Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Mini formation vidéo... c'est ici


Recommended Posts

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

J’ai suivi et participé à quelques discussions sur les films et beaucoup se posent des questions.

Je ne suis pas forcement une référence, mais j’ai quelques notions, ayant suivi une formation amateur en photographie (sur 2 ans) et une petite formation de quelques heures en vidéo.

 

Je vous propose quelques bases pour améliorer vos vidéos assez facilement.

J’ai fait ça rapidement, mais je pense que c’est assez compréhensible.

Si vous suivez les quelques recommandations suivantes et que vous avez besoins d’aller plus loin, il sera temps de penser à une petite formation (vous trouverez surement un Mooc sur le sujet ou, de préférence, une association dans votre ville avec des professionnels).

 

Je n’aborde que la prise de vue et la scénarisation. Pour le montage (y compris pour retravailler la colorimétrie), je vous renvoie aux tutos sur Internet pour votre logiciel.

 

Bonne lecture, en espérant que ceci vous aidera.

 

Au sommaire :

La prise de vue

-        Sujet

-        Cadrage

-        Plans

La scénarisation de votre film

-        Scénarisation en 3 actes

 

 

 

1.      Prise de vue

 

La vidéo n’est que de la photo animée. La plupart des règles de base de la photo sont applicable.

 

 

1.1. Le sujet

 

Pour commencer, je vous conseille la 1ère règle en photo : se mettre à hauteur de son sujet.

 

Faites le test (en vidéo ou en photo) : prenez un enfant en photo depuis votre hauteur, puis reprenez une photo en vous mettant à hauteur de l’enfant.

En comparant les 2 photos, vous comprendrez tout de suite ce que signifie se mettre à hauteur de son sujet et pourquoi c’est plus sympa à regarder.

 

Les effets de plongé (prise de vue vers le bas) ou de contre plongé (prise de vue vers le haut), pour ne prendre que ces exemples, servent aux effets « dramatiques » que l’on souhaite ajouter à sa scène.

En dehors d’une volonté dramatique, le mélange plongé, contre-plongé, à hauteur de sujet est souvent du plus mauvais effet.

Vous trouverez de nombreux sites ou page youtube de réalisateurs expliquant comment utiliser ces effets si vous décidez de jouer avec.

 

Pour l’instant, passez-vous en. Restez à hauteur de votre sujet (devant, derrière, cotés) pour vos premiers films. Pas évident dans l’eau, mais essayez de vous y tenir.

 

 

1.2. Cadrage

 

Là aussi, pour commencer en prenant la base, la règle des tiers.

1ère chose à faire sur votre matériel si il y l’option… mettre le quadrillage sur l’écran de contrôle.

Sinon essayez de toujours l’avoir en tête lorsque vous cadrez (ou recadrez dans votre logiciel de montage).

 

Vous obtiendrez 3 lignes horizontales et 2 lignes verticales. On appelle ces lignes, les lignes de forces.

Les 4 points d’intersections entre lignes horizontales et verticales s’appellent les points de forces.

 

Comment utiliser la règle des tiers ?

-        En portrait (gros plan et très gros plan) par ex. on placera les yeux du sujet sur les 2 points de force supérieur

-        Pour un paysage (une plaine et le ciel), on placera sur le 1er tiers inférieur la plaine, les 2 autres tiers seront réservés au ciel (ou l’inverse, suivant ce que vous voulez appuyer dans votre photo)

-        Un paysage avec un objet remarquable (arbre, personne) : pour le ciel et la plaine, vous reprenez la composition précédente et mettez l’objet remarquable soit sur la ligne de force vertical de droite, soit celle de gauche.

-        Vous prenez quelqu’un dans la rue en mode paysage ; mettez le personnage au niveau de la ligne de force vertical de droite s’il avance de droite à gauche ou sur la ligne de force vertical de gauche s’il avance de gauche à droite.

-        Etc.

 

Le but est de respecter un certain équilibre qu’inconsciemment nous considérons comme agréable à l’œil.

 

 

1.3. Les plans

1.3.1.      Grand angle et portrait

Là aussi, pour un début, faisons simple… Plan large/ensemble (grand angle) et plan rapproché (portrait).

 

Le plan d’ensemble est un plan qui permet de prendre un sujet dans son environnement.

On sera éloigné du sujet.

 

On fera un plan rapproché ou gros plan pour ne prendre que le sujet. Soit on se rapproche, soit, lors du montage, on zoome l’image.

 

Il est intéressant d’utiliser les 2 pour une même scène.

Par ex, si vous souhaitez filmer une murène.

Vous commencerez par un plan large où l’on aperçoit l’animal dans son repère, puis vous vous rapprochez pour la prendre en plan rapproché. Lors du montage vous couperez l’approche.

 

Vous ne montrez pas seulement une murène… vous racontez une histoire : l’environnement, puis la murène dans cet environnement.

 

Faites l’exercice suivant :

Filmez un objet chez vous (une chaise par ex, quelque chose d’assez grand si vous avez assez de recul dans votre pièce).

Mettez-vous au niveau de la porte pour avoir toute la pièce et filmer quelques instants, puis tout en continuant à filmer, rapprochez-vous de la chaise et continuez à la filmer encore quelques instants.

Montez la vidéo en coupant la partie ou vous vous rapprochez… voyez ce que ça donne.

Ce ne sera pas forcement du plus bel effet, on filme une chaise, mais vous verrez que c'est plus sympa que de simplement filmer la chaise. Pour les poissons, c'est pareil.

 

 

1.3.2.      Premier plan, sujet, arrière-plan

 

Lorsqu’on prend une photo ou une vidéo, hors plan rapproché et gros plan on peut se retrouver avec plusieurs plans.

Prenons un exemple : vous êtes dans une plaine, à plusieurs centaines de mètres se trouvent des montagnes, et à mi-chemin entre vous et les montagnes, votre sujet (une personne).

 

Le 1er plan sera la plaine, ensuite le sujet et au fond, l’arrière-plan.

Rien qu’en jouant sur les plans, sans changer de place, vous pouvez faire 3 scènes complètement différentes suivant le plan que vous mettez en avant.

Rappelez-vous de la règle des tiers.

Si vous mettez le tiers du bas pour la plaine et les 2 tiers du haut pour les montagnes, vous obtiendrez un rendu complètement différent de si vous aviez fait l’inverse.

Idem avec le sujet. Si il est sur un point de force (ou ligne de force vertical), le rendu sera différent de si il était au milieu de la photo.

 

Vous pouvez aussi jouer sur la netteté : flou sur le 1er ou dernier plan (ou les 2) etc. etc.

 

Faites les exercices suivants :

Ex.1:

Sans sujet. Prenez un bâtiment bas en photo en vous éloignant le plus possible (évitez qu’il y ait des obstacles visuels entre vous et le bâtiment).

1ère photo : le bâtiment dans le 1er tiers du haut

2ème photo : le bâtiment dans les 2 tiers du haut

Comparez.

 

Ex.2 (petit travail sur la profondeur de champs… à faire si vous savez utiliser la priorité à l’ouverture sur votre appareil):

Prenez 2 objets que vous éloignez d’environ 50cm l’un de l’autre. Mettez-vous en face, un peu de biais de façon à voir les 2 objets dans votre objectif.

Réglez votre objectif en mode portrait (50mm), priorité à l’ouverture (ouverture max) et faite la mise au point sur le 1er objet.

Le 1er objet sera net, le second flou.

Faites la même chose mais en faisant cette fois ci la mise au point sur le 2ème objet.

Le 1er objet sera flou, le second net.

En jouant sur la profondeur de champs de votre 1er plan ou arrière plan, vos séquences prendront une toute autre dimension

 

2.      Scénarisation

 

Nous ne sommes pas Spielberg, pour autant un petit scénario c’est toujours sympa.

Dans un film, y compris de vacances, il est conseillé d’avoir au minimum 3 actes :

-        Une introduction ou mise en contexte

-        La dramaturgie

-        Une conclusion ou dénouement

 

Comme on est sur un forum de plongée, prenons l’exemple d’une sortie plongée en bateau.

Plutôt que d’attaquer le film en montrant de jolis poissons, mettons un peu de vie (autre qu’aquatique) et un peu d’émotion.

 

1er acte, la mise en contexte :

Vous pouvez montrer la palanqué se préparer sur le bateau, montrer les paysages autour du bateau, la mise à l’eau

 

2ème acte, la dramaturgie :

Vous filmez les petits poissons (pensez aux conseils précédents), vos buddies, etc. etc.

 

3ème acte, le dénouement :

Les têtes sortant de l’eau, nos plongeurs discutent avec un large sourire… le petit côté émotion et vivant de l’aventure.

 

Voilà voilà.

Rien qu’avec ces petites règles, vos vidéos vont prendre une tout autre apparence.

 

Je finirai avec un dernier conseil… limitez la durée de votre vidéo (pas plus de 5 min).

Une vidéo est faite pour être montrée, pensez à celui qui va la regarder et qui ne se plonge pas dans ses souvenirs mais dans les vôtres.

5 minutes c’est sympa, 10 ça commence à faire long. Après la 5ème minute la seule chose qui risque de venir en tête de votre spectateur sera : « c’est bien sympa mais je reprendrai bien un petit apéro ».

Edited by aka74
  • J'aime 1
  • Merci 3
Link to comment
Share on other sites

PS:

L'exercice sur la profondeur de champs se travaille en mode photo pour commencer. C'est plus simple.

Ensuite vous pouvez le faire en mode vidéo... là ce ne sera pas forcement aussi simple, ça demande une bonne connaissance du principe et de son appareil.

 

Par contre, rien ne presse avant d'utiliser cette technique... travaillez déjà le reste avant de vous y mettre.

Edited by aka74
Link to comment
Share on other sites

il y a 34 minutes, aka74 a dit :

Je finirai avec un dernier conseil… limitez la durée de votre vidéo (pas plus de 5 min).

Une vidéo est faite pour être montrée, pensez à celui qui va la regarder et qui ne se plonge pas dans ses souvenirs mais dans les vôtres.

5 minutes c’est sympa, 10 ça commence à faire long. Après la 5ème minute la seule chose qui risque de venir en tête de votre spectateur sera : « c’est bien sympa mais je reprendrai bien un petit apéro ».

 

On ne peut plus d'accord... 

Je me suis fixé une règle : choisir un morceau de musique (en général entre 3 et 5 minutes) et adapter le montage à la durée du morceau.

 

+1 pour la narration aussi...

Je vais attaquer le montage des vidéos de mon petit voyage sur la mer rouge et pour ce qui est de la narration, je suis en train de me rendre compte que j'aurais du faire plus de plans annexes.

Maintenant c'est trop tard...

Link to comment
Share on other sites

C'est dommage en effet.

Prenez le temps de filmer la vie à bord du bateau, si vous faites de la plongée depuis une embarcation (ou du bord, de la ou vous partez finalement):
- Gros plans sur le branchement des flexibles
- Tests des détendeurs
- Faites des plans des personnes (en train de planifier la plonger, discuter, rire ou de se concentrer) très important ce point
- Les personnes en train de s'équiper
- De faire les cons sur le pont
- La mise à l'eau
- Immersion 
- La remontée en surface
- Etc 
- Mais aussi du trajet et des paysages
Bref, tous ces moments qui font monter l'émotion et la mise en condition avant de plonger et tout ceux au retour, souvent très gestuels.

Votre vidéo montrera ce qu'est vraiment la plongee.. pas que des poissons dans le monde du silence, mais aussi une aventure passionnée que l'on vit et partage en groupe.

 

Ca prend 1/4h, 1/2h grand max et vous pourrez utiliser diverses parties de ces rushs dans plusieurs vidéos

 

Edited by aka74
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Aries a dit :

Merci pour les explications

mon PC n'est pas de toute jeunesse et ma carte graphique n'est pas une foudre de guerre, quel logiciel conseillez vous, qui soit relativement simple à l'utilisation.

Je n'utilise que la suite Adobe pour tout ce qui est son (Audition) et images (Photoshop et Premiere).

J'aurais du mal à vous conseiller autre chose.

 

Je ne peux que vous donner un lien vers une suite de logiciels, à vous de choisir et tester parmi la liste

https://www.codeur.com/blog/logiciel-montage-video-gratuit/

 

Sinon vous pouvez commencer avec Movie Maker qui est gratuit et très simple (je connais assez mal le logiciel)

Pour l'install: https://formation-informatique-avec-cedric.fr/0088-telecharger-et-installer-un-logiciel-de-montage-video-gratuit/ 

Pour l'utiliser: https://formation-informatique-avec-cedric.fr/0089-faire-montage-video-logiciel-gratuit/

 

Edited by aka74
Link to comment
Share on other sites

Du coup j'ajoute une lien youtube sur le montage.

Il s'agit des bases du montage vidéo sous Adobe Premier mais reste valable pour n'importe quel logiciel.

(de plus, beaucoup de logiciels de montage ont des environnements assez proche de Premiere)

 

Sommaire

- Création d'un projet

- Organiser ses compartiments

- Créer une séquence

- Importer ses médium (rushs, musique, images)

- Le montage

- Les transitions

- Les titrages

- Les effets audio et vidéo

 

 

 

Edited by aka74
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Aries a dit :

merci pour les infos, je vais tester tout cela 🙂

Si tu as un Mac, Imovie est compris dans l'ordi. Sinon, tu peux jeter un oeil sur Openshot video editor. C'est du libre, ça ressemble à Imovie.

Mais il faut une configuration assez musclée pour de la Full UD, sans compter un disque dur (externe) rapide et volumineux. En plus des rushes, ces logiciels créent des fichiers de travail très conséquents (En GigaOctets).

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Hello,

 

je vous conseille de tester le logiciel de montage CapCut.

 

Depuis l’hivers dernier, je ne film qu’au tél (via FilmicPro) et à la gopro (j’importe les vidéos avec l’app Quik) et du coup je réalise tous mes montages sur le tél avec CapCut (il existe aussi une version PC)… le logiciel est tout simplement bluffant

 

Edited by aka74
  • Merci 2
Link to comment
Share on other sites

Concernant le cadrage, bien vérifier tout le cadre : d'abord le sujet puis tout le contour du cadre. Bon nombre de plans de vidéos que je vois contiennent un bout de palme par ci par là ou encore des bulles de plongeurs disgracieuses. Et puis n'hésitez pas à tailler dans le lard, ne mettez que le meilleur de vos rushs.

 

Petite question pour aka75, aujourd'hui la tendance est de mettre du mouvement tout le temps pour dynamiser les vidéos. Qu'en penses tu ?

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, nnl a dit :

Concernant le cadrage, bien vérifier tout le cadre : d'abord le sujet puis tout le contour du cadre. Bon nombre de plans de vidéos que je vois contiennent un bout de palme par ci par là ou encore des bulles de plongeurs disgracieuses.

Sinon on peut recadrer (cropper) l’image

 

Il y a 15 heures, nnl a dit :

Petite question pour aka75, aujourd'hui la tendance est de mettre du mouvement tout le temps pour dynamiser les vidéos. Qu'en penses tu ?

C’est un point de vue tout personnel… je préfère les images à la mode cinéma/série (hors scènes d’action) où la règle est « ce n’est pas l’image qui doit bouger mais ce qu’il y a dedans ». Et d’apporter le dynamisme au montage.

 

J’ai l’impression que cette mode des prises de vue en bougeant la cam dans tous les sens est en train de passer, je vois de plus en plus de long plans fixes contemplatifs (pour les films outdoors: trek, plongée, parapente, ski)… et franchement, je trouve cela plus agréable à regarder.

Que ce soit sur le net ou sur Netflix (ou il y a un beau catalogue sur la montagne - slack / trek / parapente / alpinisme / aventure)

 

Mais c’est un avis complètement subjectif.

 

 

Edited by aka74
  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 56 minutes, aka74 a dit :

J’ai l’impression que cette mode des prises de vue en bougeant la cam dans tous les sens est en train de passer, je vois de plus en plus de long plans fixes contemplatifs (pour les films outdoors: trek, plongée, parapente, ski)… et franchement, je trouve cela plus agréable à regarder.

Que ce soit sur le net ou sur Netflix (ou il y a un beau catalogue sur la montagne - slack / trek / parapente / alpinisme / aventure)

 

Mais c’est un avis complètement subjectif.

 

 

Je préfère également les plans fixes. Merci pour ton retour. Je ne sais pas pourquoi j'ai mis aka75 au lieu de aka74 ;)

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Si la scénarisation vous intéresse, voici un petit résumé de la bible scénaristique « le héros aux mille visages » de Joseph Cambell, adaptée par Christopher Vogler.

 

Un certain Joseph Campbell, qui a aidé Georges Lucas dans la construction de l’épisode 4 de Star Wars (1977), a étudié tous les textes mythologiques en se demandant pourquoi certains restaient dans l’inconscient collectif après des millénaires.

Il mit au point une théorie décrite dans son livre « le héros aux mille visages » (1949).

Il s'est rendu compte que tous ces mythes étaient construit de la même manière.

Cette théorie fut ensuite reprise par Christopher Vogler (dans les années 80) sous le nom du « voyage du héros » pour valider ou non un script à Hollywood.

Christopher Vogler, à l'époque, travaillait pour un grand studio et était chargé de sélectionner les scripts qui allaient être portés à l'écran.

 

Voilà pourquoi tant de films semblent se ressembler dans leur construction.

Même Alexandre Astier, sur Kamelott, explique s’inspirer de Vogler avec une version adaptée du voyage du héros (en 4 points).

 

Je vous présente la scénarisation selon le schéma du voyage du héros, dans l’ordre chronologique :

 

Le monde ordinaire

Le héros (ou sujet) est introduit dans son univers/monde ou il vit sa vie sans se poser de question :

-        Neo (Matrix) informaticien le jour, hacker la nuit

-        Luke (Star Wars) vivant à la ferme avec son oncle et sa tante

 

L’appel à l’aventure

Un évènement ou une personne amène le héros à partir vers l’aventure :

-        Trinity/Morpheus expliquant à Neo que le monde dans lequel il vit est un mensonge

-        L’assassinat de la tante et oncle de Luke

Pendant cette phase, le héros rencontre son mentor qui va lui expliquer/guider vers l’autre monde :

-        Morphéus devient le mentor de Néo

-        Obi Wan Kenobi devient le mentor de Luke

 

La quête

Le héro passe la frontière du monde connu vers le monde inconnu pour vivre des aventures

-        Neo prend la pilule rouge et bascule hors de la matrice et rejoint la rébellion

-        Luke quitte Tatouine et découvrir la rébellion

 

Les épreuves

Le héros se confronte à ses ennemis (les ennemis pouvant être des épreuves ou des défis) et vit ses premières aventures

-        Confrontations entre Néo et les agents

-        Confrontations entre Luke et l’empire

 

Et rencontre ses alliés

-        Rencontre entre Néo et l’équipe de Morphéus

-        Luke rencontre Han Solo, Chewbacca, la princesse Leia, la rébellion

 

L’épreuve ultime

Le héros s’engage dans son combat final pour remporter la victoire et le prix final

-        Néo combat l’agent Smith 

-        Luke attaque l’étoile noire 

 

La renaissance

Le héros revient changé par ses aventures

-        Néo devient l’élu et défie les lois de la matrice

-        Luke commence à maitriser la force et s'en va devenir un chevalier Jedi

 

Sur un film de 3 à 5 min, il est tout à fait possible de suivre ce schéma... et franchement, ça rend pas mal

 

Edited by aka74
  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.