Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
Monaco

Problème remontées assistance..

    Messages recommandés

    Bonjour. C'est la galère.

    Je passe le n2 et j'ai de gros problemes pour gérer efficacement une remontée en assistance au gilet..

    En général je vais trop vite et m'en rendant compte, panique et je dégonfle trop ... et du coup ça redescend ;)

    Comment gérer ça efficacement ?

    Je prends tous les bons conseils !

    Merci !!

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Salut

     

    Un bon conseil pour commencer bien ajuster ton lestage. Si tu es trop lesté et bien si tu dégonfles... direction le fond ilico presto ;)

    2) avant de dégonfler la stab vide tes poumons au max cela ralenti la montée

    3) vide doucement ton et le gilet de l'assisté, pas de panique

    4) lorsque tu vides si tu vois que tu ralentis trop gonfle tes poumons au "max" (aucun risque de surpression ;) ok parce que tu ne monte plus ou très peu ;)

    5) utilise tes poumons, ils sont une variable d'ajustement très efficaces

     

    Après il faut s'entrainer afin de re-sentir les choses.. certain y arrive très vite d'autre il leur faut beaucoup plus de temps.

     

    Mais ne désespère pas tu vas y arriver...

     

    La RA n'est rien de compliqué une fois que tu auras capté le truc, tu les feras "les doigts dans le nez" ...

     

    Tiens nous au courant sur l'évolution..

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci beaucoup.

    Faut il aussi injecter beaucoup d air dans le gilet de l assisté au depart ? On me dit qu il faut qu il se leve en douceur..

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Non si tu fais la manoeuvre suivante tu n'es même pas obligé d'en injecter.

    Tu t'approches en prenant de la vitesse, du gars a assister... pas trop quand même ;) et tu fais une courbe (legerment vers le bas et tu remontes vers lui) en donnant 2 /3 coups de palmes tu le fais "décoller" a partir de la... l'air de ta et sa stab va commencer a ce dilater et la montée sera enclenchée... doucement il suffit donc de purger un tout petit peu lorsque cela accélère histoire de ralentir...

    Dans le "pire" des cas tu donnes un tout petit coups de gonflage au début ... mais pas grand chose ok...

     

    Si cela accelere de trop malgré les poumons vides pense a écarter les palmes histoire de freiner ;) ca marche très bien.

    • Like 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    je ne suis pas d'accord.

     

    Deja si l'assisté n'est pas bien équilibré (en négatif), il faut commencer par mettre un peu d'air afin d'éviter de descendre lors de la prise en charge, le temps de checker le mec, le mano et de décider de remonter.

     

    Et pour le départ il faut prendre une vitesse, passer de 0 à 15 m/min. Donc soit tu palme comme un con et tu consomme, soit tu gonfle son gilet.

    Une fois une vitesse prise il suffit de la contrôler au fur et a mesure de la remonté, pour cela il faut purger et utiliser le poumon ballast.

    • Like 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Merci beaucoup.

    Faut il aussi injecter beaucoup d air dans le gilet de l assisté au depart ? On me dit qu il faut qu il se leve en douceur..

     

    Soit toi même parfaitement équilibré puis équilibre l'assisté et enfin décolle ; Un bon coup de palme doit suffire. Le démarrage c'est la clef de la réussite. Pour la suite c'est de la gestion. Jusqu'à 10m il n'y a pratiquement rien à faire ensuite il faut gérer avec les deux gilets pour ne pas déséquilibrer l'ensemble.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Dans le "pire" des cas tu donnes un tout petit coups de gonflage au début ... mais pas grand chose ok...

     

     

    Mouais. Ca dépend quand même de la profondeur. De mémoire à 40, il faut un peu plus qu'un petit pshitt.

     

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bonjour

     

    C'est une remontée tous moyens donc tu as droit aux palmes, poumon- ballast et gilets.

     

    De préférence dans cet ordre :

    Max 2 coups de palmes,

    Poumon-ballast (étant stabilisé) entre les 2 coups de palmes et une grande inspiration, cela devrait décoller.

    Éventuellement, un coup de gaz sur le gilet de l'assisté uniquement. Quand tu utilise sont inflateur, c'est 1 pression en comptant (1,2,3) et tu relâches.

    Surtout pas plusieurs giclées d'affilé, car là tu ne mesure pas l'effet retard du gonflage.

     

    Si cela part trop vite, comme tu es poumon plein, il te suffit de corriger en soufflant.

    Regarde bien le fond partir ou les suspensions dans l'eau.

    Les suspensions à leur état naturel restent fixes dans la colonne d'eau. Elles ne se déplacent pas verticalement (du bas vers le haut).

    Ne te fie pas à ton ordinateur. Il indique toujours une vitesse de remontée écoulée de 1 à plusieurs secondes. Donc s'il te mets 10, en instantané, tu es déjà à quasiment 15 m/sec.

    Lors de la remontée, pensent à purger les 2 gilets en gardant une légère tension entre l'assité (qui est le moteur) et toi qui le dirige, mais c'est toi qui suit.

    Imagine que si tu devais le relâcher (ce qu'il ne faut pas faire), il devrait naturellement remonter sans autre aide extérieur.

     

    Bon courage à toi.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

     

    Mouais. Ca dépend quand même de la profondeur. De mémoire à 40, il faut un peu plus qu'un petit pshitt.

     

     

     

    pour le coup c'est un N2 donc à 20m

    Dans tout les cas même s'il gonfle trop, des que la vitesse de croisière est atteinte il suffit de purger

     

    s'il ne gonfle pas assez, il ne montera pas. et 3 coups de palmes pour deux personnes ne suffisent pas.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Si toi et l'assisté vous êtes a l'équilibre même a 40 m ;) (ce qui est normalement le cas en balade a profondeur constante ) il suffit d'un rien pour monter de 2 ou 3 m, a ce moment la flottabilité sera passé en positif et tout doucement l'ascension va commencer. C'est facile a ce moment de checker l'assister, et de gérer avec son propre poumon ballast... c'est la technique qu'on m'a enseigné pour mon N4. Et elle a tout changé par rapport a celle qu'on m'a expliqué pour mon N3. La c'était du "brutal" tu donnes bon coup d'air et après tu gères la remontée...le problème c'est qu'en gonflant tu brises l'équilibre... et tu pars en fleche vers le haut donc tu dégonfle un max etc etc... pas cool c'est exactement le cas de l'initiateur du fil.

     

    @whodive : oui evidement si l'assisté plombe parce que en négatif, il faut donner ou petit coup d'air (enfin ce qu'il faut pour stopper la descente, cela dépendra de la profondeur, du débit du direct systeme..)

     

    • Like 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    si je suis sur-lesté, pas équilibré, et qu'en plus j'expire au moment ou tu palmes, jamais tu me remonte.

    A part un essoufflement et/ou une crampe t'y gagne rien.

    Palmer pour quoi faire ?

     

    y a un gilet, même deux.

    on gonfle une fois et après y a plus qu'a purger.

    Dans tout les cas faudra purger à un moment donné, donc ça ne change rien.

     

    Le but étant quand même de quitter la zone dangereuse qu'est la profondeur (ce qui est plus vrai pour le N3).

    • Thanks 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Ne compliquez pas les choses, c'est dans le cadre d'exercices N2.

    Donc départ 20m stabilisé!

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    ça ne change rien, tu gonfle un chouilla.

     

    dans la vraie vie le mec sera pas forcement niquel. donc tu gonfle, tu fais un poumon pleins en même temps qu'il inspire et t'es sur que ça part.

     

    on s'en fout que tu monte rapide sur 5m, si le reste est bien géré c'est ce qu'il faut.

    Le but est de remonté, pas de compter les moutons au fond.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bonsoir,

     

    @Monaco: comme les membres précédents, je me permets quelques conseils.

     

    D'abord, tu es en exercice, c'est à dire en apprentissage. Tu es là pour t'entraîner et apprendre de nouvelles techniques et de nouveaux gestes.

    N'hésite pas à demander à ton moniteur de pouvoir prendre ton temps pendant ton entraînement. Si, dès que celui-ci te fait un signe, tu te précipites en lui sautant dessus (est-ce le cas ?), tu vas forcément arriver sur lui en ayant une ventilation inadaptée, qui va te pénaliser pour la suite ainsi qu'un "mental" préoccupé et qui n'est plus réceptif aux sensations nécessaires à une bonne maîtrise de sa flottabilité.

    Donc: cool ! (et pas coule :-) )

    Pose-toi la question et pose-la à ton moniteur: dans mes conditions de pratique de futur niveau 2 (i.e. autonome à 20m sous la responsabilité d'un DP), quelle situation nécessiterait que je "saute" sur mon binôme ? Est-ce réaliste ?

     

    Autre chose, un petit exemple tiré d'une célèbre école de plongée américaine (je n'ai pas dit qui): en cas de "situation de crise", il est conseillé de faire le "ARRA", un acronyme qui signifie:

    Arrête

    Respire (souffle !)

    Réfléchis

    Agis

     

    Encore un exemple: quand des pompiers interviennent sur un problème, se précipitent-ils ou bien restent-ils froids et concentrés pour pouvoir plus facilement analyser la situation et avoir ainsi un comportement adapté ?

     

    Maintenant, peut-être fais-tu déjà cela.

    Dans ce cas, je rejoins plusieurs commentaires ci-dessus: pour partir correctement, toi et l'assisté devez être stabilisés.

    Toi, c'est forcément le cas, si ça ne l'est pas, il faut reprendre ces bases.

    Pour l'assisté, s'il n'est pas stabilisé (dans quel cas cela pourrait-il arriver ? pourquoi ?), il faut d'abord le stabiliser, ça s'apprend pour faire ça de façon efficace.

    Et ensuite, décollage !

     

    Je suis partisan de le faire au poumon-ballast: ça n'est pas fatiguant, tu contrôles très facilement ce que tu mets dans tes poumons (plus que dans une stab), et en plus, accessoirement, ça va bien avec le fait que tu doives respirer !

    Cela permet également, dans la foulée, d'expirer plus ou moins profondément pour relâcher ce supplément de flottabilité que tu auras pris.

    Tu fais cela tranquillement plusieurs fois, et quand ton expiration ne suffit pas à te ralentir, tu dois dégonfler un ou même deux gilets.

    Et ainsi de suite.

     

    Et pour réaliser cela parfaitement, ben il n'y a pas trente-six mille solutions: il te faut des repères !

    Ils peuvent être visuels (ordi, le milieu, les fameuses "petites bulles"...) ou sensitifs (l'impression de monter, d'être arrêté, d'accélérer...)

    Tout cela se travaille, pas forcément en enchaînant les assistances (au contraire même...)

     

    Une fois que tu auras compris cette prise de repères et l'anticipation qui va avec (quand on remonte, on est en accélération permanente, il faut donc en tenir compte), ça ira beaucoup mieux !

     

    Mes deux (longs) centimes.

     

    Philippe.

    • Thanks 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Beaucoup de conseils ont déja été donnés.

    Stabiliser l'autre, ne pas se précipiter, décoller, ne pas purger trop brutalement ... OK, tout celà est important.

     

    Mais pour faire tout ceci de manière appropriée, il faut surtout capter les bonnes informations : déterminer la flottabilité de ton binôme, savoir si tu montes, percevoir ta vitesse, savoir que c'est trop rapide, prendre conscience de la quantité que tu purges, observer l'effet de la purge sur la vitesse etc. Après tu peux agir en conséquence.

    Tant que tu n'auras pas ces sensations, tes remontées risquent d'être chaotiques.

     

    Demande à ton moniteur de travailler sur ces aspects. Prendre le temps d'analyser ce qui se passe quand tu attrapes ton collègue, quand tu gonfles, quand tu purges. Observer le fond, les particules, les bulles, la surface. Etre à l'écoute de ses oreilles. Oublier son ordinateur. Autant d'aspect que tu dois développer, sans forcément t'acharner à faire des remontées complètes, bien au contraire, comme vient déjà de te le dire @Pp_y.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...