Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
tyvain

Quels sont les dangers d'une remontée rapide (non controlée) à faible profondeur?

    Messages recommandés

    Bonjour,

     

    Je connais quelques personnes qui sont amenés à faire des courtes plongées à faible profondeurs (réparation d'un mouillage, nettoyage de la coque d'un navire etc..). On s'est posé la question sur les risques de telles plongées.

     

    Quels sont les risques si on fait une remontée rapide sur une plongée avec les profils suivants:

     

    1: 10min à 5m

    2: 10min à 3m

    3: 10min à 2m

    4: 10min à 1m

     

     

    Y a-t-il un réel risque d'accident en cas de remontée rapide ?

    Ce sont de faibles profondeurs, mais il est parfois compliqué de rester stable à ces profondeurs.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Ça dépend de ce que tu appelles "remontée rapide". Pour la décompression, je laisse parler les experts mais à ces profondeurs je doute que ça puisse poser un problème...

     

    Par contre, si tu remontes depuis "5m poumons pleins" sans expirer, tu risques d'avoir un peu mal... que ce soit rapiderou non. Il a y a eu pas mal de victimes chez les mouches a ce sujet récemment, je te laisse chercher... Avec "surpression pulmonaire" comme mot-clef tu devrais trouver.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci,

    D'après les infos trouvées ici: https://www.plongeur.com/forums/forum/la-plong%C3%A9e-sous-marine/enseignement-et-p%C3%A9dagogie/2108423-la-surpression-pulmonaire-existe-t-elle-vraiment/page4

     

    "Les alvéoles tolèrent une SP (par rapport au milieu ambiant) évaluée à 0,3 bar, soit 3m de colonne d'eau"

     

    La réponse à ma question serait donc qu'en dessous de 3m il devient dangereux de faire une remontée rapide (sans expulser l'air).

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    La réponse à ma question serait donc qu'en dessous de 3m il devient dangereux de faire une remontée rapide (sans expulser l'air).

     

    Oui c'est plus ou moins cela…

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Merci,

    .....

     

    La réponse à ma question serait donc qu'en dessous de 3m il devient dangereux de faire une remontée rapide (sans expulser l'air).

    Pourquoi ce mélange caractéristique chez beaucoup : confusion entre "remontée rapide" et "surpression pulmonaire"

     

    Oui si je remonte sans expulser l'air des poumons, je serai probablement victime d'un accident barotraumatique (surpression),

    En supposant que j'ai respiré l'air en profondeur avant de remonter. On considère en gros qu'à partir de 3m , les risques sont évidents et augmentent avec la profondeur.

    Cela se produit quelque soit la vitesse de remontée, et quelque soit la durée du séjour en profondeur (ex RSE)

     

    Quant à l'autre on est sur une "remontée avec décompression non standard !!!!!!???)"

    De mémoire on peut rester un temps illimité à moins de 12m sans avoir de paliers à effectuer, ce qui n'exclut pas d'effectuer une remontée à la vitesse de la déco standard (15m par minute) puis 6m/mn (à partir de 6m).

    Normalement avec la saturation atteinte aux chiffres indiqués il ne devrait pas y avoir de problèmes d'accident de deco (sauf a remonter comme une fusée, mais là on sait pas).

    Un point : La marine a connu 7 accidents de déco (sur 250 000 plongées) à partir de profondeur très faible, mais durée longue, d’où petite révision des tables de déco et MN90.(si le gars remonte de 6m même à vitesse standard il va mettre 20 secondes pour arriver en surface ; à peine 2-3 expirations).

     

     

     

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    c'est tout à fait ça, remonter rapidement (soit à plus de 15 ou 6 m/mn comme expliqué ci-dessus) en expirant présente un risque d'ADD (résumé rapide et sans entrer dans les détails), n'en déplaise à typhon, remonter de 5m, en ayant respiré de l'air à 0.5 bar sans expirer, tu es mort ou pas loin... donc en gros, tu peux passer ta journée à nettoyer ta coque mais tu remontes lentement en soufflant bien...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    c'est tout à fait ça, remonter rapidement (soit à plus de 15 ou 6 m/mn comme expliqué ci-dessus) en expirant présente un risque d'ADD (résumé rapide et sans entrer dans les détails), n'en déplaise à typhon, remonter de 5m, en ayant respiré de l'air à 0.5 bar sans expirer, tu es mort ou pas loin... donc en gros, tu peux passer ta journée à nettoyer ta coque mais tu remontes lentement en soufflant bien...

     

    Elle dure 10 minutes ta journée ? :)

     

    Bien sûr que sur des « plongées (très) longues à faible profondeur » il faut faire attention. Là, il demande pour au maximum « 10 minutes à 5m ». Tu crois vraiment que ça compte comme une plongée longue ça ?

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Quels sont les risques si on fait une remontée rapide sur une plongée avec les profils suivants:

    1: 10min à 5m

    2: 10min à 3m

    3: 10min à 2m

    4: 10min à 1m.

    Aucun !

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Au risque d'avoir une nouvelle fois affaire à la Société Protectrice des Mouches, je préciserais deux points, liés aux risques de la remontée non-contrôlée: le blocage de l'expiration et la remontée rapide.

     

     

    "Les alvéoles tolèrent une SP (par rapport au milieu ambiant) évaluée à 0,3 bar, soit 3m de colonne d'eau"

     

    si poumons pleins à 1m de profondeur + remontée surface avec blocage = +10% d’hyper-distension alvéolaire = risque de barotraumatisme pulmonaire.

     

     

     

     

    réparation d'un mouillage, nettoyage de la coque d'un navire etc..

     

    En toute rigueur, en cas de travaux sous-marins, voici la procédure prévue par l'annexe 2 de l’arrêté du 30 octobre 2012 du MT

     

    2.3.8. Remontée rapide

    En cas de remontée trop rapide, et s’il n’y a pas de caisson de recompression sur place, il convient, en moins

    de trois minutes de retourner à la mi-profondeur et effectuer un palier de cinq minutes. La décompression reprend

    en se fondant sur le nouveau temps total de la plongée, incluant la redescente et le palier de cinq minutes à mi-

    profondeur

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    j'ai deja eu un binome qui a fait remontée comme une fusée (bip ordi) depuis 20m , jamais fait son palier de secu (plongée loisir palier falcultatif)

    j'ai fait mon palier de secu j'ai juste un peu overshooté et redescendu

    bon c'etait du 20m, plus profond a mon avis ca craint serieusement

    il est reparti replongé sans consequence 30 min plus tard sur une autre plongée, et c'etait a l'air

    pour info le gars tait en net surpoids et semblait s'essofler facilement

     

    il existe un dieu de la plongée je crois...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    j'ai deja eu un binome qui a fait remontée comme une fusée (bip ordi) depuis 20m , jamais fait son palier de secu (plongée loisir palier falcultatif)

    j'ai fait mon palier de secu j'ai juste un peu overshooté et redescendu

    bon c'etait du 20m, plus profond a mon avis ca craint serieusement

    il est reparti replongé sans consequence 30 min plus tard sur une autre plongée, et c'etait a l'air

    pour info le gars tait en net surpoids et semblait s'essofler facilement

     

    il existe un dieu de la plongée je crois...

     

    Heureusement sinon y aurait plus d'accident:diver::biere:

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Au risque d'avoir une nouvelle fois affaire à la Société Protectrice des Mouches, je préciserais deux points, liés aux risques de la remontée non-contrôlée: le blocage de l'expiration et la remontée rapide.

     

     

     

     

    si poumons pleins à 1m de profondeur + remontée surface avec blocage = +10% d’hyper-distension alvéolaire = risque de barotraumatisme pulmonaire.

     

     

     

     

     

     

    En toute rigueur, en cas de travaux sous-marins, voici la procédure prévue par l'annexe 2 de l’arrêté du 30 octobre 2012 du MT

     

    2.3.8. Remontée rapide

    En cas de remontée trop rapide, et s’il n’y a pas de caisson de recompression sur place, il convient, en moins

    de trois minutes de retourner à la mi-profondeur et effectuer un palier de cinq minutes. La décompression reprend

    en se fondant sur le nouveau temps total de la plongée, incluant la redescente et le palier de cinq minutes à mi-

    profondeur

     

    ça c'est la procédure pour les professionnels qui utilisent les tables MT92

    idem pour les plongeurs militaires ou touristes ceux qui utilisent les tables MN90

     

    en revanche, pour ceux qui utilisent un ordinateur de plongées et qui plongent FFESSM, ils doivent se référer au manuel de l'ordinateur

    et que disent les fabricants ?

    rien ...

    donc mise sous oxy, appel de secours et surveillance en surface.

     

    https://www.plongeur.com/forums/forum/la-plong%C3%A9e-sous-marine/forum-principal/65925-remontee-rapide

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bon, c'est vrai, @bardass , je suis allé un peu vite en besogne, en prenant les amis de @tyvain pour des scaphs pro concernés par les procédures MT, surtout si ce sont en fait des gratteurs occasionnels de coques, qui ont du mal à se stabiliser, et qui se posent ce genre de questions...

     

    En fait, en rappelant cette procédure officielle, j'aime surtout imaginer le dawa dans la profession, quand les moniteurs pros de plongée-loisir seront tenus, en toute rigueur, de revenir aux tables MT, le jour où paraîtront les décrets d'application...

     

    Mais il serait intéressant de connaitre de % de DP qui, dans leurs consignes de sécurité en cas de remontée rapide, préconisent encore ce paradoxal pallier à mi-profondeur...?

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    en revanche, pour ceux qui utilisent un ordinateur de plongées et qui plongent FFESSM, ils doivent se référer au manuel de l'ordinateur

    et que disent les fabricants ?

    rien ...

    donc mise sous oxy, appel de secours et surveillance en surface.

    Bon les gars je viens de lire la papote de 2015... sympa, mais, je me pose une question (conne très certainement ;) )

     

    1 ere plongée, le cas d'une remontée rapide se produit… pour moi rien ne m'empêche de sortir les tables, descendre a mi profondeur y passer 5 minutes et après remonter et terminer la plongée en rallongeant un maximum les paliers enfin le palier de sécu si c'est le seul.

     

    Perso mon ordi ne bloque pas j'ai fait une fois ce genre de profil lors de mes débuts en étanche… remonté rapide de 25/30 je ne sais plus trop, rapide je ne peux pas non plus dire de combien, bref impossible de purger suffisamment vite j'ai terminé en surface, on est redescendu et vers 15 et avons continué tranquille en rejoignant le bord puis avons terminé la plongée en rallongeant un max la balade dans les 5 a 3 m

     

    Ce profil était typiquement le genre des exercices de RA…

     

    Dans mon cas aucun palier obligatoire imposé par l'ordi.

     

    Supposons que mon ordi est du type "bloquant" Rien n'empêche de sortir les tables et de suivre la procédure MN90...

     

    Parce que si je suis l'avis de @bardass c'est procédure "secours" … et dans ce cas je m'étonne, pourquoi il n'y a pas chaque weekend le SAMU à la GDF.

    Je suppose qu'il y a en saison au moins une fois par weekend ce genre de situation avec le nombre de plongeurs en formation présent sur site.

     

    Messieurs j'aimerai vos avis d'experts.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    "1 ere plongée, le cas d'une remontée rapide se produit… pour moi rien ne m'empêche de sortir les tables, descendre a mi profondeur y passer 5 minutes et après remonter et terminer la plongée en rallongeant un maximum les paliers enfin le palier de sécu si c'est le seul."

     

    je ne sais pas dans quel contexte tu te situes.

    A mon sens, dans un contexte de plongée profonde, au delà de 40m, en cas de remontée rapide, il faut se poser la question suivante : pourquoi y a-t-il eu remontée rapide ?

    En dehors de la formation et exercices associés, il y a 3 types de causes :

    humaine, environnementale, matérielle.

     

    1 - humaine : c’est le plongeur qui a eu un problème d'ordre psychologique (panique, stress, angoisse) ou physiologique (problème à respirer, douleurs ...) au fond. Est-il viable de renvoyer, en moins de 3 minutes, ce plongeur, même accompagné et avec du gaz, dans la zone des 20 à 30m pendant 5 minutes ?

    C'est possible, mais en tant que DP, il faut assumer le risque et la délégation de cette gestion du risque à un plongeur accompagnant : charge à cet accompagnant de gérer une potentielle merde lors du palier à mi-profondeur et le retour en surface avec les paliers obligatoires associés. Et il faut que le plongeur soit volontaire et non qu'on lui impose cette solution.

     

    2 - environnementale : c'est le plongeur qui a rencontré un environnement hostile (courant, machine à laver, faune redoutée, faible luminosité ...), a paniqué et engendré cette remontée rapide. Une fois en surface, il faut gérer ce stress. On rejoint le point 1 mais je doute être capable de raisonner un plongeur en moins de 3 minutes et le renvoyer dans une situation qu'il a fui, même avec les meilleurs arguments du monde.

     

    3 - matérielle : c'est le plongeur qui a un souci avec son matériel et qui a préféré rejoindre la surface de manière explosive plutôt que le traiter sous l'eau. Là aussi, il faut trouver une solution en moins de 3 minutes et gérer les conséquences psychologiques associées à ce problème de matériel. C'est simple si on trouve des arguments factuels. J'ai eu à le faire lors d'une de mes assistances que je décris dans un autre sujet. Mais j'ai opté pour ce choix uniquement parce que nous étions à plus de 400m de la sortie, parce que le plongeur stressé m'a fait confiance et que je ne me voyais pas faire le moindre effort de palmage suite à ce profil de remontée. L'aurait-il fait avec un autre plongeur accompagnant ? j'en doute encore.

     

    de fait, entre la théorie des tables (mi-profondeur avec du gaz, accompagné, en moins de 3 minutes) et la réalité (volontarisme, conditions respectées), il y a un bel écart que le DP doit gérer et assumer.

     

    • Like 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...