Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
Scubaphil

Moment extaordinaire d’une plongée (presque) ordinaire

    Messages recommandés

    Vendredi 23 mars, cœur de la saison sèche, le soleil resplendi sur la Guadeloupe.

     

    Journée de congé, j’emmène plonger beau-papa au club.

    Il a son Niveau 1, sa licence, un certificat médical, ça roule.

     

    A 14h, le soleil a commencé sa descente depuis 2h, mais il reste encore haut, on cherche l’ombre dés notre arrivée. Equipement au club. Deux autres membres se joignent à nous. Les conditions étant excellentes, nous décidons d’aller faire un tour sur « Mazarin », site très agréable plongeable du bord, à 5 minutes de voiture.

     

    On charge les véhicules, sans oublier l’oxy de secours et la bouée de signalisation surface, et c’est parti.

     

    Sur place, le site situé le long de la route, est parfaitement abrité de l’alizé, pas une vague. Mise à l’eau prudente dans les rochers. L’eau est encore fraîche (26°C) mais parfaitement limpide. Je prends 5 minutes en surface pour recalibrer les réflexes ventilatoires de mon plongeur qui n’a pas mouillé les palmes depuis 4 mois. Immersion impeccable. Aussitôt, c’est un régal pour les yeux : en descendant progressivement de 2 à 8 m, le paysage de gros blocs rocheux se modifie, passant des algues brunes au corail de feu et gorgones puis aux éponges à foison et aux gorgones plumeuses. On s’arrête sur une petite plage de gravier à 5 m de profondeur pour revoir un peu le poumon ballast puis l’exploration repart de plus belle.

     

    Mazarin2.thumb.jpg.df7e14e5694eb85be4dcb20e7396767b.jpg

     

    Ce vieil ébouli de lave richement colonisé frétille de vie. Les juvéniles jaunes de girelle-paon à tête bleue (Thalassomabifasciatum) sont sur chaque roche, affairés à nettoyer ici un poisson-chirurgien, là un mérou de roche. Les castagnoles vertes (Chromis insolata) forment des nuages de poissons au dessus du récif. Elles se rabattent brutalement vers les rochers. Un barracuda d’un bon mètre passe dans le bleu à quelques mètres, venu vérifier la nature de cette intrusion dans son domaine, puis disparaît comme il est venu. On arrive au pied de l’ébouli à 8-9 m, sur le sable gris recouvert d’herbier. Dans les petites anfractuosités du récif, les crabes-araignés nez-pointu au délicates petites pinces bleues (Stenorhynchus seticornis) sont au rendez-vous, de toutes les tailles. On suit la limite sable-récif en partant vers le sud, léger courant dans le dos, le fond augmentant tout doucement. Les anémones sont nombreuses et presque toutes habitées par des crevettes : crevettes de Pederson, crevettes du Yucatan ou encore crevettes Thor.

     

    Mazarin1.jpg.55b872c6746fe7f666cdf9a542c24894.jpg

     

    Au milieu de cette délicieuse diversité, je reconnais l’ombre d’une tortue en pleine eau, en direction de la surface pour aller respirer. J’arrête notre évolution pour attendre sa redescente. C’est une tortue imbriquée, Eretmochelys imbricata, une espèce carnivore, friande d’éponges et de méduses. Deux minutes plus tard, fidèle à mes attentes, elle arrive de nouveau sur le récif et commence à fureter d’une roche à l’autre, à la recherche d’un repas. Nous sommes à 10-15 m de distance. Elle s’éloigne doucement dans le sens du courant. Je prends le parti de suivre la même direction, en gardant une distance raisonnable pour ne pas constituer une menace.

     

    Nous poursuivons notre balade entre Diodons, poisson-flûtes et bancs de gorettes jaunes (Haemulon flavolineatum). La tortue s’arrête sur une patate. Je décide de la doubler par son babord pour nous retrouver sous son courant. Nous nous arrêtons environ 5-6 m en aval. Elle s’est posée face à une éponge et commence à la dévorer méthodiquement. Elle semble nous avoir parfaitement repéré mais ne manifeste aucun signe d’inquiétude.

     

    Nous sommes posés sur le fond à 13 m de profondeur. Je remonte le courant mètre par mètre, tout doucement, pour nous rapprocher. Elle poursuit son repas. A chaque bouchée, lorsqu’elle relève la tête, on distingue parfaitement son œil qui ne peut pas nous ignorer. A l’évidence, elle n’est pas gênée. Nous nous arrêtons finalement à 1,5 m de distance pour l’observer. Nous avons l’animal en entier dans le champ visuel, occupé à déguster son spongiaire préféré. Les détails de sa carapace son parfaitement visibles, tout comme ceux de sa tête ou de son cou. Cette peau épaisse et fripée, d’aspect dure et souple à la fois, est vraiment impressionnante.

     

    Elle s’aide de ses nageoires antérieures pour maintenir l’éponge et la croquer plus facilement. Alors que nos yeux sont absorbés par la magie de la scène, mes oreilles perçoivent un son caractéristique et inattendu à cet instant : le chant d’une baleine à bosses !

     

    Le moment devient tout bonnement exceptionnel. Dans un récif grouillant à souhait, nous avons une tortue d’un bon mètre face à nous en gros plan, sur un fond sonore de baleines à bosses. C’est exquis !

     

    Après 5 bonnes minutes de ce spectacle offert par dame nature, nous décrochons pour la laisser finir son repas et amorçons le trajet de retour au point de mise à l’eau, dans un décor toujours aussi agréable. Encore un chevalier ponctué (Equetus punctatus) par ici, un murène tacheté par là et même une serpentine dorée en maraude.

     

    Emersion au bout d’une heure, ravis.

     

    Cette plongée était vraiment savoureuse !

     

    Mazarin3.jpg.93629bee549a55ef243f4e0dce197ed3.jpg

     

    PS : la gopro était restée dans la sac ce jour là. Les photos sont de simples captures d'écran de gopro, prises sur le site de Mazarin, mais pas ce jour là.

    • Like 2

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Top recit !!

    C'est pour des moments comme ca qu'on plonge. Je dirais meme que c'est l'essence meme de la plongée.

     

    PS - le site donne particulièrement envie au photographe que je suis.

     

    A+

     

    :biere:

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Jolie promenade :top:

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Ça c'est une plongée de réadaptation !

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Super sympa , cela donne envie de plonger et merci pour nous faire vivre ce moment magique !

     

    NetGear

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Super balade.

     

    Dommage pour l'absence de gopro, et d'un hydrophone... pour agrémenter la vidéo d'un chant de baleine

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Top recit !!

    C'est pour des moments comme ca qu'on plonge. Je dirais meme que c'est l'essence meme de la plongée.

     

    PS - le site donne particulièrement envie au photographe que je suis.

     

    A+

     

    :biere:

     

     

    Tout à fait d'accord, on fait finalement des centaines de plongée pourquoi... pour être pétrifié un instant par l'émotion suprême, celle qu'on aura peut-être jamais, peut-être demain, et elle surgit de façon inattendue la ou on ne l'attendait pas, et elle ne sera pas pareille pour tout le monde...Un peu comme l'amour, quoi...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    PS - le site donne particulièrement envie au photographe que je suis.

    C'est en effet un site prisé des photographes et des biologistes.

    Tu peux passer une heure sur 10 m2 sans problème. :top:

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    • Dernières Discussions

    • Discussions similaires

      • 30
        Il ne s'agit pas d'un récit mais d'une question.   "Pas d'effort après la plongée" , c'est une évidence pour toutes/tous. Oui mais ... où fixe-t-on la limite ?   Dupont part de chez lui en vélo à assistance électrique + remorque qui contient tout son matériel de plongée. Il parcourt 15Km de plat (dénivelé 6 mètres). Il arrive à son club favoris, et il fait une plongée carrée, à l'air, 20 minutes de temps fond à 40m, avec paliers obligatoires + sécu. Retour
      • 18
        Bonjour à toutes et tous,   Afin d’avoir votre avis sur les causes du problème qui l’a suivi, je vais vous faire la rétrospective en détails de ma plongée de la semaine dernière ainsi que du déroulement de la journée précèdent celle-ci. Ces détails n’ont peut rien à voir entre eux mais je préfère tout expliquer au cas où.    Je suis allé faire une plongée vendredi dernier vers midi à Malte. Je suis allé pendant 40 minutes sur l’épave du « El faroud », a 35 mètres de fond. 
      • 125
        Avec vos Niveaux respectifs d'écoles diverses, avez vous objectivement rencontré des obstacles pour plonger hors ou à l'intérieur de vos frontières ? Pour ma part, depuis mon premier niveau FFESSM obtenu il y a maintenant quelques décennies je n'ai pas essuyé de refus ni même d'hésitation de la part des structures d'accueil fréquentées de part le monde.  
      • 0
        Salut amis plongeurs,   Nous proposons des croisières de plongée aux Philippines depuis plus de 10 ans. Ce n'est pas du liveaboard car nous dormons les soir dans des hôtels de catégorie moyenne, mais nous avons un bateau attitré à votre groupe et votre matériel reste tout le séjour sur le bateau. Le staff s'en occupe et le prépare pour le lendemain pendant que vous vous reposez, vous buvez un petit cocktail, ou encore faites un massage relaxant.  Nous avons 3 routes différentes :
      • 1
    ×
    ×
    • Créer...