Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Fermeture d'un centre aux glenan (3 incidents en 5 jours)


dwooppy
 Share

    Recommended Posts

    Un reglement de comptes... Donc on a pris 3 glands, on les a formé jusqu'à ce qu'ils soient moniteurs ou presque, on les infiltre dans la structure qu'on aime pas, et on les envoie au casse-pipe. C'est une idée interessante, mais facilement démontrable, suffit de lire les compte-rendus du centre hyperbare.

     

    Absurde!!!!....comme la plupart de vos "baratins" d'ailleurs....

    je parle de la decision de fermeture administrative qui ne peut qu'amener à la fin de cette structure car elle survient en plein boum d'ete

    Quelqu'un peut il me dire comment placer ce gugusse dans la boite à plonk merci!!

    Link to comment
    Share on other sites

    • Replies 155
    • Created
    • Last Reply

    Top Posters In This Topic

    Bcp de gens ne savent rien des situations qui ont conduit à cette décision, mais disent tout et surtout n'import quoi !

     

    1/ Savez-vous qu'elles sont les situations qui peuvent conduire à un déclenchement des secours :

     

    - add, oui,

    - barotraumatisme, oui,

    - malaise, oui

    - accident traumatique, encore oui

    etc.

     

    Dans le cas présent, rien ne nous dit ce qui c'est réellement passé pour les 3 accidents en 5 jours.

     

    Donc à priori toute situation anormale au cours ou au décours (après la plongée) doit amener à déclencher une procédure de secours.

     

    Au besoin, le médecin régulateur qui traitera l'appel avec ou sans l'avis du CROSS, orientera la présumée victime vers un centre de soins adapté.

    Dans certains cas, ce sera vers un centre hyperbare (caisson) pour évaluation, voir re-compression.

     

    Même dans ce dernier cas s'agit-il forcément d'un ADD et ben non pas forcément. Seuls les médecins pourront éventuellement en avoir une idée.

     

    2/ Est-ce que le statut juridique du club à un impact sur une telle décision ? Bien évidemment que non.

    Aucun texte en France, impose un statut juridique particulier. Pour information, les associations de loi 1901, sans but lucratif, sont le plus grand employeur de France.

    Selon leur activité, elles paient des salaires, des charges, des impôts, etc.

    Dans le cas de la plongée, elles sont astreintes au mêmes règles du Code du Sport que les SCA (notamment en ce qui concerne l'encadrement et la sécurité).

     

    Merci aux inspecteurs Colombo du week-end de retourner plonger. Et d'arrêter de décréter des choses dont elles n'ont aucune certitude.

     

    Est que le Préfet à bien fait ? Au minimum, il a dégager des moyens de secours pour les autres urgences locales au services des citoyens ou des touristes.

    Pour les 3 accidents, au moins 2 hélicos différents ont dû intervenir SC et MN. Sans compter les pompiers ou personnels hospitaliers.

     

    Pour le reste, laissons au club, aux différents services administratifs et judiciaires le temps de s'accorder et de trouver les solutions qui permettrons à l'avenir à leurs clients de plonger sereinement.

    • J'aime 2
    Link to comment
    Share on other sites

    Dans ce cas je pense qu'il faut arrêter de s'exciter à chaque publication d'articles de journaux locaux / nationales faite par des journalistes plus que moyen et qui n'ont aucune expérience en plongée de près ou de loin... A partir de là déjà on évite des embrouilles et surtout se que tu dis à savoir :

     

    'Bcp de gens ne savent rien des situations qui ont conduit à cette décision, mais disent tout et surtout n'import quoi !"

    car en même temps c'est vrai -- les seuls personnes à même de donner des infos sont ceux qui sont sur le terrain - plongeur - et qui ont fréquenté le club / centre en question le jour même.

     

    Point barre.

    End of story.

    • J'aime 1
    Link to comment
    Share on other sites

    l employeur qui manque à ses obligations en matiére d hygiene et securité au travail fait logiquement l objet d une mesure administrative destinee à protéger les salariés. nous sommes visiblement dans ce cas. Cet épisode démontre toute la pertinence et la légitimité de l action du SmPS-CGT pour la défense de conditions de travail décentes des salariés de la plongée loisir.Les salariés et salariées de cette association sont les bienvenus dans le Syndicat si ils le souhaitent.

    Link to comment
    Share on other sites

    A ce stade, les mesures de protection des salariés priment sur tout le reste, y compris sur votre plaisir personnel de plonger. Et oui, le role d un syndicat est de défendre les salariés, et le syndicat tient ses promesses. Au plaisir.

    Link to comment
    Share on other sites

    Ben si tu peux avoir des promotions /campagnes sur des packs d'eau de 5L en masse + une literie complète avec oreiller à plume d'oie pas mal pour bien dormir et revenir au boulot très bien reposer c'est exactement ça. [/joke off]

     

    Déshydratation + Fatigue.

    Link to comment
    Share on other sites

     

    Le citoyen que je suis ne peux que désapprouver cette fermeture car il n'y a aucune faute et sans doute pas de réel ADD. L'un des plongeurs a mème été mis au caisson pour des "fourmillements" 12H àprès sa sortie de l'eau. J'ai eu le mème cas, j'étais sous l'eau quand c'est arrivé procédure tout à fait normale et les pompiers ont directement envoyé le plongeur au caisson pour s'apercevoir qu'il avait acheté des chaussons trop petits qui le serrait mais une fois au caisson ça compte comme un accident de plongée.

    Et en tant que contribuable je désapprouve aussi car le recours suspensif (très bien expliqué sur le site de la commission juridique de la 2F au demeurant) ne va porter ses fruits au mieux que dans 2 semaines. Le préjudice étant évident l'état a toutes les chances d'ètre condamné et ça sera pas retenu sur la paye du préfet mais pris sur nos impots sans compter le temps passé par la justice. Ca ressemble à un règlement de compte cette histoire et si on veut attaquer le centre des Glénan autant le faire là où ya matière, son statut associatif abusif.

     

    Gaffe pour les « trop bien membrés » qui utilisent des préservatifs trop petits ... et qui serrent ... le risque de fourmillements est très grand.

    C’est comme cela que l’on se retrouve au caisson avec une suspicion d’ADD dans les corps caverneux, une foultitude d’examens de l’endroit incriminé, une recompression d’urgence avec les tables qui vont bien, etc.

    Tout cela, ça coûte au contribuable que je suis et je ne peux y être favorable.

    Pas de préservatif lors d’un séjour de plongée, ... ou alors faut viser large.

     

    Pascal 44, je trouve que ta dénonciation du statut associatif abusif du CIP, dans un sujet qui n’a rien à voir, est déplacée, à moins que tu ne relies les accidents des moniteurs à cette situation.

    Avec cette remarque, tu fais ce que tu dénonces, tu règles publiquement des comptes.

     

    • J'aime 2
    Link to comment
    Share on other sites

    Evoquer par le directeur un malentendu en disant qu'il pensait que le recours suspensif avait été accepté, c'est quand même un peu léger; en plus, il me semble que le président du CIP est avocat; ça manque de communication...

     

    Au début, le directeur avait dit que les procédures étaient respectées; maintenant, c'est dixit le journaliste "Le directeur du CIP ne remet pas en cause l’arrêté, de son point de vue le centre a ses torts, des erreurs ont été commises".

     

     

    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share


    ×
    ×
    • Create New...