Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
val74700

plongée solo

    Messages recommandés

    Le 05/12/2019 à 09:33, val74700 a dit :

    Bon, j'espère que ça ne va pas partir en live sur le sujet avec une bataille manichéenne, là n'est pas la question.

     

    Ceux-ce qui plonge solo, en milieu ouvert (j'exclus épaves et sout' de fait) avec un bi avec isolateur central :

     

    Vous plongez isolateur fermé, pour une redondance parfaite ?

    Ou vous prenez le "risque" de partir ouvert, en sachant bien évidemment le fermer seul ?

    Et là, j'exclus de fait ceux qui partent en solo en bi sans savoir fermer leur isolateur.

     

    Je rappelle que c'est "sans plafond".

     

    Perso', je partirais blocs séparés. Qui sait si le moment venu j'arriverai à refermer ?!

    Quand tu plonges solo, c'est pour qu'on t'emmerde pas, pas vrai ? Alors tu pars plonger comme tu veux. Pourquoi t'aurais besoin d'un bi ? Un double sortie et 2 détendeurs séparés et ça va aller.

    • Like 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 1 heure, Humuhumu a dit :

    Quand tu plonges solo, c'est pour qu'on t'emmerde pas, pas vrai ? Alors tu pars plonger comme tu veux. Pourquoi t'aurais besoin d'un bi ? Un double sortie et 2 détendeurs séparés et ça va aller.

     

    En fait, je ne sais pas si on pourrait considérer qu'un mono cylindre équipé d'une valve à double sortie se qualifierait comme étant une véritable réserve d'air redondante... Sont de véritables redondances un double avec un manifold fermé, une configuration SM ou une config mono-BM avec un pony. 

     

    Maintenant, quant à l'attitude "tout le monde m'emmerde, j'emmerde tout le monde", je sais pas trop... À mon humble avis, on plonge surtout solo parce que c'est parfois plus simple et pratique que de se trouver une buddy; parfois, c'est aussi parce qu'on veut pratiquer des trucs fondamentalement emmerdant pour un buddy, comme faire de la photo ou pratiquer des drills et des trucs comme des ajustements de trims et de flottabilité, non? Mais de là à positionner la plongée solo dans une dynamique misanthropique, je suis pas sûr... 

    • Like 1
    • Thanks 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Ce sujet n'est pas nouveau dans le monde de la plongée.

    Paul Poivert a repris, dans Plongée-infos, un article de P.Letellier (moniteur National), publié en avril 1999 dans le magazine Octopus.

    https://www.plongee-infos.com/special-plongeurs-confirmes-la-plongee-solo-pour-ou-contre/

    Vingt ans après, tout est d'actualité.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 10 heures, Nicolas Duguay a dit :

     

    En fait, je ne sais pas si on pourrait considérer qu'un mono cylindre équipé d'une valve à double sortie se qualifierait comme étant une véritable réserve d'air redondante... Sont de véritables redondances un double avec un manifold fermé, une configuration SM ou une config mono-BM avec un pony. 

    Dans une logique solo, TU prends une redondance si TU penses que ça T'est indispensable... c'est TON cul qui est en jeu...

    Citation

     

    Maintenant, quant à l'attitude "tout le monde m'emmerde, j'emmerde tout le monde", je sais pas trop... À mon humble avis, on plonge surtout solo parce que c'est parfois plus simple et pratique que de se trouver une buddy; parfois, c'est aussi parce qu'on veut pratiquer des trucs fondamentalement emmerdant pour un buddy, comme faire de la photo ou pratiquer des drills et des trucs comme des ajustements de trims et de flottabilité, non?

    Pas forcément... ça peut être uniquement par égoïsme...

    Citation

    Mais de là à positionner la plongée solo dans une dynamique misanthropique, je suis pas sûr... 

    Et pourquoi pas ?

    Pour ma part, c'est un peu le cas.

    J'aime bien être tout seul, ne pas avoir à me préoccuper d'où est l'autre, de savoir s'il va bien, ou s'il a besoin de remonter parce qu'il n'a plus de gaz ou besoin de pisser...

    Je plonge pourME faire plaisir...

     

    Et on a parfaitement le droit d'être misanthrope après tout.

    • Like 2

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Perso je retiens de l'article cité par @nanobulle la conclusion .. 

    Citation

    Alors, faut-il refuser systématiquement d’être accompagné pour accéder à la béatitude sous-marine ? Surtout pas, mais pas pour des raisons de sécurité. Il vaut mieux réserver le fait de plonger avec un autre, une personne que l’on apprécie, pour le plaisir d’être ensemble, de découvrir des choses conjointement, de vivre de moments exceptionnels en compagnie d’un(e) ami(e), de prendre ensemble des fou-rires, de partager des émotions. Là est l’incomparable avantage de la plongée, sans forcément considérer le coéquipier comme un élément de sécurité.

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 13 heures, Nicolas Duguay a dit :

     

    À mon humble avis, on plonge surtout solo parce que c'est parfois plus simple et pratique que de se trouver une buddy; parfois, c'est aussi parce qu'on veut pratiquer des trucs fondamentalement emmerdant pour un buddy, comme faire de la photo ou pratiquer des drills et des trucs comme des ajustements de trims et de flottabilité, non? Mais de là à positionner la plongée solo dans une dynamique misanthropique, je suis pas sûr... 

     

    Les petits plaisirs solitaires sont agréable et juste pour le plaisir :D

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 22 heures, Scubaphil a dit :

    Au pire, oui.

     

    Mais plus vraisemblablement en respirant les dernières goulées d'air dans les 2 détendeurs, si besoin était.

     

    Mais avec 2 détendeurs séparés, 1 mano et une sonde de pression, une alarme sonore, la possibilité de fermer l'un ou l'autre robinet au cas ou, la probabilité d'arriver à ces extrémités paraît quand même bien faible. Au pire, admettons qu'un tuyau MP ou un joint pète et que je n'arrive pas à fermer le robinet, j'ai toujours la possibilité de remonter en quelques poignées de secondes, avant que le bloc ne soit vide.

     

    J’avoue que ma question était un brin provocatrice, car elle posait en filigrane le problème de la suppression de la RSE aux examens de la FFESSM.

    Était-ce un exercice inutile ?

    Ou bien est-ce inutile de maitriser cette technique ?

     

    La philoche propose une réponse en écrivant

    « Bin oui, a partir du moment où tu souhaites plonger solo, il y a quand mêmes un minimum de prérequis à maitriser. Ca ne change rien sur mon avis sur l'inutilité et la dangerosité de la rse dans les examens. »

    Je suis tout à fait d’accord avec lui.

     

    Scubaphil, dit borner ses plongées solo entre 0 et 20 m, « Mais sans dépasser 15-20 m, avec la possibilité de regagner la surface en vrac, en dernier recours ». À l’évidence, cette limitation est associée à sa maîtrise parfaite de la RSE jusqu’à ces profondeurs et même au-delà. Il sait qu’en cas de panne, il remontera sans problème sur expiration.

    Je comprends sa démarche, mais je ne peux m’empêcher de la rapprocher de ce qui se passait dans les années 70. Lorsque l’on posait la question « jusqu’à quelle profondeur peut-on descendre en plongée », certains formateurs nous répliquaient « jusqu’à la profondeur où tu peux remonter sans air ».

    Il s’en est suivi des « concours » de profondeur de remontée sans air, entre plongeurs, avec comme il fallait s’y attendre, une issue fatale.

    Dans l’esprit, la démarche de Scubaphil est dans la logique de cette époque.

    On descend jusqu’à la profondeur où on peut remonter, seul, en cas de panne d’air.

     

    Mais pourquoi une panne ?

    Lorsque l’on plonge en solo, c’est pour soi.

    C’est pour bâtir sa propre aventure.

    C’est avec le matériel que l’on choisit.

    Et on est censé adopter du matériel fiable.

    Et comme l’écrit Nics

    « Dans une logique solo, TU prends une redondance si TU penses que ça T'est indispensable... c'est TON cul qui est en jeu... »

    Si tu as peur de rouler en 2 roues, tu en mets 3, si tu trouves cela osé, tu en mets 4, et si tu trouves cela dangereux, tu mets des chenillettes.

    En plongée c’est pareil.

     

    Je vais revenir sur la remarque de Humuhumu

    « Quand tu plonges solo, c'est pour qu'on t'emmerde pas, pas vrai ? Alors tu pars plonger comme tu veux. Pourquoi t'aurais besoin d'un bi ? Un double sortie et 2 détendeurs séparés et ça va aller. »

    Il pose le problème du statut de l’Autre en plongée.

    En a-t-on besoin ?

    On nous bassine pour nous dire que oui, que c’est une sécurité.

    Ce n’est pas vrai.

    Je me sens infiniment plus en sécurité à 40 m, seul, qu’avec une palanquée de PE 40.

     

    L’Autre est un choix.

    Il prend toute sa dimension lorsque l’on plonge en autonomie.

    Et d’ailleurs, on ne devrait concevoir l’autonomie que lorsque l’on sait plonger en solo.

    • Like 2
    • Thanks 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    J'aime bien ce fil…  et ta remarque @nanobulle 

    il y a 5 minutes, nanobulle a dit :

    on ne devrait concevoir l’autonomie que lorsque l’on sait plonger en solo.

     

    Je trouve ce raisonnement excellent.

     

    Avec du recul je constate que oui je plonge en palanquée mais le plus souvent avec d'autre pour partager pas pour des raisons de sécurité (ou si peu). 

     

    La semaine passée petite plongée a 2 en lac froid et sombre au retour après 50 minutes mon binôme avait un peu froid et a décrété qu'il arrêtait juste en face de la sortie… il me fait signe qu'il sort, et que je pouvais continuer… sans me poser la moindre question, si ce n'est de me dire, "Merde j'vais pas pouvoir rester longtemps c'est moi qui ai la clés de la voiture et dehors il y a 1 °C il va se les cailler". Donc j'ai continuer seul et j'ai simplement profité encore un peu. 

    Nous étions les 2 en autonomie (solo? ) mais avions partagé la même plongée, Chacun de nous  était en pleine capacité a maitriser les "ennuis" possibles (sauf grave problème de santé du genre cœur qui lache bien sur).

    Nous avions des sources de gaz en double, ordi en double  bref…  en solo cela aurait été la même chose.

     

    Je précise que mon binôme du jour est un habitué des plongées en solo depuis bien longtemps

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Perso, je fais aussi du solo.

    A ce moment la, je me limite a 30m dans la courbe de sécu, je plonge en mono 12 ou 15l avec un S80 sur le flanc (gonflé au nitrox 28). Le S80 ne me sert que de redondance, Je le teste au début de plongée a 5m et des fois un petit coup de purge pour voir s'il va bien en court de plongée

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Le ‎07‎/‎12‎/‎2019 à 15:51, nanobulle a dit :

     

     

     

    Je me sens infiniment plus en sécurité à 40 m, seul, qu’avec une palanquée de PE 40.

     

     

    Et d’ailleurs, on ne devrait concevoir l’autonomie que lorsque l’on sait plonger en solo.

     

    Idem Nano

     

    La quasi totalité de mes plongées se font solo.

     

    Pourquoi ?

     

    - Parce qu'en tant qu'ancien moniteur, je ne peux m'empêcher de surveiller l'autre ou les autres, sauf avec quelques collègues en qui j'ai entièrement confiance car leur capacité d'autonomie est égale à la mienne puisqu'il plonge également très régulièrement solo.

     

    - Parce qu'en tant que photographe sous-marin, j'aime bien prendre mon temps et réfléchir à ce que je fais et que personne ne va me soulever la M... pendant que je shoote.

     

    - Parce que j'aime bien prendre mon temps et profiter de mes plongées, d'autant plus qu'avec mon recycleur, Héhéhé, comment dire ? je peux passer quelques dizaines de minutes à 40 tranquille à photographier les pitites poissons !!

     

     

    Et pour revenir au config :

    En ouvert - 15 L jusqu'à 40/45m double sorties, double détendeurs + deco 7L.  Si perte de gaz, remontée rapide sur détendeur voir RSE  jusqu'à la limite de prise de la déco. Au pire, je pense que prendre ta deco même en 80 et attaquer ta remontée ne va pas te tuer, ça va être un peu tendu, mais c'est très faisable (Je sais, j'ai essayé)

    par contre, je pense que si j'avais continué en solo, je serais passé sur un 2x10l voir 2x12 avec manifold ou SM avec 2 x 7.5 ou S80.

     

    EN CCR - JJ jusqu'à 40/45, pas encore passé le trimix car je joue et découvre encore ma machine et ma config.

    BO 7.5 l en NX32 et c'est la quantité de gaz de mon BO qui détermine ma DTR.

     

    Perte de gaz que ce soit diluant (Déjà arrivé) ou O2, passage sur BO.

     

    Voilà voilà

    Mais encore une fois, cela n'engage que moi !

     

    A+

     

    🍺

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 32 minutes, Jeff__06 a dit :

     

    Perte de gaz que ce soit diluant (Déjà arrivé) ou O2, passage sur BO.

     

     

    Perte du diluant, tu restes sur la boucle et tu remontes tranquillement, Tu n'es pas obligé de passer sur BO

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 29 minutes, la philoche a dit :

    Perte du diluant, tu restes sur la boucle et tu remontes tranquillement, Tu n'es pas obligé de passer sur BO

    Je n'avais pas réfléchi à la question car c'est ce que l'on m'a enseigné lors de ma qualification et que je suis encore en train de trouver mes marques. 

     

    Suite à tes propos, j'ai repris l'incident tel qu'il m'était arrivé, à savoir gros vidage de masque à 32, injection du diluant dans le FP et rien !!

    FP bien vide, tu respires avec une paille !!

     

    Possibilité :

    - Injecter de l'O2 ? pas sur que ce soit une bonne idée à 32 m

    - Remonter rapidement d'une dizaine de mètres pour regonfler le FP ? Est-ce que cela aurait suffit pour pouvoir respirer correctement ?

    - déclamper l'étanche pour le passer sur l'injecteur diluant ?  Pas sur de réussir la manœuvre rapidement, surtout en pleine eau

    - passer sur BO et réfléchir ? C'est ce que j'ai fait pour en fin de compte déclamper mon étanche branché sur le BO, clamper sur l'injecteur et repasser sur la boucle.

     

    @la philoche, à toi de m'éclairer sur ma réflexion.😜 tu as beaucoup plus d'expérience que moi avec ces jouets !

    D'autres options possible ?

     

    A+

     

    🍺

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 16 minutes, Jeff__06 a dit :

    Je n'avais pas réfléchi à la question car c'est ce que l'on m'a enseigné lors de ma qualification et que je suis encore en train de trouver mes marques. 

     

    Suite à tes propos, j'ai repris l'incident tel qu'il m'était arrivé, à savoir gros vidage de masque à 32, injection du diluant dans le FP et rien !!

    FP bien vide, tu respires avec une paille !!

     

    Possibilité :

    - Injecter de l'O2 ? pas sur que ce soit une bonne idée à 32 m

    Surtout pas, sauf si tu vas respirer de l'eau.

     

    - Remonter rapidement d'une dizaine de mètres pour regonfler le FP ? Est-ce que cela aurait suffit pour pouvoir respirer correctement ?

    Entre 32 et 22 tu as un delta de pression non négligeable, ça aurait pu marcher.

    - déclamper l'étanche pour le passer sur l'injecteur diluant ?  Pas sur de réussir la manœuvre rapidement, surtout en pleine eau

    Il vaut mieux le faire au calme

    - passer sur BO et réfléchir ? C'est ce que j'ai fait pour en fin de compte déclamper mon étanche branché sur le BO, clamper sur l'injecteur et repasser sur la boucle.

    .C'était la meilleure solution

     

    @la philoche, à toi de m'éclairer sur ma réflexion.😜 tu as beaucoup plus d'expérience que moi avec ces jouets !

    D'autres options possible ?

     

    A+

     

    🍺

    Je t'ai mis mes commentaires en gras. Ton incident se termine bien, tu l'as bien géré nickel. Mais (il y a toujours un mais 😉 ), tu te retrouves en pleine eau avec certes du diluant mais plus de contrôle de la flotta, (je suppose que ton diluant alimenté aussi ta wings) et tu n'es pas forcément bien si tu as un soucis de se coté là : la petite bouteille de 1/1.5 litres pour gonfler l'étanche c'est pas mal (en plus sur le jj ca se monte tout seul). Tu avais aussi la possibilité de respirer sur ton BO et d'expirer dans le JJ, en 2 cycles tu as ce qu'il faut pour respirer sur la machine. Le point hyper positif c'est que maintenant tu es sur de pouvoir sortir de la machine rapidement et de pouvoir y retourner (tu ne l'as pas noyé, tu n'as pas merdé) et par expérience les exercices c'est bien, mais il n'y a que quand tu as du vraiment le faire que tu sais  si c'est bon ou pas.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Comme le dit si bien la Philoche les exercices c'est bien mais le moment de vérité se fera le jour ou ça merde et là ?

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 3 heures, brochet a dit :

    Comme le dit si bien la Philoche les exercices c'est bien mais le moment de vérité se fera le jour ou ça merde et là ?

    Donc, tu préconises ???

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...