Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
capitainenémo

Arrêté du 9 Août 2017 / Conséquences et Propositions

    Messages recommandés

    Bonjour à tous

     

    Ci-jointe copie du mail envoyé ce jour à Mr Bruno BETHUNE, sous-directeur, sous-direction de l’emploi

    et des formations, ministère des sports.

     

     

     

    Mr le sous-directeur

     

    Suite de mon précédent contact avec vous, mon courrier en date du 05/09/17, dont j’espère vous avez pris connaissance,

    concernant l’arrêté du 9 Août 2017, relatif au recyclage des moniteurs d’état plongée.

     

    Les conséquences de cet arrêté vont impacter les entreprises liées au domaine de la plongée sous-marine.

    Notamment en organisant la raréfaction des moniteurs de plongée brevetés d’état disponibles.

     

    Procéder à leur recrutement pour la prochaine saison, un an à l’avance, va devenir une obligation salutaire.

     

    Cet arrêté induit aussi une clause rétroactive pour les « anciens » brevets BEES.

    ( Le courrier du SMPS-CGT qui vous a été envoyé en date du 16/09/17 est sans ambiguïté à ce sujet )

    Tous les moniteurs titulaires d’un BEES n’ont jamais su qu’un jour leur brevet ne serait plus valable, deviendrait inemployable,

    sous réserve d’un stage obligatoire, payant, imposé plusieurs années après.

     

    Ceci sur fond de législation de plus en plus contraignante, voir le dernier épisode surréaliste concernant les

    « EPI » ( ce que cela impose au quotidien pour une entreprise de plongée ) et les contrôles à répétition.

     

    Mais cet arrêté continue son chemin, une première proposition de stage pour recyclage est arrivée.

     

    Le CREPS PACA a donc été le premier ( et le seul ) récemment à « annoncer la couleur » en proposant un dossier

    d’inscription pour un stage de recyclage.

     

    315 euros ( ! ) rien que pour le stage et son « contenu ».

     

    Le dossier d’inscription n’évoque que le module N°1 , « Remise à Niveau Technique » et dont les 2 thèmes proposés sont ;

     

    - Plongée recycleur

    - Plongée scooter sous-marin

     

    Nous voilà recyclés, regardés, savoir comment fonctionne un recycleur change tout, c’est sûr.

    Nous voilà recyclés, faire du scooter sous-marin change tout, c’est sûr.

     

    Détail des 2 autres modules obligatoires, à faire, à consulter sur leur site @ .

     

    Reste à calculer au final « l’ardoise » ( stage + déplacement + hébergement + nourriture + autres frais…) de ce recyclage

    imposé, rendu obligatoire pour le renouvellement de la carte professionnelle.

    Surtout pour ceux qui auront la « mauvaise fortune » d’habiter loin de Antibes ( c’est-à-dire pratiquement tout le monde ) ou

    de vivre dans des régions périphériques, les simulations de coût induisent alors une facture autour de 800 euros.

     

    Pour, n’oublions pas, des salariés saisonniers ( 2 à 4 mois de travail par an ) et souvent payés au smic .

    Et dans le cadre d’une profession dont le « turnover », le taux de survie professionnelle est dit-on de 3 ans en moyenne.

     

    Du côté de votre ministère c’est « silence radio », aucun aménagement pratique, dispositif financier ou autre nouveau prévu,

    concernant ce recyclage.

    C’est démerdez-vous et payez.

    Ce sera donc de notre poche ou de nouveau la course au financement pendant plusieurs mois.

     

    NB : A propos de course au financement, ce dossier d’inscription est apparu sur le web vers la mi-Septembre,

    sa date de clôture a été fixée au 15 Novembre et début du stage le 5 Décembre, cherchez l’erreur…

     

    En tant que travailleur saisonnier, comment puis-je planifier à l’avance un recyclage et son financement, prétendre avoir

    accès à tous les modes de financement, sans même savoir si je vais être recruté pour la prochaine saison, ni par qui ?

    Pour la majorité, ce sera l’obligation d’en assumer seul le coût financier.

     

    En attendant les propositions éventuelles des 3 autres centres potentiels ( Montpellier, Hendaye et Trebeurden ), qui ne sont

    pas non plus « la porte à côté ».

     

    Un arrêté qui par ailleurs va créer, institutionnaliser un véritable « goulet d’étranglement » quant à l’évolution de la population

    totale des moniteurs, leur nombre, leur souhait de continuer à travailler dans ce domaine, ou non.

     

    Combien de moniteurs brevetés d’état, ou qui pourraient encore travailler à ce jour, au total, vont accepter une telle contrainte,

    un tel coût financier quand les dates butoirs arriveront ?

     

    Ce potentiel, ce réservoir qui est à ce jour encore de plusieurs centaines de moniteurs brevetés d’état va de fait se vider, leur

    brevet devenant un jour techniquement obsolète, inemployable.

    La combinaison de l’ancienneté du brevet, l’âge et de cet arrêté va être implacable.

     

    C’est la chute libre programmée pour cette population, dans sa globalité.

    Dans le futur trouver des moniteurs « plus expérimentés », risque de devenir difficile, mais c’est sûr, ceux-là auront encore

    la foi et les entrepreneurs devront la garder.

     

    L’idée d’un recyclage des moniteurs brevetés d’état n’est pas à rejeter, mais dans son mode d’application

    actuel ( pratique et financier ) il est calamiteux et démontre une méconnaissance de cette profession.

     

    - Il faut un réel dispositif financier pour minimiser le coût dissuasif de ce stage, applicable à tous

    - Il faut tenir compte de notre spécificité en tant que travailleur saisonnier

    - Il faut multiplier les centres de recyclage, au moins 1 par région

    - Il faut donner un vrai contenu, du sens à ce recyclage

     

    En espérant que vous saurez écouter les réactions et propositions des différents acteurs de cette filière, nombre d’entre eux se

    sont déjà manifestés auprès de vous à propos de cet arrêté, sportivement.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Perso j'aime bien le ton qui est dans la digne continuité du premier. C'est direct et reflète bien le ras le bol d'une profession à l'agonie avec un ministère qui semble plus obsédé à règlementer, comme à son habitude, qu'à réellement chercher à comprendre les réels besoin de cette profession. On tire et on discutera plus tard... Si un jour l'envie nous en prenait !

    Bien sûr, et tj comme son prédécesseur, il est fort probable que le M. le sous-directeur ne soit pas très enclin à répondre à ce type de courrier. Allez comprendre pourquoi Charles :D:D:D ?

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Perso j'aime bien le ton qui est dans la digne continuité du premier. (...)

    Toutafé ; même les contenus ridicules du recyclage, style "Le beau mono doit soigner son physique et apprendre à utiliser la protection solaire" , ont étés omis !

    Sombrer, mais dans la dignité que diable !

    La situation aurait été autre, j'en aurais bien ri !

    Non pas du contenu courageux et combatif des mails du syndicat et de Capitainenémo, mais du ridicule de la situation et des technocrates qui font tout pour couler la profession !

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    je suis effaré par le contenu de ce module N°1. Parler de "recyclage" à propos de 2 pratiques marginales (et non enseignées en formation initiale, je me trompe ?) est déjà un sacré abus de langage.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    je suis effaré par le contenu de ce module N°1. Parler de "recyclage" à propos de 2 pratiques marginales (et non enseignées en formation initiale, je me trompe ?) est déjà un sacré abus de langage.

     

    C'est malheureusement risible et donne une idée du niveau de ceux qui imposent ce genre de truc (genre autoalimentation du Creps pour justifier son existence).

    On peut penser que s'il y avait un besoin de scooter les pros seraient dejé formés.

    Un point de détail (qui n'est pas sans importance), ce n'est pas le diplome qui sera remis en cause (BEES tu le restes), mais c'est l'obtention de la carte de travail qui est remise en cause par la non mise à jour des connaissances.

    En clair; pas recyclé = tu bosses plus (mais tu peux toujours faire le E3 dans une asso).

    C'est quand même bien ficelé non !!!!

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Déjà que le Creps n'a pas que des amis dans les clubs de la région (dumping), là.....

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Puis, à la suite de ce premier courrier, un deuxième a été envoyé, précisant l'analyse de la CGT sur les thèmes "Recycleur" et "Apnée" du stage de recyclage.

    contenu recyclage_ INRS.pdf

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    je suis effaré par le contenu de ce module N°1. Parler de "recyclage" à propos de 2 pratiques marginales (et non enseignées en formation initiale, je me trompe ?) est déjà un sacré abus de langage.

     

    Le principe d'inscription de thèmes d'actualité dans un programme de recyclage n'est pas gênant. Ce qui est anormal et non conforme, c'est de programmer la mise en oeuvre de moyens de production non évalués dans le cadre d'une évaluation des risques.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...