Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

    Messages recommandés

    Bonjour,

     

    Je vous propose un compte-rendu de voyage que j'ai effectué en mai. Je suis allé passer une semaine à El Hierro. J'ai logé au Sud, dans la ville de La Restinga, et j'ai plongé avec le club Meridiano Cero, repris depuis quelques mois par Claude Lespagne et Céline Cozic. Je connaissais Claude à l'époque où il travaillait à Alysés plongée à Hurghada (Égypte, Mer Rouge).

     

    Quelques mots sur l'île... El Hierro fait partie de l'archipel des îles Canaries. Ça se situe géographiquement au large du Sud du Maroc, mais c'est administrativement en Espagne. El Hierro, c'est la plus petite des îles, sept fois plus petite que Tenerife, la plus grande, et quatre-vingts fois moins peuplée. Si vous connaissez les autres îles Canaries, eh bien vous allez être surpris. C'est calme, très calme, et très peu peuplé. Pas de grosses installations touristiques, pas de grands hôtels club. La plupart des logements pour touristes sont des logements secs, et les restaurants sont de taille modeste. À La Restinga, deux « supérettes » où vous trouverez l'essentiel. Pour trouver de l'essence, il faut aller à El Pinar, à quelques kilomètres. Les routes, ça n'est pas des autoroutes. C'est principalement de la petite route de montagne (mais très bien entretenue), et donc les déplacements prennent du temps.

     

    Hors de l'eau, les paysages sont superbes, alternant étendues désertes volcaniques, étendues cultivées, et forêts de pins canariens. Et bien sûr la vue sur la mer.

     

    L'île a été déclarée réserve de biosphère par l'Unesco en 2000. Et la protection de la nature n'est pas un vain mot : li y a une grande réserve marine, avec des règles très strictes pour la circulation maritime, la pêche, et la plongée.

     

    La suite une autre fois, mais je vous mets une photo. Étant donné que dans la réserve, les mérous ne sont pas chassés, ils s'approchent des plongeurs. Tellement près que quand on veut les photographier, il faut se reculer.

     

    1. Mérou brun, dusky grouper, mero nebuloso (Epinephelus marginatus).

     

    2121007029_IMG_92282-small.jpg.a3af444d16389b8b277f71716ef94188.jpg

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Je rajoute quelques infos, et je pars en vacances...

     

    El Hierro, on va dire que ça se mérite. Pour y aller, il y a l'avion et le bateau (à partir de Tenerife). Le plus simple, c'est l'avion. Et le plus simple en avion, c'est d'arriver à Tenerife Nord, car c'est de là que partent les vols pour El Hierro. Sinon, on peut arriver à Tenerife Sud et prendre une navette, mais ça oblige à récupérer les bagages, prendre la navette, réenregistrer les bagages...

     

    Le vol Tenerife-Valverde (Valverde, c'est l'aéroport de El Hierro) se fait avec un avion de transport régional (ATR 72 je crois) à hélices, transportant peu de passagers (environ quatre-vingts), sans place attribuée. Au fur et à mesure qu'on entre dans l'avion, l'hôtesse vous place. Ça dure quarante minutes, c'est à faible altitude, et la cabine n'est pas pressurisée.

     

    Vous pouvez acheter votre billet « en pièces détachées », c'est-à-dire acheter un billet qui va de chez vous à Tenerife, puis acheter un billet Tenerife-Valverde. Lors de l'achat, vous allez voir que le tarif réservé aux résidents est très avantageux... Les habitants de El Hierro peuvent aller faire leurs courses à Tenerife... Mais ce tarif n'est pas pour nous ;-) Sinon, en passant par un voyagiste, on peut acheter le billet en une seule fois. C'est ce que j'ai fait, Paris Madrid, Madrid Tenerife, Tenerife Valverde. Avec les escales, ça va prendre sept à douze heures.

     

    On peut louer une voiture à Valverde, à l'aéroport, et la réserver à l'avance par Internet. Il y a toutes les catégories, les tarifs sont raisonnables, et l'essence est bon marché (1,30 € le litre).

     

    Il y a des visites à faire en dehors des plongées. Attention, étant donné que l'île est montagneuse, aller au village d'à côté signifie monter en altitude (El Pinar, c'est à 800 mètres d'altitude). Donc il faut attendre au moins deux heures (soit le temps de prendre une douche, rincer le matériel photo, manger un morceau… c'est vite passé ;-).

     

    Les langues pratiquées sont l'espagnol, l'anglais et l'allemand. Le français est peu parlé sur l'île. Mais globalement les gens sont très gentils, ils prennent le temps de vous expliquer, de chercher avec vous. Si vous n'aimez pas les visites, je vous recommande quand même le site Guinea, avec un tunnel de lave, un écomusée et une exposition sur le lézard local que l'on croyait disparu. Ah, petit détail, la visite se fait en anglais et en espagnol... Peut-être qu'en haute saison il y a des visites en français ?

     

    Les plongées dans la réserve sont très réglementées. Entre autre, plongées réservées aux plongeurs certifiés (pas de cours, pas de baptême), nombre de plongeurs limité par site, obligation d'utiliser les amarres écologiques (pas d'ancre), interdiction dans certaines zones... Il y a un site très réputé (vanté par Cousteau) que l'on ne peut voir qu'une fois par semaine. En règle générale, le site de plongée se décide le matin, en fonction de la météo. Et il peut arriver de devoir renoncer à un site à cause de mauvaises conditions (courant, visibilité…).

     

    Globalement, la visibilité est excellente, environ 30 mètres. Mais il peut y avoir de la houle de fond (« mar de fondo » en espagnol), qui soulève tout un tas de saletés, et qui dégrade la visibilité. Les espèces rencontrées sont les mêmes que dans les autres îles Canaries. À certaines époques, on peut voir des raies mobula et manta, mais je n'ai pas eu cette chance.

     

    Le club est nickel chrome. C'est propre, bien organisé, spacieux. Il y a tout ce qu'on peut attendre, compresseur récent, blocs et matériel en bon état, douche, wifi, espace de séchage. Et surtout la bonne ambiance et la connaissance de deux passionnés, Claude et Céline. Je rajouterai d'autres photos plus tard, mais voici une espèce que j'apprécie beaucoup, je les trouve très élégants, les carangues dentues.

     

    2. Carangue dentue, white trevally, jurel dentón (Pseudocaranx dentex). Baja Bocarones.

     

    1195981207_IMG_92572-small.jpg.dd281632d0f9dbde6bd2f0c040300d04.jpg

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bon, si vous voulez voir des bonnes photos de El Hierro, autant aller voir directement ce que fait Claude Lespagne sur son site.

     

    Voila une troisième image, c'est pas au même niveau, mais je m'amuse bien quand même...

     

    3. Deux murènes noires, spotjaw moray, morena negra (Muraena augusti), en pleine séance de nettoyage par une crevette barbier, redbacked cleanershrimp, lady escarlata (Lysmata grabhami). Roca Tacorón.

     

    1034378648_IMG_86992-small.jpg.12577a30b704743dbd7e68784c93361f.jpg

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Après quelques semaines... Quelques photos, quelques histoires...

     

    4 et 5. Une méduse pélagie, luminescent jellyfish, acalefo luminescente (Pelagia noctiluca). El desierto.

     

    Deux photos, à vous de me dire laquelle je garde... Photo prise juste sous la surface, à la fin d'une plongée.

     

    328816818_IMG_86852-small.jpg.17e1b8a17877978ecbf0de022d763267.jpg

     

    933348390_IMG_86862-small.jpg.4ce5237683a9231ffa905a20f8af9f06.jpg

     

    À propos de cette méduse, voici une vidéo qui m'a médusé...

     

    Dès que j'ai l'occasion, j'essaye.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    6. Poulpe tacheté, white-spotted octopus, pulpo manchado (Callistoctopus macropus). Port de La Restinga.

     

    201054958_IMG_88152-small.jpg.58143ac9562743667c9a12df6c56c313.jpg

     

    Photo de nuit dans le port de La Restinga. J'ai adoré ces plongées dans le port. C'est simple, on se met à l'eau après s'être équipé sur le quai, on sort à l'autre bout du port après s'être promené, et on se déséquipe. C'est d'une richesse incroyable. Ce poulpe, je l'avais déjà vu à Tenerife, uniquement de nuit. Je suppose qu'il reste bien caché la journée.

     

    7. Mérou brun, dusky grouper, mero nebuloso (Epinephelus marginatus). La herradura.

     

    1997920893_IMG_88852-small.jpg.a7a19731d2c7250751998f7ea2daa2cd.jpg

     

    Les mérous s'approchent tellement qu'il faut se reculer pour les avoir plein cadre...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Les plongées de nuit dans le port de La Restinga sont extraordinaires. Outre le poulpe tacheté, on y croise des poulpes communs, des seiches communes, des raies papillons épineuses (¡ un montón !). J'ai eu la chance d'y voir un requin-ange. Leur présence est classique dans les îles Canaries, habituellement de novembre à avril. C’est une espèce très rare, en danger critique d’extinction (dans la liste des 100 espèces les plus menacées de l’UICN). Pour la petite histoire, c’est parce qu’on trouvait des requins-ange dans la baie de Nice qu’on a nommé cette baie la Baie des Anges. C’est un requin placide qui se cache dans les éboulis de roches ou dans le sable.

     

    7 et 8. Ange de mer commun, angelshark, angelote pour les canariens (Squatina squatina). Port de la Restinga, plongée de nuit.

     

    1236713490_IMG_91392-small.jpg.d82c2b97ae860b7a12eeef1b7f1c22ba.jpg

     

    448841019_IMG_91362-small.jpg.133984cb222142503b51b3b81c7e0043.jpg

     

     

    9. Grande cigale de mer, slipper lobster, cigarra de mar (Scyllarides latus). Port de La Restinga, plongée de nuit.

     

    1202492463_IMG_92002-small.jpg.b77bb2c0ba2c12318921391554da33c7.jpg

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Un lien vers un album plus complet.

     

    Informations pratiques, l'eau était à 20°C. J'ai plongé en 5 mm, ce qui me permettait de ne pas trop me lester. Il m'est arrivé de plonger dans une eau à 20°C en 3 mm. C'est un peu juste, mais s'il fait bon dehors et qu'on se déshabille et qu'on se sèche après la plongée, c'est jouable.

     

    Les plongées se font généralement par deux le matin. En général, on prend deux blocs par plongeur, et on passe une heure d'intervalle de surface sur le bateau. Le club apporte la boisson et un casse-croute.

    Modifié par Invité

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Super !

    Pour la première photo de méduse, c'est quoi les 2 traits blancs qui patent vers l'avant ?

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...