Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
Celta

ça mérite, Music

    Messages recommandés

    Bravo ! Allez, une autre, mais avec moins d'indices...

     

    Sur son premier passeport, il avait indiqué comme profession : promeneur. Et en se promenant, il a été acteur au théâtre et au cinéma, auteur et interprète de chansons, compositeur, assistant et réalisateur de films, joueur de volley-ball dans l'équipe de France, journaliste sportif, éditeur… Il a voyagé dans de nombreux pays mais il décrit son triangle d'attache en dehors de la France : le Brésil, le Québec et le Japon.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    J'ajoute des indices. Il prétend qu'il est peut-être le français le plus brésilien de France.

     

    Il raconte (ou pour être plus précis il chante) avoir parcouru les chemins de campagne avec la fille d'un homme de lettres et quelques copains.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    (au jeu de questions pour un champion, il ne resterait pas beaucoup de points à gagner)

    Il a écrit les paroles, interprété la chanson et joué dans un film célèbre. Il a épousé une des actrices du film. La chanson la plus connue du film, il la chante en duo avec une chanteuse à voix que l'on a comparé à Nicoletta.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bravo !

     

    J’ai envie de me promener à bicyclette en sa compagnie. Un parfum de chemin creux, une musique écrite par Francis Lai, accordéoniste niçois (qui deviendra compositeur de nombreuses musiques de film,

    , c’est lui)… Pierre Barouh est marié avec Anouk Aimée (oui, l’Anouk Aimée de « Un homme et une femme », mais ça c’est une autre histoire). Ils sont à Saint-Paul-de-Vence, en 1966, chez Yves Montand, ils jouent au poker et à la pétanque. Yves Montand, s’il a commencé par la chanson, est devenu acteur, et il ne fait plus que quelques passages épisodiques sur scène. Après le repas, Pierre Barouh chante « À bicyclette » (le titre original, qui sera modifié par la suite en « La bicyclette »). Au départ, la fin n’était pas la même : le récitant revenait « avec femme et enfant sur les traces du fantôme de Paulette » (Pierre Barouh, lors d’une interview). Montand suggère à Pierre Barouh de modifier la fin, pour en faire une sorte de petit film qui commencerait le matin et qui finirait le soir. Quand Yves Montand l’enregistre, il commet une erreur sur les paroles. Au lieu de « on revenait fourbus, contents, le cœur un peu vague pourtant
    avec Paulette ». Or le texte de Pierre Barouh était «
    ». Montand corrigera son erreur lors des interprétations en public. Pierre Barouh : « sur une inversion de mots, l’image devient dix fois moins forte. Elle se réduit tout d’un coup, et je trouve ça fascinant. ». Curieusement, Montand n’est pas le seul à faire cette erreur, on peut écouter
    .

     

    Cette chanson est entrée dans notre mémoire collective, nous la (re)connaissons, nous la fredonnons. Fait rare pour une chanson devenue culte, elle a une mélodie complexe et il est très difficile de la chanter a capella. Le disque sort en 45 tours en mai 1968, à une époque où « les gens n’avaient plus de voiture […]. Ça sort en mai 68, quand il n’y a plus d’essence en France. Mai 68. Si je paye un attaché de presse des millions, il ne me fera jamais une pub comme celle-là » (Pierre Barouh, lors d’une interview). Les interprétations de Montand sont restées célèbres. Pierre Barouh l’a également chantée de nombreuses fois. À noter l’adaptation pour guitare faite par

    , premier opus de deux disques de chansons françaises (entre autres «
    », « La javanaise »…).

     

    Voili voilà, fin de la promenade à bicyclette... Mais il est possible de faire de nombreux voyages avec Pierre Barouh. Il a touché à beaucoup de choses, et il aime se raconter, et donc on trouve facilement des informations et des histoires le concernant.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Zut... avec cette absence, j'ai raté le jeu de Leopold Anasthase !

     

    Bon je vais faire comme si j'ignorais la réponse et relire avec plaisir cette promenade

     

    En lien très lointain avec la mer (faut chercher !), ce soir je plonge ici:

    . Quatre minutes de "palme suprême" !

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    En lien très lointain avec la mer (faut chercher !), ce soir je plonge ici:

    . Quatre minutes de "palme suprême" !

    Je connaissais la version originale, par exemple par

    , mais de nombreux artistes l'ont chanté. C'est un vieux “trad” irlandais.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Une autre devinette. Un français, très connu comme compositeur de musique de film mais ayant touché à tout, musique contemporaine électro-acoustique, classique, variétés...

     

    Il est particulièrement connu pour avoir créé en France le premier studio d'enregistrement résidentiel. Et son studio a accueilli un nombre incalculable d'artistes français et étrangers (les Bee Gees, Elton John, Eddy Mitchell, Jacques Higelin...).

     

    Entre l'emballement de la machine et son absence de talent comme gestionnaire, il a été dépossédé de son œuvre et mis en faillite. Il s'est suicidé dans une chambre d'hôtel avec vue sur le studio d'enregistrement.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bravo !

     

    Je vous propose une promenade dans le Val-d’Oise, dans le parc naturel du Vexin, à quelques kilomètres de Cergy-Pontoise. Au cours de la promenade, je fais une halte à Hérouville, son église, sa mairie, et son château. Nous y sommes, le château d’Hérouville. Le lieu a du cachet, et il date du XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, il a servi de relai de poste. Frédéric Chopin et Georges Sand y auraient séjourné. En 1962, Michel Magne, compositeur incontournable de musiques de films (et du générique de la célèbre émission «

    ») en fait l’acquisition avec un ami peintre, Jean-Claude Dragomir.

     

    En 1969, un incendie ravage la salle de musique. Michel Magne se lance dans des travaux pour aménager un studio d’enregistrement. Il crée en France le concept du studio résidentiel : les musiciens peuvent y travailler, enregistrer, s’y restaurer et y dormir. Gîte, couvert et musique. Au départ, le monde de la musique était septique. « À Paris, on me disait que personne ne ferait 30 kilomètres pour venir enregistrer en rase campagne. Puis les gens ont vu que les groupes américains traversaient l’Atlantique, alors... » (Michel Magne).

     

    Le bouche à oreille fonctionne, la mayonnaise prend, et des musiciens viennent de partout. Pour n’en citer que quelques-uns, les Bee Gees enregistrent en 1977 “Stayin’ alive”, “How deep is your love”, et les autres titres de la bande originale du film “Saturday night feever”. En 1973, Elton John enregistre “

    ”, “
    ”. Le matin, Elton John et son parolier Bernie Taupin écrivent une chanson. Ils enregistrent entre midi et quatre heures, puis Elton John roule vers Paris pour voir son ami Yves Saint Laurent. Il revient avec des pantalons et des chemises, et il écoute le mixage dans la nuit.

     

    Les artistes français ne sont pas en reste. En 1971, Eddy Mitchell enregistre avec le groupe Magma quelques pistes de son album « Zig-zag », entre autres « La nuit des maudits », « Le vaudou », « Stop », «

    ». Jacques Higelin enregistre « Champagne pour tout le monde » et « Caviar pour les autres », incluant des bruits d’oiseaux et de crapauds du château. Alan Stivell enregistre son disque « Chemins de terre ». Charlélie Couture enregistre « Pochette surprise ».

     

    Le château comptera jusqu’à quinze salariés à plein temps, femmes de ménage, cuisiniers, jardiniers, ingénieurs du son… Michel Magne n’a pas l’âme d’un gestionnaire. Il tente de s’échapper de l’affaire qui s’emballe. Mais les dettes et les procédures lui courent après. Le 19 décembre 1984, Michel Magne prend une chambre dans un hôtel avec vue sur le château. Il a mis de côté les traitements qui lui ont été donnés lors de son hospitalisation en psychiatrie. Il a préparé un dossier complet expliquant pourquoi et comment il se sent floué de ses droits sur le château. Et il se suicide en avalant ses comprimés, le regard tourné vers le château…

     

    Il semblerait qu'il y ait un projet de reprise du château par un collectif pour en refaire un studio d'enregistrement.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Hello !

     

    J'ai écouté les morceaux proposés par Leopold Anasthase: merci pour ce partage encore une fois.

    Ce fut une belle promenade, après laquelle j'ai laissé mon cher lecteur "tourner tout seul".

     

    Après quelques incursions et divergences, il me propose d'entendre un groupe duquel mon neurone apprécie les variations.

    Je vous propose un morceau

    .

    Par précaution, les petits poissons sensibles et les mérous qui aiment le silence sont priés de... ne pas cliquer !

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Allez, une petite blague avec une référence musicale, ça nous donne l'occasion de replonger... En 1966... Et même au XVIIIe siècle...

     

    Tout le monde connait Johann Sebastian Bach, tout le monde connait Wolfgang Amadeus Mozart, mais Johann Christian Bach, le onzième fils de Johann Sebastian Bach, est beaucoup moins connu (JS Bach a eu vingt enfants avec deux femmes différentes). Eh bien, Johann Christian Bach a fortement influencé Wolfgang Amadeus Mozart. Voilà, ça c'était pour les références historiques, et la vérité s'arrête là. À partir de maintenant, c'est une blague.

     

    Once upon a time, Bach et Mozart vont au troquet, à la taverne, à l'estaminet (si vous rayez les mentions inutiles, il ne va pas rester grand chose) ensemble. Le patron leur demande ce qu'ils veulent et Bach demande un baby. Et Mozart demande « 

     »...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Once upon a time, Bach et Mozart vont au troquet, à la taverne, à l'estaminet (si vous rayez les mentions inutiles, il ne va pas rester grand chose) ensemble. Le patron leur demande ce qu'ils veulent et Bach demande un baby. Et Mozart demande «
    »...

    ...

    Bravo.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...