Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

COVID 19 et reprise des plongees


    Messages recommandés

    Merci @Scubaphil pour tes précisions.

    À force d'entendre parler de désinfecter, je commençais à me dire que ce qu'on nous rabâche à longueur de journée - « lavez-vous les mains à l'eau et au savon » - n'était pas efficace.

    Le gel hydro-alccolique me semble n'être qu'une alternative lorsqu'on n'a pas d'eau à portée de main ou que l'on doit rapidement se nettoyer les mains, non ?

     

    À ce propos d'ailleurs, là où je travaille en saison, nous songeons à installer sur les bateaux (en dur) un lave-mains avec eau et savon (et récupération des eaux usées, bien sûr) afin de permettre aux plongeurs de se laver les mains lorsqu'ils le souhaitent. Est-ce à tes yeux quelque chose d'intéressant ou de superflu ?

     

    Philippe

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • Réponses 546
    • Created
    • Dernière réponse

    Top Posters In This Topic

    Top Posters In This Topic

    Popular Posts

    "Le plus important n’est pas la plongée, mais c’est surtout la survie."  (je cite l'article de Wetnotes)? Ca ne vous frappe pas cette assertion ?!   Très intéressant article cité par Bardass

    Bonjour les amis des profondeurs!    si ça peut aider à donner des perspectives, voici la prise de position de la branche en Suisse et les recommandations, avec un pragmatisme tout helvétique..

    Je pense pas avoir dit que c'est du flan ce qu'un épidémiologiste raconte mais quand on voit le numéro d'équilibriste des divers gouvernements ici ou ailleurs entre les intérêts sanitaires et les inté

    Posted Images

    il y a 3 minutes, Pp_y a dit :

    Le gel hydro-alccolique me semble n'être qu'une alternative lorsqu'on n'a pas d'eau à portée de main ou que l'on doit rapidement se nettoyer les mains, non ?

    C'est tout à fait ça.

    Et on peut rajouter l'intérêt des SHA pour les besoins de désinfections des mains très fréquents (soignants notamment), l'application de SHA étant un peu moins chronophage et un peu moins agressive pour la peau à l'usage intensif, que certains savons.

     

     

    il y a 6 minutes, Pp_y a dit :

    nous songeons à installer sur les bateaux (en dur) un lave-mains avec eau et savon (et récupération des eaux usées, bien sûr) afin de permettre aux plongeurs de se laver les mains lorsqu'ils le souhaitent. Est-ce à tes yeux quelque chose d'intéressant ou de superflu ?

    Je trouve ça très bien, même en dehors de la situation pandémique actuelle.

     

    En qualité de client potentiel, je trouve que c'est un vrai service offert intéressant de la part d'une structure. Après avoir bidouillé du matériel sale, avant de manger avec ses doigts, avant de remettre une lentille de contact, avant de soigner une plaie ... :top:

    • Like 2
    • Thanks 2
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 37 minutes, LA LOUBINE a dit :

    Perso j'utilise du savon.

     

    J'avais lu également que le gel hydroalcoolique détruisait le film naturel protecteur de la peau.

     

    Perso j'ai arrêté. J'avais des lésions sur les mains. Je suis repassé au savon. 

    • Like 1
    • Thanks 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 8 heures, Scubaphil a dit :

    Sauf que dans le cas particulier des coronavirus, le nettoyage à l'eau et au savon assure aussi la désinfection, il détruit d'emblée ce type de virus.

     

    Il n'y a pas de "doute pratique", c'est juste l'emballement médiatique et populaire qui a tellement mis en avant les solutions hydro-alcooliques (SHA) qu'on a oublié les choses simples.

     

    Merci pour ces précisions.

    Je suis surpris que le savon assèche davantage la peau qu'une SHA. J'avais la sensation inverse. Ais je bien compris ton propos ?

    Je précise que j'utilise du savon pour ma part et non des SHA, je ne me sens donc pas concerné par le courant de pensée majoritaire (si il existe) ni par l'emprise de la peur :-). Je suis juste à la recherche d'un désinfectant pratique qui ne nous détruisent ni la peau ni la vie marine tout en préservant les plongeurs du Cov2 efficacement.

     

    Il me reste une question basée sur ton état des lieux. Je la repose ici même car la réponse m'avait semblé s'orienter vers la négative par un autre intervenant. Voici donc la question :

     

    Considérant "qu'il n'y a pas de doute à avoir et que le savon agit en tant que désinfectant précisément contre le Cov2" (n'est ce pas ?), est-ce qu'on peut  désinfecter le matériel de plongée dans une solution d'eau savonneuse voire pulvériser une solution savonneuse et laisser agir pour assurer une élimination du virus Cov2 ?

     

    Questions subsidiaire : avez vous des références de savons reconnus pour à part celui de Marseille ou d'Alep ?

     

     

    Il y a 12 heures, DuboisP a dit :

    Raoult a certainement des connaissances et de l'expérience que ses supporteurs ou détracteurs n'ont pas, mais de là à dire qu'il est le seul à avoir raison, que sa méthode est la bonne et que les autres ont tort, c'est plutôt exagérer.

     

    Je n'ai pas identifié ce genre de propos. Les gens ont l'air , au contraire, de demander simplement que cette option préventive/curative soit accessible à ceux qui le souhaitent. Et que ceux qui préfèrent attendre un traitement après étude randomisée en triple aveugle placébo etc puissent le faire librement aussi.

    Après qu'il y ait des hystériques dans les deux camps, grand bien leur fasse...

     

    Comme elle a été mentionnée, voici l'interview BFM qu'on ne peut pas soupçonner de complaisance 🙂

    https://www.youtube.com/watch?v=cj4bGVszZP8&feature=youtu.be&fbclid=IwAR0bYbJcYqGhx8UDyCQKv2F2FbJM3FeD16eNJDolrB5uBxCtpW1c_XHhw4A

    Modifié par Amore
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 3 heures, Amore a dit :

    Je suis surpris que le savon assèche davantage la peau qu'une SHA. J'avais la sensation inverse. Ais je bien compris ton propos ?

    J'ai écrit que les SHA étaient moins agressives que certains savons (dans le cadre d'un usage intensif). Notamment ceux qui contiennent aussi un agent antiseptique.

     

    Oui, c'est un fait. Il y a 20 ans, nous n'avions pas de SHA dans les services hospitaliers. On devait se laver les mains entre chaque patients, chaque acte. On parle de 20, 30, 50 lavages dans journée. Les mains irritées ou eczématisées par les lavages, c'était courant. L'arrivée des SHA a nettement amélioré les choses.

     

    Ca ne veut pas dire que les SHA ne peuvent pas être irritants. Et puis il y a SHA et SHA. D'une marque à l'autre, selon les formulations, les ajouts d'agents hydratants ou autre, le rendu au niveau de la peau peut être très différent (comme pour les savons). Dans mon quotidien hospitalier, après 5 à 10 frictions au SHA, j'ai l'impression d'avoir les mains grasses et j'apprécie un bon lavage des mains "classique" au savon doux pour récupérer une "sensation" normale.

     

     

    Il y a 3 heures, Amore a dit :

    Considérant "qu'il n'y a pas de doute à avoir et que le savon agit en tant que désinfectant précisément contre le Cov2" (n'est ce pas ?), est-ce qu'on peut  désinfecter le matériel de plongée dans une solution d'eau savonneuse voire pulvériser une solution savonneuse et laisser agir pour assurer une élimination du virus Cov2 ?

    Excellente question, qui fait l'objet d'échanges en ce moment même dans les hautes sphères fédérales ...

     

    Pour répondre concrètement, je pense qu'on ne peut pas considérer tout le matériel de plongée de la même façon.

     

    Mon avis est que les équipements respiratoires (détendeur, tuba, masque) doivent être considérés à part. D’abord, ils sont en contact direct avec le foyer principal de la maladie et donc susceptibles d'être à la fois fortement contaminés par Cov2 et facilement contaminants, ensuite, ils sont plus difficile à décontaminer (résidus de salive, corps étrangers, anfractuosités …). A ce titre, je pense qu'ils doivent être nettoyés ET désinfectés entre 2 utilisateurs. Je proposerais volontiers un trempage en eau savonneuse puis un autre en bain contenant un désinfectant virucide homologué, tel que c'était sensé se faire avant le Covid. On est clairement sur un niveau de précaution important, probablement sur-dimensionné, mais il paraît difficile de faire autrement vu la sensibilité du sujet.

    Pour le reste du matériel (combinaison notamment), je pense qu'un simple bain en eau savonneuse est largement suffisant.

    Bien sûr, ceci n'est que mon avis personnel (je le défends au niveau fédéral) et tu trouveras certainement d'autres idées plus extrêmes. Mais là encore, je crains que la peur ne soit le moteur principal de nombreuses décisions. Quand je lis qu'il faudrait désinfecter les échelles de remontée, passer les stabs à la javel ou demander aux plongeurs de porter des gants en plongée ... :rolleyes: :fou:

     

    Après il y a la technique d'application utilisée. Quel que soit le produit utilisé, je ne suis pas convaincu par la technique de pulvérisation. Appliquée à un 2ème étage de détendeur, j'ai du mal à concevoir qu'une simple pulvérisation extérieure puisse traiter tous les recoins dans lesquels des sécrétions muqueuse pourraient se loger. Pour moi, on doit en rester au trempage.

     

     

    Il y a 3 heures, Amore a dit :

    Questions subsidiaire : avez vous des références de savons reconnus pour à part celui de Marseille ou d'Alep ?

    Euh, non. Mais tout savon neutre, sans colorant, devrait faire l'affaire.

    Modifié par Scubaphil
    • Thanks 2
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 41 minutes, Scubaphil a dit :

    Excellente question, qui fait l'objet d'échanges en ce moment même dans les hautes sphères fédérales ...

     

    Pour répondre concrètement, je pense qu'on ne peut pas considérer tout le matériel de plongée de la même façon.

     

    Mon avis est que les équipements respiratoires (détendeur, tuba, masque) doivent être considérés à part. D’abord, ils sont en contact direct avec le foyer principal de la maladie et donc susceptibles d'être à la fois fortement contaminés par Cov2 et facilement contaminants, ensuite, ils sont plus difficile à décontaminer (résidus de salive, corps étrangers, anfractuosités …). A ce titre, je pense qu'ils doivent être nettoyés ET désinfectés entre 2 utilisateurs. Je proposerais volontiers un trempage en eau savonneuse puis un autre en bain contenant un désinfectant virucide homologué, tel que c'était sensé se faire avant le Covid. On est clairement sur un niveau de précaution important, probablement sur-dimensionné, mais il paraît difficile de faire autrement vu la sensibilité du sujet.

    Pour le reste du matériel (combinaison notamment), je pense qu'un simple bain en eau savonneuse est largement suffisant.

    Bien sûr, ceci n'est que mon avis personnel (je le défends au niveau fédéral) et tu trouveras certainement d'autres idées plus extrêmes

     

    Pourquoi un double passage : eau savonneuse + désinfectant ?

    Si le savon suffit, je serai même volontaire pour ne conserver que ce système de désinfection en temps hors crise épidémique.

     

    Et les questions subsidiaires :

    Une eau savonneuse à quelle dilution s'avèrerait efficace ?

    Quelle durée d'application sachant qu'il n'y aura pas d'action mécanique de frottement ?

    Quel savon respecte la flore/faune marine ?

    Modifié par Amore
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Le 30/04/2020 à 20:09, nico501 a dit :

    Dernières informations de la part d'associations de plaisance,  la 11 mai accès au ports et cales de mise à l'eau,  pas aux plages. 

    Possibilité de naviguer à condition d'être seul à bord ou des personnes vivants sous le même toit. 

    Pour les départements en vert.

    Merci pour l'info. Je la prends néanmoins avec précaution mais je l'espère. On va attendre confirmation (le 7 mai?).

     

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 15 heures, Pp_y a dit :

    Merci @Scubaphil pour tes précisions.

    À force d'entendre parler de désinfecter, je commençais à me dire que ce qu'on nous rabâche à longueur de journée - « lavez-vous les mains à l'eau et au savon » - n'était pas efficace.

    Le gel hydro-alccolique me semble n'être qu'une alternative lorsqu'on n'a pas d'eau à portée de main ou que l'on doit rapidement se nettoyer les mains, non ?

     

    À ce propos d'ailleurs, là où je travaille en saison, nous songeons à installer sur les bateaux (en dur) un lave-mains avec eau et savon (et récupération des eaux usées, bien sûr) afin de permettre aux plongeurs de se laver les mains lorsqu'ils le souhaitent. Est-ce à tes yeux quelque chose d'intéressant ou de superflu ?

     

    Philippe

    savon de Marseille ; la solution hydro alcoolique étant un dépannage qui "brule" assez rapidement le derme, creant des micro-crevasses dans lesquelles les microbes se régalent..

    Il y a 7 heures, Amore a dit :

     

    Merci pour ces précisions.

    Je suis surpris que le savon assèche davantage la peau qu'une SHA. J'avais la sensation inverse. Ais je bien compris ton propos ?

    Je précise que j'utilise du savon pour ma part et non des SHA, je ne me sens donc pas concerné par le courant de pensée majoritaire (si il existe) ni par l'emprise de la peur :-). Je suis juste à la recherche d'un désinfectant pratique qui ne nous détruisent ni la peau ni la vie marine tout en préservant les plongeurs du Cov2 efficacement.

     

    Il me reste une question basée sur ton état des lieux. Je la repose ici même car la réponse m'avait semblé s'orienter vers la négative par un autre intervenant. Voici donc la question :

     

    Considérant "qu'il n'y a pas de doute à avoir et que le savon agit en tant que désinfectant précisément contre le Cov2" (n'est ce pas ?), est-ce qu'on peut  désinfecter le matériel de plongée dans une solution d'eau savonneuse voire pulvériser une solution savonneuse et laisser agir pour assurer une élimination du virus Cov2 ?

     

    Questions subsidiaire : avez vous des références de savons reconnus pour à part celui de Marseille ou d'Alep ?

     

     

     

    Je n'ai pas identifié ce genre de propos. Les gens ont l'air , au contraire, de demander simplement que cette option préventive/curative soit accessible à ceux qui le souhaitent. Et que ceux qui préfèrent attendre un traitement après étude randomisée en triple aveugle placébo etc puissent le faire librement aussi.

    Après qu'il y ait des hystériques dans les deux camps, grand bien leur fasse...

     

    Comme elle a été mentionnée, voici l'interview BFM qu'on ne peut pas soupçonner de complaisance 🙂

    https://www.youtube.com/watch?v=cj4bGVszZP8&feature=youtu.be&fbclid=IwAR0bYbJcYqGhx8UDyCQKv2F2FbJM3FeD16eNJDolrB5uBxCtpW1c_XHhw4A

    je ne suis pas pro, loin de là, je ne suis qu'un perroquet ..

    il me semble avoir lu que le savon dissous la couche de graisse (enveloppe lipidique) qui enveloppe le virus https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/coronavirus-savon-il-efficace-coronavirus-13402/

     

    donc, savon de Marseille (pas un autre ! la composition du savon de Mars n'est pas la meme que celles que nous trouvons dans les savons "de beauté")

    https://www.lesechos.fr/pme-regions/provence-alpes-cote-dazur/le-covid-19-dope-la-production-de-savon-de-marseille-1186132

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

     

    Il y a 3 heures, Amore a dit :

     

    Pourquoi un double passage : eau savonneuse + désinfectant ?

    Si le savon suffit, je serai même volontaire pour ne conserver que ce système de désinfection en temps hors crise épidémique.

     

    Et les questions subsidiaires :

    Une eau savonneuse à quelle dilution s'avèrerait efficace ?

    Quelle durée d'application sachant qu'il n'y aura pas d'action mécanique de frottement ?

    Quel savon respecte la flore/faune marine ?

    Parce que rien ne prouve que le savon soit virucide, peut-être...

    Parce que tout nettoyage dépend du "cercle de Sinner"

    En gris, tu divises un cercle en quatre partie qui sont:

    • Chimie
    • Température 
    • Action mécanique 
    • Temps d'application

    Si tu diminues un des facteurs, tu dois augmenter un ou plusieurs des trois autres.

    Pas possible de faire chauffer (matériel fragile) il faudra agir plus longtemps ou frotter plus fort (mécanique )...

    Pas possible de frotter ?

    Il faudra chauffer plus ou mettre une chimie plus forte...

    Etc...

     

    il y a 9 minutes, christophe 38 a dit :

    savon de Marseille ; la solution hydro alcoolique étant un dépannage qui "brule" assez rapidement le derme, creant des micro-crevasses dans lesquelles les microbes se régalent..

     

     

    C'est amusant, c'est exactement le contraire de ce que vient de dire le toubib...

     

    Il y a 4 heures, Scubaphil a dit :

    Dans mon quotidien hospitalier, après 5 à 10 frictions au SHA, j'ai l'impression d'avoir les mains grasses et j'apprécie un bon lavage des mains "classique" au savon doux pour récupérer une "sensation" normale.

     

    😋

    • Thanks 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 8 minutes, nics a dit :

     

    Parce que rien ne prouve que le savon soit virucide, peut-être...

    Parce que tout nettoyage dépend du "cercle de Sinner"

    En gris, tu divises un cercle en quatre partie qui sont:

    • Chimie
    • Température 
    • Action mécanique 
    • Temps d'application

    Si tu diminues un des facteurs, tu dois augmenter un ou plusieurs des trois autres.

    Pas possible de faire chauffer (matériel fragile) il faudra agir plus longtemps ou frotter plus fort (mécanique )...

    Pas possible de frotter ?

    Il faudra chauffer plus ou mettre une chimie plus forte...

    Etc...

     

     

     

    C'est amusant, c'est exactement le contraire de ce que vient de dire le toubib...

     

     

    😋

    je laisse donc les plus savant parler et nous dire (et ce n'est pas difficile, sur le sujet, je suis un microbe)

     

    quelles solutions proposes tu sur un bateau de plongée ??

    Modifié par christophe 38
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    il y a 11 minutes, christophe 38 a dit :

    je laisse donc les plus savant parler et nous dire (et ce n'est pas difficile, sur le sujet, je suis un microbe)

     

    quelles solutions proposes tu sur un bateau de plongée ??

    Je l'ai déjà dit;

    Ça va être compliqué pour passer un bateau à l'autoclave, donc le plus simple sera le chalumeau...

     

    :gagoff:

     

    Une désinfection est effective qu'à un moment précis et ne dure pas .

    Quand on a ce principe de base en tête, ça devient plus simple pour la suite.

    Nettoyer un bateau,  c'est faisable... le nettoyer à fond entre les 4 rotations que font certains centres de plongée, ça ne sera que difficilement faisable. 

    Un plongeur, ça crache, ça bave ...

    Donc ça pollue plus ou moins toutes les surfaces du bateau...

    Comme écrit plus haut, pour nettoyer, il faut du temps, de la chimie, de la chaleur et de l'action mécanique. 

    Chauffer un bateau, pas possible...

    Frotter, c'est faisable. 

    Mettre de la chimie puissante, c'est pas terrible pour les matériaux du bateau et en plus, ça va finir dans l'eau...

    Donc ça devra prendre du temps !

    • Like 3
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Ok, on progresse.

     

    Pour le temps : ok, frottement et huile de coude breveté

    Pour le savon : savon de Marseille, ok. Quelle dilution d'une solution savonneuse est pertinente ?

    Pour le complément désinfectant : Quel produit ?

    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 12 heures, Amore a dit :

    Quel savon respecte la flore/faune marine ?

    Un savon brut, sans colorant ni parfum, est ce qu'il y a de moins toxique. L'exemple type étant le savon de Marseille (qui existe en bloc, poudre, liquide).

     

     

    Il y a 7 heures, Amore a dit :

    Quelle dilution d'une solution savonneuse est pertinente ?

    Les recommandations du CDC (Center for Deceases Control, l'équivalent de Santé Publique France aux USA) sont bien représentées ici.

    chlorine-solution-liquid-soapy-french.pdf

     

     

    Il y a 7 heures, Amore a dit :

    Pour le complément désinfectant : Quel produit ?

    Uniquement pour les éléments respiratoires (détendeur, tuba, masque), le plus simple est de garder celui qui était utilisé auparavant. La FFESSM a un partenariat avec Abyssnaut, qui propose ce produit, par exemple. Une dilution de Javel ferait aussi l'affaire mais serait plus toxique pour le milieu et le matériel.

    • Like 1
    • Thanks 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites

    Bonjour les amis des profondeurs! 
     

    si ça peut aider à donner des perspectives, voici la prise de position de la branche en Suisse et les recommandations, avec un pragmatisme tout helvétique...

     

    Perso j’espère encore plonger en France en Méditerranée fin juin, mais sinon ce sera en lac à la recherche des silures! 
     

    Courage à vous et restez en bonne santé. Les conséquences d’une infection pour notre habilité à plonger ont l’air sérieuses...
     

    Chères plongeuses, chers plongeurs,

    Le monde entier est touché par le COVID-19 et confronté à une situation qui comporte de nombreux défis et craintes. Le Conseil fédéral a publié l'ordonnance 2 sur les mesures de lutte contre le virus du COVID-19. Depuis lors, il est interdit d'organiser des manifestations publiques ou privées, y compris des événements sportifs et des activités de clubs.

    Le Conseil fédéral qualifie toujours la situation en Suisse d’exceptionnelle au sens de la loi sur les pandémies. Il assouplit maintenant ces mesures de protection par étapes et fixe deux objectifs :

    • Continuer à protéger la santé de la population, en particulier celle des personnes particulièrement vulnérables.
    • Maintenir les dommages économiques aussi bas que possible.

    Les activités sportives sans contact physique sont à nouveau autorisées à partir du 11 mai dans les clubs. Lors de la conférence de presse du Conseil fédéral du 29 avril 2020, et selon la conseillère fédérale Viola Amherd, cheffe du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS), il faudra respecter les prescriptions fédérales en matière d'hygiène et de comportement. Des mesures de protection doivent être élaborées dans le cadre des activités sportives.

    Afin de maintenir le risque d'infection et de blessures le plus bas possible et de respecter les règles d'hygiène et de protection édictées par la Confédération, la CMAS swiss diving considère actuellement que les restrictions suivantes en matière de plongée sont temporairement nécessaires et elle les recommande vivement :

    • Ne pas effectuer de plongées d'entraînement.
    • Pour le moment, les baptêmes ainsi que les plongées enfants sont proscrites jusqu’ à nouvel avis.
    • Plongées uniquement avec des plongeurs expérimentés (à partir du D2).
    • Plongées uniquement en petits groupes (maximum 4 personnes).
    • Déplacements sur les sites de plongée en véhicules personnels si les plongeurs ne vivent pas sous le même toit.
    • Respecter les interdictions qui donnent accès aux sites de plongée.
    • Ne plongez qu'avec votre propre matériel et n'utilisez pas du matériel de location. Attention aux détendeurs, masques et tubas .
    • Tous les plongeurs devront disposer d’un équipement adapté à l'eau froide (deux détendeurs séparés montés sur deux robinets séparés).
    • Lors de la préparation du matériel de plongée et pendant les contrôles, une distance minimale de 2 m doit être respectée entre les plongeurs.
    • N’utilisez en aucun cas le matériel de votre binôme (on ne peut pas exclure à l'heure actuelle que les virus puissent être transmis de cette manière).
    • En cas de problèmes avec le détendeur principal, utilisez votre propre détendeur de secours (vous ne devez pas utiliser le deuxième détendeur de votre binôme).
    • Pas de regroupement sur le site de plongée ou à la station de gonflage. Respectez la distance sociale de 2 mètres.
    • Si des locaux et des équipements (compresseurs) sont utilisés par différentes personnes, les surfaces de travail devront être désinfectées (par exemple les robinets de remplissage des blocs, les poignées de portes et les surfaces de travail).

    Pour prévenir les accidents, voici nos recommandations :

    • En principe, faites des plongées modérées jusqu'à une profondeur maximale de 25 m et planifiez le temps de plongée en fonction du niveau de formation et des compétences du plongeur le moins expérimenté ! Pas de plongées avec décompression. Commencez la remontée au moins 5 minutes avant l'expiration du temps de non-décompression.

    Ces recommandations ne remplacent par le bon sens de chaque plongeur en fonction de la situation.

    Les formations théoriques peuvent être effectuées par voie électronique (par exemple par visio-conférence) si les prescriptions du Conseil fédéral sur les distances minimales entre les personnes ne peuvent pas être respectées.

    Le 27 mai 2020, le Conseil fédéral prendra de nouvelles décisions concernant les regroupements, les fêtes et les excursions des clubs.

    Sur recommandation de la SUHMS, les plongeurs qui auront été infectés par le virus COVID-19 ont :

    • 6 mois d'interdiction de plongée après une hospitalisation.
    • Une interdiction de plongée de 3 mois s’ils ont été testés positifs.

    Après ces interruptions, il sera obligatoire de se soumettre à une évaluation médicale par un médecin de plongée qualifié, même si son certificat médical d’aptitude à la plongée est toujours valable. Il est également fortement recommandé aux personnes qui ont eu des symptômes de la maladie du COVID-19 mais qui n'ont pas été testées de se faire examiner par un médecin spécialiste de la plongée.

    Les directives concernant le COVID-19 sont actuellement en cours de révision par les médecins de la SUHMS. Elles seront ensuite transmises aux médecins concernés. Nous vous recommandons de ne pas effectuer d’examen d’aptitude à la plongée avant juin 2020.

    Pour les plongeurs qui n’ont pas contracté le COVID-19, la validité du certificat médical d’aptitude à la plongée est prolongée de six mois en accord avec la SUHMS.

    Étant donné qu'aucune formation ne doit être dispensée pour le moment, la prolongation de validité de six mois est également valable pour les formations et les modules de plongée déjà suivis.

    Dans cette situation particulière, nous pouvons tous contribuer à retrouver le plus rapidement possible une vie normale et à reprendre la plongée comme nous en avions l’habitude.

    Profitons des vacances d’été en Suisse pour offrir des formations CMAS swiss diving aux amateurs de plongée sous-marine qui ne pourront certainement pas voyager sous les tropiques cette année.

    Les informations contenues dans ces recommandations ont été soigneusement étudiées et reflètent l'état de la situation au moment de leur publication. Toutefois, la CMAS swiss diving n'assumera aucune responsabilité quant à l'exhaustivité, l'exactitude et l'actualité de ces informations.

    Nous vous souhaitons de belles plongées tout en sécurité et surtout une très bonne santé.

    Willi Knöpfel
    Président
    Leo Troiano
    Vice-président
     
    Christoph Schmied
    Chef régional DRS
    Thierry Lageyre
    Chef régional ROM
    Luca Bricalli
    Chef régional TI


     

     

    Modifié par El Tamboril
    • Like 2
    • Thanks 4
    • Haha 1
    Lien à poster
    Partager sur d’autres sites
    • LGF locked this sujet
    • LGF unlocked this sujet

    Créer un compte ou se connecter pour commenter

    Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    ×
    ×
    • Créer...