Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
shapeshifter

BSAC Incident Reports 2017

    Messages recommandés

    41% des accidents de déco alors que la procedure de déco etait respectée...c'est pas super rassurant quand même.

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Ce n'est pas étonnant, chaque fois que dans mon entourage ça a "cartonné" les paliers avaient été respecté. Par contre des facteurs on en trouve plein après coup : déshydratation, enchainement successive consécutive etc, yoyo , shunt cardiaque. Il faut arrêter de voir la déco comme une science exacte que l'on maitrise parfaitement. Je sais que le beau discours sur les tissus (les os, le gras ,... ) vous rassure mais ça reste un modèle mathématique qui colle vaguement à la réalité. Suffisamment, pour permettre à la grande majorité de plonger en sécurité, mais il a ses limites, notamment la profondeur et les successives.

    Il y a plein d'autres chiffres intéressant dans ce rapport, notamment sur les remontés trop rapide.

    Ce rapport c'est un beau boulot (merci Matt, pardon shapeshifter, rendons à Cesar ce qui est à Jules)

    • Like 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Ce n'est pas étonnant, chaque fois que dans mon entourage ça a "cartonné" les paliers avaient été respecté. Par contre des facteurs on en trouve plein après coup : déshydratation, enchainement successive consécutive etc, yoyo , shunt cardiaque. Il faut arrêter de voir la déco comme une science exacte que l'on maitrise parfaitement. Je sais que le beau discours sur les tissus (les os, le gras ,... ) vous rassure mais ça reste un modèle mathématique qui colle vaguement à la réalité.

    Il y a plein d'autres chiffres intéressant dans ce rapport, notamment sur les remontés trop rapide.

     

     

    Je pense aussi qu'il faut beaucoup s'intéresser à "ces facteurs après coup".

     

    On voit parfois des plongeurs faire leurs paliers obligatoires, leurs paliers de sécurité et ajouter encore une couche de sécurité; le mieux est parfois l'ennemi du bien et peut être contre-productif selon les conditions.

     

    On peut aussi ajouter la soirée bien arrosée la veille, le manque de sommeil et/ou fatigue après un paquet de bornes pour plonger le lendemain, la santé, la physiologie des individus qui n'est pas uniforme,

     

    Ces facteurs sont abordés lors des formations mais semblent être pour certains oubliés dans la pratique; peut-être faudrait-il insister et appuyer encore plus.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bonjour,

    Je viens aussi de lire le rapport, comme tout les ans, il est mentionné d’ailleurs que ce rapport annuel existe depuis plus de 50 ans.

     

    Ce que je trouve nouveau c’est la proportion très importante d’incidents et surtout de décès (5 sur 11) dont la cause est attribuée par BSAC au moins en partie à un œdème pulmonaire d’immersion.

     

    Ils prennent d’ailleurs le temps d’expliquer les symptômes et la conduite à tenir.

     

    Je cite le rapport pour que l'information circule (BSAC fait ce rapport pour qu’on le partage avec le plus grand nombre), je n’ai pas traduit le texte, si vous ne comprenez pas google traduira très bien pour vous:

     

    « « Immersion Pulmonary Oedema (IPO) », We have previously highlighted in this report the growing belief that instances of IPO in divers may not be as rare as previously considered (see 2016 report). In this year’s reported incidents there are 2 cases from overseas where a diver was recovered from the water and survived thanks to the actions of other divers. In both instances the diver was confirmed to have suffered from IPO. Additionally, we have identified a further 13 incidents where IPO is suspected of being a factor. We aim to review these incidents further with the assistance of an expert to try and confirm or discount these cases. Of these 13 additional incidents, 12 were in the UK and 5 were fatalities. There is the potential that future coroner’s inquests may also provide further confirmation. »

     

    Ils attendent que les autopsies apportent des éléments dans ce sens. Cela sera probablement discuté l'année prochaine dans le rapport.

     

    L’expert cité dans le rapport pense que l’OPI est bien plus fréquente que ce que l’on pensait et que c’est un accident aussi très fréquent chez les triathlètes ! Les causes principales de l’IPO sont détaillées, comme nous le savons, les personnes à risque sont plutôt âgées et le risque augmente en eau froide, avec la fatigue due aux exercices physiques en immersion (le cas typique de la plongée en Angleterre). La nouveauté pour moi est que l’expert qu’il cite pense que l’hydratation excessive avant la plongée favorise l’IPO, l’inverse de ce que l’on préconise pour éviter la déhydratation, attendons de voir si d'autres sont d'accord avec ça.

    «

    At the 2017 BSAC Diving Conference, Dr Peter Wilmshurst stated that IPO is probably the most common cause of death during sub-aqua diving and triathlons; he pointed out that two thirds of triathlete fatalities occur during the swim phase of the event. He said that the precise numbers are not known because it can be easily mistaken for drowning. Dr Wilmshurst said that IPO can affect the super-fit, but that high blood pressure, undiagnosed heart disease and the normal effects of ageing are exacerbating factors. Cold water and exertion increase the

    likelihood of an IPO occurring and he also stated that divers should avoid excessive hydration before a dive. This runs counter to prior advice to be well hydrated before a dive to reduce the potential for DCI, which he said was unproven and probably of limited effect »

     

    Voilà selon BSAC les symptomes de l’OPI :

     

    In light of this developing body of information we believe it is increasingly important for divers to be aware of factors that could indicate IPO which include:-

     Divers with breathing difficulties when not exercising particularly strenuously. Breathing difficulties may be indicated by rapid, uneven or heavy breathing, or coughing uncontrollably.

     Confusion, swimming in the wrong or random directions.

     Inability to carry out normal functions, whilst appearing to have to concentrate on breathing.

     Belief that a regulator is not working properly.

     Indication of ‘out of gas’ when their regulator(s) are found to be working correctly and with adequate gas supplies.

     Divers refusing or rejecting an alternate source when ‘out of gas’.

     Indication of difficulty of breathing when on the surface.

     

    Examples of one or more of these can be found in the reports of diving incidents which follow.

     

    Dans le cas ou vous ou votre Buddy à ces symptomes, la recommendation est d’arreter la plongée, de sortir de l’eau et se mettre sous oxy.

     

    Une fois de plus les Anglais nous montrent la bonne méthode, faire un rapport d’accident en tirer des leçons et communiquer la marche à suivre en cas d’incident.

    J’aime rappeler ici et ailleurs (dans mon club) qu’à la suite de la démocratisation de la stab, du manometre et de l’octopus dans les clubs BSAC au début des années 90, il avait été décidé d’interdire la RSA, exercice inutile et accidentogène… D'ailleurs, quand j'ai commencé la plongée en 94, dés le premier jour j'ai plongé avec une stab, un manometre, un octopus et un ordinateur (petit gris).

    Il était probablement plus simple pour BSAC, qui fait un rapport tout les ans avec tout les accidents de voir l’incidence des exercices tel que la RSA sur les statistiques d’accident par rapport au nombre de fois ou cela avait sauvé quelqu’un. Si on avait accès nous Français à un rapport complet et objectif tout les ans cela aiderait aussi à se faire une opinion.

     

    Renaud (BSAC OW Instructor, E3)

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bonjour,

     

    Merci pour le partage.

    Pour ma gouverne: qu'est-ce qu'un oedeme pulmonaire d'immersion ?

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Je laisserai les médecins répondre mieux que moi, mais en substance c'est quand tes poumons se remplissent de liquide (concrètement une partie du sang traverse les alvéoles pour aller dans les poumons). C'est du a une augmentation de la pression sanguine au niveau des alvéoles.

    Ca existe aussi à la surface essentielle pour les insuffisants cardiaques et les hypertendus, mais c'est favorisé dans l'eau pour plusieurs raison, la principale étant la montée de la pression sanguine au niveau des organe centraux (immersion + froid) et donc des poumons.

     

    C'est un accident dont on admet fréquemment qu'il a longtemps été sous estimé (et peut être encore) dans les accidents de plongées.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Un lien sur les oedèmes pulmonaires d'immersion; ça date de 2006

     

    http://aresub.pagesperso-orange.fr/medecinesubaquatique/medecineplongee/accid/oapimm.htm

     

    Et beaucoup plus récent : docteur Anne Henckes, médecin hyperbare CHRU La Cavale Blanche BREST :

     

    http://www.pberth.fr/wp-content/uploads/OPI-clinique-Henknes.pdf

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Mon anglais ne me permet pas de comprendre tout mais lire un graphe, j'y arrive.

    En page 2, Divers qualification, je comprends que les 3/4 des accidents ont été subis par des plongeurs confirmés.

    Sport divers, Leader divers, advenced

    est ce que je me trompe ou pourrait on conclure que savoir ou penser savoir est dangereux en soi.

    Je suis surpris par la part "Leader Divers" que j'assimile à des GP.

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Oui, mais à mon avis pas seulement.

     

    Quand on débute on est aussi beaucoup plus vigilant et attentif, et on prend moins de risques.

    Avec l'expérience, on est plus sujets à être un peu tête en l'air (exemple beaucoup moins grave mais assez révélateur: la dernière fois j'ai sauté à l'eau sans mon masque... quand j'étais N1 ça me serait jamais arrivé car je checkais tout 40 fois).

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Notons qu'en juin 2010 (7 ans déjà), le Dr Coulanges dans sa conférence annuelle signalait que sur la zone méditérranée 45% des accidents sont des ADD 13% de barotraumatismes), et que dans ces ADD 70>% se produisait SANS erreur de procédure.

    Il signalait au passage le "nouvel" accident "Oedeme pulmonaire"avec dans les causes un "pompage" plus important du coeur à cause du froid, du stress etc..

    Concernant les accidents ADD sans violation des procédures, qui étaient appelés "immérités" il y a quelques années; il suffit de souvenir des facteurs de risques qui biaisent les procédures, et surtout qu'ils ne sont pas pris en compte par les ordinateurs (age, surpoids, froid, fatique, ..., ...).

    Que les anglais aient les mêmes constatations que nous (ou l'inverse) c'est un peu normal.

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Bonjour,

    ...

    L’expert cité dans le rapport pense que l’OPI est bien plus fréquente que ce que l’on pensait et que c’est un accident aussi très fréquent chez les triathlètes ! Les causes principales de l’IPO sont détaillées, comme nous le savons, les personnes à risque sont plutôt âgées et le risque augmente en eau froide, avec la fatigue due aux exercices physiques en immersion (le cas typique de la plongée en Angleterre). La nouveauté pour moi est que l’expert qu’il cite pense que l’hydratation excessive avant la plongée favorise l’IPO, l’inverse de ce que l’on préconise pour éviter la déhydratation, attendons de voir si d'autres sont d'accord avec ça.

    «

    At the 2017 BSAC Diving Conference, Dr Peter Wilmshurst stated that IPO is probably the most common cause of death during sub-aqua diving and triathlons; he pointed out that two thirds of triathlete fatalities occur during the swim phase of the event. He said that the precise numbers are not known because it can be easily mistaken for drowning. Dr Wilmshurst said that IPO can affect the super-fit, but that high blood pressure, undiagnosed heart disease and the normal effects of ageing are exacerbating factors. Cold water and exertion increase the

    likelihood of an IPO occurring and he also stated that divers should avoid excessive hydration before a dive. This runs counter to prior advice to be well hydrated before a dive to reduce the potential for DCI, which he said was unproven and probably of limited effect »

     

    j'avais organisé il y a 2 ans une conférence sur le vieillissement et la plongée en général et sur l'OPI en particulier.

    l'intervenant, médecin anesthésiste et hyperbare avait insisté sur la nécessité de l'hydratation avant la plongée.

    Mais comme pour tout, il faut savoir rester mesurer.

    Car ce médecin indiquait déjà à l'époque qu'une sur-hydratation avant plongée était un facteur favorisant l'OPI.

    Pour lui, il ne fallait pas s'immerger avec une impression de bouche sèche ou sans salive (que l'on constate parfois quand on crache dans le masque).

    Mais qu'à contrario, il ne fallait pas boire un litre d'eau avant de s'immerger.

     

    De la même manière, il indiquait qu'après la plongée, il ne servait à rien de boire un litre d'eau une fois le pied posé sur le bateau, car cette quantité ne permet pas de rééquilibrer le bilan hydrique : il faut du temps pour cela, le surplus d'eau est éliminé directement. C'est la raison pour laquelle on peut avoir des urines claires après la plongée mais être déshydraté quand même..

    De fait il indiquait qu'il valait mieux boire un verre d'eau de manière régulière jusqu'à 6h après la sortie de l'eau.

     

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Notons qu'en juin 2010 (7 ans déjà), le Dr Coulanges dans sa conférence annuelle signalait que sur la zone méditérranée 45% des accidents sont des ADD 13% de barotraumatismes), et que dans ces ADD 70>% se produisait SANS erreur de procédure.

    Il signalait au passage le "nouvel" accident "Oedeme pulmonaire"avec dans les causes un "pompage" plus important du coeur à cause du froid, du stress etc..

    Concernant les accidents ADD sans violation des procédures, qui étaient appelés "immérités" il y a quelques années; il suffit de souvenir des facteurs de risques qui biaisent les procédures, et surtout qu'ils ne sont pas pris en compte par les ordinateurs (age, surpoids, froid, fatique, ..., ...).

    Que les anglais aient les mêmes constatations que nous (ou l'inverse) c'est un peu normal.

     

     

    L’intérêt de p.com pour moi c'est justement que l'info pertinente du bilan des accidents BSAC ou ce qu'a dit le Dr Coulange lors d'un séminaire ou vous étiez probablement quelques dizaines arrive jusqu'a tout les plongeurs, personne (ou presque) ne lit la littérature du Dr Coulange, mais on a l'essentiel par p.com et souvent très vite, ce qui permet d'adapter son activité au fur et à mesure. Jeune cinquantenaire je suis passé à l’étanche récemment, j'ai moins froid et de facto je diminue mes chances d'OPI (un peu plus de sport m"éloignerait vraiment de la zone à risque...).

     

    Renaud

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...