Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
caolila

CR de notre séjour plongée sur l’île de El Hierro dans les îles Canaries du 5 au 17 Mai 2019

    Messages recommandés

    Etant dans le nord-est de la France nous sommes une fois de plus partis de Zurich. A priori il y a une variante moins chère et plus pratique en partant avec Easy Jet de l’aéroport de Bâle-Mulhouse. Je vais analyser cette variante.

     

    Nous avons fait Zurich à Tenerife Sud. Donc départ de Zurich a 6:30 arrivée sur place à 10:00 heure locale, décalage horaire de 1 heure, vol d’environ 4 :30. A partir de là nous avions fait le choix de prendre l’avion pour rejoindre la petite ile de El Hierro (la plus au sud-ouest des Canaries). Nous avons volé avec Binter. Le souci si je puis dire c’est qu’il faut rejoindre l’aéroport de Tenerife Nord. Il y a une ligne de bus qui fait la liaison en direct, il faut compter 1 heure de trajet et 9€70 par personne. Le hic pour nous a été que c’était dimanche et que le nombre de navettes est réduit, mais pas de problème puisque le vol était à 15 :10.

     

    47093279894_3860713777_c.jpg

    Petit « coucou » de hum 40 à 50 passagers à vue de nez, vol sympa de 40 minutes environ.

     

    47091290444_f641d69ce4_c.jpg

     

    L’aéroport de El Hierro se trouve dans le nord de l’ile, à l’autre bout vue de La Restinga qui est le lieu où se trouvent tous les centres de plongées de l’ile.

     

    Nous avons loué une voiture chez Plus Car Online un Peugeot Partner pour 10 jours au tarif de 141 €… plus 20 € puisque nous désirions rendre le véhicule au port étant donné que nous retournions sur Ténérife par la mer.

    Rien à dire, voiture propre moins de 20000 kms avec caméra de recul, nickel pour nous avec nos trois grosses valises.

     

    J’allais oublier de Zurich à Ténérife nous avons volé avec Edelweiss Air, 23 KG + un second bagage de 23 KG offert pour le matériel de plongée. C’est un des points qui a fait que nous avons choisi cette compagnie.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bon nous voilà avec notre voiture et une « longue » route sinueuse pour rejoindre « La Restinga » Paysage aride, passage par la capitale administrative de l’île « Villa de Valverde » puis nous continuons à grimper avec un passage à plus de 1000 m d’altitude il me semble. Dans les hauteurs c’est nettement plus vert, on y voit des près bien verts, des vaches, des moutons et des chèvres. Tout comme quelques éoliennes. Après être passé par le point le plus haut du trajet dans la descente, on passe par une magnifique forêt de pins avant d’arriver au village de « El Pinar ». A partir de là, le paysage se désertifie à nouveau rapidement, il n’y a plus rien ou presque à la fin « La Restinga », quelques cratères, des plantes grasses et la mer à l’horizon.

     

    Je suis surpris par la qualité de la route. Elle est sinueuse mais en très bon état, visiblement très récente. Bref après quasi une heure de route nous découvrons au détour d’un gros monticule/cratère le tout petit village de pêcheurs avec son port. C’est là que nous séjournerons 11 nuits.

     

    34003589968_3c85234e72_c.jpg

     

    Les offres d’hébergements sont nombreuses, enfin ce sont des petits appartements avec une plus ou moins belle vue. Appréciant le calme nous avions un appartement tout en haut sur le côté du village, loin du centre… enfin c’est vraiment relatif. 2 min maximum à pied pour rejoindre le port et pareil pour le club de plongée. Bonne pioche des nuits d’un calme… waouh le pied, en plus du balcon nous voyons la mer. En MP pour plus d’infos, le club a aussi la possibilité dans le même bâtiment de louer un appartement avec 2 ou 3 chambres avec terrasse, idéal pour une famille ou un petit groupe de plongeurs.

     

    Bon premier problème… mais alors tout petit… Comme c’est dimanche les « supermarchés » sont fermés, donc pas de possibilité d’achat pour le petit déjeuner du lendemain…

     

    Ben vous me direz, « t’as qu’a te lever tôt et passer à la boulangerie » et bien non, chers amis ce n’est pas possible. Rendez-vous au club de plongée « The Green Shark » à 8 :30… Les supermarchés, pardon « petites superettes » n’ouvrent qu’à 8 :30 et 9 :00 le dimanche et comme il n’y a pas de boulangerie, c’est ventre quasi vide que nous arrivons au club avec notre matos.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Passons aux choses sérieuses : La plongée

     

    L’ile, enfin « La Restinga » héberge 11 clubs de plongée, qui se « tirent la bourre ». À la suite de mes recherches et différents contacts plus ou moins concluants, j’ai fait le choix de plonger avec le club « The Green Shark » centre Padi 5*.

    Quelles ont été les raisons de ce choix ?

    • Les instructeurs etc., sont plus ou moins francophones
    • Les tarifs sont très corrects
    • L’impression générale est bonne, site Web sympa.
    • Le contact téléphonique avec Alexis a été très bon
    • Le Nitrox est inclus dans le prix.
    • Et pour terminer un Alsacien, un certain Dédé s’est expatrié et travaille dans ce club…

    Nous arrivons donc devant le club avec ses deux grandes portes vertes, nous rentrons, grand espace avec les différentes zones, gonflages, bacs de rinçages, casiers pour les affaires persos, zone de cours/administration sur la gauche et au fond à droite 2 x 3 douches hommes et femmes. Hummm cela commence bien.

     

    34004615108_86d808aa9a_c.jpg

     

     

    47829692662_c89100469d_c.jpg

     

    Nous sommes accueillis par Alexis et Emilie en Français svp… Après les vérifications d’usage et la remise de nos cartes de niveaux tout comme nos licences attestant de nos assurances, nous remplissons le formulaire classique PADI… là encore et j’apprécie parce que c’est rare il est en Français.

     

    Entre temps, Laura et Dany sont arrivés. Ils seront nos « instructors » Dany est en plus le capitaine du bateau. Laura parle français, ce n’est pas parfait mais elle se donne du mal et est parfaitement claire dans ses explications. Pour Dany c’est plus limité mais les choses simples sont en français sinon en anglais. Désolé pas le choix nous ne captons pas un mot d’espagnol, si ce n’est Gracias ou Holà

     

    Etant en tout début de saison, l’équipe n’est pas encore au complet, d’autres s’ajoutent en période de pointe.

    Pour la première journée nous serons nombreux, le max à vrai dire. Une famille termine son séjour et un couple est juste là pour une journée de plongée.

    8 clients 2 guides et Emilie qui restera sur le bateau lors des plongées.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci pour ce CR :top:

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Déroulement type d’une sortie.

     

    Elles sont « double tank » avec un intervalle de surface de 45 minutes à 1 heure, sur le bateau ou à quai en fonction des cas.

    Chacun prépare son matériel, c.à.d. stab sur un bloc détendeur monté, pression vérifiée.

     

    Les seconds blocs pour la seconde plongée sont vérifiés pour le staff. Ils sont chargés à l’arrière d’un mini-bus tout comme les palmes etc… Ceux qui ont de la place montent dans le bus, les autres descendent au port à pied.

     

    Nous débuterons notre séjour par « LA » plongée de El Hierro « El Bajon » un « double sec » avec un sommet à 10 m et à vue de nez 60 à 80 m au pieds. Nous faisons cette plongée en entrée mais justifions de pas mal de plongées depuis le début d’année dont une en lac froid la semaine précédente. Je pense que nous n’aurions pas fait cette plongée sinon.

     

    Les consignes sont « étranges », enfin inhabituelles, mais cohérentes. Il faut signaler 110 bars puis 70.

    Nous plongerons tous ensemble. Dany ouvrant la marche et Laura en queue de peloton. Comme le site est parfois relativement « sportif », les consignes sont strictes, ne pas lâcher la corde, remonter le long du bateau, aller à la bouée et attendre. Si jamais on se fait emporter, il faut attraper la bouée de secours qui traine au bout d’un bout à l’arrière du bateau afin de revenir. La descente jusqu’à la roche doit se faire sans lâcher la chaine…. Bon le courant n’était pas si terrible que cela, mais les consignes étaient plus qu’importantes avec un chouilla de jus en plus.

     

    Je reviendrai par la suite sur mes impressions globales des plongées que nous avons faites à El Hierro.

     

    La partie située à l’Ouest de La Restinga est une réserve marine, où la pêche comme la plongée y sont strictement réglementées. Il y a une zone « intégrale » ou il y est jute possible de naviguer, avant et après, une zone réservée à la plongée. Différentes bouées sont placées dans la réserve et elles sont limitées, par la réglementation locale, qu’a un seul bateau. Il faut donc attendre qu’elle se libère ou bien aller plus loin si elle est déjà occupée.

     

    Concernant la réglementation, nous verrons tout le temps un « garde du parc » entrain de « rôder » prendre des notes, les clubs sont surveillés de près.

     

    Je vais profiter du sujet « bouée » pour signaler que la plupart des clubs ne laissent personne à bord lors des plongées. Il est donc impératif de revenir au mouillage… The Green Shark est un des rares clubs qui a fait le choix d’avoir à tout moment une personne à bord pouvant manœuvrer le semi-rigide en cas de besoin et dans tous les cas, aider à la remontée à bord.

     

    32930466867_6e424fd4e3_c.jpg

     

    40914382773_dc98ae162a_c.jpg

     

    En fin de plongée, Laura a accompagné les plongeurs à « court d’air » pour faire le palier de sécu, ceux qui avaient encore de quoi… ont continué à se balader. Concernant le « court d’air », à chaque plongée un bloc est immergé à environ -5 m juste « in case of… »

     

    Après la première plongée, direction une bouée plus proche des côtes pour une pause « casse-croûte ». Enfin après avoir changé les blocs et tout vérifié.

     

    Donc il y a des sandwichs, 2 sortes de thé, puis cake, gâteaux et des tranches d’orange (succulentes !!!) Le temps passe vite et nous voilà partis pour le second plouf. L’équipe est bien organisée, ils connaissent leur travail. Je ressens également que l’ambiance est bonne, cela se confirmera les jours suivants.

     

    Avant le retour tous les détendeurs et les stabs sont démontés et rangés pour le transport. Les poches à plombs restent sur le bateau. Cela fera toujours cela en moins à trimballer.

     

    De retour au port, on s’organise pour faire la chaine afin de décharger le matos et le charger dans le minibus. Puis retour au club à pied ou dans le bus s’il reste de la place… Au club, déchargement, rinçage dans les différents bacs avec désinfectants.

     

    Puis et c’est là que c’est génial…. Direction la douche chaude…. C’est rare et mérite d’être signalé.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Venons-en au côté « négatif »

    La météo… nous étions un peu trop tôt dans la saison, ou la saison était en retard c’est selon les années, il parait. L’eau était encore un peu fraiche 20 °C max 21.2, mais sans thermocline c’est déjà pas mal. En 7 mm cela passait bien pour moi mais ma femme avec une 5.5 et un shorty de 7 mm par-dessus avait froid après 45 à 50 minutes. D’ailleurs Dany comme Laura sortaient aussi très souvent en tremblant de froid. Le vent relativement fort n’aidait pas à se réchauffer.

    Concernant les plongées en moyenne c’était 50 minutes à 1 heure avec une de 67 minutes sur les 18 plongées que j’ai faites.

    La météo encore… du vent qui nous empêchait de plonger côté Est de La Restinga, c.à.d. hors réserve. Les conditions de ce côté-ci n’étaient vraiment pas bonnes, tous les clubs étaient forcés de plonger dans la réserve. La réserve… hummm quoi dire, j’ai clairement été déçu par la vie rencontrée. Je trouvais qu’il n’y avait pas grand-chose à voir, d’ailleurs même les plongeurs locaux pensaient la même chose… nous étions parait-il trop tôt dans la saison… au point qu’Alexis ne nous a pas facturé une plongée, où vraiment nous n’avons rien vu ou presque.

     

    Cependant soyons positifs, les décors étaient souvent bien sympas dont une plongée avec plein de passages sous des arches vraiment cool avec tous ces jeux de lumières…

     

    40909820803_dc5503effc_c.jpg

     

    El Bajon… nous l’avons fait 3 fois au bout du compte, parce que là au moins il y avait de la vie, des barracudas, des mérous, des sars… sans compter le décor magnifique.

     

    47823688362_7ac5c58ff5_c.jpg

     

    33998619528_3b40c6ea77_c.jpg

     

     

    Il y a aussi deux sites ou l’on trouve d’immenses champs d’anguilles jardinières magnifique…

    En vrac qu’avons-nous vu, des nudibranches, des lièvres de mer, du corail noir, des poissons perroquets, flutes, des cigales de mer et des langoustes énormes, des calmars…

     

    47089341604_3cda5b6ecf_c.jpg

     

    Les plongées à l’Est… ben oui nous y sommes allés 2 fois mais c’était bien parce qu’il fallait nous proposer autre chose. Les conditions n’étaient pas bonnes mais comme nous n’étions pas nombreux à bord cela passait, mais cela bougeait pas mal. Personne sujette au mal de mer s’abstenir.

    De ce que j’ai vu de ce côté, je dois dire que c’est prometteur, beaux tombants et secs.

    J’ai fait une petite 46m… bon, j’savais pas que la profondeur max autorisée en Espagne est de 40m… mais comme un gros mérou trainait un peu plus bas…ben j’ai dérapé. En plus pour une fois que je n’étais pas limité par les 40 de ma binômette N2 habituelle… qui avait renoncé aux plongées du dernier jour.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Retour en surface.

     

    L’ile d’El Hierro est une ile volcanique et cela se voit… extrêmement aride sur la majeure partie de la surface, mais belle. Il y a 8000 habitants avec 3 zones.

    • Villa de Valverde : la région du port et de l’aéroport « la capitale » de l’île en somme.
    • El Golfo / La Frontera : la zone plane, qui est le reste de l’effondrement du cratère de l’ancien volcan, il y a environ 40 000 ans. C’est la que se cultivent les bananes, ananas etc.
    • El Pinar avec la « La Restinga ». La zone d’El Pinar en hauteur se situe entre 600 et 1000 m, permettant une agriculture « classique », il y a « bien sur » des vignes… je précise que El Pinar tire son nom des pins et non du vin.
      • Tout au bout de l’ile en bord de mer il y a La Restinga, qui dépend d’El Pinar. 14 km d’une route sinueuse séparent le 2

    Toute cette zone est alimentée par une station de désalinisation située dans le port de La Restinga.

     

    La Restinga est vraiment tout petit. J’avoue qu’il n’y a pas grand-chose à faire si ce n’est plonger et trainer sur les terrasses des petits restaurants. Il est quasi impératif d’avoir une voiture de location, si l’on ne veut pas rapidement s’ennuyer. Il y a 2 petites superettes, pas de boulangerie, une bonne dizaine de restau… et… et… ben plus rien.

     

    La station essence la plus proche se trouve à El Pinar donc à 14 km.

     

    Pour les courses c’est de 8 :30 à 13 :00 et de 16 :30 à 20 :30 sauf le dimanche de 9 :00 à 13 :00. Nous avons quasiment toujours mangé à l’extérieur, la vie n’est pas chère. Nous en avions toujours pour 2 entre 10 et 20 euros. Le Coca est par exemple est à 1€50. Le « pire » a été une Paella à 12 €/personne. Etant en Espagne les horaires sont décalés, certains restaurants n’ouvrent qu’à 13 :00.

     

    Avec une voiture, il y a plein de petits coins sympas à visiter, des piscines plus ou moins naturelles, de supers points de vue. Des balades en fin de journée dans les hauteurs… il faut attendre un peu avant de monter dans la zone des 800m, voire plus. Nous n’avons pas plongé le dimanche et donc en avons profité pour faire le tour de l’ile. Bien sympa tout cela, surtout en cette saison très peu touristique.

     

    Le tourisme, hummm j’ai constaté une volonté claire de réaliser des aménagements importants tout autour de l’ile. Des poubelles sont installées un peu partout.

    Des chemins en dur sont là pour les personnes à mobilité réduite.

     

    46964643455_03b22288ff_c.jpg

     

    47880964031_400bf90172_c.jpg

     

    Des échelles permettent d’accéder à la mer à différents endroits, et des bouées au bout de corde sont disponibles si jamais c’est nécessaire.

     

    47881093521_d26145a5b4_c.jpg

     

    Il y a aussi des emplacements pour le pique-nique avec des barbecues à disposition.

     

    32937060717_7460a4a34e_c.jpg

     

    Le côté que je ne comprends pas en revanche, c’est que très peu de personnes sur l’ile parlent autre chose que l’espagnol, cela même dans les restaurants, ni français, ni allemand, et souvent pas ou très peu l’anglais. La communication peut s’avérer compliquée, mais au bout du compte on s’en sort très bien.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Le club: The Green Shark PADI 5* et partenaire DAN. Matériel Aqualung neuf

     

    Gonflage air et Nitrox. Un peu juste à mon gout 190/195 bar à froid, mais ils reprenaient mes blocs et j’avais souvent 210 bars. En 15 litres je suis toujours sorti avec 50 bars ou plus donc finalement c’était OK, même pour moi. En fait j’étais toujours dans les derniers à remonter sur le bateau je m’améliore niveau conso

     

    Alexis a de beaux projets d’aménagement pour le club, qui est à mes yeux déjà très bien.

     

    Au premier il y a une salle de cours et surtout des couchages pour il me semble 6 personnes. Lors des sessions de formations d’instructeurs, tout le monde est ensemble, idéal pour ne pas être distrait et bien progresser. Il y a une grande salle de bain commune tout comme une cuisine sur la terrasse ainsi qu’un coin de repos.

     

    47092388034_4339543301_c.jpg

     

     

    Il est aussi possible de loger chez Green Shark en étant simple plongeur, les tarifs sont il me semble de 15 € par nuit.

     

     

    Mon avis est que nous avons fait le bon choix de club.

     

    Une surprise nous a attendu lors de la deuxième journée, nous rencontrons Dédé, un Alsacien qui s’est installé sur El Hierro et dont j’ai déjà pas mal entendu parlé par d’autre plongeur lorsque je leur disais que j’y allais. Finalement j’ai déjà plongé avec lui à la GDF… le monde est petit… même très petit puisqu’il nous annonce qu’un membre de notre ex-club venait plonger le lendemain avec nous…

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Au chapitre des déceptions pour ce séjour, il y a clairement le manque de vie. Un autre club aurait vu une 15aine de Mobulas.

    Parfois il faut un peu de chance.

     

    Le jour de notre départ en bateau, afin de rejoindre Ténérife sud, la mer était d’un calme comme jamais durant nos vacances à El Hierro.

    Grosse frustration…

     

    C’est avec un sentiment d’inachevé que je quitte l’ile j’ai l’impression d’avoir raté de belles plongées que cela soit au niveau de nos rencontres, tout comme des sites.

     

    D’un autre côté nous avons fait la connaissance d’une équipe très sympathique et professionnelle.

     

    Je ne sais pas si nous reviendrons un jour, mais si jamais cela sera plus tard dans la saison…. Pourquoi pas entre septembre et novembre, avec une eau plus chaude et surtout plus poissonneuse.

     

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Quelques photos

     

    32935484897_3995f9bb5a_c.jpg

     

     

    Le bateau de The Green Shark

     

     

    34002538448_8059275340_c.jpg

     

     

    46959691125_d7ca955e29_c.jpg

     

     

    34002021418_2704594267_c.jpg

     

     

    34002033628_950fc4674c_c.jpg

     

     

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Voici pour mon "petit" compte rendu de notre dernier voyage sur dans les Canaries sur l'île de El Hierro.

     

    J'espère qu'il servira a de nombreux lecteurs.

     

    Au plaisir de lire vos commentaires et pourquoi pas dans le futur des ajouts pour ceux qui y auront plongé.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Merci pour ce CR :top:

     

    De rien ;)

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci pour ce compte-rendu détaillé et imagé, c'est chouette et ça me rappelle un séjour sur Ténérife qui avait quelques ressemblances :biere:

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci pour ce très bon CR que je cosigne.J'ai fait la Restinga en février 2017 eau à 17°/18°, A/R en Ferry et vol Bâle Mulhouse - Ténérife Sud avec Easyjet, pas avec le même club, palanquée jusqu'à 9+guide sans personne en sécu sur le semi rigide

    (J'ai trouvé ça très moyen)

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...