Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
Celta

ça mérite, Music

    Messages recommandés

     

    J'ai résisté, je me suis tapé sur les doigts, j'ai presque avalé mon détendeur et mangé mes palmes, mais puisque tu as osé, je craque:

     

     

     

    Je suis trèèèèès impressionnée par les données que tu nous offres en complément des morceaux de musique partagés. C'est rès instuctif et intéressant, merci !

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    J'ai résisté, je me suis tapé sur les doigts, j'ai presque avalé mon détendeur et mangé mes palmes, mais puisque tu as osé, je craque:

    Ça faisait partie des morceaux que j'avais l'intention de proposer ;-)

     

    À noter que cette chanson sympathique que l'on peut penser destinée aux enfants renferme quelques perles destinées plutôt aux adultes...

     

    J’en connais un qui s’est marié

    À une grande raie publique

    Il dit, quand ell’ lui fait la nique,

    « Ah ! Qu’est-ce qui tu me fais, ma raie ! »

     

    Allez, si vous voulez chanter dans votre cuisine, un petit bijou des années soixante-six,

    , où pour une fois c'est Ringo Star qui tient la vedette.

     

    Cette chanson a été adaptée en français (encore !) par Jean Broussole pour Les compagnons de la chanson, et c'est devenu « Le sous-marin vert », et également par Angélil pour Les nouveaux Baronets (groupe du Québec), et ça a donné « Un petit sous-marin jaune ».

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Allo (quoi ?)

     

    Ça faisait partie des morceaux que j'avais l'intention de proposer

    J'avais sorti le sous-marin jaune, mais je déteste cette chanson, aussi me suis-je dit que quelqu'un d'autre aller bien la mettre en ligne à un moment ou un autre...

     

    A cet instant, je vais m'offrir le droit d'écouter un "classique" de la chanson française:

    .

     

    Pour ceux qui ne connaitraient pas Les Marins d'Iroise, leurs reprises sont très bonnes et parfois, à mes yeux, meilleures que les versoins originales:

     

    et pour terminer ce message (faut quand même que j'aille plonger de temps en temps... ha non, faut que j'aille bosser là en fait ! ):

     

    Au final, Leopold Anasthase a sans doute eu raison de demander des chansons en rapport avec la mer... ça limite un peu !

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    pitain : 2 plongées carrière aujourd'hui : on s'est pelé les miches même en étanche. 9° ça pique et sortie avec vent, pluie et grêle. On serait payé on n'irait pas !

    Mais récompense avec 2 niveaux 1 certifiés

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    A cet instant, je vais m'offrir le droit d'écouter un "classique" de la chanson française:

    .

    Renaud est un grand fan de Hugues Aufray, et ils ont même chanté Santiano ensemble.

     

    Tiens,

    , sorti en 1961, et qui donnera à Hugues Aufray une réputation tout à fait usurpée d'homme de la mer (il le dit lui-même, c'est un pur terrien, il a même été décoré de l'Ordre du Mérite Agricole). Eh bien c'est une adaptation (par Jacques Plante) d'une vieille chanson étazuniene,

    .

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Allez, je continue avec des adaptations de chansons. Je vous propose d'écouter

    , ou « La Bolivianita », une chanson écrite par Antonio Pantoja, un compositeur né au Pérou et mort en Argentine. C'est une « cueca norteña », une danse populaire en Colombie, Argentine et Chili.

     

    Peut-être que ça vous rappelle quelque chose ? Une chanson de marin ?

    , et c'est encore Hugues Aufray qui a fait l'adaptation. Mais si vous disposez des disques de l'époque, l'auteur Antonio Pantoja n'est pas crédité, Hugues Aufray s'est attribué l'entière paternité de la chanson (il avouera vingt ans plus tard).

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    (j'aime pas Hugues Aufray en fait... )

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Allez, je continue avec des adaptations de chansons. Je vous propose d'écouter
    , ou « La Bolivianita », une chanson écrite par Antonio Pantoja, un compositeur né au Pérou et mort en Argentine. C'est une « cueca norteña », une danse populaire en Colombie, Argentine et Chili.

     

    Peut-être que ça vous rappelle quelque chose ? Une chanson de marin ?

    , et c'est encore Hugues Aufray qui a fait l'adaptation. Mais si vous disposez des disques de l'époque, l'auteur Antonio Pantoja n'est pas crédité, Hugues Aufray s'est attribué l'entière paternité de la chanson (il avouera vingt ans plus tard).

     

    Hugues Aufray s'est attribué la paternité de plein de chansons Sud-Américaines

     

    Entre autres ce "joropo" (danse et musique traditionnelle des "llanos" du Venezuela) :

     

    qui est devenu "l'Epervier" (s'est même pas emme*dé : le gavilan=épervier ...)

     

    De manière générale, ce monsieur est épinglé, entre autres, là :

    https://venezuelatina.com/2009/05/31/ces-francais-qui-chantent-le-venezuela/

     

    Mais allez jusqu'au bout du billet ...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Hugues Aufray s'est attribué la paternité de plein de chansons Sud-Américaines [...] Entre autres ce "joropo" (danse et musique traditionnelle des "llanos" du Venezuela) : [...] qui est devenu "l'Epervier" (s'est même pas emme*dé : le gavilan=épervier ...)

    Ben voilà, le j'aurais pu vous proposer

    devenu
    , mais je n'ai pas trouvé de rapport avec la mer ou la plongée (allez, en cherchant bien, « Los garceros », ça parle d'un vol de hérons au-dessus du miroir du fleuve, on ne pourrait pas faire une petite plongée dans ce fleuve ? ;-).

     

    Je ne suis pas d'accord avec tout ce qui est écrit dans le blog. En particulier, le concept de musique du monde avait été largement employé par Alan Lomax, Pete Seeger et The Weavers, mais bon, ce n'est que mon avis.

     

    On peut continuer sur le pillage musical de l'Amérique du Sud, il y a même eu un chanteur français qui en a fait une chanson (François Béranger, « Nous sommes un cas »).

     

    Allez, par l'intermédiaire de François Béranger, je vais revenir à la mer. Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître... Quand il y a eu la révolution, en 1968, une chanteuse chantait dans les usines, c'était Anne Vanderlove. Elle écrira d'ailleurs une chanson sur ce thème, « Ballade au vent des collines ». Elle chantait d'autres chansons, dont une chanson de marin,

    . Eh bien, cette chanson a été écrite par François Béranger. Ça sonne pas mal, j'ai même un temps pensé que c'était un traditionnel.

     

    Et on va rester dans la mer, avec un troisième compère, Louis Capart, mais je vais leur trouver à tous trois un point commun : ils participaient tous les trois (Louis Capart, François Béranger, Anne Vanderlove) aux manifestations libertaires, et on les entendait tous les trois sur Radio Libertaire, à la grande époque des radios libres. Louis Capart, un vrai artisan de la chanson, a un gros défaut : il a fait une chanson qui a très bien marché, et qui occulte tout ce qu'il a fait d'autre. Cette chanson, c'est

    , une chanson (un peu) sur l'île de Sein et (beaucoup) sur ses habitants, les Sénans.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Je viens de jouer tout seul à un jeu, prendre un auteur compositeur interprète que j'aime bien, Francis Cabrel, mais plutôt terrien, et tenter de le relier à la mer. J'ai trouvé « La cabane du pêcheur » (« Souvent, les poissons sont bien plus affectueux ») mais ce sont des poissons d'eau douce.

     

    Et j'ai trouvé Petite sirène, mais seulement pour le titre, parce que la chanson n'a rien à voir avec les sirènes mi-femmes mi-poissons, mais c'est une jolie chanson (pour le lien, la vidéo met du temps à démarrer).

     

    Dans les grandes pointures française, il y a également Julien Clerc, plutôt terrien lui aussi. Et j'ai trouvé Yann et les dauphins, avec un texte écrit par Étienne Roda-Gil, qui lui a écrit de sacré belles chansons. J'ai trouvé aussi « Avisos », mais le lien est plus mince.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Je viens de jouer tout seul à un jeu

     

    C'est malin: à cause du post précédent, je me demande maintenant si les poissons d'eau douce sont plus affectueux que les poissons d'eau de mer...

    (je vais encore douter et douter et douter... )

     

    Dans les témériens (néologisme dont je suis fière d'être l'auteur ! ), l'incontournable Voulzy avec par exemple son album "La Septième Vague"

     

    Allez, le lien suivant n'est pas en rapport avec la mer, mais je plonge à chaque écoute:

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Dans les témériens (néologisme dont je suis fière d'être l'auteur ! ), l'incontournable Voulzy avec par exemple son album "La Septième Vague"

    Cet album me plaisait beaucoup à sa sortie, et beaucoup moins maintenant. Même si globalement c'est plutôt bien fait, je ne trouve pas que ses interprétations apportent grand chose, on a plus l'impression qu'il se fait plaisir (par exemple pour “Smouth operator”). Il y a un titre caché dans le CD (« Duel au soleil », reprise d'Étienne Daho, après “Light me fire”).

     

    Du même auteur, je préfère « Belle-Île-en-mer, Marie-Galante ». À noter une adaptation en portugais par Bïa Krieger, une chanteuse multiculturelle (elle est originaire du Brésil, elle vit au Québec et en France, et elle s'est pas mal balladé). Le titre en portugais : « Ilha do Mel ».

     

    C'est l'occasion de parler de Bïa. Elle a été connue en France par ses adaptations en français de tubes brésiliens, aidée par Pierre Barouh (il est mort il y a peu de temps, celui des « chabadabada » de « Un homme et une femme »). Puis elle a écrit elle-même ses adaptations, elle a continué d'adapter les beaux morceaux brésiliens en français, entre autres deux morceaux de Chico Buarque,

    , et une adaptation de « Teresinha »
    ).

     

    Elle a ajouté des adaptations en portugais de tubes français,

    ,
    .

     

    Et elle a écrit ses propres chansons, en voici une en rapport avec la mer,

    .
    Pour ceux qui n'ont pas Renaud en horreur:

    La petite vague qui avait le mal de mer

    Ah oui tiens, c'est super mignon. Il y a eu un Thalassa spécial dauphins il y a peu, belle émission.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bonjour

     

    Et je vois qu'il y a quelques plongeurs amateurs des sons métalliques... alors d'ici peu je me montrerais peut-être un peu plus (mais pour l'instant je vais rester soft, et écouter avec plaisir ce bon vieux "Acdès") !

     

    Voila un autre son sympathique

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    J'ai beaucoup de choses à proposer, alors j'ai fait un tri, je cherche uniquement des chansons se rapportant (de près ou de loin) au thème de la mer, et qui ont donné lieu à une adaptation.

     

    Je vous propose

    , musique de Georges Garvarentz, paroles et interprétation par Charles Aznavour. L'ami Charles a fait adapter les paroles en anglais par Dee Shipman et a chanté une version en anglais Take me along.

     

    Et je vous propose de remonter le temps, en 1960, où Brian Hyland chantait

    , chanson qui sera reprise en français la même année par Dalida,
    .

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...