Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

attaque de requin Costa Rica, île Cocos


    Messages recommandés

    Et puis quelques soit les précautions, connaissances, dispositions afin de minimiser le risque, parfois cela ne ce passe pas comme dans les livres, ce sont des animaux sauvages et parfois leurs comportements/ réactions ne sont pas ceux attendus... (ne me demandait pourquoi je dis cela).

     

    Donc il est bon (i) de toujours rester vigilant, alerte et agile pour agir/réagir au mieux et (ii) d’avoir un repoussoir (Tige de réserve reconvertie, débondoir spécifique, gros phare avant 2000 un gros Subatech c’était utile et efficace, expérience vécue), pas pour taper, agresser…. juste pour repousser et contenir pour se dégager, gagner quelques minutes et sortir !

     

    Amicalement

     

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Oufffff j'ai dans le pire des cas mon appareil photo a mettre dans la gueule du truc qui a envi de me "gouter".....

     

    Tiens le manche télescopique avec la gopro au bout... peut avoir la même utilité qu'une tige de reserve..... en plus il y aura des gros plans sur les caries du fauve :froglol: (bon encore faut il penser a la mettre en route sinon c'est 8( )

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • 4 weeks later...

    Bonjour,

     

    Est-ce qu'on sait quelle couleur de palmes la plongeuse avait ? Il a été démontré que les requins étaient particulièrement attirés par le blanc et le jaune fluo... Et comme les palmes se déclinent maintenant en blanc, en rose, en jaune, etc... Pour ma part, c'est du noir pour le maximum de mon équipement.

     

    ​​​​​​https://www.youtube.com/watch?v=tG5NX7fC8VM&t=54s

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • 3 weeks later...

    L'Equipe Cousteau a toujours utilisé avec succès un outil dissuasif qu'ils nommaient le "débordeur". Il s'agissait simplement d'un tuyeau d'alu d'environ 70 cm de long, muni d'une solide poignée d'un coté et d'une tête hémisphérique de l'autre, cette dernière était hérissée de petites pointes. Le principe éprouvé était qu'un squale trop inquisitif était repoussé gentiment avec le débordeur. Les petites pointes très courtes servaient qu'à éviter que le débordeur ne glisse pas sur la peau du squale, ce qui empèecherait de réellement pouvoir "pousser".

    Les plongeurs avaient également pour habitude de se mettre dos à dos lors de la remontée lorsque le secteur présentait un risque lié à la présence de requins.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    L'Equipe Cousteau a toujours utilisé avec succès un outil dissuasif qu'ils nommaient le "débordeur". Il s'agissait simplement d'un tuyeau d'alu d'environ 70 cm de long, muni d'une solide poignée d'un coté et d'une tête hémisphérique de l'autre, cette dernière était hérissée de petites pointes.

    Je crois que l'équipe Cousteau avait appelé ça un "débordoire".

     

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • 2 months later...

    "Débordoir", tout à fait. Et en fait je crois que avant Cousteau, cette technique avait été éprouvée par l'autrichien Hans Hass dans les années 30 quand il entaimait l'exploration sous-marine des antilles avec des recycleurs oxy pur assez rudimentaires. (Lui se servait simplement de long batôn de bois)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant
    ×
    ×
    • Créer...