Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine
PlongeurSDF

Covid19 - TIV et Chômage des installations enfin défini

    Messages recommandés

    vous me faites peur avec vos prévisions de durée de confinement.

     

    Il va y avoir du pétage de plomb sur notre belle planète

    :( :( :( 

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 2 heures, Nicolas Duguay a dit :

     

    Ça serait fort surprenant, à mon humble avis, que le "retour à la normal", c'est-à-dire la fin des politiques de distanciation sociale, la réouverture des frontières et la reprise des activités sociales et le travail au bureau reprenne avant minimalement l'automne. Et encore là...

     

     

    une idée, vers chez vous ?

    https://www.theatlantic.com/politics/archive/2020/03/covid-19s-devastating-effects-jobs-and-businesses/608461/

    et, en bon français ou presque :

     

    Citation

    La dévastation économique va être pire que vous ne le pensez
    Le bilan accablant du coronavirus sur les emplois et les entreprises ne fait que commencer.

    Il s'agit d'un tsunami, avec plusieurs grosses vagues devant lui".

    Mark Zandi n'est pas un épidémiologiste, et il ne parlait pas de la propagation rapide du coronavirus. Il est l'économiste en chef de Moody's, un analyste très respecté par les deux partis politiques, et généralement peu enclin à l'hyperbole. Pourtant, lorsque je lui ai parlé au téléphone hier, il a immédiatement pris la métaphore d'une catastrophe naturelle dévastatrice pour décrire le tribut que la pandémie va faire payer au commerce américain - les entreprises qu'elle va détruire, les emplois qu'elle va anéantir, les économies de retraite qu'elle va fissurer et briser.

    Il est déjà clair que la situation économique sera douloureuse. La bourse a perdu plus d'un tiers de sa valeur, abandonnant tous les gains considérables qu'elle a réalisés depuis l'entrée en fonction du président Donald Trump en 2017. L'appel urgent à la distanciation sociale dans une grande partie du pays a forcé la fermeture de presque toutes les entreprises où des êtres humains se rassemblent. Les industries de la restauration, du spectacle vivant, du tourisme et des compagnies aériennes sont en train d'être écrasées. Les systèmes publics et privés de transport de masse - dont beaucoup sont déjà non rentables - sont confrontés à des crises budgétaires. Les États et les collectivités locales, qui sont légalement tenus de ne pas enregistrer de déficit, seront bientôt submergés par la pression exercée sur leurs systèmes de santé publique et par la charge qui en résulte pour leurs bilans.

    Pourtant, l'ampleur des ramifications économiques du coronavirus, tout comme son effet en cascade sur le système de santé, commence à peine à se faire sentir. Jeudi matin, le gouvernement a annoncé que 281 000 personnes dans tout le pays avaient déposé des demandes de chômage la semaine précédente, soit un bond de 33 % et le plus important depuis deux ans et demi. Ajoutez un autre chiffre à ce chiffre, et vous obtiendrez la projection du nombre de personnes qui déposeront des demandes de chômage dans les semaines à venir.

    Les économistes ont du mal à suivre le rythme de la chute. Dimanche soir, Goldman Sachs a prévu que la croissance économique serait nulle au premier trimestre de l'année, qui se termine le 31 mars, et que l'activité économique chuterait de 5 % au deuxième trimestre. Trois jours plus tard, J.P. Morgan a publié une nouvelle prévision : Le produit intérieur brut chuterait de 4 % ce trimestre et chuterait ensuite de 14 % au cours des trois prochains mois.

    "Nous parlons de chiffres vraiment importants", m'a dit jeudi matin Heidi Shierholz, qui a été économiste en chef pour le Département du travail pendant l'administration Obama et qui est maintenant chercheur principal à l'Institut de politique économique, un groupe de réflexion progressiste.

    Vendredi, Goldman Sachs avait révisé ses chiffres : La banque d'investissement s'attendait désormais à une baisse de 24 % au deuxième trimestre. "Sacré enfer", a déclaré M. Shierholz dans un courriel me signalant la mise à jour.

    Pour mettre les données en perspective : Ces prévisions pour le deuxième trimestre signifieraient la chute la plus profonde et la plus rapide de l'activité économique depuis que le gouvernement a commencé à calculer le PIB national sur une base trimestrielle en 1947. Jusqu'à présent, la pire chute sur trois mois a été de 10 % au début de 1958, ce qui coïncide avec une pandémie de grippe qui a débuté l'année précédente.

    Shierholz et ses collègues ont travaillé à traduire les projections de Goldman Sachs et de J.P. Morgan en statistiques qui intéressent le plus les gens, à savoir l'emploi. Elle m'a dit qu'une chute brutale comme celle prévue par J.P. Morgan signifierait la perte de 8,5 millions d'emplois d'ici l'été, faisant passer le taux de chômage de 3,5% actuellement à environ 8,7%. Selon les estimations de Goldman Sachs, les emplois perdus s'élèveraient à 14 millions. En comparaison, un total approximatif d'environ 8,7 millions d'emplois ont disparu lors de la Grande Récession il y a dix ans, mais ces pertes se sont étalées sur plusieurs années. Cela se produirait en un seul printemps.

    Et quelles que soient les données que le gouvernement produira, elles sous-estimeront probablement la véritable réalité du choc économique, car le taux de chômage ne mesure que les personnes qui recherchent activement un emploi. Les serveurs au chômage risquent de ne pas postuler à un emploi lorsque tous les restaurants seront fermés. De même, selon toute vraisemblance, de nombreux employés d'hôtels, de casinos, de théâtres ou autres ne le feraient pas non plus.

    "Tous les économistes à qui j'ai parlé sont plus flippés que jamais", m'a dit Jared Bernstein, qui a été économiste en chef du vice-président Joe Biden dans l'administration Obama et qui conseille officieusement sa campagne présidentielle.

    Pourtant, le plus effrayant dans les nouvelles projections économiques, c'est qu'elles sont probablement trop optimistes. Goldman Sachs et J.P. Morgan prévoient tous deux de gros rebondissements au troisième trimestre, au cours de l'été, en partie en raison des hypothèses selon lesquelles la Réserve fédérale accélérera ses mesures pour stabiliser le système financier et le Congrès adoptera bientôt un autre énorme plan de relance budgétaire.

    Mais la crise pourrait ne pas être terminée d'ici là. Un plan du gouvernement fédéral pour combattre la pandémie a estimé qu'elle pourrait durer 18 mois et frapper en "vagues multiples" qui nécessiteraient un certain degré de distanciation sociale prolongée. La modélisation de l'Imperial College de Londres a indiqué une durée similaire.

    "L'économie ne se redressera pas avant que la distanciation sociale ne soit terminée", a déclaré M. Shierholz.

    Et même lorsque la vie reviendra à un semblant de normalité, le traumatisme économique ne sera pas terminé. Selon M. Zandi, au moins trois grandes vagues vont frapper l'activité économique américaine. La première se produit actuellement, avec la fermeture d'entreprises et l'arrêt de l'économie. Ensuite, il y aura les pertes d'emplois.

    "La troisième vague arrivera lorsque les gens réaliseront qu'ils valent beaucoup moins, en particulier les baby-boomers, qui se concentrent sur leur retraite", m'a dit M. Zandi. "Quand ils réaliseront que leur pécule s'est évaporé, ils se mettront en mode panique et réduiront leurs dépenses, ce qui aggravera encore le problème".

    S'il y a un espoir dans cette sombre perspective, m'ont dit ces économistes, c'est que le gouvernement fédéral a probablement plus de pouvoir pour atténuer le coup économique que pour contenir le virus. Et contrairement à la dernière crise économique, en 2008 et 2009, les deux parties s'accordent généralement sur l'ampleur de la réponse budgétaire nécessaire, que les déficits soient damnés. Les personnes qui ont perdu leur emploi ou qui ont vu leurs heures de travail réduites de manière spectaculaire ont besoin d'argent immédiatement pour acheter de la nourriture et rester chez elles, tandis que les entreprises ont besoin de fonds pour se maintenir à flot et repousser les licenciements autant que possible.

    "Nous savons que nous allons provoquer une récession lorsque nous fermerons d'énormes pans de l'économie, et c'est la bonne chose à faire. Cela nous permettra de nous en sortir à long terme", a déclaré M. Shierholz. "Mais nous devons nous assurer que les ménages sont aussi entiers que possible, afin d'éviter toute une vague de saisies et de faillites, toutes choses qui ne doivent pas se produire.

    "Ces choses n'ont pas à se produire", a-t-elle souligné. "Nous avons un contrôle total sur cela".

    Avec des avertissements selon lesquels le taux de chômage pourrait atteindre le chiffre stupéfiant de 20 % - de loin le plus élevé depuis la Grande Dépression - si le Congrès n'agit pas, M. Trump et ses conseillers ont demandé un billion de dollars ou plus pour les dépenses de relance. Cela s'ajoute aux mesures d'urgence plus modestes que les législateurs ont déjà adoptées ces dernières semaines. Jeudi, le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a dévoilé une proposition républicaine qui prévoit d'envoyer des paiements uniques de 1 200 dollars aux personnes qui gagnent jusqu'à 75 000 dollars par an (ces montants sont doublés pour les couples mariés) et 500 dollars supplémentaires par enfant. Le plan prévoit également des centaines de milliards de dollars de prêts aux entreprises et des réductions d'impôts pour encourager les grandes entreprises comme les compagnies aériennes et les chaînes hôtelières à maintenir leur main-d'œuvre inactive sur le salaire.

    Les dirigeants démocrates ont immédiatement critiqué la proposition, la jugeant trop fortement biaisée en faveur des entreprises ; ils font pression pour une augmentation significative des allocations de chômage et d'autres mesures qui aideraient plus directement les travailleurs licenciés et les Américains à faible revenu qui sont les plus vulnérables au choc économique.

    Pourtant, même des économistes progressistes comme Bernstein ont convenu que tout comme les individus ont besoin d'une aide rapide par le biais de paiements en espèces ou d'autres moyens, les entreprises en ont besoin aussi.

    "Fondamentalement, nous devons geler l'économie ou la plonger dans le coma pour aider à contenir le virus", m'a dit M. Bernstein. "Mais pour mettre l'analogie à l'épreuve, il faut pouvoir décongeler ou permettre au patient de se réveiller du coma. Cela signifie que nous devons préserver non seulement les personnes, qui sont les premières sur ma liste pour des raisons évidentes, mais aussi les entreprises.

    "Il faut qu'il y ait des entreprises pour rebondir", a-t-il déclaré.

    Et aussi impopulaires que soient les plans de sauvetage de l'industrie, M. Bernstein a déclaré que le gouvernement doit intervenir pour aider les entreprises et les commerces familiaux. "Avons-nous besoin de Delta Air Lines pour être en vie de l'autre côté de cette situation ? C'est une grande question", a-t-il expliqué. "Mais alors avons-nous besoin que le pressing Joe's du coin soit là de l'autre côté ? Et je pense que nous avons probablement besoin des deux. J'aurais tort de veiller à ce que les entreprises soient maintenues aussi entières que possible".

    La rapidité avec laquelle l'économie peut se redresser dépend du temps, de la rapidité et de l'agressivité avec lesquelles le Congrès peut agir, et de la durée de la distanciation sociale.

    Les économistes avec lesquels je me suis entretenu ont tous dit que cette chute libre économique était plus forte que la crise financière qui a déclenché la Grande Récession, mais que comme le gouvernement a cette fois-ci essentiellement éteint l'économie comme une lumière, la reprise ne doit pas être aussi longue ou lente. "Cela dépend en grande partie de l'efficacité de la réponse politique", m'a dit un économiste républicain chevronné, Douglas Holtz-Eakin. "Je pense que nous avons encore du temps. Mais l'horloge tourne."

    ça m'inquiete quand meme

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    @le gouvernement fédéral pourra rien  y faire.

    Le problèmes des 3 mois de télétravail vient de gouvernement centralisé (le tient, le français). Il oblige tout entreprise étrangère qui emplois des travailleur fançais qui exécute plus de 25% de son temps travail sur le territoire national (français) de payée les charge social de l'employer en France.  Ce qui pour une entreprise étrangère est un tres gros malus. 

     

    Normalement le temps est calculé par mois et non par année. Le gouvernement français a déjà fait un gros geste au près des entreprises de le calculer exceptionnelement sur l'année. Pour pouvoir faire 3 mois de suite. Cela permet au entreprise suisse par exemple à pas devoir payer plus de charge ou viré l'employer. 

     

    Mais il se peut que la solidarité entre pays permette d'augmenter ce pourcentage à plus de 25%. Cela entre dans la diplomatie. Comme par exemple ne bloque pas les travailleur frontalier contre des place dans mes hôpitaux. 

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Merci @sacha.r pour les précisions sur les 25% j'avais pas le pourquoi de ce chiffre 

     

     

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Le 22/03/2020 à 12:15, christophe 38 a dit :

    le loup, je ne le vois pas là : pourra t on rentrer sur le logiciel de la fédé des TIV alors que l'écart entre 2 visites est superieur à 12 mois ?

     

    enfin, la communication fédérale pourra rassurer ceux qui pensaient devoir faire requalifier leurs blocs parce qu'ayant loupé le TIV et les 12 mois.

     

    quant au loup que tu y vois, la 2F a dérogation pour les inspections visuelles, qui dérogent au droit commun. Tu ne trouves pas normal d'expliquer, de rappeler le pourquoi du comment ???

    qu'est ce que ça coute ?

    Dans l'application tu peux mettre la date que tu veux pour l'inspection du bloc, pas de contrôle et tu peux le faire quand tu veux: c'est de la responsabilité première du TIV, puisqu'à n'importe quel moment il est possible de tracer qui a fait quoi.

    La mise "au chômage" n'est possible que pour les blocs inscrits dans ton club mais que tu as chez toi: en effet, tu ne peux pas aller les chercher dans l'état actuel des mesures et il faut les vider, ce qui va poser problème pour le blocs qui sont restés dans les locaux club et pour les blocs club. Bonjour l'ambiance quant il va falloir envoyer tout ça en requalification, ça va prendre du temps.

    Le document de mise "au chômage" prévoit une colonne pour renseigner la date de l'IV de remise en service et sera à archiver.

    La FFESSM a mis en ligne tous les éléments dans la base documentaire qui est dans l'application TIV et c'est très bien fait.

    • Thanks 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Le 22/03/2020 à 16:49, Nicolas Duguay a dit :

     

    Ça serait fort surprenant, à mon humble avis, que le "retour à la normal", c'est-à-dire la fin des politiques de distanciation sociale, la réouverture des frontières et la reprise des activités sociales et le travail au bureau reprenne avant minimalement l'automne. Et encore là...

    Dans l'espace Schengen les frontière ne sont pas fermées.

    Pour les européens, il suffit de disposer de l'autorisation de circuler pour aller travailler, délivrée par l'employeur et tu peux aller au boulot.

    Nos amis Suisse sont hors espace Schengen, la Suisse ne les ayant pas ratifiés. Il y a eu des améliorations qui ont permis la suppression des contrôles aux frontières, c'est tout.

    Après, procéder au licenciement des salariés travaillant en Suisse au motif des charges sociales "si lourdes" d'après eux est bien évidement possible, le droit du travail helvétique étant quasiment inexistant. Pour autant c'est utopique, si l'on considère les problèmes de productivité et de reformation qui vont en découler à la reprise. Par ailleurs, il y a toujours encore des problèmes de couverture sociale avec les Suisses, qui refusent la coopération avec les européens: tôt ou tard ça va "péter". Ces problèmes n'existent plus dans l'espace Schengen depuis des décennies et c'est très bien.

    Fin de la digression, retour au chômage des blocs.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 2 minutes, Humuhumu a dit :

    le droit du travail helvétique étant quasiment inexistant.

     

    Ah? Les Suisses, dans le fond, c'est comme des Sud-Soudanais, mais avec un chapeau à plume et une tablette de chocolat??? :)

     

    il y a 4 minutes, Humuhumu a dit :

    Par ailleurs, il y a toujours encore des problèmes de couverture sociale avec les Suisses, qui refusent la coopération avec les européens

     
    Ah! Les maudits Suisses!!!! ;)

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    à l’instant, Nicolas Duguay a dit :

     

    Ah? Les Suisses, dans le fond, c'est comme des Sud-Soudanais, mais avec un chapeau à plume et une tablette de chocolat??? :)

     

    Au niveau droit du travail: as-tu déjà travaillé en Suisse et y a été soumis ?

     

    Moi oui, alors je me contente de parler de chose que je connais. J'ai eu le plaisir très enrichissant de travailler à Rotkreuz, Kanton Zug et dans 2 autres pays européens: l'Allemagne et le Luxembourg, alors oui, je sais pour ces 3 pays de quoi je parle.

     

    Pour te répondre sur ton cliché: en Suisse Allemande j'ai rarement vu des chapeaux à plume (en Bavière oui, même le short en cuir et les chaussettes montantes 😉

    il y a 7 minutes, Nicolas Duguay a dit :

     

    Ah? Les Suisses, dans le fond, c'est comme des Sud-Soudanais, mais avec un chapeau à plume et une tablette de chocolat??? :)

     

     
    Ah! Les maudits Suisses!!!! ;)

    Qui les a maudit ?

    Un système économique ne peut pas vivre en se servant unilatéralement des ressources de son voisin. Si on ne veut pas faire porter la charge de sécurité sociale sur les frontaliers, il faudra tôt ou tard arriver à une entente "gagnant/gagnante", c’était le sens de mon propos et ce mécanisme compensatoire fonctionne très bien en Europe. J'ai d'ailleurs une carte d'assuré maladie Allemande et Luxembourgeoise, à contrario mon épouse Allemande a aussi une carte Vitale Française et peut comme moi se faire soigner dans les 2 pays.

    Bon là on va arrêter avant de nous attirer les foudres des divers modérateurs.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    @Humuhumu  Depuis quand la Suisse n'a pas ratifier les accord sur schengen-Dublin ? Et depuis quand la Suisse n'est plus dans schengen ? 

     

    Car ici tu m'apprend une sacré nouvelle. 

    • Thanks 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 4 heures, sacha.r a dit :

    @Humuhumu  Depuis quand la Suisse n'a pas ratifier les accord sur schengen-Dublin ? Et depuis quand la Suisse n'est plus dans schengen ? 

     

    Car ici tu m'apprend une sacré nouvelle. 

    Effectivement, la Suisse fait bien parti de l'Espace Schengen

    https://www.schengenvisainfo.com/fr/liste-des-pays-avec-visa-schengen/

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 6 heures, sacha.r a dit :

    @Humuhumu  Depuis quand la Suisse n'a pas ratifier les accord sur schengen-Dublin ? Et depuis quand la Suisse n'est plus dans schengen ? 

     

    Car ici tu m'apprend une sacré nouvelle. 

    Oui je n'ai jamais dit le contraire, je dis que la Suisse a adhéré à un certain nombre de règlementation européenne, mais de loin pas toutes, notamment pas en ce qui concerne les couvertures sociales au sens large.

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Le 25/03/2020 à 14:34, Humuhumu a dit :

    Nos amis Suisse sont hors espace Schengen, la Suisse ne les ayant pas ratifiés. Il y a eu des améliorations qui ont permis la suppression des contrôles aux frontières, c'est tout.

     

    Il y a 2 heures, Humuhumu a dit :

    Oui je n'ai jamais dit le contraire

     

    @Humuhumu

    Problème de mémoire ? 

    Ou 

    Mauvaise foi crasse ? 

    • Haha 1

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 25 minutes, sacha.r a dit :

     

     

    @Humuhumu

    Problème de mémoire ? 

    Ou 

    Mauvaise foi crasse ? 

    Relis mieux

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 47 minutes, Humuhumu a dit :

    Relis mieux

    Merci maintenant j'en suis sûr : mauvaise foi crasse!

    • Haha 3

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Question subsidiaire concernant le recyclage des Techniciens Inspection Visuelle : je devais le faire cette année pour être dans les clous mais confinement oblige, la FF prévoit elle un report de la date butoir ?

    Partager ce message


    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...