Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

    Messages recommandés

    Et quel est le critere qui permet de classer une épave comme "site archéologique"??? Qu'elle ait coulé sur un site archéologique? Parce que des bateaux de l'époque "archéologique" il doit pas en rester grand'chose...

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • Réponses 101
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    Et quel est le critere qui permet de classer une épave comme "site archéologique"??? Qu'elle ait coulé sur un site archéologique? Parce que des bateaux de l'époque "archéologique" il doit pas en rester grand'chose...

     

     

    bonjour

     

     

    cela a changé il y a quelques années : tu peux lire des échanges là : http://www.plongeur.com/forums/showthread.php?t=57159&highlight=drassm

    ou là http://www.plongeur.com/forums/showthread.php?t=61628&page=1&pp=40&highlight=drassm

     

    (et le point de vue de doumes)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Et quel est le critere qui permet de classer une épave comme "site archéologique"??? Qu'elle ait coulé sur un site archéologique? Parce que des bateaux de l'époque "archéologique" il doit pas en rester grand'chose...

     

    Je poserais la question à la personne qui s'occupe de la zone au drassm (en congés pour l'instant), il est fort probable que les autorités militaires est leur mot à dire.

    Au passage je demanderais pour le prométhée si il ya des restrictions.

    Nous allons échanger avec eux, sur les circonstances du naufrage, côté abordé par le cuirassé, taille de la brèche, le fait que hors cette brèche la bateau est en un seul morceau ce qui contredit pas mal d'articles précédents.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Je poserais la question à la personne qui s'occupe de la zone au drassm (en congés pour l'instant), il est fort probable que les autorités militaires est leur mot à dire. Au passage je demanderais pour le promethee.

    Nous allons pas échanger, déjà sur les circonstances du naufrage, côté abordé par le cuirassé, taille de la brèche, le fait que hors cette brèche la bateau est en un seul morceau ce qui contredit pas d'articles précédants

    Tu devais être un peu embrumé Nico... On a du mal à te relire :-p

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    juste en passant, mais alors, juste à peine :

    la plupart des naufrages ont causé des morts..

    que ce soit pendant les guerres ou à cause des guerres (les mines qui continuent à bosser et à peter apres la fin des conflits)

    ou meme en temps de paix (cf le Salem Express http://greec.free.fr/diaporama/salem%20express/salem%20express.htm avec 500 morts environ)..

     

    cela reviendrait à dire qu'il faut interdire la plongée sur les épaves militaires, mais pas les civiles (donc, mettre une hierarchie sur les morts), et pourquoi pas, plonger sur les épaves des pays ayant perdus les conflits (comme le Japon et ses multiples épaves) et ne pas plonger sur les autres ???

     

    ou faire l'inventaire des épaves ayant entrainées des morts et ne plus plonger dessus ?? :D

     

    bref, vaste sujet :nerveux:

     

    vous avez 2 heures :devil::top:

     

    :biere:

     

    pourquoi certaines épaves sont interdites alors ? je pensais que c'était du au fait que des noyés pouvaient être encore dedans.

     

    Mais effectivement, tu as raison, pour des morts le cas par cas n'est pas possible.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Tu devais être un peu embrumé Nico... On a du mal à te relire :-p

    J'ai corrigé un peu...pas mon fort le français surtout avec le smartphone! Et c'est les vacances!!

    Aller hop à la mer! Soleil ici et comme on a 2 saisons ici, le 15 aout et l'hiver on ne va pas rater ça!!

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    J'ai corrigé un peu...pas mon fort le français surtout avec le smartphone! Et c'est les vacances!!

    Aller hop à la mer! Soleil ici et comme on a 2 saisons ici, le 15 aout et l'hiver on ne va pas rater ça!!

    Lol comme ça c'est mieux ;-)

    Merci Mr et profite bien du soleil !!

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    pourquoi certaines épaves sont interdites alors ? je pensais que c'était du au fait que des noyés pouvaient être encore dedans.

     

    Mais effectivement, tu as raison, pour des morts le cas par cas n'est pas possible.

     

     

    certaines épaves sont interdites pour les risques qu'elles représentent ou pour l'interet archéo..

     

    je vais te donner mon point de vue :

    sur le Léo, il y a eu au moins un con qui vendait des casques US et des squelettes pour ceux qui en voulaient (que ce soit des facultés ou des particuliers). Ca fut particulierement choquant pour les Américains qui y ont laissé des victimes.

    Vu l'épave et les cartons, l'accès y fut limité avec dépot du nom des plongeurs avant l’immersion (aupres de la marine ou des Aff Mar').

    On parle de ça, sur le forum et ça remonte à quelques années : il y avait meme les liens de l'émission TV Thalassa qui en parlait.

    Quand ça devient de notorieté publique, difficile pour l'Etat de ne pas réagir.

    http://www.senat.fr/cra/s20040203/s20040203H16.html

    donc .... https://www.premar-manche.gouv.fr/arretes.html?frame=download-arretes.php&fichier=105

     

    Pour le U171 Lorient, l'Allemagne a demandé le classement comme cimetiere et d'interdire l'acces.

    Refusé ; la pénétration est interdite pour la dangerosité. maintenant, il n'y a personne derriere pour verifier que jamais personne ne penetre.

     

    L'Alabama, sur Cherbourg : site archéo (et les US voulaient le faire classer comme cimetiere ; pas possible).

     

     

    Le Salem Express ; les Egyptiens ont demandé, les premieres années, à ce que personne ne penetre. Aujourd'hui, je ne sais pas si cette interdiction est toujours en cours et respectée.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Invité Invité

    Ce qui est assez étonnant c'est cette pudibonderie a deux vitesses. dans les épaves du pacifiques il est très courant de trouver des restes de marins japonais... Les japonais n'ont jamais obtenu une interdiction. En Ecosse le Royal Oak contient encore des cadavres de marins anglais... interdit de plongée pour des raisons de "sanctuaire"

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Le Salem Express ; les Egyptiens ont demandé, les premieres années, à ce que personne ne penetre. Aujourd'hui, je ne sais pas si cette interdiction est toujours en cours et respectée.

     

    En 2015/2016, aucun problème pour plonger sur le Salem.

    Les équipages n'aiment pas bien, donc chez Fred Lombard par exemple ce n'est pas "proposé" aux clients. mais si y'a de la demande, alors il y va. (et toujours avec une grande explication avant sur l'histoire du navire, respect du lieu...).

    Quand je vois Shaab Claude juste à coté, sincèrement, je préfère plonger sur ce récif que sur le Salem... mais c'est la seule épave du coin (à ma connaissance)... donc sur un séjour ça "change" un peu...

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Salut, voici un petit topo sur la première plongée sur le Vendémiaire.

     

    Effectivement, il y a des découvertes d’épave plus émouvante et plus magique que d’autre.

    Cela faisait quelques temps que l’on cherchait à retrouver un épisode de l’histoire du nord Cotentin (et de la Hague), ce dernier ayant marqué fortement la mémoire collective.

    Depuis ce jour ou un écho sur le sondeur été apparu, la fièvre été montée d’un cran. On se devait d’aller vérifier au fond.

     

    4474.jpg

     

    Après un premier RDV manqué fin juillet en raison de la météo, la sortie du mardi 9 aout sera la bonne et sera également une date importante. Celle du retour en surface du sous-marin Vendémiaire.

    Tout commence le 8 juin 1912, jour où le Vendémiaire sombra après avoir été éperonné par le cuirassé français le Saint-Louis, lors d’exercices au Nord de la Hague.

    http://epavesdugrizzly.org/epaves/victor/vendemiaire

     

    4446.jpg4448.jpg

     

    Depuis plus de cent ans, le vendémiaire sommeil au fond du raz Blanchard avec son équipage.

    Le point au sondage donne un fond au-delà de 70m, on est loin de la profondeur du site supposé du naufrage (53m).

    Cette première plongée se fera ainsi au Trimix, commence alors la préparation des gaz fond et de décompression. Pour cette plongée à 70m, il est prévu de n’y passé que 12 minutes (déco Nx et O2).

     

    4450.jpg

     

    C'est la durée des paliers qui déterminera le temps fond, en effet les paliers se feront en dérivante dans le raz Blanchard.

    Pour cette plongée exceptionnelle et historique, de nouvelles tables de décompression Trimix sont réalisées.

     

    4452.jpg

     

    Le jour J : Mardi 9 aout 2016 (soit 104 ans 3 mois et 2 jours après le naufrage)

     

    Le RDV est donné pour 8h30 à la base pour la préparation du matériel et préciser les derniers détails de la plongée.

    Mais vu l’excitation, tout le monde arrive bien avant l’heure de RDV.

    Durant le trajet sur une mer légèrement formée, il ne règne pas sur le bateau la même ambiance de plaisanterie qu’à l’habituelle. Chacun est concentré sur sa plongée et son déroulement. La tension redescend à l’arrivée sur le site et avec la confirmation du point sur le sondeur.

    Toujours concentré, chacun se prépare et s’équipe.

     

    4454.jpg4456.jpg

     

    Au coup de klaxon, nous nous jetons à l’eau et attrapons la ligne de gueusage. La longue descende vers cette épave peut commencer. Les mètres s’égrainent sur les profondimètres 30m….40m…50m….55m…60m….

    A ce moment-là et à l’approche du fond, nous commençons à surveiller ce qui peut être accroché par le faisceau de nos éclairages.

    Moment d’inquiétude, nous arrivons directement sur un fond de 70m et pas de trace d’épave.

    Un corps de vanne apparait dans les faisceaux. Ce qui fait remonter nos espoirs de pouvoir retomber sur cette épave.

    Après avoir parachuté la gueuse, nous sondons, chacun de son côté, l’obscurité de nos faisceaux lumineux.

    Puis soudain, une masse métallique cylindrique apparait à 3m de nous.

    La forme caractéristique de la coque, ainsi que la présence de membrure de renfort, confirme bien qu’il s’agit d’un sous-marin.

    Mais s’agit-il bien du vendémiaire ?

    Nous commençons à survoler la masse endormie de cette épave. Dans les halos de nos lampes surgit le ce qui semble être un kiosque.

    Cet élément décisif nous permet de confirmer que nous somme bien sur le Vendémiaire. La joie est grande à ce moment-là.

     

    4458.jpg4460.jpg

     

    Par la suite de l’exploration, de nombreux indices confirment bien l’identité du Vendémiaire.

     

    4468.jpg

     

    Un moment d’émotion surgit lorsque l’on découvre la brèche béante provoquée par le cuirassé Saint-Louis. La force de l’impact au niveau du central-opération ne devait laisser aucune chance au sous-marin de s’en sortir avec son équipage.

    Les stigmates sont encore visibles, ainsi cet élément de coque épaisse retourné comme une simple feuille d’aluminium.

     

    4466.jpg

     

    Sur l’avant, le temps a fait son œuvre en dévorant l’habillage de l’unique tube lance torpille.

     

    4462.jpg

     

    Le courant commençant à revenir, nous nous laissons porter doucement vers l’arrière et vérifier la présence des barres de plongées et de direction.

     

    4464.jpg

     

    Nous arrivons au bout des 12 min au moment de survoler les hélices. Ce qui ne nous permettra pas de réaliser des images de ces dernières.

    La configuration du site et la disposition du sous-marin laissent à penser que les hélices sont sur un fond de 75m

    C’est avec émotion et une certaine excitation que nous amorçons le retour à la surface, et déroulement la procédure de décompression.

     

    4470.jpg

     

    Nous sortons de l’eau 50min après notre départ. Avec les images du Vendémiaires dans la caméra, c’est un peu de la mémoire des hommes de l’équipage qui refont surface avec nous.

    http://www.dailymotion.com/video/x4o378 ... iaire_news

     

    4472.jpg

     

    Il ne s’agit pas que de l'exploit de quelques plongeurs, mais bien de permettre de faire revivre l’histoire de notre passé maritime.

     

    Après la découverte viendra le moment de l'émotion avec les familles des victimes encore présentent sur le nord-Cotentin.

    Les Grizzly de la Hague

    Nico

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...