf"

     

     

    JP

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    A l'occasion d'un CRFI sur une perte de palanquée, nous souhaiterions faire un focus sur la plongée solo (self-reliant, self-sufficient, solo diving) enseignée dans d'autres organisations ou d'autres disciplines que la plongée subaquatique régie en France par le code du sport.

    Car sans vouloir remettre en cause le cadre légal, cette pratique très encadrée pourrait nous permettre en appliquant quelques règles de renforcer la sécurité notamment dans des situations de plongée proche de la plongée solo (plongée avec débutants, plongée photo ...).

    Au fait, quelles sont ces règles simples ?

     

    Tu parles de situations proches de la plongée solo alors sans entrer dans la technique (JPL38 a donné toutes les billes pour ça) je voudrais aller sur le terrain mental et les prérogatives.

    Un plongeur qui veut plus gâcher ses plongées avec de mauvais binômes c'est tout à fait légitime qu'il décide de prendre ses responsabilités surtout qu'il n'impacte personne d'autre que lui-mème. S'il vient en plus faire une formation pour acquérir plus vite les bonnes pratiques c'est encore mieux.

    J'arrive mème pas à comprendre que ça puisse être un tabou en mer alors que c'est la règle française en plongée souterraine (pas dans les organismes américains mais c'est parce qu'on considère le groupe comme plus fort que seul et on y met les moyens de formation en ce sens).

     

    Là où ça me choque c'est pour les encadrants, non seulement ils devraient avoir l'obligation de maitriser la plongée solo mais ça devrait faire l'objet d'une évaluation en examen.

    Quand j'ai commencé à plonger comme moniteur, le centre qui m'a employé en premier m'a envoyé le premier jour en "cadeau" faire une plongée explo sur le bateau des autonomes sur épave. Le piège était que le DP ne m'a affecté aucun binôme et quand je lui dit qu'il m'avait oublié il m'a dit "ha mais toi tu es le nouveau moniteur, j'ai besoin de toi pour partir en premier vérifier l'ancre tu vas sauter en mème temps que l'ancre, tu descends vite fait et normalement elle est pile dans l'épave. Si c'est le cas tu as quartier libre tu pars plonger et si on t'as pas vu revenir en surface en 10MN j'envoie les autres". Le but était pas de s'occuper de l’ancre mais de voir ce que j'allais dire, si j'avais refusé on m'aurait mis à faire des baptêmes à la chaine et on m'aurait pas gardé longtemps.

    J'applique depuis cette forme de "recrutement" car un encadrant est plus que solo non seulement il ne doit pas compter sur ses élèves mais il est avant tout leur "garde du corps".

    Je sors d'une plongée en environnement difficile (profondeur, froid, touille, noir) en formation TRIMIX CCR si je l'avais faite en solo elle aurait été 5 fois plus facile pour moi. Mon élève n'était pas très rassuré et dans ces moments là il faut transmettre du calme et de la sérénité.

    Le minimum requis pour ça pour un encadrant c'est de savoir plonger solo et de l'avoir fait "pour de bon". C'est bien dommage que ça ne soit pas au programme du MF1 que je vois dériver de plus en plus vers l'usage de "power point" que vers la plongée "le cul dans l'eau".

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Entièrement d'accord avec toi. Pour avoir formé des MF1 pendant plusieurs années (Dont pas mal de sessions comme directeur de stage), j'ai constaté la même dérive. Ca a commencè par la suppression de la plongée "Test" à 50 m qui permettait de détecter les "enclumes" qui refusaient le fond à partir de 30 m. Puis on a voulu gommer toutes les évaluations qualifiées de "subjectives" qui permettaient de juger de la capacité des candidats à agir en véritable autonomie dans le milieu physique. Mon avis est que l'on aboutit, comparativement à ce qui se faisait auparavant, à un profil plus proche du moniteur "de piscine" théoricien qu'a celui d'un leader pédagogique sur l'intégralité de ses prérogatives. Mon point de vue va certainement en choquer pas mal, mais il va surtout choquer ceux que j'aurais probablement recalés à l'examen.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...