Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

    Messages recommandés

    il y a 5 minutes, CMDC a dit :

    Ouaip et surtout ce qui a fortement déplut, c'est qu'il a dit qu'il y avait moins de morts à Marseille qu'à Paris et qu'il y avait des conflits d’intérêts dans le Conseil Scientifique.

    Effectivement à secouer, à tort ou à raison, le cocotier, il y a toujours un risque de se prendre quelque chose sur la tête 😄

    Ariège : 13 morts par million d'habitants, et pas de professeur miraclou.

    beaucoup moins qu'à Marseille.

    ah oui, c'est vrai, la densité de population est moindre que celle de Marseille, qui est moindre que celle de la région parisienne.
    Y'aurait-il une corrélation possible entre la densité et la maladie ?

    il y a 45 minutes, DuboisP a dit :

    moi je dis que le vin blanc de bonne qualité à petites doses permet d'éviter d'attraper le Covid-19, et peut-être même de le soigner.

    1) je ne l'ai pas eu

    2) si je l'ai eu, je ne l'ai plus

     

    statistiquement, 100% de réussite sur le seul patient étudié, moi-même.

    afin de ne pas introduire de biais randomisé dans l'étude, elle a été menée en majeure partie en milieu isolé. en dehors de ce milieu isolé, un mécanisme compensatoire d'isolation était porté sur le bas du visage.

    en fait, il y a eu une étude en double-aveugle.
    ma compagne n'a absorbé que des placebo à base de monoxyde de dihydrogène, éventuellement aromatisé avec du thé ou des sirops sucrés bio, afin d'en masquer le goût désagréable.
    elle ne présente aucun symptôme de Covid-19.
     

    Modifié par DuboisP
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • Réponses 4,9k
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    Top Posters In This Topic

    Popular Posts

    A défaut de voyage et de plongée, je vais vous écrire un compte rendu d'un voyage en covidie fait en famille. Il y a environ 3 semaines, le voyage a commencé par une bonne rhinite et deux nuits i

    Sérieusement, est-ce qu'il est possible d'arrêter avec cet argument bidon ?!?   1/ D'une part, le corps ne produit pas que des anticorps dans sa réponse immunitaire, il y a la voie humo

    Un avis, c'est comme une certaine partie de notre anatomie: tout le monde en a un.   L'équation dans cette crise n'est en soi pas si compliquée : pour limiter la propagation du virus, il fau

    Posted Images

    il y a 39 minutes, CMDC a dit :

    Ouaip et surtout ce qui a fortement déplut, c'est qu'il a dit qu'il y avait moins de morts à Marseille qu'à Paris et qu'il y avait des conflits d’intérêts dans le Conseil Scientifique.

    Effectivement à secouer, à tort ou à raison, le cocotier, il y a toujours un risque de se prendre quelque chose sur la tête 😄

    Tout comme le Pr Perronne apres la sortie de son livre...on ne le voit plus....blacklisté?

     

    Intéressant à lire ce livre d'ailleurs...bon on sent bien qu'il n'y a pas la "patte" de l'ecrivain...pour l'intérêt du debat

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 5 minutes, brenique a dit :

    Tout comme le Pr Perronne apres la sortie de son livre...on ne le voit plus....blacklisté?

     

    Intéressant à lire ce livre d'ailleurs...bon on sent bien qu'il n'y a pas la "patte" de l'ecrivain...pour l'intérêt du debat

     

    Maintenant que tu le dis c'est vrai on ne le voit plus à la TV

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 8 minutes, caolila a dit :

     

    Maintenant que tu le dis c'est vrai on ne le voit plus à la TV

    il a eu ses 15 minutes de célébrité, c'est déjà beaucoup trop.
    en plus, c'est principalement sur CNews, LCI, BFMTV, organismes de divulgation d'informations frelatées, tant que ça fait de l'audience.

    Modifié par DuboisP
    • Like 2
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 11 heures, stef75 a dit :

     

    Cette phrase a une capacité de sidération... :)

    Ça a été discuté ici par exemple sans entrer dans des trucs abscons. 

    Le problème étant le point de vue de départ, "ça marche et il me faut peu de patients (pas trop malades au demeurant) pour le confirmer". 

     

    Ceci porte un nom: biais de confirmation. C'est un des pièges (biais) que la méthode scientifique tente de limiter par des méthodes statistiques sur des cohortes importantes.

     

    Je ne suis pas statisticien, mais dans l'article que tu cites, je lis :

     

    En revanche, l’inverse est vrai, et c’est ce que semble vouloir dire Didier Raoult : plus un résultat est fort dans la réalité, moins on aura besoin d’un grand échantillon pour le détecter. C’est pour cela, que quand on attend des résultats très forts, on n’a pas besoin de beaucoup de patients pour les détecter. Mais en disant cela… on part de l’a priori qu’il existe un effet. Or la question que l’on se pose, en recherche, n’est pas du tout celle-là ici. Celle à laquelle on veut une réponse, c’est : "Y a-t-il un effet ?

     

    Ça me semble être du bon sens, et finalement, la ou Raoult court-circuite le raisonnement, c'est qu'en gros il assume qu'un traitement qui n'aurait qu'une efficacité marginale ne l’intéresse pas. Je pense qu'il a plutôt raison (quand on voit que le traitement de référence actuel du COVID n'a aucun impact sur la mortalité et coute 2000€, on peut se poser des questions non ?).

     

    Dans un cas plus général, quand on est face à une maladie qui est connue, pour laquelle on a déjà un traitement, et qu'on cherche a valider un nouveau traitement, on peut aussi se poser la question. Si le nouveau traitement n'est que marginalement meilleur, cela vaut-il la peine de remplacer le traitement existant par un nouveau, plus cher et sous brevet pour 10 ans ?

     

    Au passage, j'ai juste dit que sur ce point il me semblait pertinent. Je trouve surprenant la réaction épidermique de certains. Je n'ai jamais parlé d'autres points sur lesquels je suis bien incapable de me prononcer, et il me semble envisageable que quelqu'un ait raison sur un sujet et tort sur d'autre...

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 1 heure, DuboisP a dit :

    moi je dis que le vin blanc de bonne qualité à petites doses permet d'éviter d'attraper le Covid-19, et peut-être même de le soigner.

    1) je ne l'ai pas eu

    2) si je l'ai eu, je ne l'ai plus

     

    statistiquement, 100% de réussite sur le seul patient étudié, moi-même.

    afin de ne pas introduire de biais randomisé dans l'étude, elle a été menée en majeure partie en milieu isolé. en dehors de ce milieu isolé, un mécanisme compensatoire d'isolation était porté sur le bas du visage.

    Elargissons le spectre du test à 3 personnes...

    Chez moi non plus, pas de cas grâce à une consommation assez importante de vin blanc durant les 6 semaines de lock down...

    • Haha 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 35 minutes, Matt a dit :

    Je pense qu'il a plutôt raison (quand on voit que le traitement de référence actuel du COVID n'a aucun impact sur la mortalité et coute 2000€, on peut se poser des questions non ?).

    le prix d'un accouchement en milieu hospitalier est très élevé et son impact sur la mortalité est assez faible à long terme.
    doit-on le supprimer ?

     

    on peut se poser des questions, non ?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Citation

    8h54. Une 2 vague, l'hypothèse « la plus probable ».

    Selon Jean-François Delfraissy, la disparition du virus ou son installation chronique sur une longue période sont deux hypothèses moins réalistes qu'un 3 scénario : « une vraie deuxième vague », « arrivant du sud, pour octobre, novembre, décembre », « qu'on traitera de façon différente ».
     

     

    Bon les choses se précisent...   pas très réjouissant... mais c'était  a prévoir en l'état des choses (réaction de la population, les vacances, etc) 

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 2 heures, Matt a dit :

     

    Dans un cas plus général, quand on est face à une maladie qui est connue, pour laquelle on a déjà un traitement, et qu'on cherche a valider un nouveau traitement, on peut aussi se poser la question. Si le nouveau traitement n'est que marginalement meilleur, cela vaut-il la peine de remplacer le traitement existant par un nouveau, plus cher et sous brevet pour 10 ans ?

     

     

    c'est la question à poser au malade qui va mourir avec le traitement A et qui va survivre avec le traitement B, le nouveau traitement... (parce que, s'il est validé, c'est qu'à minima, il est meilleur ou "moins pire" que l'ancien (le A))

     

    et je me doute de la réponse..

     

    ton raisonnement amène à penser qu'il vaut mieux ne pas utiliser un traitement de moins de 10 ans pour ne pas payer de royalties....

     

    meme s'il est meilleur que celui qu'il doit remplacer ???

    Modifié par christophe 38
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 3 heures, DuboisP a dit :

    en fait, il y a eu une étude en double-aveugle.
    ma compagne n'a absorbé que des placebo à base de monoxyde de dihydrogène, éventuellement aromatisé avec du thé ou des sirops sucrés bio, afin d'en masquer le goût désagréable.
    elle ne présente aucun symptôme de Covid-19.

    Bah c'est pas du double aveugle car :

    -sa boisson ne rend pas aveugle (quoique 100% des aveugles ont bu de l'eau .... c'est un signe a ne pas négliger 😄 ).

    -elle était consciente de boire du monoxyde de dihydrogène

    Il faudrait qu'elle ne sache pas ce qu'elle a bu pour que ça marche 🤣 .

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 11 heures, whodive a dit :

     

    la recherche clinique n'a pas besoin de Raoult pour cela...

     

    Que veux tu dire ? La recherche ne s'est pas arrêtée à quelques éléments de communication de personnes égocentriques en plein dérapage.

     

    Elle obtient d'ailleurs des résultats partiels encourageants si ce n'est pour un traitement, au moins pour comprendre la maladie et pour trouver des solutions pour les cas graves. Je précise que la dexamethasone est bon marché et est utilisée actuellement en France dans les services de réanimations qui sont bien loin de nos débats sur "la recherche clinique" :)

     

    Il y a 2 heures, Matt a dit :

     

    Je ne suis pas statisticien, mais dans l'article que tu cites, je lis :

     

    En revanche, l’inverse est vrai, et c’est ce que semble vouloir dire Didier Raoult : plus un résultat est fort dans la réalité, moins on aura besoin d’un grand échantillon pour le détecter. C’est pour cela, que quand on attend des résultats très forts, on n’a pas besoin de beaucoup de patients pour les détecter. Mais en disant cela… on part de l’a priori qu’il existe un effet. Or la question que l’on se pose, en recherche, n’est pas du tout celle-là ici. Celle à laquelle on veut une réponse, c’est : "Y a-t-il un effet ?

     

    Oui donc il est problématique de présupposer "l'effet" et de le "valider" sur un petit échantillon.

     

    Si un effet est réel sur un petit échantillon, il sera confirmé sur une population plus grande ? Pour moi, l'argument est un sophisme puisque c'est justement l'effet anticipé qu'il s'agit de prouver... et que sur les populations plus grandes, il n'est pas visible. 

     

    Il y a 2 heures, Matt a dit :

    Ça me semble être du bon sens, et finalement, la ou Raoult court-circuite le raisonnement, c'est qu'en gros il assume qu'un traitement qui n'aurait qu'une efficacité marginale ne l’intéresse pas. Je pense qu'il a plutôt raison (quand on voit que le traitement de référence actuel du COVID n'a aucun impact sur la mortalité et coute 2000€, on peut se poser des questions non ?).

     

    Tu parle de Gilead ? C'est "l'homme de paille" de Marseille. Les critiques le seraient pour favoriser une autre molécule (plus chère, brevets, etc...) ?

     

    Pas de chances, la recherche n'a pas validé le remdesivir comme "traitement". Il est donc délicat de parler de 'traitement de référence". 

     

    L'argument des conflits d'intérêts et de la manipulation de la recherche est purement rhétorique et témoigne de la dérive complotiste de l'équipe marseillaise. 

     

    Il y a 2 heures, Matt a dit :

    Dans un cas plus général, quand on est face à une maladie qui est connue, pour laquelle on a déjà un traitement, et qu'on cherche a valider un nouveau traitement, on peut aussi se poser la question. Si le nouveau traitement n'est que marginalement meilleur, cela vaut-il la peine de remplacer le traitement existant par un nouveau, plus cher et sous brevet pour 10 ans ?

     

    Ce qui n'est pas le cas pour la Covid19 ? On sera d'accord je pense. 

     

    Il y a 2 heures, Matt a dit :

    Au passage, j'ai juste dit que sur ce point il me semblait pertinent. Je trouve surprenant la réaction épidermique de certains. Je n'ai jamais parlé d'autres points sur lesquels je suis bien incapable de me prononcer, et il me semble envisageable que quelqu'un ait raison sur un sujet et tort sur d'autre...

     

    Rien de personnel "ni d'épidermique". Après, je trouve un peu dissonant qu'on en soit encore à troller là dessus. Pour le moment, il n'y a pas de traitement.

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 17 minutes, stef75 a dit :

    Pas de chances, la recherche n'a pas validé le remdesivir comme "traitement". Il est donc délicat de parler de 'traitement de référence". 

     

    Ça n'empêche pas l'Union européenne d'en faire le premier traitement recommandé pour le covid... Donc de fait le traitement de référence non ?

     

    https://www.ema.europa.eu/en/news/first-covid-19-treatment-recommended-eu-authorisation

     

    il y a 18 minutes, stef75 a dit :

    Oui donc il est problématique de présupposer "l'effet" et de le "valider" sur un petit échantillon.

     

    Si un effet est réel sur un petit échantillon, il sera confirmé sur une population plus grande ? Pour moi, l'argument est un sophisme puisque c'est justement l'effet anticipé qu'il s'agit de prouver... et que sur les populations plus grandes, il n'est pas visible. 

     

    Pour la première partie, il ne faut pas se mentir, l'essentiel de la science se base sur des théorie et des démarches pour les démontrer. 

     

    Pour le reste, je n'ai pas dit que le cas s'applique au covid. Je dis juste que si tu ne peux pas prouver l'efficacité d'un médicament avec une coorte de l'ordre de 50 patients + 50 placebo, c'est probablement que ton médicament c'est efficace que chez quelques % des cas.

    Du coup il sert quasiment a rien. 

    Évidemment un plus grand nombre de sujets permet de préciser l'analyse, mais a t on vraiment besoin de connaître l'efficacité au demi %?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 1 heure, christophe 38 a dit :

    c'est la question à poser au malade qui va mourir avec le traitement A et qui va survivre avec le traitement B, le nouveau traitement... (parce que, s'il est validé, c'est qu'à minima, il est meilleur ou "moins pire" que l'ancien (le A))

     

    et je me doute de la réponse..

     

    ton raisonnement amène à penser qu'il vaut mieux ne pas utiliser un traitement de moins de 10 ans pour ne pas payer de royalties....

     

    meme s'il est meilleur que celui qu'il doit remplacer ???

    Je connais une personne qui a volontairement quitté le grand-est, au plus fort de l'épidémie, de nuit, en voiture et en bravant les interdits, pour aller se faire soigner chez Raoult.

    Sa sœur n'a pas voulu faire partie du voyage.

    Ma copine va très bien, je vous remercie !

    Son seul regret est de ne pas avoir pu participer à l'enterrement de sa sœur !

     

    Après, comme dit Patrick, ce ne sont que de toutes petites statistiques familiales et anecdotiques hein?

    Ça n'a aucune valeur nationale naturellement

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • Matt locked this sujet
    • Matt unlocked this sujet

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...