Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Dioxygène et vasoconstriction


astro
 Share

    Recommended Posts

    Bonjour,

     

    Il est connu depuis un certain temps que le dioxygène a un effet vasoconstricteur.

    Je suis à la recherche d'une étude sur cette effet. Plus précisément une courbe mettant en relation le diamètre des vaisseaux et la richesse (en dioxygène) du mélange respiré.

     

    Je tente de justifier cette recherche :

    Je fais un palier à 5 m à l'oxy pur ma ppO2 est optimale (ou presque) alors qu'avec un 80% pris à 10m, mon palier à 5 sera moins dessaturarant car la ppO2 sera moindre. Mais la vasoconstriction va réduire la surface d'échange d'autant plus que le mélange est riche (hors il s'agirait une fois n'est pas coutume d'une relation exponentielle ) cela pourrait remettre en cause le choix de l'oxy pur.

     

    De plus, en lâchant l'embout, on passe de 100% à 21% d'où l'effet inverse....vasodilatation entraînant une baisse de tension pouvant conduire à la perte de conscience. (à vérifier mais les militaires ne lâcheraient l'embout qu'une fois assis sur le bateau).

     

    PS : je n'affirme rien, je me pose des questions et donc je cherche des réponses.

     

    PS2 : j'avais eu un début de conversation sur ce sujet avec Christophe38 mais je n'avais pas tous ces éléments. Nous avions fait une simulation sur Vplanner qui allait plutôt dans le sens de l'utilisation de oxy pur.

     

    Bonne lecture.

    Link to comment
    Share on other sites

    Bonjour,

     

    Il est connu depuis un certain temps que le dioxygène a un effet vasoconstricteur.

    Je suis à la recherche d'une étude sur cette effet. Plus précisément une courbe mettant en relation le diamètre des vaisseaux et la richesse (en dioxygène) du mélange respiré.

     

    Je tente de justifier cette recherche :

    Je fais un palier à 5 m à l'oxy pur ma ppO2 est optimale (ou presque) alors qu'avec un 80% pris à 10m, mon palier à 5 sera moins dessaturarant car la ppO2 sera moindre. Mais la vasoconstriction va réduire la surface d'échange d'autant plus que le mélange est riche (hors il s'agirait une fois n'est pas coutume d'une relation exponentielle ) cela pourrait remettre en cause le choix de l'oxy pur.

     

    De plus, en lâchant l'embout, on passe de 100% à 21% d'où l'effet inverse....vasodilatation entraînant une baisse de tension pouvant conduire à la perte de conscience. (à vérifier mais les militaires ne lâcheraient l'embout qu'une fois assis sur le bateau).

     

    PS : je n'affirme rien, je me pose des questions et donc je cherche des réponses.

     

    PS2 : j'avais eu un début de conversation sur ce sujet avec Christophe38 mais je n'avais pas tous ces éléments. Nous avions fait une simulation sur Vplanner qui allait plutôt dans le sens de l'utilisation de oxy pur.

     

    Bonne lecture.

     

     

    et quelle serait la durée de la vasoconstriction ??

     

    Sur ufp, on en avait parlé vers 2006, avec la visite de la Comex et discussion avec des toubibs.

    Certains medecins affirmaient qu'il y avait vasoconstriction (pas tous).

    Dans le camp de ceux qui l'affirmaient, les avis étaient partagés entre un temps bref (mais non chiffré, pensé de l'ordre de la minute) et ceux qui pensaient que c'etait plus long sans parler de durée (10 minutes...)

     

    et, dans les faits, sur les ordis, les paliers 02 divisent la durée par 3, parfois (et, avec les tables, on enlevait 30%).

     

    Donc, dans les faits, si vasoconstriction il y a, ça ne se "sent" pas (pas d'accidents de décompression à la suite de paliers oxygénés). :devil:

     

    :top::malade::biere:

    Link to comment
    Share on other sites

    Ah oui, je me souviens que tu m'avais parlé de ces échanges (c'est pas beau de vieillir).

    D'ailleurs la vasoconstriction n'est elle que périphérique (comme dans la reaction au froid) ou généralisée.

    2006, il y a peut être des études plus récentes.

    Link to comment
    Share on other sites

    Ah oui, je me souviens que tu m'avais parlé de ces échanges (c'est pas beau de vieillir).

    D'ailleurs la vasoconstriction n'est elle que périphérique (comme dans la reaction au froid) ou généralisée.

    2006, il y a peut être des études plus récentes.

     

     

    le frein fait par certains medecins concernant la vasoconstriction concernait surtout la réduction des vaisseaux acheminant l'oxy.

    Leur débit, réduit, transporterait moins d'oxy alors que le protocole n'en tiendrait pas compte..

    Mais, cela date, en effet, de 10 ans.

     

    J'avais relu une idée pareille ces 12 derniers mois.

     

    Ce qui me dérange dans ces arguments, ce sont les faits :

    Sur le nombre de plongées avec déco oxy pur réalisées, si le protocole n'etait pas bon, il y aurait des cartons (que ce soit dans les plongeurs OC comme avec les recycleux)..

     

    ou alors ce phénomène existe mais ses "dégats" passent inaperçu parce que les protocoles de déco ont des facteurs de sécurité qui les absorbent ???

    Link to comment
    Share on other sites

    Les ccr n'ont ils pas un set point à 0,7 à l'approche de la surface (la plupart ?)

    Donc à 5 m, ils ont du 50% (46,6)

    En revanche, je te rejoins sur le constat du peu d'accident déclaré après une déco à l'oxy. Nous en avons même fait une ensemble (11' à 5m sur le saint Sunniva ) 😉

    Link to comment
    Share on other sites

    Les ccr n'ont ils pas un set point à 0,7 à l'approche de la surface (la plupart ?)
    Sur certains, c'est programmable. Et si ça ne l'est pas, rien ne t'empêche de gérer en manuel ou de "forcer" le setpoint.
    Link to comment
    Share on other sites

    Les ccr n'ont ils pas un set point à 0,7 à l'approche de la surface (la plupart ?)

     

     

    A la fin de la déco ou pendant la deco, je connais personne qui prend une pO2 de 0.7. Le setpoint à 0.7, ca veut pas dire qu'il y a 0.7 dans la boucle.

    Link to comment
    Share on other sites

    ...

    ou alors ce phénomène existe mais ses "dégats" passent inaperçu parce que les protocoles de déco ont des facteurs de sécurité qui les absorbent ???

     

    Pas seulement Christophe.

     

    La vascularisation a une certaine "redondance", des itinéraires bis, des shunts, des suppléances.

     

    Le cerveau aussi à des circuits neuronaux détournés et multiples pour une même fonction.

     

    Ces caractéristiques permettent +/- la conservation dans une certaine mesure d'un organe pour ce qui est de la vascularisation ou d'une fonction pour ce qui concerne le système nerveux.

     

    Nous perdons déjà naturellement un paquet de neurones tous les jours sans que nous nous en rendions forcément compte.

     

    Le nombre, la plasticité, ET la suppléance des circuits neuronaux "absorbent" dans une certaine mesure la perte de neurones.

     

    Idem pour la vascularisation, nous pouvons faire un certain nombre de micro, voir mini AVC sans avoir de symptôme évocateur.

     

    La biologie aussi absorbe donc une partie des "agressions" que nous subissons ou faisons subir à notre corps.

    Link to comment
    Share on other sites

    Les ccr n'ont ils pas un set point à 0,7 à l'approche de la surface (la plupart ?)

    Donc à 5 m, ils ont du 50% (46,6)

    En revanche, je te rejoins sur le constat du peu d'accident déclaré après une déco à l'oxy. Nous en avons même fait une ensemble (11' à 5m sur le saint Sunniva ) 😉

     

    NON, on passe à 0.7 pour pas que la machine injecte du gaz sans qu'on le veuille. Si on reste à 1.3 on est tout le palier à 6M à la frontière de l'injection et c'est très inconfortable et gaspilleur d'O2 (faut souffler par le nez pour maintenir la flotta et pas se faire embarquer vers la surface). En mettant 0.7 on est tranquille, on fait seulement une vidange du gaz par le nez quand la PPO2 passe sous les 1.1 et on remet à la main de l'O2 pour remonter à 1.3 (ceux qui font plus de 1.3 à 6M sans rincer toutes les minutes sont des menteurs).

    Link to comment
    Share on other sites

    Pas seulement Christophe.

     

    La vascularisation a une certaine "redondance", des itinéraires bis, des shunts, des suppléances.

     

    Le cerveau aussi à des circuits neuronaux détournés et multiples pour une même fonction.

     

    Ces caractéristiques permettent +/- la conservation dans une certaine mesure d'un organe pour ce qui est de la vascularisation ou d'une fonction pour ce qui concerne le système nerveux.

     

    Nous perdons déjà naturellement un paquet de neurones tous les jours sans que nous nous en rendions forcément compte.

     

    Le nombre, la plasticité, ET la suppléance des circuits neuronaux "absorbent" dans une certaine mesure la perte de neurones.

     

    Idem pour la vascularisation, nous pouvons faire un certain nombre de micro, voir mini AVC sans avoir de symptôme évocateur.

     

    La biologie aussi absorbe donc une partie des "agressions" que nous subissons ou faisons subir à notre corps.

     

     

    merci pour l'info :top:

     

    pour les itinéraires détournés du cerveau, c'est ce que j'explique aux copains quand je parle d'accoutumance à la narcose : le raisonnement, la réflexion est ralentie, amoindrie ; par contre, nous savons ce qu'il faut faire, d'une manière "reflexe", automatique.

     

    Par contre, coté vasoconstriction suite à la prise d'oxy, j'en ai donc entendu parler, mais ça date et le sujet n'est jamais revenu ou n'a jamais été approfondi devant moi.

    J'ai donc toujours considéré que si c'etait vrai, c'etait quelque chose de mineur.

    Link to comment
    Share on other sites

    Bonjour,

     

    Il est connu depuis un certain temps que le dioxygène a un effet vasoconstricteur.

    Je suis à la recherche d'une étude sur cette effet. Plus précisément une courbe mettant en relation le diamètre des vaisseaux et la richesse (en dioxygène) du mélange respiré.

     

    Je tente de justifier cette recherche :

    Je fais un palier à 5 m à l'oxy pur ma ppO2 est optimale (ou presque) alors qu'avec un 80% pris à 10m, mon palier à 5 sera moins dessaturarant car la ppO2 sera moindre. Mais la vasoconstriction va réduire la surface d'échange d'autant plus que le mélange est riche (hors il s'agirait une fois n'est pas coutume d'une relation exponentielle ) cela pourrait remettre en cause le choix de l'oxy pur.

     

    De plus, en lâchant l'embout, on passe de 100% à 21% d'où l'effet inverse....vasodilatation entraînant une baisse de tension pouvant conduire à la perte de conscience. (à vérifier mais les militaires ne lâcheraient l'embout qu'une fois assis sur le bateau).

     

    PS : je n'affirme rien, je me pose des questions et donc je cherche des réponses.

     

    PS2 : j'avais eu un début de conversation sur ce sujet avec Christophe38 mais je n'avais pas tous ces éléments. Nous avions fait une simulation sur Vplanner qui allait plutôt dans le sens de l'utilisation de oxy pur.

     

    Bonne lecture.

     

    Concernant l'effet vasoconstricteur de l'oxygène c'est un effet qui se met en place très rapidement et qui dure le temps de l'inhalation d'oxygène (au moins pour des durées de décompression qui intéressent les plongeurs). Il conduit entre-autres à une augmentation de la résistance vasculaire, une diminution de la fréquence cardiaque et une diminution du débit systolique.

    Tu ne trouveras certainement pas une étude établissant une relation entre diamètre des vaisseaux et teneur en oxygène car bien que l'effet de l'oxygène soit systémique, tu as une grande différence d'effet suivant le type et l'emplacement (artères, veines, poumons, aorte, cerveau...) des vaisseaux sanguins.

    Sur ce schéma tiré de https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23554440 tu as quelques effets délétères de l'hyperoxie.

     

    La vasodilatation induite par la reprise d'air n'est pas assez forte pour induire une perte de connaissance et malgré ses effets vasoconstricteurs, l'inhalation d'oxygène reste un des moyens les plus sur et efficace pour accélérer l'élimination des gaz inertes.

    Sur mes plongées habituelles à l'air avec des temps de palier maxi de 30min, j’utilise plutôt du 75-80% pour me donner bonne conscience par rapport à cet effet mais c'est un choix tout à fait personnel et arbitraire.

    O2.jpg.d3c950ac21756f3d8c3be7c504467b79.jpg

    Link to comment
    Share on other sites

    NON, on passe à 0.7 pour pas que la machine injecte du gaz sans qu'on le veuille. Si on reste à 1.3 on est tout le palier à 6M à la frontière de l'injection et c'est très inconfortable et gaspilleur d'O2 (faut souffler par le nez pour maintenir la flotta et pas se faire embarquer vers la surface). En mettant 0.7 on est tranquille, on fait seulement une vidange du gaz par le nez quand la PPO2 passe sous les 1.1 et on remet à la main de l'O2 pour remonter à 1.3 (ceux qui font plus de 1.3 à 6M sans rincer toutes les minutes sont des menteurs).

    ou surlestés comme des portes-avions :biere:

     

    En plus en CCR comme t'es en PpO2 constante, tu "gommes" déjà beaucoup de palier lors de la remontée, même si tu passes en SP 0,7 à 10m, le phénomène est très net.

     

    Personnellement je finis mes paliers à 4 ou 5m, je "m’alourdis" volontairement sous mon parachute et j'injecte manuellement jusqu'à 1,1 ou un peu plus.

    Link to comment
    Share on other sites

    ou surlestés comme des portes-avions

     

    Ha non, aucun rapport...C'est seulement lié à la PPH2O qui elle-mème dépend de la température (l'eau bout à 100°C au niveau de la mer et à une température inférieure en altitude, pour l'angle droit c'est un peu moins :D).

    En gros pour 37°C à 6M de profondeur, ça vaut les 0.3 qui manquent pour faire 1.6.

    Donc au premier gros rinçage ça monte à 1.6 mais dès qu'on respire ça redescend.

    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share

    ×
    ×
    • Create New...