Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Formation PADI - si c'était à refaire ?


robby92
 Share

    Recommended Posts

     

    Ca doit etre joyeux de tenir un cadavre dans ses mains pendant 30 minutes, soi-meme dans un état probablement pas loin de l'état de choc.

     

    J'ai un copain qui a fait ce genre d'expérience (à contre-coeur) il y a un an et demi, il m'a dit avoir lâché le copain à une quinzaine de mètres de la surface afin de laisser son corps remonter en surface et éviter de se faire embarquer avec l'autre...et ainsi pouvoir se sauver les miches en faisant ses paliers... le copain était inanimé depuis 5 minutes...

    lors de sa discussion avec la police, ils lui ont dit que c'était la seule décision juste à prendre à ce moment-là....

     

     

    Honnetement, je pense que tu n'as pas du faire beaucoup de secourisme pour penser qu'un accident est "comme à l'entrainement".

     

    et à le lire, il n'y a pas que ça...

    Link to comment
    Share on other sites

    • Replies 266
    • Created
    • Last Reply

    Top Posters In This Topic

     

     

    L'intérêt de l'aspirine en cas d'ADD est très discuté, et si la FFESSM le recommande, il me semble bien que d'autres organismes de formation, eux, l'interdisent carrément.

    D'autre part, les recommandations de médecins hyperbares tournent plutôt autour d'une dose faible (250 mg), toujours en proposant et sans imposer.

     

     

    Pour l'aspirine, des chercheurs en médecine de Marseille (putaing!) se sont penchés sur la question voilà belle lurette:

     

    Resume - Objectir. Une grande partie du traiternent medical adjuvant de l'accident de desaturarion (ADD) repose sur I'administration d'aspirine,le plus precoccrncnt possible. Nous avons cherchc surqueJles donnees s'appuyaient ces prutiques therapeutiquesetvoulueonnaitreleshabitudesdescentr eshyperbaresfrancais11cesujet.

     

    Methodes. Enquete de pratique clinique de la prescription d'aspirine dans les centres hyperbares francais dans Ie traitement medicarnenteux adjuvant de I'ADD.-

     

    Resultats. La plupart des centres hyperbares francais (77,5 %) prescrivent de I'aspirine aux plongeurs victimes d'ADD. II existe pourtant peu de references justifiant cette pratique, souvent anciennes et trop rarernent basees sur des preuvcs (Evidence-based Medecine).

     

    ConclusIon. Bien que largement utilisee en France, nous rnanquons de donnees scientifiques irrefutables pour justifier de l'utilisation de J'aspirine dans la prise en charge de )'ADD.

     

    Oh! ;)

    Proposer de l'apirine n'est plus recomandé par la FFESSM, normalement il ne faut pas le faire. Il n'est pas non plus obligatoire d'en avoir sur le bateau. MAIS le mieux AMHA (et je ne suis pas le seul à penser ça) c'est d'en avoir avec soit. Qaund tu appelles le CROSS ou les secours tu précises que tu as de l'aspirine et c'est le médecin qui te répond qui décide si il faut en proposer ou non et quelle quantité. C'est sa décision et sa responsabilité en tant qu'expert de le faire ou de ne pas le faire.

     

     

    Tu crois que ton copain inconscient qui a la bouche ouverte (parce que sinon, pourquoi le détendeur tomberait?) va etre assez gentil pour pas avoir la bouche pleine d'eau quand tu vas appuyer sur le gros bouton?

    Le surpresseur vide l'eau d'un parachute, pourquoi ne pourrait-il pas le faire pour une bouche?

     

     

    Erreur cher ami, le Ministère des Sports précise lorsque cela est nécessaire à qui s’applique sa réglementation.

     

    Prenons pour exemple la notion de « palanquée »

    Le CDS la définit très précisément.

    « Plusieurs plongeurs qui effectuent ensemble une plongée présentant les mêmes caractéristiques de durée, de profondeur et de trajet, y compris s’ils respirent des mélanges différents, constituent une palanquée ».

     

    Le rôle du législateur est de faire du français lorsque cela est important, sinon ses textes ne sont pas applicables.

     

    Donc il faut bien différencier les termes "baptême" et "débutant".

     

    Je confirme mon analyse envoyée à CMDC.

     

    Tu dis « Un baptême c'est quand même assez clair que ce soit en plongée ou ailleur. »

    N’étant pas touché par la Grâce, je réfute totalement l’utilisation d’un mot religieux dans le cadre d’une pratique sportive.

    Alors la je comprend pas. Tu dis "précise lorsque cela est nécessaire " et "il faut bien différencier les termes "baptême" et "débutant"". Donc on est bien d'accord. Il ne précise rien donc c'est que c'est évident et il faut bien différencier ces termes donc ils représentent bien des réalités différentes. Je rappelle de plus que nous sommes dans un pays latin, il y a la lettre et l'esprit de la loi. Je reprend un exemple que j'ai déjà donné dans une précédente discution. Le CDS indique :

    En milieu naturel, la personne encadrant la palanquée est muni :

    ― d'un équipement de plongée avec deux sorties indépendantes et deux détendeurs complets.

    Tu veux plonger avec ton deuxième détendeur dans ta poche sans l'avoir branché parce que ce n'est pas écrit explicitement? Libre à toi de jouer à ce petit jeu là. Comme tu es libre de faire l'idiot en ne comprenant pas ce qu'est un baptême, moi je ne prendrais pas ce risque.

    Mais pour avoir assisté à quelques audiences judiciaires, je note que mêmes les magistrats sont largués .... Ils parlent , alors, de jurisprudence ou quelque-chose comme ça !

    Oui c'est bien le problème, il faut une jurisprudence, je n'en connais pas, mais il y en a peut-être. Si ils sont largués ils se reposent sur l'analyse de l'expert... qui vient de la fédération déléguataire. Je ne donne que mon analyse qui est peut-être fausse. Mais pourquoi prendre un risque inutile? D'ailleurs même un débutant sauf en fin de formation je ne m'amuse pas à en descendre 4 d'un coup juste parceque le CDS n'a pas dit qu'on ne pouvait pas faire ça dès la première plongée.

     

     

    Link to comment
    Share on other sites

    Guest Invité

     

    Manuel de formation technique FFESSM

     

    https://ffessm.fr/gestionenligne/man...FA_Plongee.pdf

     

     

     

     

    "Mise en œuvre des techniques adaptées à l’état de la victime. Respect des recommandations de la Commission Médicale et de Prévention Nationale en matière d’accidents, dont : - Ranimation cardio- pulmonaire(RCP). - Inhalation. - Insufflation O2 à 100% à 15 litres par minute. - Eau et aspirine 500 mg maximum en une prise, sauf allergie à l’aspirine ou refus de l’accidenté."

     

     

     

     

    Proposer de l'apirine n'est plus recomandé par la FFESSM, normalement il ne faut pas le faire.

     

     

     

     

     

    Link to comment
    Share on other sites

     

     

    Proposer de l'apirine n'est plus recomandé par la FFESSM, normalement il ne faut pas le faire. Il n'est pas non plus obligatoire d'en avoir sur le bateau. MAIS le mieux AMHA (et je ne suis pas le seul à penser ça) c'est d'en avoir avec soit. Qaund tu appelles le CROSS ou les secours tu précises que tu as de l'aspirine et c'est le médecin qui te répond qui décide si il faut en proposer ou non et quelle quantité. C'est sa décision et sa responsabilité en tant qu'expert de le faire ou de ne pas le faire.

     

    Pour avoir assisté à quelques accidents de plongée, dont le mien, j'ai chaque fois entendu le DP demander au médecin du Cross, qui a pris en charge l'accident, s'il pouvait proposer de l'aspegic.... A chaque fois le toubib a refusé catégoriquement.

    Link to comment
    Share on other sites

    Manuel de formation technique FFESSM

     

    https://ffessm.fr/gestionenligne/man...FA_Plongee.pdf

     

     

    La phrase importante c'est

     

    Respect des recommandations de la Commission Médicale et de Prévention Nationale en matière d’accidents

     

     

    Pour avoir assisté à quelques accidents de plongée, dont le mien, j'ai chaque fois entendu le DP demander au médecin du Cross, qui a pris en charge l'accident, s'il pouvait proposer de l'aspegic.... A chaque fois le toubib a refusé catégoriquement.

     

    Jamais été témoins d'accident mais dans ce qui m'a été rapporté j'ai cru comprendre qu'en effet la tendance c'était plutôt d'attendre la prise en charge médical avec de l'O2 et de l'eau.

    Link to comment
    Share on other sites

    Ça y est, à force de me triturer les méninges, j’ai fini par comprendre pourquoi le DAN préconise dans certains cas la remontée du plongeur inconscient sans lui remettre le détendeur en bouche et sans remonter avec lui (le mode « fusée-éclate-poumons » quoi).

     

    Comme le DAN tire ses revenus de son activité d’assureur, il optimise !

     

    Un mort, ça coûte beaucoup moins cher à indemniser qu’un blessé qui va au caisson, à l’hôpital, a une incapacité de travail, etc. etc.

     

    Donc le DAN préconise la solution la moins chère pour lui : celle qui tue la victime.

     

    Eureka !

    • J'aime 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Ça y est, à force de me triturer les méninges, j’ai fini par comprendre pourquoi le DAN préconise dans certains cas la remontée du plongeur inconscient sans lui remettre le détendeur en bouche et sans remonter avec lui (le mode « fusée-éclate-poumons » quoi).

     

    Comme le DAN tire ses revenus de son activité d’assureur, il optimise !

     

    Un mort, ça coûte beaucoup moins cher à indemniser qu’un blessé qui va au caisson, à l’hôpital, a une incapacité de travail, etc. etc.

     

    Donc le DAN préconise la solution la moins chère pour lui : celle qui tue la victime.

     

    Eureka !

     

    Merci pour le troll.

    • J'aime 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Ça y est, à force de me triturer les méninges, j’ai fini par comprendre pourquoi le DAN préconise dans certains cas la remontée du plongeur inconscient sans lui remettre le détendeur en bouche et sans remonter avec lui (le mode « fusée-éclate-poumons » quoi).

     

    Comme le DAN tire ses revenus de son activité d’assureur, il optimise !

     

    Un mort, ça coûte beaucoup moins cher à indemniser qu’un blessé qui va au caisson, à l’hôpital, a une incapacité de travail, etc. etc.

     

    Donc le DAN préconise la solution la moins chère pour lui : celle qui tue la victime.

     

    Eureka !

     

    Même pas, pour moi, véritablement drôle !

    Perso, j'aime bien l'humour sauvage, mais le "trash", j'ai du mal !

    Probablement une question de génération j'imagine !

    Link to comment
    Share on other sites

    (...) que le coeur d'un noyé passera très souvent, avant de définitivement cesser de battre, en phase de fibrillation et que c'est à ce moment, si on intervient, qu'on peut faire une différence.

    Comme 'on' me le suggérait, ainsi que ta compagne et toi, vous nous montrez que c'est , tous comptes faits, assez pointu et plein de conditionnels comme technique !

    Quand même assez éloigné du genre, je prends un défibrillateur auto, et, tel le Bruce Willis moyen, je vais sauver la planète !!!!

     

    Sinon, pour "repartir un coeur", c'est effectivement possible, mais uniquement par des professionnels bien équipés...

    CQFD

     

    Link to comment
    Share on other sites

    Pour résumer un peu tout ça, je propose de prendre un autre exemple : je suis aux philippines, je plonge en autonomie (sans divemaster) à 18m avec un OWD (idem pour un AOWD), et je fais un essoufflement, suivi d'une panne d'air (le grand classique) : il n'a pas été formé pour me secourir, il ne sait pas quoi faire et ne sait pas me remonter : je meurs dans d'atroces souffrances.

     

    Il n'a pas été formé pour me prendre en charge (il sait me donner de l'air mais pas traiter un essoufflement, et encore moins me remonter et me calmer), mais il est quand même considéré comme "autonome" par PADI : ça fait quand même froid dans le dos de découvrir ça...

     

    Pour vérifier, j'ai repris mon vieux manuel OWD (qui date de 2005) pour réviser un peu ce qui se fait ou pas en PADI.

     

    Je voulais y voir comment on forme les plongeurs open water à l'assistance... et bien c'est court, très court !

     

    J'ai vu qu'on me conseillait de faire un "rescue" si je voulais plonger en autonomie, mais ce n'est qu'un conseil, pas une obligation, et PADI considère les plongeurs, dès le premier niveau (open water, donc) comme "autonomes". Pour l'assistance, et en particulier l'essoufflement, je n'ai pas trouvé d'exercice pour entrainer les élèves au sauvetage (mais peut-être que cela figure dans l'édition 2019 ?)

     

    Voici donc mes conclusions, pour ceux qui ne connaissent pas le monde PADI :

    1. Ne jamais plonger en autonomie avec un binôme qui n'a pas fait son "rescue" : en cas de problèmes, il ne saura pas vous secourir et vous allez probablement mourir. Je remercie les contributeurs de ce forum car jusqu'ici j'étais assez inconscient pour le faire, mais maintenant mon opinion est faite, et je ne le ferai plus jamais.
    2. Découlant du point 1, il faudrait convaincre PADI d'interdire la plongée en autonomie aux plongeurs qui n'ont pas fait le "rescue". (comment peut-on être "autonome" et ne pas savoir porter assistance ?).
    3. Pour plus de sécurité, proposer aux instances officielles de PADI de changer les quotas pour limiter les baptêmes au "one to one" comme on fait en France. Quasiment tout le monde ici semble d'accord ici sur cette bonne pratique. Quand on parle de "baptême", on parle uniquement de "première immersion", les cours ensuite c'est une autre histoire.
    4. La remontée assistée semble être inutile à pratiquer pour certains qui limitent leur vision au mondes PADI et DAN (ils restent cantonnés dans leur monde, mais j'ai été quand même été lire leurs arguments). Grand bien leur fasse. D'un autre côté, je ne vois pas bien l'inconvénient qu'il y aurait à savoir remonter un plongeur en perdition : au pire, "ça ne peut pas faire de mal", comme on dit. Ça rassure les autres (oui, l'effet placebo, si c'en est un, ça marche), et c'est quand même préconisé par le DAN dans certains cas (donc, pourquoi ne pas l'apprendre ?). Cela mériterait que toutes les fédérations de plongées au monde s'assoient ensemble pour débattre de cela, car c'est quand même un vrai sujet ! Je reste ouvert sur ce point, mais il me semble qu'il manque de statistiques fiables pour trancher, en tous cas la lecture du pdf du DAN ne m'a pas encore convaincu.
    5. Ne vous attendez pas à ce qu'un "course director" vous explique comment faire vos paliers obligatoires : il n'a jamais été formé pour ça et ne sait donc pas le faire. En france, il a donc un équivalent de niveau 1, car il doit être guidé pour plonger (il n'est pas considéré comme autonome car il n'a pas les compétences d'un niveau 2). Marrant, non ?
    6. La différence fondamentale, il me semble, entre la plongée à la française et à la PADI, tient à la notion de responsabilité, qui semble différer fortement entre les pays anglo-saxons et latins. Chez PADI, on te fait signer une décharge de responsabilité, et hop, en cas d'accident, l'organisme se lave les mains : le centre dira : "le client a signé, il est responsable, ce n'est pas ma faute, il a triché sur sa déclaration, tant pis pour lui". En France, pas de décharge à signer, le guide de palanquée et le directeur de plongées sont responsables, ils s'engagent et sont redevables en cas d'accident, et on demande un certificat médical avant de pouvoir plonger : plus contraignant, certes, voire même "liberticide" pour certains, mais qui osera dire que cela ne va pas dans le sens de plus de sécurité ? J'ai beaucoup de mal à me dire qu'un client qui n'a jamais plongé de sa vie puisse être "responsable de ses actes" sous l'eau et signer une décharge avant même de sauter à l'eau. De cette différence fondamentale découlent beaucoup de choses.

    Link to comment
    Share on other sites

    @robby92 : Il y a quand même beaucoup trop de choses que vous ne saisissez pas dans le continuum de formation Padi pour que vous puissiez avoir des opinions à ce point tranchées sur la question et, surtout, sur la pertinence et la compétence de ladite formation...

     

    Vous gagneriez à user davantage du point d'interrogation.

     

    Et pour en revenir à votre petit scénario initial, n'importe quel OWD Padi saura intervenir, c'est la grosse base qu'ils apprennent et sur laquelle ils insistent énormément, le partage d'air et l'assistance au buddy. J'imagine que vous êtes au courant que l'intervention dans un cas de plongeur essoufflé et qui, en plus, est en panne d'air (drôle de hasard quand même, mais bon, passons...) et franchement différente de celle qui implique la remontée d'un plongeur inconscient et noyé, hein? :)

    Link to comment
    Share on other sites

    Sinon, je dois admettre que vous contribuez un peu à la réputation qu'ont, malheureusement, les Français hors de leur très chère Gaule, en proclamant qu'un Course Director Padi n'est même pas, aux yeux du système de formation français, un plongeur autonome de niveau 2... C'est ridicule et donne juste envie de rire, pas de discuter. Franchement...

    Link to comment
    Share on other sites

    Sinon, je dois admettre que vous contribuez un peu à la réputation qu'ont, malheureusement, les Français hors de leur très chère Gaule, en proclamant qu'un Course Director Padi n'est même pas, aux yeux du système de formation français, un plongeur autonome de niveau 2... C'est ridicule et donne juste envie de rire, pas de discuter. Franchement...

     

    Bon, j’avoue, cette partie était de la provocation, pour rire un peu, suite à la remarque précédente ici de quelqu’un qui a expliqué que même un course director n’a pas été formé aux paliers obligatoires.

    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share


    • Dernières Discussions

    • Similar Topics

      • 3
        Bonjour    Je me posait la questions sur comment vous vous fomez sur les recycleur non CE du style recycleur kiss par exemple ou il n'existe pas de formation dédiées    Et pour ce qui est de l'entretient des recycleurs à part changé les sondes existe t'il des réparateurs spécialisés en dehors des marques spécifique aux recycleur ? Il y à t'il un entretient périodique à éffectué chez un professionnelle ?
      • 6
        Hello tout le monde !   Je suis actuellement niveau 2 FFESSM avec une centaine de plongée effectuées. Dans le cadre d'un projet perso et pro, je souhaiterais passer les niveaux permettant d'accéder à la formation et l'encadrement à l'étranger et donc passer les niveaux PADI.   Afin de passer le Rescue Diver et le Dive Master PADI, y a t il une équivalence de mon niveau 2 FFESSM vers le Advance PADI à réaliser et comment le faire ? Si oui, savez vous où je pourrais réalis
      • 136
        Hello 😁   Ne pouvant pas plonger à l’étranger pour le moment, je suis dans un club français. Les formations PADI, SSI, FFESM, CMAS y sont reconnues. Je suis AOWD (PE40) PADI et SSI, mais le directeur veut que je passe mon N2 FFESM/CMAS. C’est soi-disant pour me mettre avec d’autres plongeurs N2 en autonomie. Mais je pensais déjà l’être jusqu’à 20 mètres… ou alors je n’ai pas en tête les bonnes équivalences AOWD chez PADI/SSI et le N2 FFESM/CMAS.   Quelqu'un peut m’éclaire
      • 3
        Bonjour les divers Un petit message pour proposer une belle affaire à qui voudrait passer son DIVE MASTER et a peu de moyens. J'ai acheté il y a 3 ans la valise complète avec tous les cours et l'hologramme, etccccc et j'ai seulement préparé le module sécurité et j'ai du interrompre pour raison de santé. Depuis je n'ai pas pu m'y remettre, et la valise se trouve bien rangée chez moi et je n'ai pas la perspective maintenant de l passer, aussi je propose la valise complète à la vente pour
      • 15
        Bonjour,   Cela faisait longtemps que je n’avais pas écrit un compte-rendu… Je crois qu'on peut parler d'années (il s'agit d'un copier coller de mon blog, plus simple)   Mais il faut absolument que je vous parle de ma première formation en plongée souterraine.   J’ai toujours été attiré par ce milieu, sa beauté et j’avais fait une initiation en mai, en visitant Rocamadour.   Motivé et enthousiasmé, je suis revenu mi-octobre passer le deuxième niveau de plongée souterraine, ayant la p
    ×
    ×
    • Create New...

    Bonjour,

     

    logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

     

    L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

    Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.