Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
steph753

Epaves et récifs artificiels

    Messages recommandés

    Sujet brûlant ......

     

    Tous ici nous aimons plonger. Tous ici nous aimons voir qu'il y a beaucoup de vie (faune/flore).

    Alors forcément, lorsqu'on plonge sur une épave, on voit que la vie s'y est développé et c'est ultra tentant de dire «alors c'est une bonne chose».

     

    D'autant + que tout le monde trouve ça bien (ça influence notre jugement, d'ailleurs on ne réfléchit quasiment plus à ces sujets) : les potes de plongées, les centres de plongée, les campings et hôtels à proximité, les pêcheurs professionnels, les restaurants, les politiciens..... Tous trouvent que les épaves c'est très bien (tous y ont de gros intérêts économiques aussi).

    A cela se rajoute des «l'épave a été dépolluée par des experts» , alors forcément on se dit que ça n'est pas polluant. Et hop on fait l'économie de la réflexion pour savoir que c'est "dépollué" selon une NORME. Ca ne signifie pas que c'est absolument parfaitement dépollué.

    Et puis le sujet fait tellement rêver que si jamais quelqu'un ramène sa fraise pour dire que peut-être ça pollue, on lui répondra fissa-fissa que sa voiture pollue, son smartphone pollue, les médicaments qu'il ingère polluent, etc etc, et hop la réflexion sur l'épave : envolée.

     

    Afin d'éviter toute réflexion sur le sujet, on fait l'amalgame de tout : épave historique (avec fort impact émotionnel/culturel/historique), épave volontairement immergée pour faire un récif artificiel, et les récifs artificiels fabriqués (pneus, armatures métalliques, formes particulières en béton, etc). D'ailleurs on découvre au passage qu'à chaque fois qu'il y a eu quelque chose de volontairement coulé (donc non-historique/guerre/accident) il y a eu de jolis intérêts économiques.

     

    Et puis moi si je débranche mon cerveau et que je regarde que mon nombril et mes émotions : j'aime plonger, d'autant plus sur des sites insolites. 

     

    Maintenant que le décor est exposé, est-ce que ça vous tente une sincère réflexion/débat ?

     

    Je vous propose ceci : lors de votre prochaine plongée sur une épave toute métallique qui repose au fond depuis quelques décennies, grattez (avec un couteau par exemple) quelques centimètres carrée de concrétions, jusqu'à atteindre le métal.

    Y trouverez-vous un métal brillant et intact, ou un métal rouillé et rongé ? Je penche pour la deuxième idée. Dans ce cas, devinette, où est passé ce métal rongé ?

    Est-ce qu'il a "disparu" ou doit-on se souvenir de la célèbre phrase «rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme» ?

    Je penche pour la réponse «ça a été absorbé (par la micro flore, puis la flore, puis la petite faune, puis la plus grosse faune)».

     

    A mon sens, il ne faut plus dire «la vie s'y développe, donc c'est bon», mais nous devrions plutôt dire «la faune et la flore tente de digérer nos pollutions»

     

    Je suppose que l'on arrivera, pour majorité d'entre nous, à dire que oui ça pollue.

    Mais, avouons-le, au fond de nous ça nous emmerde (on aime plonger sur ces sites !). Alors on va tenter de se raccrocher à des contre-arguments, du type : «ça génère de la pollution, oui, mais ça génère aussi de la vie, et c'est une bonne chose car les mers/océans sont en mauvaise santé»

     

    Il y a eu des projets de récifs artificiels à base de pots en terre cuite (malheureusement industriels, avec une fine couche polluante pour solidifier à la cuisson) mais étrangement on a préféré les récifs avec des constructions en fer/béton fabriqués par une entreprise de BTP (bien souvent en "bonne relation" avec les personnes qui vont bien). Dois-je rappeler que le béton c'est avec avec du sable (provenant très majoritairement des fonds marins) et du ciment (dont la production contribue à la mauvaise santé des mers/océans) ?

     

    Si on était sage (je ne sais pas vous, mais moi ça n'est pas le cas) et réfléchis (idem), on boycotterait les plongées sur épave afin de ne pas inciter/permettre/financer cette activité qui va à l'encontre de notre amour pour une mer en bonne santé.

    (remarque : les "on est tous foutu, on va tous crever" ne sont pas constructifs 😉 )

     

    J'ai contacté des scientifiques, à priori experts au sujet de la pollution des épaves, et lorsque je leur ai exposé mes réflexions j'ai eu droit à un enfumage en règle. Juste après je découvrais qui étaient les financeurs de ses recherches ... et j'ai compris.

     

    Je souhaiterai vos avis (constructifs et sages) et vos réflexions à ce sujet. Si vous avez des infos complémentaires je suis preneur. Si vous avez des infos contradictoires je suis preneur aussi. Mon but n'est pas de s'écharper les uns et les autres sur ces sujets (à coup de "c'est moi qui a raison") mais vraiment de faire avancer le smilblik. 

     

    Si vous allez à la plage et que votre enfant balance dans l'eau et sous vos yeux une canette de soda en aluminium en vous disant «ça fera un récif pour les poissons, c'est un geste écologique» , vous lui répondez quoi ?

     

     

     

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    C'est bien écrit, pas de problème là-dessus.

    Par-contre un peu de documentation ferait du bien.

    L'oxyde de fer est-il toxique?

    Le fer (ou acier j'imagine ici) est-il toxique?

    Le processus d'oxydation du fer est-il toxique?

    ...

    En gros, lorsqu'il y a des affirmations j'aime bien pouvoir lire des explications scientifiques.

     

    Sinon est-ce que l'activité plongée générée par un groupe d'épaves historiques ou artificielles ne serait-elle pas plus polluante que les épaves elles-mêmes?

    Partant de là, est-ce que l'activité plongée loisirs devrait être maintenue?

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    La question est intéressante, il faudrait en faite connaitre la composition des coques des épaves qui ont volontairement été coulé.

    Pour répondre aux questions que tu poses je vais cité ta citation 

    Citation

    la vie s'y développe, donc c'est bon

    La question est comment serait la nature sans cette épave. Comme la réponse est "moins bien" alors c'est que les avantages surpassent les inconvénients.
    Pour ce qui est de la digestion par la nature, la rouille est un élément naturel qui fait parti de l'alimentation de nombreuses espèces, l'oxyde de fer est d'ailleurs très utilisé en tant que colorant alimentaire donc j'aurais tendance à dire qu'on fout bien pire dans l'océan.

    Pour la canette la situation est différente, c'est beaucoup trop petit pour servir d'abris, ça sera balloté par les courants, il n'y a pas eu de processus de réflexion et d'étude d'impact et l'aluminium est toxique. 

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Tout d'abord merci @Youdivemecrazy et merci @Lodge pour vos interventions : je pense que ça enrichi le débat 🙂

     

    L'acier, sous forme solide, n'est pas naturellement présent dans la mer. Avant les activités modernes des hommes, il n'y avait nulle part des barres ou des plaques de fer. Donc la rouille non plus. De là on peut facilement penser que la faune et flore sous marine n'est pas biologiquement prévue pour absorber ces matériaux.

     

     

    Citation

    La question est comment serait la nature sans cette épave. Comme la réponse est "moins bien" alors c'est que les avantages surpassent les inconvénients.

    Eh bien c'est vite dit ...

    Si on enlève ces épaves, à court terme il y a subitement moins de faune/flore sous marine là nous sommes d'accord.

    Si ces épaves n'avaient pas été au fond, il n'y aurait pas eu toutes ces cachettes artificielles, là aussi nous sommes d'accord.

    Quid de la notion «en bonne santé» ? ... Dans notre société, on considère les humains par la nombre et par leur espérance de vie, qu'importe s'ils sont en fauteuil roulant et qu'ils survivent à coup de très nombreux médocs. L' "espérance de vie en bonne santé" est moins souvent abordée. N'avons-nous pas tendance à procéder de la même manière avec la faune/flore sauvage qu'on regarde ?

     

    Autre interrogation : les zones terrestres désertiques. Pour la plupart d'entre-nous, cela signifie "désolation", "vide", "mort", etc. Mais d'un point de vue biologique ça a son utilité. Peut-on penser que certaines zones désertiques en mer pourraient avoir leur utilité ? (plutôt que de foutre de force la vie au maximum d'endroit où on peut (si on avait les moyens financier de le faire, je pense que ce serait déjà fait).

     

    Dans l'attente de vous lire, 🙂 

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 17 heures, steph753 a dit :

    L'acier, sous forme solide, n'est pas naturellement présent dans la mer. Avant les activités modernes des hommes, il n'y avait nulle part des barres ou des plaques de fer. Donc la rouille non plus. De là on peut facilement penser que la faune et flore sous marine n'est pas biologiquement prévue pour absorber ces matériaux.

     

    Certe, l'acier n'est pas dans la forme où on l'entend présent dans la nature, mais sans être un expert en géologie lorsque l'on vous de la terre ou roche rouge sur terre c'est qu'elle est naturellement chargée en fer. Donc avec le ruissellement des eaux cette oxyde de fer se retrouve dans la mer non?

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 12 minutes, Norman76 a dit :

    Certe, l'acier n'est pas dans la forme où on l'entend présent dans la nature, mais sans être un expert en géologie lorsque l'on vous de la terre ou roche rouge sur terre c'est qu'elle est naturellement chargée en fer. Donc avec le ruissellement des eaux cette oxyde de fer se retrouve dans la mer non?

     

    Pourrait-on dire que cet oxyde de fer qui ruisselle jusqu'à la mer se retrouve provisoirement en forte concentration juste sur les premiers centimètres d'eau (et tout en bordure de mer) , puis rapidement dilué au fil des vagues ?

    A l'inverse, une épave métallique à 50m de profondeur, l'oxyde de fer ne se dilue pas dans l'immense volume d'eau mais est directement "capté" par la micro flore.

     

    C'est une supposition, pas une vérité absolue. Mon objectif est de faire sincèrement avancer le débat (et avec courtoisie).

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Pour faire avancer le débat

    Le métal/autres est pas absorbé par la microfaune, mais plutôt par un ensemble de bactérie qui dégrade le fer/oxyde de fer. On s'aperçoit de plus en plus que ces bactéries existent pour tout type de métal que l'on immerge (et même certains plastiques ....). Des fois la visite d'une épave apporte ces bactérie (apport des couches supérieure qui aurait été bcp plus lent sinon) ce qui accélère le long processus (voir le titanic). Ensuite viens agir la chaîne du vivant qui va modeler et transformer tout ça. La vie s'adaptant, ou par opportunisme se repends. Sachant que nous en sommes qu'au balbutiement de ces phénomènes, beaucoup de choses restent a découvrir.

     

    Je vois ça comme si le vivant travaillais a corriger nos dérives (avec plus ou moins de succès ...). Ya toujours un équilibre qui se fait (jusque quand) et chaque action dans un sens entraîne une réaction plus ou moins rapide/violente de l'autre. Apres cette réaction peut très bien être néfaste à nous humain ...

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...