Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
nanobulle

Conditions de travail des moniteurs.

    Messages recommandés

    il y a 3 minutes, Matt a dit :

    Reste une question : combien y-t-il de PE60 en France ? et cela donne combien de plongées effectivement encadrées dans la zone 40-60m ?

     

    A mon avis pas beaucoup, je ne trouve pas les statistiques dans le PV de CTN ou CDN, il me semblait pourtant que les chiffres de certification étaient publics....

     

    99 en 2018

    93 en 2017

    81 en 2016

    111 en 2015

    73 en 2014

    51 en 2013

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 2 heures, nobubble a dit :

    La limite des 50m concerne l'enseignement et celle des 60 l'explo. Typiquement depuis l'arrivée des PA/PE cela concerne les PE60 qui seront pris en charge par les seconds degrés dans la zone 40/60. Un enseignement à 50m dans le cadre d'une formation de PA60 peut se comprendre (et correspond à la limite des travailleurs hyperbares) mais prendre la responsabilité juridique d'encadrer un quidam volontairement non autonome (PE60) dans cette zone et au-delà (zone 50/60m) est une extravagance du CDS.

    Concernant les travailleurs hyperbares (Au nombre desquels la DGT reprend, de son point de vue, les moniteurs de plongée), la limite de 50 m n'est pas liée au contenu du CDS, mais aux PPn officiellement admises en utilisation courante par ces travailleurs. Le texte donne un caractère dérogatoire à titre exceptionnel au dépassement des 50 m à l'air, avec une interdiction de dépasser 60 m à l'air. Ce dépassement ne peut se produire que très exceptionnellement, après avis de l'inspection du travail avisée préalablement par l'employeur.

    Modifié par berny

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a une heure, berny a dit :

    Concernant les travailleurs hyperbares (Au nombre desquels la DGT reprend, de son point de vue, les moniteurs de plongée), la limite de 50 m n'est pas liée au contenu du CDS, mais aux PPn officiellement admises en utilisation courante par ces travailleurs. Le texte donne un caractère dérogatoire à titre exceptionnel au dépassement des 50 m à l'air, avec une interdiction de dépasser 60 m à l'air. Ce dépassement ne peut se produire que très exceptionnellement, après avis de l'inspection du travail avisée préalablement par l'employeur.

    Mais bien sur, demander l'avis de l'IT avisée préalablement par l'employeur: c'est la marmotte qui met le chocolat dans le papier aluminium ? D'ailleurs quel est donc le degré de compétence de l'IT en matière de plongée ?

     

    Par ailleurs, il n'y a pas d'enseignement plus profond que 40m, sauf pour le MF2 et l'épreuve est à 50m. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi je devrais faire effectuer un geste technique à un élève au delà de 40m en plongée à l'air...

     

    Ensuite emmener en exploration quelqu'un à 60m: combien de demandes ? Marché potentiel ? Les seuls fois où je l'ai fait c’était avec des futurs N3 et en exploration.

     

    Beaucoup de bruit pour rien !

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Avis de l’IT pour déroger au contenu du DUE, comme pour n’importe quel travailleur. On parle de droit du travail, pas de CDS. Et il est heureux que les choses soient prévues ainsi.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 16 heures, shapeshifter a dit :

     

    99 en 2018

    93 en 2017

    81 en 2016

    111 en 2015

    73 en 2014

    51 en 2013

     

    Du coup ça me semble très peu, il y a combien de N3?

    Question subsidiaire beaucoup plus compliqué, combien ont effectivement utilisé leur PE60 sans que ce soit une étape entre deux séjours de formation au N3 ?

     

    Il y a 14 heures, Humuhumu a dit :

    Mais bien sur, demander l'avis de l'IT avisée préalablement par l'employeur: c'est la marmotte qui met le chocolat dans le papier aluminium ? D'ailleurs quel est donc le degré de compétence de l'IT en matière de plongée ?

     

    Par ailleurs, il n'y a pas d'enseignement plus profond que 40m, sauf pour le MF2 et l'épreuve est à 50m. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi je devrais faire effectuer un geste technique à un élève au delà de 40m en plongée à l'air...

     

    Ensuite emmener en exploration quelqu'un à 60m: combien de demandes ? Marché potentiel ? Les seuls fois où je l'ai fait c’était avec des futurs N3 et en exploration.

     

    Beaucoup de bruit pour rien !

    L'inspection du travail saura trouver l'expert qui va bien.

    Au N4 sur le VDM tu as le droit de descendre à 41m :)

    Le fait que ça ne concerne pas grand monde ne rend pas le sujet moins pertinent.

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Le 21/10/2019 à 06:47, nanobulle a dit :

    le problème ne peut-il pas être généralisé aux moniteurs bénévoles ?

    Comme les collègues professionnels, je pense que les moniteurs fédéraux devraient s'interroger sur les risques qu'ils prennent dans leur encadrement ... et je ne parle évidemment pas des fédéraux qui interviennent dans le cadre commercial. 

     

     

     

    Pas vraiment. La plongée comporte des risques pour tous, certes. Mais il ne sont pas du même ordre pour les professionnels que pour les bénévoles. 

    Car les bénévoles plongent le samedi après-midi alors que les professionnels ne déssaturent pas.

    Ils font souvent beaucoup plus de plongées. De plus au regard de certain risque comme l'ADD il encourrent plus de risque par plongée que les plongeurs loisirs.

     

    Selon l'étude disponible sur le site  DAN-Europe qui étudient chez 40000 plongée au regard du développement d'une MDD (Maladie de décompression), le risque est proche de 1/10 000 plongée chez le plongeur loisir mais de 1/1000 plongée chez le pro.

     

    Cela est à rapprocher des conditions de pratique: le moniteur pro est souvent la machine à produire des plongée et le car de touriste n'est pas souvent refusé pour la protection de sa santé.

     

    L'étude du DAN relève qu'il y a beaucoup de non dit: les accidents déclarés sont très inférieurs aux MDD diagnostiquées lors d'une étude systématique...

     

    La protection de la santé des plongeurs hyperbare ne s'appliquent pas aux moniteurs de plongée professionnel, c'est une anomalie de la règlementation qui a une chance de perdurer car, les plongeurs pro sont souvent plus soucieux de la faible rentabilité de leur activité que de leur santé.

     

     

     

     

     

    Modifié par alofi
    • Like 2
    • Thanks 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...