Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Témoignages Narcose - Magazine Sphères


    Messages recommandés

    • Réponses 58
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    Top Posters In This Topic

    Popular Posts

    Aller HOP, je ferme le temps de faire le ménage.   Merci à tous de rester sur le sujet de l'auteur : le partage d'expérience autour de la narcose. Si on commence à juger ce que les autr

    Ma pire narcose, c'est dans les temps heroiques de la plongée trimix. le problème quand on réinvente la roue, c'est qu'on ne saisie pas forcément toutes les subtilités. Comme l'hélium c'était le mal,

    La première fois où je me suis aperçu que Narcose me jouais des tours :  Prepa N2 en corse plongée prévue pour l’accoutumance à la narcose, visi excellente, thermocline à 20/25m, T°25 en surface,

    Posted Images

    Le 07/02/2020 à 16:03, Typhon a dit :

     

    Pour certains, "gérer", ça veut simplement dire "mettre de l'hélium en dessous de 30 m" --

    Yep, c'était essentiellement pour cela que j'ai passé mon normo (enfin l'aspect sécu global, pas que narcose)

    Modifié par cassenoisettes
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Toutes ces histoires sont intéressantes, je ne vais pas ajouter les miennes. Par contre, il serait quand même dommage de réduire la pongée à "l'ivresse des profondeurs" dans ce magazine... j'irais voir le résultat lorsque ce sera publié par curiosité 😉

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Personnellement, je sais que je suis narcosée quand je me demande ce que je fais là. Du style, "c'est pas normal d'être sous l'eau, j'ai envie de remonter, pour remonter, il me faut 4 ou 5 minutes,je ne vais pas les tenir, mais qu'est ce que je fous là ..."

    C'est toujours dans le même registre, angoissant et toujours autour de 35 m. Mais pas systématique. Et quand ça m'arrive, c'est indépendant des conditions lac, froid, eau chaude, visibilité, tout est bon.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    le contexte: formation N4, descente à 40m tête en bas, avec deux MF1

                          en juillet eau en surface 24°C au fond 8°C (gravière)

    Descente ok, VDM, lâché reprise embout, remonté assistée, stop à 15m

    Re-descente à 40 m et là d'un coup mon champ de vision se rétrécit à une petite bande verticale.

    Je me retrouve seul et abandonné, mon ordi et mano sont flous, je ne vois plus mes encadrants, je ne contrôle plus rien, stress qui monte, HELP !!!

    En tournant un peu la tête à gauche, j'en vois un moniteur, ouf sauvé, je vais chez lui  (dans ma tête c'était une éternité) il était à 50 cm et je m'agrippe aussi fort que je peu.

    En remontant de quelques mètres, je retrouve mes esprits et mes binômes qui fond de grands yeux, ok tout va bien?

     

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 16 heures, Chat Noir a dit :

    Personnellement, je sais que je suis narcosée quand je me demande ce que je fais là. Du style, "c'est pas normal d'être sous l'eau, j'ai envie de remonter, pour remonter, il me faut 4 ou 5 minutes,je ne vais pas les tenir, mais qu'est ce que je fous là ..."

    C'est toujours dans le même registre, angoissant et toujours autour de 35 m. Mais pas systématique. Et quand ça m'arrive, c'est indépendant des conditions lac, froid, eau chaude, visibilité, tout est bon.

    De retour ?

     

    A+

     

    🍻

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Habituellement vers 40-45m, ma respiration devient plus audible et je suis très (trop ?) bien. Après 50m, la narcose est installée, je suis toujours bien (dans le sens d'être très relax et de se sentir dans son élément) mais je reste plus concentré, la respiration devient de plus en plus sonore et le champ de vision commence à se rétrécir, vers 60m beaucoup de réflexions internes souvent sur des choses sans grande importance, une mémoire éphémère, une grande sensibilité aux bruits, à 70m (fais dans les temps anciens) les doigts et le nez qui deviennent tous engourdis, une mémoire de poisson rouge, un jugement complètement altéré et des hallucinations sonores, plus beaucoup de souvenirs de cette zone après la plongée, et un retour à la réalité arrivé aux 40m.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Ma pire narcose, c'est dans les temps heroiques de la plongée trimix. le problème quand on réinvente la roue, c'est qu'on ne saisie pas forcément toutes les subtilités. Comme l'hélium c'était le mal, on avait décider de repasser à l'air à une profondeur raisonnable. C'est comme ça qu'a 45 mètres, je quitte mon 13/70 pour passer sur de l'air : en gros je passe de 5 mètres à 45 en deux respiration ! heureusement pour moi, on avait choisi un endroit ou l'on pouvait se poser au fond sans risque....

    • Like 3
    • Haha 2
    • Confused 1
    • Sad 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Le 14/02/2020 à 09:52, la philoche a dit :

    C'est comme ça qu'a 45 mètres, je quitte mon 13/70 pour passer sur de l'air : en gros je passe de 5 mètres à 45 en deux respiration !

    Intéressant !

    Et alors, ton vécu de cette expérience ?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    C'est intéressant de lire vos expérience... Perso je suis jamais allé plus bas que 40m et rarement à plus de 30m, donc la narcose je connais pas (ou je me suis pas rendu compte).

     

    Mais ça m'a fait penser à un TED talk de Richard Pyle d'il y a 16ans qui est int2ressant et assez marrant (genre vers 10:00)

    et où il raconte une narcose (vers 13:00) oú il remonte en se rappelant avoir vu une nouvelle espèce de poisson et il se dit "mais pourquoi je ne l'ai pas pris pour l'inventorier ?" avant de se rendre compte qu'il l'a en effet remonté mais qu'il l'a complètement oublié.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 18 heures, Scubaphil a dit :

    Intéressant !

    Et alors, ton vécu de cette expérience ?

    C’est ce jour là où j’ai vraIment pris conscience que la narcose c’est de la « merde » . Des plongées en ouvert , à l’air, profonde (entre 50 et 80 ) à l’époque j’en avais Déjà un paquet, la narcose je « connaissais ». Mais pas comme ça, l’effet tunnel, l’accentuation du dialogue intérieur, ce sentiment de gêne, de ne pas être là où il faut, le contrôle des manos sans contrôler rien du tout, là c’était d’un coup , violent . Et surtout ce que je retiens, c’est la très mauvaise analyse de la situation : je suis posé, à 45 mètres j’ai un bi 20 dans le dos avec 140 bars de trimix, je repasse sur le trimix et tout vas bien. Retour à l’état initial ! Surtout que quand j’arrive à 45 tout c’était très bien passé, plongée sans problème, objectif rempli et quand tu arrives à la profondeur du premier palier la plongée est quasiment « fini ». Mais la non, je m’accroche à ce détendeur, remonte aussi vite que possible. Ça cesse rapidement, mais ça ne me laisse pas un bon souvenir. 

    • Thanks 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    • Dernières Discussions

    • Discussions similaires

      • 63
        De retour de plongée, voici un témoignage d'un incident.  Contexte, plongée organisée par le Club en deuxième journée avec pour le premier jour, deux plongées de respectivement 45m et 30m max. Plongeurs aguerris niveau 3 minimum. Ce dimanche météo favorable, le vent est tombé dans la nuit ainsi que les vagues. Site la Drôme, 52m. Directive du DP pression de départ 90b DTR 12.  Je descent avec un plongeur confirmé N3, planification au préalable entre nous. La descente se passe sans
      • 60
        Pour ceux qui sont motivés par un peu de lecture en anglais, un article complet et intéressant de DAN (en tout cas pour un non expert comme moi), avec comme conclusions principales * la sévérité de la narcose ne semble pas directement liée a l'environnement * Le nitrox semble diminuer les effets de la narcose * Les effets de la narcose sont encore perceptibles 30mn après la fin de plongée   https://alertdiver.eu/en_US/articles/measuring-inert-gas-narcosis    
      • 15
        Avez vous déjà vu un plonger Narcose et péter un plomb ?    Narcose Diver Go Crazy!!!    
      • 51
        Bonjour.   J'hésitais à mettre ce topic dans la section «racontez vos plongées», mais je me suis dit que ça serait + approprié ici (mais potentiellement moins visible). Que les modo n'hésitent pas à déplacer.   Je souhaiterai recenser des témoignages sur comment ça s'est passé lorsqu'un plongeur en sidemount est allé dans un club français pour des plongées en mer.   - la réaction du DP - si le DP a demandé à voir une "carte" stipulant que le plongeur a reçu une
      • 51
        Bonjour à tous,   Etant CMAS N3 et Nx Advanced, je m'intéresse depuis peu au monde du recycleur. Cette machine m'intéresse principalement (dans un premier temps) afin d'augmenter ma sécurité lors de mes plongées quotidiennes (0-40m). Plongeant régulièrement en lac, je suis très sensible à la narcose (dès 25m). Je cherche donc un moyen de réduire celle-ci et le recycleur me parait une bonne solution.    Dans la forêt de choix et de possibilités des machines, je suis un peu per
    ×
    ×
    • Créer...