Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

    Messages recommandés

    Bonjour

     

    vous savez probablement que je ne vis pas sur le même continent que vous, ce que vous ne savez pas c'est que je suis l'homologue de vieux Zep de ce coté de la flaque.

    Je dois faire des certificats d'aptitude à la plongée, car je fut un temps Medecin à le FeuFeuEuSeuSeuMeuh, et les amis plongeurs m'envoient du monde pour faire des examens.

     

    En Cas de diabète, c'est une contre indication en PADI, et je ne suis pas capable de savoir pourquoi, alors qu'en Europe cette CI est toute relative.

     

    Qui peut éclairer ma lanterne ?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • Réponses 46
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    ????????

    c'est une bonne question je te remercie de me l'avoir posée

    seul un médecin peut te répondre!!! mais apparemment même la, ça coince!

     

    J'allais l'dire.....

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bonsoir,

     

    en fait voici ce que préconise la fédé :

    dans le diabète de type II, seuls les diabétiques traités par biguanides seuls sont autorisés (éventuellement à plonger

     

    Pour les diabétiques de type I (id aux insulinorequérants qui n'aurait pas de traitement peros)

    voici tout ce que tu as toujours voulu savoir :

    http://medical.ffessm.fr/?page_id=510

    en résumé, c'est possible mais dans un cadre draconnien qu'il est extrèmement difficile à mettre en place pour un diabétique de type I

     

    Les raisons :

    1 le risque est l'hypoglycémie. favorisée par l'effort, la lutte contre le froid etc.

    donc pour les diabetiques type I c'est très cadré.

    pour les diabétiques de type 2 la fédé n'autorise que ceux qui sont sous biguanides seuls (et à fortiori régime seul)

    mais, si l'on veut vraiment prendre ses responsabilités, on peu (a mon avis) autoriser la pratique avec certains autre médicaments après éventuellement une évaluation du risque hypoglycémique par un endocrino.

    La liste des CI date un peu en ce qui concerne le diabète de type 2 et, à ma connaissance il n'y a pas eu d'évaluation des derniers ADO sortis, ni des incrétines.

     

    2 en revanche, chez ces patients, il existe une autre problématique, c'est celle des complications (micro-et macro angiopathies, qui justifieront plus que chez tout autre une évaluation rigoureuse (acuité visuelle, FO, evaluation de la réserve coronarienne et exploration des axes vasculaires, HTA, neuropathies)

     

    Mon attitude personnelle, en premiere intention :

    - s'il s'agit d'un diabétique qui est normalement suivi, capable de fournir un passif des examens complémentaires habituels requis, qui se soigne et se surveille comme il faut, je suis beaucoup plus permissif que chez celui qui se fait suivre "par dessus la jambe".

    Ensuite je mène mon examen avec rigueur concernant les complications habituelles et évalue ou fait évaluer le risque hypoglycémique.

    Si le risque hypoglycémique est avéré, je serais plutot enclin a contre indiquer.

     

    Souvent nous avons 2 grandes catégories de plongeurs demandeurs :

    - le plongeur confirmé qui, dans le courant de son existence développe un diabète.

    (là je met tout en oeuvre pour favoriser la poursuite de la pratique moyennant les précautions que j'ai ennoncées)

     

    - le diabétique qui souhaite faire de la plongée, et qui est novice.

    Je m'attacherai alors a bien lui expliquer les tenants et aboutissants, evaluer sa motivation, et le plus souvent cela se termine vers une orientation sur une autre discipline (car actuellement la mode est du style : cette année je fait badminton, l'an prochain plongée et l'année suivante macramé....)

     

     

    Il n'y a pas de règles figées, c'est là que tout notre art prends son sens, la décision sera strictement individuelle.

     

    Si j'ai pu t'aider en quoi que ce soit....

    A+

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    bjr jéjé

    je comprend pourquoi on t’appelle super jéjé . Il y a beaucoup d'humanisme aussi dans ton discours qui sort du cadre technique!!!! je crois que tu as une bonne approche de l'être humain

    Encore merci pour ces pauvres diabétiques qui ne l'ont certainement pas voulu!

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci Jéjé c'est clair ! Mais dans mon pays, soi-disant de liberté les choses sont très simples :

    Pas de plongée pour un diabétique 1 ou 2 !

     

    Cependant, et c'est la où le bas blesse, il n'y a aucune nouvelle évaluation médicale une fois la carte PADI obtenu ! Ainsi si AOW tu plonges partout et quelque soit ton état de santé.

    Lorsque je dois faire une évaluation , les choses sont simples et il n'y a aucun recours et sans aucune possibilité de derogation !

    Les instances PADI contactées sont intraitables et sans aucunes raisons valables.

     

    Le cas par cas n'existe pas. Hélas !

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Padi est une chose, la médecine en est une autre.

    Le secret médical existe également.

     

    Disons qu'un prétendant au certificat de non contre indication vienne te voir avec un diabete.

    Pour PADI si je comprends bien c'est une CI formelle.

    Admettons. (cela l'a été longtemps ici aussi.)

    en ce qui te concerne tu remets un certificat de non contre indication, et non pas de non contre indication pour plonger chez PADI....ton plongeur peut très bien plonger dans ces centres FFESSM, ou autre ailleurs dans le monde.

    a toi de voir ce qui te parait être une contre indication ou non.

    Maintenant, que se passe t il si ce plongeur a un accident (même si pas attribuable au diabete)

    c'est une question épineuse, mais tu auras quand même des arguments de défense, notamment celui d'avoir respecté des recommandations médicales solides et qui font foi.

    en gros, soit tu ouvres le parapluie - c'est niet

    Soit tu exerces ton art en assumant le dialogue qui peut en résulter (je sais cela peut être lourd)

    Tu peux t'entourer de l'avis de pairs (lettre de l'endorino assurant la quasi absence de risque d'hypo, la remise d'une fiche de recommandations de suivi etc etc....)

     

    Il existe un débat également sur l'asthme et même sur de nombreuses pathologies, c'est ce qui fait l'intérêt de notre job, sinon, un distributeur automatique suffirait à pondre tout certificat et autre ordonnance.

     

    Dans un autre domaine voici comment j'ai procédé :

    une administration avait décidée de rédiger un certificat d'aptitude au travail, dans lequel il était obligatoire de mentionner les pathologies dont pouvait être porteur le candidat. Faute de quoi le certif était rejeté.

    Or tu n'as pas le droit de mentir sur un certif, ni sur quelque docuiment que ce soit d'ailleurs, tout écrit d'un médecin vaut témoignage aux yeux d'un juge.

    Tu imagines que je n'ai pas emboité le pas dans cette démarche, j'ai porté l'affaire devant le conseil de l'ordre qui a fini par me donner raison 5 ans plus tard. (ils sont long au conseil...)

    Durant ces 5 ans, qu'ai je fait ?

    comme je me refusais à trahir le secret médical, je faisait la chose suivante.

    Je disait au candidat : trouvez vous normal que j'inscrive les maladies que vous avez eu sur le certif qui va à l'employeur.

    Le plus souvent la réponse était non,

    je pêchais donc par omission et leur disait : "donc vous allez très bien?"

    "oui"

    eh ben vous êtes aptes.

    En clair je ne voulais pas entendre s'ils avaient eu des maladies ou non.

    Si les candidats ne comprenaient pas le bien fondé de la préservation du secret médical je leur demandait d'aller voir un confrère...moins regardant.

    Depuis que l'ordre des médecins a rétabli cette anomalie, je travailles normalement bien entendu.

     

    mais merci de m'avoir appris certaines pratiques de chez PADI. (que je ne connais pas)

    La liste des CIndications FFESSM est "indicative" et non exhaustive.

     

    A+

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Ceci dit si la règlementation dans ton pays impose une CI formelle chez les diabétiques, il vaut mieux s'y conformer, car s'il s'agit d'une loi, on a pas a l'interpréter (du moins sur ce point)

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Évidemment, il y a comme un vide juridique, PADI fait signer une espèce de double décharge, d'une part il demande au client de donner les maladies dont il souffre et renvoi vers le médecin pour un décision finale.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Intéressant tout ça!!!!

    Bien entendu il faut garder le secret médical on est déjà assez fiché comme cela! Par contre le prétendant à la plongée peut mentir au médecin sportif,il serait de bon ton de consulter son généraliste qui lui est en principe au courant-------------------------------------Bon !!! épris de liberté et de responsabilité personnelle j’espère que ce type de procédure, outre la difficulté de mise en place ne verra pas le jour. Mais franchement les médecins sportifs croyez vous qu'un pratiquant va aller vous dire ses problèmes de santé au risque de se voir interdit le dit sport? j'ai connu ça en aviation ou il y a pour les pros une visite médicale de deux jours. J'en connais beaucoup qui cachaient leurs petites maladies car cela conduisait à des drames-------------perte d'emploi-------perte de salaire et j'en passe et des meilleures! il était d'ailleurs pas du tout prouvé que ces personnes étaient potentiellement dangereuses,mais la compagnie et l'administration déploient le parapluie-------on sait jamais? PADI fait de même avec leurs restrictions en tous genre et pas seulement pour la santé

    En fait à l'époque on considérait cette visite aussi mal que les examens pour conserver sa licence. Il faut donc pour les médecins une bonne dose de réflexions et d'objectivité. Il n'y a pas si longtemps les femmes réglées se voyaient interdire certaines pratiques sportives. Il en va de même pour ses pauvres handicapés. Pourtant il y en a qui montent à l'Everest ou nagent sans jambes il faut donc faire très attention aux restrictions absolues!!!!

    PS. je voudrai pas être médecin .

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    je ne sais pas ce que dit la loi chez vous, mais cela ressemble a un abus de pouvoir, PADI n'est pas un assureur.

    Si la loi l'autorise a de telles pratiques et si le college médical de chez PADI a décrété que le diabète quel qu'il soit est une CI formelle, il faut suivre, même si c'est absurde, ne serait ce que pour se couvrir, car en cas d'accident, même sans rapport avec le diabète tu serais en tort.

    Ceci dit tu peux l'expliquer au patient, dans ce cas, lui seul peut prendre la responsabilité de ne pas déclarer une maladie (c'est malheureusement le cas avec de nombreux asthmatiques qui te disent qu'ils n'ont rien car, les études l'ont montré il y a la même proportion d'asthmatiques parmi les plongeurs que dans la population générale.

    PADI n'a aucune fédération concurrente chez toi?

    Merci la FFESSM d'avoir une commission médicale active qui réfléchit.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Pour répondre a Untelosa, non la plupart des médecins généralistes ne sont pas au courant, a aucun moment dans leur cursus on ne leur parle de plongée sous marine.

    La problematique de la médecine du travail est différente.

    Le médecin du travail n'est pas le médecin traitant.

    En France, le médecin traitant ne peut se mettre en rapport avec le médecin du travail que si le patient a donné son accord, après avoir été informé des risques qu'il pourrait avoir à dévoiler certaines informations.

    De nombreux médecins du travail ne sont pas fous, et font tout pour laisser apte un employé, dans un emploi qu'il occupe depuis longtemps malgré certaines contre indications en raison du drame lié à la perte d'emploi potentielle.

    Imagine un boulanger de 50 ans qui ferait subitement un asthme à la farine???

    L-inaptitude doit être pesée, eu égard aux risques réels encourus, après avoir étudié les problématiques d'aménagement de poste, ou en cas de risque pour un tiers (un conducteur de train qui ferait une PMD par exemple..

     

    Bon cela nous éloigne de nos plongeurs diabétiques.

    Je pense que l'on a tout dit sur ce point.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    PADI à la majorité, les restes sont pour NAUI et CMAS dans l'ordre. Par contre je ne connais les exigences de ces 2 dernières associations !

     

     

    Pour ce qui concerne mon attitude vis à vis des certificats est bien sur très straight, non seulement pour la sante de mes clients, mais aussi vis à vis de leurs assurances qui n'hésiteront pas à les éjecter en cas de litiges !

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    • Dernières Discussions

    • Discussions similaires

      • 6
        Bonsoir!   Papa d'un fille de 10 ans qui souhaite passer pour le moment son baptême de plongée en Crète,je rencontre quelques soucis. En effet,elle a déjà passé son baptême en piscine et tout c bien passé. l'Endocrinologue qui la suit ne veut pas délivrer le certificat car cela figure dans la liste des Contre Indications .Elle dit s'être renseignée et nous parle de palier de décompression.... Euh pour un baptême y a pas de palier.(je passe mon N1) J'ai mené mais propre recherche sur le
      • 2
        Les résultats des recherches menées par DAN Europe indiquent que pour éviter une aggravation de l’hypoglycémie et pour interpréter correctement les symptômes liés à l’hypoglycémie pendant une plongée, les plongeurs diabétiques peuvent utiliser un système de contrôle en temps réel de leur glycémie pendant leurs immersions. En effet, dans le cadre d’une étude menée sur 26 plongées, aucune différence statistique n’a été observée entre les mesures de glycémie enregistrées à intervalles de 5 minutes
      • 2
        La commission médicale a mis à jour son site web pour y indiquer ses nouvelles recommandations. En résumé, jusqu'à présent les diabétiques étaient limités aux prérogatives N1 avec quelques restrictions, là ils étendent aux prérogatives N2 avec toujours quelques restrictions.   Diabète type 1 -accès à l’autonomie N2 : PA-20 / PE-40 -un seul diabétique par palanquée -plongée dans la courbe de sécurité -2 plongées / jour maximum (règles fédérales) -T° eau > 14°C (sauf port
      • 4
        Je déterre peut-être un post mais, ne le sachant pas, ne soyez pas trop sévère avec moi. Depuis ma dernière plongée on m'a découvert un diabète type 2 (DNID). Je suis un "régime" alimentaire, j'ai un traitement que je suis à la lettre et je suis suivi par un service de diabètologie.Pius-je encore plonger?
      • 44
        Bonjour,   Au vu des restrictions sur la plongée pour les diabétiques, peut on faire passer un N2 ou faire jouer la passerelle PADI vers FFESSM à un plongeur diabétique ? A t'on légalement le droit ?   Le diabétique en question est N1 FFESSM et Advanced Open Water Padi. A déjà fait à l'étranger plusieurs plongées entre 20 et 40m et est super à l'aise dans l'eau.   Pour rappel les restrictions : Plongée limitée à 20m en étant encadré Durée max 30min Plonger dans la courbe de sécu
    ×
    ×
    • Créer...