Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Parcours niveau 1.


skarnls

    Recommended Posts

    Ton moniteur t'a remonté : c'est bien ça

    Pb de lestage : le moniteur qui ne vous connaissais pas aurait dû vous faire réaliser un test de lestage. Indispensable je trouve.

    Procédure de remontée en cas de perte de palanquée : je plonge le plus souvent en carrière et on applique cette procédure. C'est cool que tu aies pu la vivre car ça arrive. Et le bon très bon c'est que toute la palanquée l'a mise en place.

     

    Sur ce que tu racontes, je trouve que c'est un bon encadrement

     

    Oui, je dois dire que cet encadrement était plutôt rassurant.

    C'est quoi que tu appelles un test de lestage ?

    Link to comment
    Share on other sites

    C'est quoi que tu appelles un test de lestage ?

    Bonjour,

     

    Il y a deux test de lestage. Le plus simple et le plus courant est de se mettre à l'eau avec tout son équipement et son lestage. Stab dégonflée, on doit avoir de l'eau à mi-masque. Si on souffle, on doit sentir qu'on coule doucement. Si vous coulez stab dégonflée alors que vous n'avez pas soufflé, c'est que vous êtes trop lesté. Si vous avez du mal à couler alors que vous soufflez tout ce que vous pouvez, c'est que vous n'êtes pas assez lesté.

     

    Le deuxième test ne pourra se faire qu'en fin de plongée, et donc n'être utile que pour la plongée suivante. En fin de plongée, avec un bloc de 12 L à 50 bar, vous vous êtes allégé du poids de l'air contenu dans votre bloc, soit un peu plus de 2 kg. Vous devez pouvoir être stable à 3 m (au palier) avec votre stab dégonflée sans être obligé de souffler tout ce que vous pouvez. Si au palier vous gonflez votre stab pour ne pas couler, c'est que vous êtes trop lesté. Si vous vous envolez au palier, c'est que vous n'êtes pas assez lesté.

     

    Situation particulière : avec un bloc 12 L acier et une combinaison fine (1 à 3 mm) ou un shorty, il est possible que même sans lest vous soyez un peu lourd. Comme on ne peut pas enlever de lest quand on n'en a pas, il n'y a rien à faire ;-)

     

    Ah, le lestage, un sujet inépuisable... À mes débuts, j'ai croisé pas mal de moniteurs et guides dictateurs du lestage. Ils n'avaient qu'un objectif, retirer le plomb qui était à ma ceinture. Du coup, j'ai peiné pour descendre, et surtout j'avais en permanence peur de m'envoler au palier.

     

    Comme ça vous a été conseillé, ne vous ajoutez pas un problème à vos problèmes de débutants (se familiariser avec le milieu, les procédures, les tuyaux, le gonflage, le dégonflage, la purge du masque, la visibilité, le détendeur, le manomètre et j'en passe). Prenez un kilo de plus quitte à être un peu lourd : c'est rassurant.

     

    Une fois que vous aurez plus d'aisance, vous allez vous rendre compte que les kilos supplémentaires ont tendance à vous faire avancer en étant oblique (pour caricaturer comme un hippocampe), alors que l'idéal est d'être bien allongé dans l'eau. En plus, le lest, il faut le porter. Vous pourrez alors tenter d'enlever un peu de lest et vous allez vous rendre compte que finalement, avec un peu moins de lest, vous serez mieux positionné dans l'eau. Mais ça a un prix, on peut galérer un peu pour couler, et on peut être obligé de faire attention au palier pour ne pas s'envoler. À vous de voir...

    Edited by Guest
    Link to comment
    Share on other sites

    Comme on ne peut pas enlever de lest quand on n'en a pas, il n'y a rien à faire ;-)

    .../...

    Ah, le lestage, un sujet inépuisable...

     

    Une solution pour ceux et celles qui sont surlestés sans avoir de lestage: une ceinture de piscine à attacher autour du bloc: efficace, simple, confortable.

    Une autre solution est de mettre du liège dans le support plastique de la bouteille.

    J'ai eu ce soucis longtemps. Aujourd'hui, j'ai pris l'altérnative d'augmenter le volume de ma stab.

     

    ("t'es lourde...

    -ouais, un vrai boulet ! )

     

    Un des moniteurs qui m'a formée m'avait donner ces astuces pour ne pas pénaliser mes élèves lors des formations

    Link to comment
    Share on other sites

    • 11 months later...

    De passage en Haute Savoie, je décide de faire une halte à Thonon-les-bains pour aller plonger dans le Léman.

     

    Premier constat au bord de l'eau : le bleu est magnifique, l'eau est limpide et plutôt bonne au bord.

    Après nous être équipés (au total, 6 plongeurs à la flotte) un rapide briefing nous est donné puis nous entrons à l'eau depuis le bord.

     

    Rapidement, cette eau que je trouvais bonne est vite devenue glaciale : je ne sentais plus le bout de mes doigts et mes orteils.

    Cette problématique a vite été oubliée par l'arrivée d'un autre problème qui viendra me pourrir l'intégralité de ma plongée : mon masque a décidé de s'embuer.

    Il faut préciser que malgré la limpidité apparente du lac en surface, la visibilité était très mauvaise, 3 mètres tout au plus et malgré le fait que la palanquée était groupée, c'est à peine si je voyais mes compères.

    Bref, j'avance très péniblement et passe mon temps à remplir puis vider mon masque pour dégager la buée qui reviens chaque fois à une vitesse étonnante.

    Cette situation a eu pour effet de me stresser puis de m'énerver, si bien que j'ai été tenté de remonter pour tout envoyer valser (surtout le masque en fait). Je me suis vraiment fait violence pour garder mon calme et essayer de trouver une solution à mon problème.

    Mon binôme, une jeune femme qui une fois au sec m'avouera être monitrice, s'en aperçoit et passera le reste de la plongée à veiller sur moi : me prendre par la main quand entre deux vidage de masque je perd le reste de la palanquée, me demandera très régulièrement si j'ai froid etc.

    Je ne voyais tellement rien que lorsque le guide me fera signe de lui donner l'état de mon air, je n'ai pas compris qu'il me faisait des signes.

    Et comme si cela ne suffisait pas, en vidant mon masque à un moment, j'ai lâché ma lampe attachée à mon poignet par une dragonne assé longue et celle-ci s'est enroulée autour de mon détendeur ce qui avait pour effet de me l'arracher de la bouche chaque fois que je bougeait le bras... Une catastrophe, merci au guide qui m'a dépêtré de cette mauvaise posture.

    Nous ne resterons que 30 minutes à l'eau et atteindrons une profondeur de 20 mètres durant lesquelles je verrais péniblement des perches, des écrevisses énormes, une épave de barque et une autre de voilier.

     

    La remontée se fait sans que je m'en aperçoive tellement j'étais désorienté et je fini par crever la surface avec un immense soulagement.

     

    Je me suis excusé je ne sais combien de fois auprès de mon binôme pour lui avoir pourri sa plongée. Elle s'appelle Delphine et est visiblement très expérimenté. Elle est d'une gentillesse qui me touche beaucoup, rassurante, pleine de bon conseils pour mes futures plongées : je n'aurais pas tout perdu ce jour là.

    Link to comment
    Share on other sites

    Rapidement, cette eau que je trouvais bonne est vite devenue glaciale : je ne sentais plus le bout de mes doigts et mes orteils.

    Ben voilà, on fait des découvertes au fur et à mesure de ses plongées. La température qui descend de dix degré entre la surface et le fond, j'ai vécu ça au bout de 250 plongées. Et comme vous, je n'ai pas beaucoup aimé.

    Cette problématique a vite été oubliée par l'arrivée d'un autre problème qui viendra me pourrir l'intégralité de ma plongée : mon masque a décidé de s'embuer.

    Ah ça je n'ai pas attendu 250 plongées pour le vivre ;-)

    Je ne voyais tellement rien que lorsque le guide me fera signe de lui donner l'état de mon air, je n'ai pas compris qu'il me faisait des signes.

    Et comme si cela ne suffisait pas, en vidant mon masque à un moment, j'ai lâché ma lampe attachée à mon poignet par une dragonne assé longue et celle-ci s'est enroulée autour de mon détendeur ce qui avait pour effet de me l'arracher de la bouche chaque fois que je bougeait le bras... Une catastrophe, merci au guide qui m'a dépêtré de cette mauvaise posture.

    Ah, vous aussi vous avez remarqué ? Les emm... n'arrivent jamais seul... Pour éviter les ennuis avec les dragonnes des lampes, il faut qu'elles soient courtes. En fait, ça fait pas mal de temps que je n'accroche pas ma lampe à mon poignet mais à ma stab, avec une dragonne courte. Elle reste toujours disponible et à portée de main, et la dragonne courte évite qu'elle ne pendouille trop.

    Elle s'appelle Delphine et est visiblement très expérimenté. Elle est d'une gentillesse qui me touche beaucoup, rassurante, pleine de bon conseils pour mes futures plongées : je n'aurais pas tout perdu ce jour là.

    Il y a de bonnes probabilités pour que, une fois que vous serez expérimenté, vous ayez à assister votre binôme peu expérimenté, qui sera content de vous avoir. Ça ne sera pas votre plongée, la plus sympathique, mais ça fait partie des règles : un coup c'est un autre qui vous aide, un coup c'est vous qui aidez un autre. Et ce jour-là, en quelque sorte, vous rendrez la pareille à Delphine : la roue tourne.

     

    Concernant les problèmes de buée, le phénomène physique est toujours le même (condensation de vapeur d'eau sur une paroi froide), et donc les réponses sont toujours les mêmes :

     

    -absorber la vapeur d'eau dans l'enceinte, c'est le rôle des sicagels et autres absorbants ; ça peut marcher pour un caisson d'appareil photo ou vidéo, mais là bien sûr ça ne fonctionne pas, notre visage est chaud et il y aura de la vapeur d'eau en permanence dans le masque ;

     

    -diminuer la quantité de vapeur d'eau que peut contenir l'air ; plus l'air est chaud, plus il peut contenir d'eau ; de l'air à 15°C peut contenir deux fois plus d'eau que de l'air à 5°C, de l'air à 20°C peut contenir deux fois plus d'eau que de l'air à 10°C ; donc plus l'air enfermé dans l'enceinte est froid, moins il pourra contenir d'eau ; par exemple, il vaut mieux fermer le caisson dans sa chambre climatisée que sur le pont du bateau sous les tropiques ; c'est pour ça que les problèmes de condensation diminuent au cours de la plongée, l'air contenu dans l'enceinte se refroidit et peut contenir plus de vapeur d'eau ; là encore, pour la buée du masque, ça ne fonctionne pas ; notre visage chauffe l'air en permanence ;

     

    -pour qu'il y ait condensation, il faut une paroi froide ; donc si on réchauffe la paroi (en particulier en début de plongée), la condensation diminue ; le dégivrage de la lunette arrière dans une voiture fonctionne sur ce principe ; ça se tente avec un appareil photo, on peut placer sa main sur la vitre pour la réchauffer ; encore un truc qui ne fonctionne pas avec le masque, on ne voit pas bien avec la main devant le masque, et ça ne réchauffe pas grand chose, surtout avec des gants...

     

    -les produits mouillants (savon, shampoing, liquide vaisselle, salive…) ; le savon permet de regrouper les gouttelettes issues de la condensation ; c'est ce qu'on fait quand on crache dans son masque ; autre avantage du savon, il élimine la graisse ; or la buée se condense sur les traces de graisse.

     

    Mais bon, je suis sûr que vous aviez craché dans votre masque, et pourtant il s'y est formé de la buée. Damned, mais alors que faire ?

     

    Déjà, si on regarde le mécanisme, on est dans des conditions défavorables : on ne peut pas empêcher notre visage d'être tiède, et donc l'air contenu dans le masque de contenir beaucoup de vapeur. Et comme la vitre du masque est un bon conducteur thermique, si l'eau est froide, la vitre sera froide, et la vapeur d'eau se condensera sur la vitre.

     

    Mais alors, que faire ? Le problème de la buée dans le masque est très lié au fait que lors de sa fabrication il va rester du silicone sur la vitre, à l'intérieur. Et tant qu'il restera du silicone, ça fera un point préférentiel où la buée se condensera. Pour enlever ce silicone, il y a deux principes, la chaleur et l'abrasion. Je vous propose deux méthodes.

     

    1) Prendre du dentifrice et en étaler une bonne couche à l'intérieur du masque. Bien frotter avec les doigts. Rincer à l'eau très chaude (de l'eau très chaude du robinet, pas de l'eau bouillante, qui détériorerait la jupe). Remettre une couche de dentifrice et laisser sécher. Frotter à nouveau, rincer à nouveau. Attention à bien enlever tout le dentifrice : s'il en reste et que votre masque prend un peu d'eau, ça risque de piquer fort les yeux.

     

    2) L'autre méthode est beaucoup plus efficace, mais faut pas se louper. Éventuellement, la première fois, se faire montrer la technique par quelqu'un qui l'a déjà fait. Attendre que le masque soit sec. Avec un briquet, faire chauffer la partie intérieure de la vitre du masque. La flamme doit être verticale, et on promène la vitre sur la flamme. Attention à ne pas chauffer la jupe. On voit se former un dépôt noir sur la vitre, c'est le silicone qui brûle. Bien faire toute la surface de la vitre (on peut le faire en plusieurs fois). Ensuite, bien nettoyer avec du dentifrice ou du liquide vaisselle et de l'eau chaude, et bien rincer.

     

    Et là, finie la buée !!!

     

    Petit truc supplémentaire, à la place de la salive, j'utilise du shampoing Mixa bébé, ça sent bon et ça ne pique pas si on rince. Une goutte sur chaque vitre, on étale, on rince vite fait, ça sent bon. Le problème a été de trouver un contenant pratique pour ne pas trimballer le flacon de shampoing sur le pont du bateau, ou sur le zodiac. J'ai récupéré un flacon vide de Biseptine. Le plus petit modèle, celui en bas à droite. Bien vider, bien rincer. Retirer l'étiquette et remplir au tiers de shampoing (on a de quoi faire plein de plongées avec un tiers de flacon). Étiqueter le flacon avec un bout de papier recouvert d'un bon adhésif transparent.

     

    biseptine-soluti-51b449f2498c1.jpg

     

    Voili voilà !

    Link to comment
    Share on other sites

    Bonjour.

     

    Excellente idée le savon Mixa bébé pour le masque, je vais tester (j'avais déjà utilisé ce produit pour enfiler la combinaison en cas de manchons lisses aux jambes & aux poignets - très bien) ; cela sera sans doute mieux que les produits anti-buée vendus dans le commerce et qui piquent les yeux ou bien frotter la vitre avec de la pomme de terre que l'on ne promène pas couramment avec nous .

    Pour les autres astuces pour la buée je connaissais déjà ; malheureusement j'ai possédé il fut un temps un masque que je n'ai jamais réussi à désembuer complétement malgré avoir essayé toutes les solutions possibles et j'ai fini par le changer....

     

    Sinon rien a ajouter à l'excellent commentaire de Leopold Anasthase.

     

     

    Link to comment
    Share on other sites

    Wow ! Alors ça c'est une réponse riche en infos !

     

    J'avais craché dans mon masque, comme à chaque fois avant d'aller à l'eau mais cette fois-ci ça n'a pas marché.

    Le coup de passer la vitre à la flamme, Delphine me l'a aussi conseillé. Je vais m'y atteler prochainement et si je vois qu'à la prochaine plongée ça ne marche toujours pas, je change de masque.

    Ceci dis, je vais me noter l'astuce du mini flacon avec du Mixa bébé dedans

     

    J'ai oublier de préciser dans mon post qu'à force de vider mon masque toutes les 5 minutes, j'ai fini par avoir de l'eau dans le nez. Pas beaucoup certainement, mais suffisamment pour qu'à un moment, à force de devoir tout gérer en même temps (gonglage de la stab, désembuage de masque, la lampe, essayer de suivre la palanquée à l'aveugle), j'ai ressenti quelque chose d'oppressant et j'étais à 2 doigts de la crise de panique.

    Il a fallu que je "me pose" un instant pour dans ma tête réfléchir à chaque étape que je devais faire pour respirer sans utiliser mon nez.

    Je ne sais pas si vous comprenez ce que je veux dire, j'en étais arrivé à un stade ou même ma respiration n'avais plus rien de "naturelle"...

    C'est là qu'on voit qu'il est très important d'être en mesure de garder son sang froid.

    Link to comment
    Share on other sites

    J'ai oublier de préciser dans mon post qu'à force de vider mon masque toutes les 5 minutes, j'ai fini par avoir de l'eau dans le nez. Pas beaucoup certainement, mais suffisamment pour qu'à un moment, à force de devoir tout gérer en même temps (gonglage de la stab, désembuage de masque, la lampe, essayer de suivre la palanquée à l'aveugle), j'ai ressenti quelque chose d'oppressant et j'étais à 2 doigts de la crise de panique.

    C'est jamais bon de paniquer (quelle que soit la façon dont on l'écrit).

     

    Votre réaction est tout à fait normale. Le fait d'avoir un masque totalement embué est très perturbant. Non seulement on ne prend pas de plaisir pendant la plongée, mais en plus on doit faire face à toutes les emm... que ça entraine. Du coup, ça complique tout le reste. J'ai vécu des situations comparables.

     

    Encore quelques idées pour faire face à ce problème... Si le masque s'embue et qu'on est en cours de plongée, vous l'aurez remarqué, les solutions que je propose ne fonctionnent qu'avant la plongée. C'est le principe de base, anticiper les problèmes, mais si vous avez à faire face sans l'avoir anticipé, que peut-on faire ?

     

    1) Retirer le masque et le frotter avec les doigts. On peut même essayer de frotter avec la combinaison. C'est pas très simple, mais on peut essayer la manche ou le genou.

     

    2) Après avoir vidangé son masque, garder un tout petit peu d'eau dedans. Si vous avez la tête vers le bas, on arrive à faire passer cette eau sur la vitre en bougeant la tête et ainsi à retirer la buée.

     

    3) Dans le pire des cas, on n'arrive à rien, on la sangle du masque est cassée, on on l'a perdu, ou un poulpe vous l'a piqué... Se souvenir que le masque n'est qu'un accessoire. Ce qui compte, c'est d'avoir le détendeur en bouche et de l'air qui arrive. On peut faire une plongée sans masque (ça sera pas la plus belle de votre vie). Dans ce cas, il est prudent de garder un contact permanent avec son binôme (main dans la main, main sur l'épaule, main sur la stab, main sur le bloc).

     

    L'aisance avec le masque est à travailler. Pour certains c'est très facile, pour d'autres ça s'acquière progressivement. Je suis de ceux qui ne sont à l'aise que quand ils ont tout décortiqué, je ne suis pas un intuitif. Voici à peu près la progression que j'ai suivie pour acquérir l'aisance avec le masque. J'ajoute que au départ tous ces exercices doivent se faire avec un binôme (ou un moniteur, encadrant, instructeur) en face de vous.

     

    -posé sur un fond, soulever la jupe, faire entrer un peu d'eau, et purger ;

    -pareil, mais en remplissant totalement le masque ;

    -toujours posé, retirer le masque, respirer un cycle sur le détendeur (ça permet de comprendre que, avec ou sans masque, l'air arrive ;-), puis remettre le masque et le vidanger ;

    -refaire les trois étapes précédentes, mais équilibré ; au début, je gardais les yeux fermés, grave erreur ; avoir les yeux ouverts permet de prendre des repères de profondeur, et si vous êtes en pleine eau, vous pouvez vous repérer à votre binôme ; l'exercice est réussi si votre profondeur n'a pas varié de plus d'un mètre ; généralement, au début, on a tendance à trop respirer et à remonter ; se souvenir que si on s'envole pendant cette manœuvre, il faut souffler à fond, voire purger sa stab si c'est trop tard ;

    -quand vous êtes à l'aise avec ces manips, vous pouvez faire les trois étapes (un peu d'eau, beaucoup d'eau, retirer et remettre le masque) en vous déplaçant ; ça peut rendre bien des services pour ne pas perdre sa palanquée.

     

    Si vous êtes à l'aise avec tout ça, il y a un exercice que je trouve amusant, c'est de retirer le masque la tête en bas. Mais pour le vider, il faudra soulever le haut du masque, puisque quand vous avez la tête en bas, c'est le haut du masque qui est en bas.

     

    Dernier truc amusant pour perfectionner la dissociation bouche et nez, nager en surface avec des lunettes de piscine et un tuba.

     

    Tant que vous n'êtes pas totalement à l'aise avec votre masque, il faut faire des essais régulièrement. Il vaut mieux, si un jour un plongeur vous fait sauter le masque d'un coup de palme, savoir réagir sans crever la surface. En plus, ça permet de faire des photos sympathiques ;-)

    Link to comment
    Share on other sites

    [off-topic]Vous entendez parler d'utilisation de flamme, de vinaigre, de jus de citron, de lave-vaisselle, de dentifrice dans le même échange. Quelle est la probabilité que les participants à l'échange soient des plongeurs cherchant un moyen de lutte contre de la buée à l'intérieur d'un masque ?[/off-topic]

    __________________________________

    Wow ! Alors ça c'est une réponse riche en infos ! :)

    Tout à fait d'accord: +1 pour Leopold. Merci pour ce travail !

    2) Après avoir vidangé son masque, garder un tout petit peu d'eau dedans. Si vous avez la tête vers le bas, on arrive à faire passer cette eau sur la vitre en bougeant la tête et ainsi à retirer la buée.

    :D De loin ma préférée: La solution de feignasse ! Celle que j'utilise, parce que pratique lorsqu'on a les mains prises...

     

    Plus sérieusement:

    j'ai ressenti quelque chose d'oppressant et j'étais à 2 doigts de la crise de panique.

    Il a fallu que je "me pose" un instant pour dans ma tête réfléchir à chaque étape que je devais faire pour respirer sans utiliser mon nez.

    Je ne sais pas si vous comprenez ce que je veux dire, j'en étais arrivé à un stade ou même ma respiration n'avais plus rien de "naturelle"...

    Je comprends bien cette impression :)

    Les exercices présentés par Leopold sont très souvent proposés par les moniteurs lors des formations. Il en est un plus simple que je conseille (d'un "vieux" moniteur, fatigué des cursus normés), parce qu'il permet de "connaitre" le calme avant d'avoir à le garder:

    en surface, je préviens mon binôme que je vais me poser sur un petit fond et enlever mon masque "pour le plaisir".

    Juste parce qu'en fait, c'est plutôt agréable...

    Simple, et efficace. La démarche diffère par le raisonnement :)

    Un exercice qu'ensuite, il est possible de faire durant une exploration, sans même qu'un binôme s'en aperçoive.

     

    Avant de vouloir "faire des trucs sans le masque", je conseille de commencer par "faire le calme sans le masque".

    Il s'agit de "déconditionner" un apprentissage lié à l'évolution de l'humanité :D

    Et une fois que les neurones sont d'accord avec ça, viva-Révolution, et bye les problèmes de dissociations bucco-nasales !

     

    Bonnes bulles à nous ;)

    Link to comment
    Share on other sites

    Je crois sérieusement que le gros problème, le fond du fond de l'histoire c'est le manque d'expérience dû au peu d'occasions que j'ai de me mettre à l'eau.

    Et la grosse connerie a été de ne pas tester mon matériel avant.

    Quoiqu'il en soit, je vais quand même essayer les différents exercices que vous me proposez en espérant que la prochaine sortie soit moins désastreuse

    Link to comment
    Share on other sites

    Je crois sérieusement que le gros problème, le fond du fond de l'histoire c'est le manque d'expérience dû au peu d'occasions que j'ai de me mettre à l'eau.

    Et la grosse connerie a été de ne pas tester mon matériel avant.

    Quoiqu'il en soit, je vais quand même essayer les différents exercices que vous me proposez en espérant que la prochaine sortie soit moins désastreuse :ugeek:

     

    Bah non, "c'est pas une connerie" :D

    Et l'occasion d'utiliser un matos sans l'avoir tester avant, elle se présentera plus d'une fois !

     

    Entre nous, comme ça, une idée à la lecture de vos différents posts... Et si à la prochaine sortie, vous ne faisiez rien ? Pas d'exo, pas d'attentes de vos performances.. Juste une petite balade subaquatique avec votre ou vos binômes, durant laquelle vous prendriez le temps de "vous écouter" ?

     

    Bref, je vais buller ailleurs vite, non sans vous souhaiter de bonnes bulles, votre motivation et votre questionnement font plaisir et reflechir, merci :)

    Link to comment
    Share on other sites

    Ma prochaine sortie ne pourra que se passer bien :

     

    Mon masque sera passé au chalumeau, selon le lieu, j'aurais des gants et des chaussons et ma lampe sera accrochée avec une dragonne courte à ma stab' épicétou !

     

    D'ailleurs je ne cours pas après la performance, j'avais 2 objectifs la dernière fois que j'ai plongé : voir des brochets et voir des lottes

    Link to comment
    Share on other sites

    D'ailleurs je ne cours pas après la performance, j'avais 2 objectifs la dernière fois que j'ai plongé : voir des brochets et voir des lottes

     

    Et bien , de mon côté j'ai vu des brochets et de belles perches dans le lac de Cazaux samedi dernier lorsque que j'amenais un baptême avec moi .

     

    Pour revenir a la dragonne du phare , la mienne est étirable comme ce modèle :

    dragonne-spiralee-standard-bersub.jpg.044bca85453cb92d445819ffff94e741.jpg

     

    Link to comment
    Share on other sites

    • 2 years later...

    Alors ça pour une surprise !

    Je ne savais pas que l'ancien forum avait été migré sur ce nouveau site !

     

    Du coup je vais pouvoir continuer à vous raconter mes pérégrinations en tant que N1 !

     

    Je ne serais pas en mesure de vous raconter mes 3 dernières plongées en Méditerranée (qui se sont très bien passée) : elles remontent à il y'a 2 ans.

     

    Passons directement à la petite dernière, effectuée entre Dinard et Saint-Malo sur un site appelé "le fort de la Conchée".

    Après 30 minutes de bâteau dans des conditions plutôt sympa (mer calme, peu de vent et 25° au soleil) nous mettons l'ancre à proximité d'un petit fort posé sur un caillou (le fameux fort de la Conchée).

    Rapide briefing puis mise à l'eau.

    La visibilité est d'environs  5 mètres et il y'a beaucoup de particules en suspension.

    Nous nous servons de la chaine de l'ancre pour guider notre descente, mon guide se trouve juste en dessous de moi et une fois arrivé en bas, un congre lui passe entre les jambes... Cette plongée commence plutôt bien.

    Nous évoluons entre les algues et les rochers à -20m de profondeur et allons à la rencontre des habitants de ce spot : homards, araignées et pas mal de poissons que je ne sais pas identifier.

    Bref : ça grouille de vie par ici.

     

    La plongée durera presque 40 minutes avec comme agréable surprise un masque qui ne s'embue pas, aucun problème de stabilité et le temps qui défile sans que je ne m'en rende compte.

     

    La prochaine sortie prévue est pour août : je vais tenter de prendre ma revanche sur le lac Léman.

    En espérant que ça se passe mieux que la dernière fois...

    • J'aime 2
    • Haha 1
    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now

    • Dernières Discussions

    • Similar Topics

      • 145
        Bonjour.    J'aimerais savoir comment trouver un moniteur et/ou un club affilié ANMP.  J'ai beau cherché sur le site internet de l'ANMP et sur Google mais je ne trouve pas cette information.    Avec ma femme et nos 2 filles, nous allons certainement revenir habiter en France, après 6 ans passés au Vietnam, et je souhaiterais rapidement passer mon niveau 3 par équivalence, après quelques plongées d'adaptation, n'aillant jamais plongé en France.    Je suis actuel
      • 10
        Bonjour,   a savoir que je viens de passer mon niveau 1 en Lac et me pose sérieusement la question de commencer à acheter mon matos et plus particulierement la partie detendeur qui par les temps qui courent, et bien que dans les clubs le matos devrait etre bien nettoyé desinfecté, je préfere investir la dessus en 1er et pour la stab je verrai ensuite. Vous m'avez compris je voudrais au moins de ce coté assurer un peu plus pour ma santé.   Ma question donc; si mon club dans un
      • 274
        Bonjour à tous 🤗   Je me joins à votre conversation. Même si le fonctionnement des clubs et leurs intrigues de couloir me sont assez inconnus, il se trouve que mon club manque cruellement d'encadrants.   Actuellement nous avons qu'un seul MF1 réellement actif, mais malheureusement plus tout jeune et qui d'après ce que j'ai appris récemment, n'aurait plus une santé de fer. Ce qui toutefois ne l'empêche pas de plonger dès que possible 😉 Nous manquons aussi de E2 ou de person
      • 4
        Bonsoir, J'avais prévu de passer des vacances en polynésie bientôt et de plonger à Fakarava et à Rangiroa pour admirer les beautés du pacifique. Ca va très probablement tomber à l'eau vu l'évolution de la pandémie à covid19 et les mesures qui sont en train d'être prises et qui vont probablement se durcir dans une quinzaine de jours, pile au moment de mon départ. Du coup je cherche un plan B et me suis mis à penser à la mer rouge. J'ai le niveau 1 passé il y a longtemps avec q
      • 0
        Coucou je cherche un binôme à partir du 16 juillet pour le Donator et le Grec ainsi que la Gabinière. Je plonge avec mon propre bateau. Le plongeur doit avoir son équipement complet. Qu'on se le dise. !!!
    ×
    ×
    • Create New...