Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Parcours niveau 1.


    Messages recommandés

    Bravo et merci pour ce récit.

    Je trouve bizarre que le moniteur n'ait pas voulu que tu fasses ton palier de sécu. Même si pas obligatoire, dans notre club on ne le saute jamais. Une habitude de fonctionnement que je trouve bonne.

    oui suis bien d'acc avec ça grouille

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • 6 months later...
    • Réponses 133
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    Top Posters In This Topic

    Posted Images

    Bonjour skarnls

     

    Comme j'envisage de passer mon niveau 1 et que je cherche la formation qui puisse me convenir, j'ai lu avec intérêt ce fil de discussion.

    Donc si je comprend bien, tu as fait cette formation en structure commerciale ( Vert Marine d'après ce que j'ai trouvé ) ; c'est bien ça ?,

    Je vois que ta formation c'est déroulée sur une durée très courte ; Mais combien de temps au total (heures) ? et étalée sur combien de séances ?

    Perso, je réfléchi à la formation que je vais suivre (club : formation sur un an, donc au mieux N1 en 2017 ; structure commerciale (vert Marine Chartres /fosse 20m) (j'attends le retour d'infos demandées) ou stage de 3 jours à Tours...

     

    D'avance Merci.

     

    PS : MP envoyé

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Pat je ne réponds pas à la place de skarnis seul lui peut te répondre.

    Ceci étant dit il faut que tu comprennes que toutes les instructions en plongée fonctionnent sur des pré-requis. C'est à dire un certain nombre d'aptitudes à gérer une situation donnée, Par exemple pour le niveau 1 entre autre. La gestion de la flottabilité, le vidage du masque et autres fariboles plouffesques. Toutes ces formations sont régulièrement mises à jour par l'organisme dont tu dépends et donnent certains privilèges. En France la CMAS et surtout la FFESSM. Ceci étant dit en principe il n'y aura pas de différences entre 2 types de formations car les dits pré-requis sont les mêmes. Cependant si les buts à atteindre sont les mêmes, la gestion des exercices peut s'inscrire effectivement dans une durée différente. En structure commerciale c'est un cycle court sur quelques jours et un certain nombre de plongées. En association c'est plus long, plus convivial car dans le temps tout le monde se connait et l'avantage c'est que tu as le temps d'assimiler tout ce que l'on va te dire . Les deux ont des avantages et des inconvénients. En structure c'est souvent directement en mer ce qui est sommes toutes plus normal, parfois effectivement en fosse comme semblerait-il à Chartres??. En association c'est la plus part du temps en piscine + parfois en mer ça dépends ou te te trouves. A toi de choisir ce qui te convient

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Tu trouveras sur la page de notre club les éléments qui vont constituer l'apprentissage au niveau 1 :

    http://www.sas-plongee.org/index.php/formations/pn1

    Notre club est FSGT et pas FFESSSM (différence de philosophie dans l'approche pédagogique) mais le contenu est identique.

    Je suis d'accord avec Untel : en club c'est plus convivial et on ne doit pas se presser avec l'attente d'avoir son niveau en x plongées mais être certain de maîtriser chaque étape. Exemple, si tu ne maîtrises pas l'immersion, il faudra travailler ce point jusqu'à ta réussite, et ce, peu importe le nb de plongées.

    Et au-delà, pour progresser il faut plonger souvent pour répéter les gestes.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Ci-joint un copier/coller de la réponse faite à Pat en MP :

    N'hésitez pas à me contredire si j'ai dit des bêtises

     

    "Bonjour,

     

    étant de région Parisienne, et plus particulièrement dans une communauté d'Agglomérations de laquelle dépend la piscine où j'ai passé mon N1, cette option fût la plus évidente pour moi :

    - proximité avec mon domicile

    - structure neuve

    - tarifs résident. De mémoire, j'ai passé mon N1 pour un peu plus de 300€ licence comprise.

     

    Cette formation s'est déroulée en 4 sessions de 2h : 3 dans la fosse et une purement théorique.

     

    Le moniteur que j'avais était non seulement à l'écoute mais très pédagogue.

     

    Pour ce qui est de l'apnée, je n'ai jamais eu de formation mais ai fait pas mal de snorkeling. De toute façon cet aspect n'a rien à voir avec la plongée donc ne vous souciez pas de ça.

     

    Avant cette formation, j'avais fait 2 plongées baptême : une en Crète avec le PADI où nous sommes descendu à 12m et une autre à Palavas les Flots ou nous sommes descendus à 6m.

     

    Mais pour résumer la chose plus simplement : si vous n'avez pas la mer à proximité, c'est le moyen de plus rapide d'acquérir les bases et de pouvoir par la suite se faire plaisir en vacances, mais si vous avez la possibilité de le passer directement en milieu naturel, j'avoue que cette option serait bien plus enrichissante.

     

    Bon courage pour votre formation !"

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Bonjour à tous,

     

    après environs 2 années sans plonger, je profite de vacances dans la région PACA pour enfin pouvoir profiter de mon N1.

     

    Avec mon binôme, nous nous rendons donc dans un club de plongée à Bormes-les-Mimosas qui m'a été chaudement recommandé par l'un de mes collègues plongeur.

     

    La prise de contact se fait sans difficulté et l'accueil est plutôt chaleureux. Je signale le fait que nous avons très peu de plongées et qu'une réadaptation est plus que nécessaire. Un RDV est pris pour le lendemain pour visiter le site "la pointe de la galère".

     

    Le jour J, nous arrivons au club et commençons à nous équiper avec le matériel fourni par la structure. Tout est dans un état impeccable et l'encadrant qui nous a été assigné prend bien le temps de nous choisir du matos adapté et ira même jusqu'à vérifier avec nous que nous avons bien gréé nos blocs etc.

     

    Globalement, la partie équipement n'a pas posé de problème, aucune difficulté à fixer correctement la bouteille au gilet et les gestes sont revenus naturellement.

     

    Après un trajet de 35 minutes en bateau sur une mer légèrement agitée nous arrivons sur le site. Un petit briefing et une bascule arrière plus tard, nous nous retrouvons à la flotte.

     

    Nous amorçons notre descente le long d'un tombant et tout de suite je suis frappé par toute cette vie autours de nous : d'innombrables castagnoles, des girelles, dorades, saupes et tout un banc de barracudas... La visibilité est excellente mais pas le temps de trop s’attarder, le moniteur file devant à toute allure et il serait dommage de se perdre pour notre reprise (ça ferait mauvais genre...).

     

    Mon binôme à un peu de mal a se stabiliser, et le moniteur lui viendra plusieurs fois en aide pour qu'elle ne remonte pas trop... Quand à moi, je repère un beau denti à proximité et commence à l'approcher doucement, il me balade un peu et fini par se sauver. Il ne m'a pas accaparé longtemps, mais suffisamment pour que sans m'en apercevoir je descende plus bas que la palanquée située elle à 20m. Le moniteur me fait signe de remonter et je m'exécute de suite. Mon ordinateur m'indiquera une profondeur de 24m à ce moment là.

     

    La balade se poursuit tranquillement et comme régulièrement au cours de la plongée, le moniteur nous demande la pression dans nos bouteilles. Mon binôme est à 70 bar alors que moi je suis sur la réserve... Le moniteur me présente son octopus (échange qui se passe comme sur des roulettes) et je poursuivrait la plongée sur sa bouteille quasiment jusqu'à la fin de la plongée.

     

    Au moment de remonter, mon ordinateur m'indique un palier de 3 minutes que je commence à faire tranquillement... Le moniteur me fait signe de remonter malgré tout. Je comprend pas sur le coup et lui montre mon ordinateur avec le doigt. Il insiste et je m'exécute. Une fois sur le bateau, il se moquera gentiment de moi en me disant que ce palier de sécurité n'était pas nécessaire.

     

    Après un rapide débriefing sur nos petits soucis de stabilité (bizarrement je me sentais à l'aise dans l'eau et n'avais pas l'impression de jouer au yoyo) un gouter nous est offert et nous rentrons au port.

     

    Très contents de tout ce que nous avons vu, nous reprogrammons une autre sortie et je réclame si possible une épave.

     

    Quelques jours après, nous nous équipons à nouveau pour aller voir le Spahis.

     

    Il y'a plus de monde sur le bateau cette fois-ci et notre moniteur (toujours le même) prend plus de temps pour nous briefer mon binome et moi-même afin de nous donner des astuces pour améliorer notre stabilité. Il insiste également sur un point en particulier : personne ne doit se trouver en dessous de lui. Il décide aussi de modifier notre lestage et je me met à l'eau avec 4kg de plombs au lieu des 5 kg la fois précédente.

     

    Nous sommes un palanquée de 6 et c'est groupés que nous commençons à descendre... Enfin que nous essayons. Alors que je vois le moniteur et un autre gars filer à toute allure vers le fond, nous somme 4 péquenots à ne pas descendre... J'ai beau vider mes poumons, mon gilet rien à faire, je ne descend pas. Tant pis, un bon canard improvisé à 1m50 de profondeur et je descend.... Difficilement mais je descend. Et arrivé au niveau des 2 autres compères qui nous attendent en bas je n'arrive pas à me stabiliser, je suis obligé de palmer pour rester à leur niveau et bizarrement, c'est le bas de mon corps qui remonte tout seul. J'en conclu que je ne suis pas assé lesté.

     

    Le reste de la palanquée arrive nous commençons notre promenade. Je me retrouve coincé au milieu du groupe et ne me sent pas à l'aise du tout : un coup de palme par çi, un coup d'épaule par là, j'ai l'impression d'être dans le RER et j'ai l'impression d'en prendre un peu plein la gueule... Mon binôme dans toute cette confusion est derrière moi, pas loin mais derrière et je n'aime pas quand je ne le vois pas. Le moniteur lui est devant et file à toute allure.

     

    Au bout d'un moment, j'en ai marre et remonte un peu pour laisser le reste de la palanquée passer devant et je reste ensuite à la hauteur de mon binôme... Ca va tout de suite mieux, fini les coups de palmes et je profite un peu plus de ce qu'il se passe autour. Énormément de dorades, de girelles, d'apogons, quelques oursins viendrons animer le tableau mais pas d'épave en vue... Je regarde régulièrement mon manomètre et arrive à mi-pression. J'aimerais le signaler au boss mais il est loin devant et continue sa course. Je reste en queue de palanquée avec mon binôme et la balade continue... Sur ma gauche, je fini par apercevoir une forme qui me fait penser à une locomotive... Une cheminée peut-être ? L'épave doit être dans le coin et nous poursuivons notre route. Peu de temps après, nous arrivons au dessus du Spahis et le moniteur s'arrête enfin et commence par ordonner à un binôme de ne pas descendre puis nous demande à tour de rôle notre niveau d'air. Je les vois tous indiquer 100, 110 bars et moi je suis à ... 80 ????? Je vérifie encore et non, je ne me trompe pas, je suis à 80 bars. Quand je l'indique au boss, il me redemande pour être sûr et me fait des gestes de mécontentement. Moi sur le coup de pige pas comment en ayant fait l'économie de mes mouvement et suivi ses conseils je me retrouve à consommer autant.

     

    Nous faisons le tour de l'épave, je la trouve plus impressionnante que ce que j'imaginais et je trouve le tableau superbe. Puis nous la laissons derrière nous et après quelques temps, j'indique au moniteur que je suis sur la réserve.

     

    Il fait signe à son binôme que nous allons inverser et me tend son octopus. Ca fait 2 fois, sérieux sur le coup je l'ai mauvaise et je terminerais la plongée une fois de plus en grattant de l'air à un autre.

     

    Une fois au sec, je m'attend à me faire réprimander mais en fait pas du tout, un petit débrief et je parle de mon sous-lestage et du fait que je me sentais moins à l'aise que la fois précédente. Le moniteur lui trouve qu'au niveau stabilité nous étions mieux, je ne partage pas son point de vue mais peu importe, j'ai quand même plein de belles images en tête.

     

    Je regrette de ne pas pouvoir plonger plus, j'ai bien ressenti les lacunes dues au manque de pratique et je pense qu'il va falloir que je trouve le moyen (et le temps, et l'argent) pour remédier à tout ça...

    intéressant ton post: surtout la deuxième plongée

    Ce que je retiens c'est ton sous lestage !!!! La prochaine fois envoi balader ton monit. Le lestage est personnel et en règle générale il vaut mieux avoir un peu plus de poids que pas assez, n'écoute pas les sirènes des anciens qui te disent le contraire et que ça fait mal au dos----------ce n'est pas vrai! Ce n'est pas un petit KG de plus qui va te le faire. Ensuite quand tu avais 100 bars fallait rattraper le guide et lui dire même si tu étais dernier à ce moment la il avait plusieurs choix compte tenus de la conso des autres. Te donner de l'air sur sa bouteille ou gérer la plongée sur le plus faible c'est à dire toi.

    Ne pas faire le palier dit de sécurité ce n'est pas bien, mais j’étais pas la bas donc peut être y avait-il des raisons?

    le signe agacé vu ta consos pas bien non plus surtout sur des débutants car cela culpabilise pour rien, alors que c'est a lui à gérer ce genre de problèmes.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    tes récits sont intéressants et tu as ressenti tes lacunes. c'est normal

    La conso, le lestage , l'aisance s'acquière en plongeant. Ne culpabilise pas et reprends la plongée en piscine si tu le peux avec un encadrement club qui t'emmènera en fosse et en milieu naturel dès que les températures et météos le permettront.

    Bonnes bulles

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    intéressant ton post: surtout la deuxième plongée

    Ce que je retiens c'est ton sous lestage !!!! La prochaine fois envoi balader ton monit. Le lestage est personnel et en règle générale il vaut mieux avoir un peu plus de poids que pas assez, n'écoute pas les sirènes des anciens qui te disent le contraire et que ça fait mal au dos----------ce n'est pas vrai! Ce n'est pas un petit KG de plus qui va te le faire. Ensuite quand tu avais 100 bars fallait rattraper le guide et lui dire même si tu étais dernier à ce moment la il avait plusieurs choix compte tenus de la conso des autres. Te donner de l'air sur sa bouteille ou gérer la plongée sur le plus faible c'est à dire toi.

    Ne pas faire le palier dit de sécurité ce n'est pas bien, mais j’étais pas la bas donc peut être y avait-il des raisons?

    le signe agacé vu ta consos pas bien non plus surtout sur des débutants car cela culpabilise pour rien, alors que c'est a lui à gérer ce genre de problèmes.

     

    Et oui, ce sous lestage m'a bien pourri le début de ma plongée et je pense que j'ai pompé pas mal d'air inutilement en faisant des efforts pour me maintenir à la bonne profondeur. Je pense que pour être sûr de mon coup, je vais m'acheter MA ceinture avec MES 5 ou 6 Kg de plombs qui vont avec, comme ça pas d'embrouille !

     

    J'avoue que lorsque j'ai vu ma consommation, j'ai eu un moment d'hésitation pour aller rattraper le guide. Ma réflexion à ce moment a été la suivante :

    1) Je palme plus fort pour le rejoindre (et je pompe plus d'air du coup) et je lui signale.

    2) Je le signale à mon binôme en qui j'ai toute confiance, je suis le mouvement et le signale dès que le prof me regarde.

     

    J'ai choisi la seconde option car bien qu'il traçait sa route assé loin devant nous, le prof se retournait vers nous à intervalles plutôt réguliers. Mon binôme étant au courant de mon niveau d'air (étant loin d'être alarmant qui plus est) était pour moi à ce moment là rassurant. Ceci dis, je n'aurais pas non plus attendu 10 longues minutes qu'il daigne enfin se retourner, au bout d'un moment j'y serais allé de moi-même.

    Me doutant donc qu'il se retournerait, pomper plus d'air pour aller le rattraper ne me semblait pas judicieux ni pour moi, ni pour le reste de la palanquée.

     

    Je me doute au vu ta remarque que je n'ai pas choisi la bonne option. Je m'en souviendrais pour la prochaine fois.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    tu dis:

    Je me doute au vu ta remarque que je n'ai pas choisi la bonne option. Je m'en souviendrais pour la prochaine fois.

    exact!!!! Pour une bonne et simple raison, seul le guide a une vue générale sur la consommation de toutes la palanquée, pas toi. Et si il y en a deux qui sont guet guet question air, l'option de donner de l'air est fortement compromise!

    Je pense ainsi qu'il faut toujours dire quand on arrive a 100 Bars. Il est vrai aussi que sur de grandes palanquées la notion de binôme est importante, celle de serre file aussi, car parfois le guide ne peu pas tout gérer, mais pour la conso générale oui c'est a lui de gérer et c'est basique.

    Quant-au sous plombage, bien souvent des guides moustachus emmènent un plomb supplémentaire dans leurs poches pour palier.Autres solutions que j'utilise parfois, je mets des cailloux un peu lourd dans la poche du bouchon

    Je me souvient d'une plongée en Thaïlande ou j'ai fait toutes l'immersion en appuyant sur la bouteille du bouchon et dans son dos alors que j'avais vidé complétement mon gilet tout cela parce qu'un pignouf lui avait dit de ne pas trop se lester car lui se vantait d'en mettre peu voir pas du tout------------------------bon!!!! la plongeuse bouchon c’était une blonde!!!!

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Je vais pouvoir tenter d'appliquer tout ça en mai, normalement je vais en Bretagne dans le golfe du Morbihan et je compte bien aller voir ce qu'il se passe dans les profondeurs abyssales que mon N1 me permet d'explorer^^

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • 1 month later...

    Bonjour à tous,

     

    profitant d'une semaine de congés dans le Morbihan, je décide d'aller me faire une petite plongée dans le golfe pour voir ce qu'il s'y passe.

     

    Un rendez-vous est pris pour le mercredi et nous nous rendons en bateau sur le site nommé "la cale de l'île longue".

     

    20 minutes de trajet et une bascule arrière plus tard, nous nous retrouvons à l'eau avec une palanquée réduite : le moniteur, mon binôme et moi-même.

     

    Nous commençons à descendre le long d'une corde et là stupeur : on y vois absolument RIEN ! A peine 2 mètres de visibilité, une eau aux teintes vertes avec énormément de particules de vase en suspension... L'ambiance est vraiment particulière, on s'y sent limite cocooné durant les premiers instants.

     

    Arrivés en bas, le moniteur nous montre la direction à prendre et c'est groupés que nous avançons... Enfin... A peine 2 coups de palmes que je ne vois plus mes 2 compères. Un petit tour sur moi-même (comme convenu lors du briefing sur le bateau) et toujours rien. Je m'imagine déjà remonter après à peine 3 minutes dans l'eau mais je fini par distinguer une forme, puis une seconde. Tout va bien et nous poursuivons notre route. Après une pénible descente durant laquelle j'ai un mal de chien a me stabiliser, nous arrivons à -15 mètres et nous commençons à y voir légèrement plus clair au niveau du sol.

    Il y'a beaucoup d'araignées et de coquilles saint-Jacques ainsi que des vives et des gobies. Quelques spirographes viennent égayer tout ce beau monde.

     

    Au moment de la remontée, j'ai encore plus de mal à me stabiliser et je lutte comme un porc pour ne pas remonter comme une bulle, si bien qu'à un moment, je suis obligé de m'accrocher à une pierre et là, je vois une masse grisâtre bouger juste sous ma main. Poussé par la curiosité, j'approche ma tête pour voir de quoi il s'agit (forcément, la visibilité est mauvaise) et je me retrouve nez à nez avec un congre. Sacrée surprise, c'est très impressionnant ! ! ! ! !

     

    Après 40 minutes de plongée, nous effectuons notre palier de sécurité et remontons à bord.

     

    Plonger en ayant quasiment aucune visibilité est une grande première pour moi et cette expérience est vraiment intéressante. Par contre au niveau de la stabilité, ce fût une horreur !

     

    Un type de plongée que je referais sans hésiter !

    Modifié par Invité
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • 1 year later...

    Bonjour,

    de retour en Bretagne pour une semaine de congés, j'avais décidé de me planifier 3 plongées.

     

    Malheureusement, la météo en aura décidé autrement : forte houle, vent etc.

     

    Bref, après une annulation de dernière minute, je passe quelques coups de fil pour essayer de trouver un centre qui me proposerais une sortie et c'est finalement à Carnac qu'on me proposera de plonger.

    On me greffe gentiment sur une session de formation Open Water en me prévenant par contre que nous n'irons pas au delà des 6m de profondeur.

     

    Peu importe, j'ai bien trop envie de tremper mes palmes.

     

    Après avoir préparé notre équipement, c'est par la plage que nous entrons dans l'eau pour "explorer" le spot appelé "Yacht club".

     

    Nous voilà partis, avec mes 3 compères du jour (le moniteur et 2 élèves) pour un bon 200m capelés.

     

    Arrivés sur le lieu de l'immersion, nous nous regroupons, nous passons en revue la procédure de perte de palanquée et le moniteur explique les exercices qu'il va faire faire à ses élèves.

    Pour ma part, avant de plonger, j'ai pu parler un peu avec le moniteur en lui disant que je n'avais jamais fait d'orientation. Il m'a donc équipé d'une boussole pour me familiariser avec.

    Les binômes sont également formés à ce moment là en surface.

     

    Nous commençons donc à descendre et c'est sans surprise que je constate que la visibilité est nulle : c'est simple : lorsque je tends le bras, je vois à peine mon coude.

    Bizarrement, j'aime beaucoup cette ambiance "feutrée", on y vois rien mais c'est apaisant.

     

    C'est apaisant, mais pas trop longtemps quand même car très vite je ne vois plus mes compères.

    J'applique donc pour la première fois de ma vie la procédure de perte de palanquée. En surface, je tombe sur mon binôme puis quelques secondes à peine après, je vois deux tête crever la surface.

     

    On se regroupe à nouveau puis nous redescendons... Rebelote, à peine 3 minutes après, nous sommes à nouveau séparés.

     

    En surface, je m’aperçois que nous avons tous dérivés sans nous en rendre compte car ce n'est pas groupés que nous remontons.

     

    La 3ème descente sera la bonne, et c'est avec énormément de mal que nous progressons parmi les fines particules en suspension de cette eau trouble aux teintes vertes.

    Mon binôme est vraisemblablement sous-lesté et je lui viens régulièrement en aide pour l'aider à se maintenir.

    Le moniteur s'en aperçoit vite et lui remet du poids supplémentaire. Et oui, il doit avoir tellement l'habitude qu'il avait emporté des plombs supplémentaires dans sa stab'. Je me rappel à ce moment là de ma plongée sur le Spahis et regrette que mon guide à ce moment là n'ai pas eu le bon sens de faire de même... Bref.

     

    J'avais emporté avec moi une lampe que je m'étais acheté et je me rend rapidement compte que j'ai du mal à tout gérer : j'ai cette tendance à toujours vouloir garder mon inflateur en main, ma lampe était attachée du même coté que l'inflateur et je me sens obligé d'avoir mon manomètre dans mon autre main... Sûrement un réflexe de débutant... Résultat : j'ai pas assé de mains et j'ai l'impression de jongler avec mes instruments.

     

    Nous arrivons aux alentours des 6m quand le moniteur nous demande tour à tour d'effectuer un vidage de masque.

    Quand arrive mon tour, je remplis mon masque, bascule ma tête légèrement en arrière, appui sur le haut de mon masque, souffle avec le nez et là : POC !

     

    C'est mon oreille qui viens de faire ce POC ???? Oulà oui, et ça fait pas du bien cette histoire !

     

    Le temps que je comprenne, le moniteur nous demande de lui indiquer notre pression sur le mano... Je ne lui donne pas ma pression et lui fait signe "ça va pas" et lui désigne mon oreille.

    Ni une ni deux, il me saisi par le gilet, fais signe au reste du groupe de se rapprocher puis annonce notre remontée.

    Je m'attend à ce que la douleur s'estompe en remontant mais ce n'est pas le cas.

     

    Une fois à la surface, j'ai toujours mal, le moniteur me dis de prendre mon temps, de ne pas insister à essayer d'équilibrer mes oreilles et me recommande de me moucher. Effectivement, la douleur s'estompe un peu mais j'ai toujours mal.

     

    Il me demande si je suis prêt à redescendre, je répond que oui, tout en annonçant que si la douleur reviens, on remontera aussi sec.

     

    Finalement, tout se passe bien et la douleur est plus que supportable, nous descendons et nous arrivons au fond : je ne le vois pas, mais je le sais car mon genou heurte une caillasse et en y regardant de plus près, je vois que la chair est bien entaillée... Décidément, c'est pas mon jour.

     

    Bref, j'explore le fond...C'est sableux, y'a quelques algues et cailloux mais aucune trace de vie animale.

     

    Le moniteur viens me voir, me fais signe de prendre la boussole et me demande de tous nous guider cap au nord... Nous voilà sur le chemin du retour et notre plongée s'achèvera au bout de 65 minutes.

     

    Plongée une fois de plus très enrichissante malgré mes bobos : j'ai (enfin) pu mettre en application la procédure de perte de palanquée, cette piqûre de rappel est bienvenue. A ma grande surprise, peu de problème de stabilité.

    Vivre ma 1ère vrai remontée assistée m'a fait son petit effet également

    Je prend conscience aussi que je vais devoir, à défaut de m'acheter une main supplémentaire, apprendre à organiser le matériel accroché à ma stab' pour ne pas m'emmêler les pinceaux.

    Ah oui, note pour plus tard : investir dans une boussole qui se fixe au poignet (sinon c'est 4 mains qu'il va me falloir).

     

    En tout cas, cette ambiance des fonds marins Bretons me plaît vraiment beaucoup !

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Ton moniteur t'a remonté : c'est bien ça

    Pb de lestage : le moniteur qui ne vous connaissais pas aurait dû vous faire réaliser un test de lestage. Indispensable je trouve.

    Procédure de remontée en cas de perte de palanquée : je plonge le plus souvent en carrière et on applique cette procédure. C'est cool que tu aies pu la vivre car ça arrive. Et le bon très bon c'est que toute la palanquée l'a mise en place.

     

    Sur ce que tu racontes, je trouve que c'est un bon encadrement

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    • Dernières Discussions

    • Discussions similaires

      • 57
        Salut tout le monde   Je suis passé en combi étanche depuis 10 plongées et j'utilise exclusivement la combi pour la flottabilité   Souvent vers le milieu de plongé, j'ai un sensation bizarre d'air au niveau des pieds qui me dérange un peu (s'est dur a expliquer, j'ai l'impression d'avoir plus de mal a palmer..) Est-ce que sa viens du fait que les bottes de la combi étanche sont pas mal plus grand que ma pointure? J'utilise des chaussons Fourthelement dessous.  
      • 9
        Bonjour,   a savoir que je viens de passer mon niveau 1 en Lac et me pose sérieusement la question de commencer à acheter mon matos et plus particulierement la partie detendeur qui par les temps qui courent, et bien que dans les clubs le matos devrait etre bien nettoyé desinfecté, je préfere investir la dessus en 1er et pour la stab je verrai ensuite. Vous m'avez compris je voudrais au moins de ce coté assurer un peu plus pour ma santé.   Ma question donc; si mon club dans un
      • 33
        Bonjour à tous, Voici ma problématique: Je suis dans un club, MF1 et nous ne ne disposons en plus de moi même que de 2 niveaux 4 pour encadrer nos plongeurs. Je suis le seul à être DP. Je me suis donc dit: je vais leur faire passer le N5 afin qu'ils puissent officier comme DP lors des  sorties d'explo et ainsi ma présence n'est pas indispensable à chaque fois. Le souci c'est que l'un des deux a eu son N4 avec la FSGT. Il est impossible de lui décerner le N5 selon le MFT car i
      • 178
        Bonjour à tous 🤗   Je me joins à votre conversation. Même si le fonctionnement des clubs et leurs intrigues de couloir me sont assez inconnus, il se trouve que mon club manque cruellement d'encadrants.   Actuellement nous avons qu'un seul MF1 réellement actif, mais malheureusement plus tout jeune et qui d'après ce que j'ai appris récemment, n'aurait plus une santé de fer. Ce qui toutefois ne l'empêche pas de plonger dès que possible 😉 Nous manquons aussi de E2 ou de person
      • 23
        bonjour je suis en fac 1 ere annee sciences et vie de la terre et je souhaiterais devenir biologiste marin. Afin de pouvoir faire des recherches dans l avenir plus sur le terrain qu en labo j ai commencé à me former à la plongée j ai le niveau 1  Open water diver SSI -je suis parti sur une formation internationale au vue de pouvoir poursuivre mes études ou exercer à la fin de mes études à l étranger si l occasion se présente ou si absolument nécessaire Mon parcours d'études va êtr
    ×
    ×
    • Créer...